Auteur Sujet: Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)  (Lu 104673 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Gyzmo34

  • Webmaster d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3443
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #110 le: 05 mai 2015 à 09:41:01 »
Idem !  :smiley:


Citer
G-Therapeutics, une neuroprothèse pour soigner la moelle épinière
 
Les recherches du laboratoire suisse G-Therapeutics sur les neuroprothèses constituent un espoir pour les millions de personnes paralysées par une lésion de leur moelle épinière. Dans les prochaines années, ils pourraient mettre au point une prothèse neurologique susceptible de leur rendre l'usage de leurs membres.


Il faut imaginer la moelle épinière comme une autoroute où circulent des signaux électriques faisant le lien entre la tête et les autres parties du corps. Une lésion de cet organe conduit à la paralysie dès lors que ces signaux électriques se retrouvent coincés dans un embouteillage. Une blessure souvent irréversible. Sauf que la technologie pourrait bien faire des miracles dans ce domaine en aidant le système nerveux à se réparer par lui-même.


Le traitement vise à restaurer un contrôle volontaire de la locomotion


Le traitement de G-Therapeutics consiste en l'implantation d'une neuroprothèse ultra élastique sur la moelle épinière. La prothèse constituée d'un substrat de silicone parcouru de pistes électriques faites d'or craquelé stimule électriquement les circuits neuronaux de la moelle épinière au bon endroit et au bon moment. Parallèlement, un support robotique permet d'entraîner les patients à la marche. Et la combinaison des deux réorganise les circuits neuronaux, cérébraux et spinaux pour restaurer un contrôle volontaire de la locomotion.


Il reste encore du chemin à parcourir. Testée sur plusieurs espèces d'animaux, ces prothèses ont permis une réorganisation fonctionnelle dans près de 100% des cas. Mais il faut encore les tester sur l'homme, vérifier la biocompatibilité des nouveaux matériaux utilisés et enfin miniaturiser le dispositif.

Source : http://www.journaldunet.com/ebusiness/magazine/edf-pulse-g-therapeutics-neuroprothese-soigner-moelle-epiniere.shtml?een=834cf9fe7778d5c8174ce6e48e4d452f&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml50_selectionstart-


Pour ceux qui comprennent l'anglais  :wink:

EPFL researcher's neural implant can make paralyzed rats walk again. Soft and stretchable, it is the first of its kind that can be implanted directly on the spinal chord, without damaging it. Described in Science, this new generation device called e-Dura  combines electrical and chemical stimulation.

https://www.youtube.com/watch?v=dfDatjPZjJU&feature=youtu.be
POUR ADHÉRER A ALARME ? Il suffit de cliquer sur la bannière :azn:


Hors ligne Kristof

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 459
  • Sexe: Homme
  • Le bout du tunnel j'espère.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 c5 lourd ...
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #109 le: 03 mai 2015 à 12:19:15 »
Moi je pense qu'une thérapie qui fonctionnera devrait donner des résultats en moins de 6 mois , le cobaye devrait simplement bouger de partout même s'il n'est pas mobile et devrais récupérer ses viscère très rapidement.
Garçons espoir et démerdons nous comme on peut en attendant .

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #108 le: 10 avril 2015 à 17:04:36 »
ca a l'air tres ,tres interessant.reste a tester sur l'humain,donc a attendre,j'espere que l'essai clinique ne durera pas 8 ans pour cette fois ci.
j'ai toujours cru a une therapie melangeant l'electronique au biologique,ca se confirme encore une fois.esperons que ce sera l'ultime fois. encore merci ,thierry de nous redonner de l'espoir,avec tes bonnes nouvelles.on te kiffe..

Hors ligne Kristof

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 459
  • Sexe: Homme
  • Le bout du tunnel j'espère.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 c5 lourd ...
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #107 le: 10 avril 2015 à 16:34:40 »
Intéressant mais c'est pour dans combien de temps?
Garçons espoir et démerdons nous comme on peut en attendant .

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #106 le: 10 avril 2015 à 11:55:52 »
Idem !  :smiley:


Citer
G-Therapeutics, une neuroprothèse pour soigner la moelle épinière
 
Les recherches du laboratoire suisse G-Therapeutics sur les neuroprothèses constituent un espoir pour les millions de personnes paralysées par une lésion de leur moelle épinière. Dans les prochaines années, ils pourraient mettre au point une prothèse neurologique susceptible de leur rendre l'usage de leurs membres.


Il faut imaginer la moelle épinière comme une autoroute où circulent des signaux électriques faisant le lien entre la tête et les autres parties du corps. Une lésion de cet organe conduit à la paralysie dès lors que ces signaux électriques se retrouvent coincés dans un embouteillage. Une blessure souvent irréversible. Sauf que la technologie pourrait bien faire des miracles dans ce domaine en aidant le système nerveux à se réparer par lui-même.


Le traitement vise à restaurer un contrôle volontaire de la locomotion


Le traitement de G-Therapeutics consiste en l'implantation d'une neuroprothèse ultra élastique sur la moelle épinière. La prothèse constituée d'un substrat de silicone parcouru de pistes électriques faites d'or craquelé stimule électriquement les circuits neuronaux de la moelle épinière au bon endroit et au bon moment. Parallèlement, un support robotique permet d'entraîner les patients à la marche. Et la combinaison des deux réorganise les circuits neuronaux, cérébraux et spinaux pour restaurer un contrôle volontaire de la locomotion.


Il reste encore du chemin à parcourir. Testée sur plusieurs espèces d'animaux, ces prothèses ont permis une réorganisation fonctionnelle dans près de 100% des cas. Mais il faut encore les tester sur l'homme, vérifier la biocompatibilité des nouveaux matériaux utilisés et enfin miniaturiser le dispositif.




Source : http://www.journaldunet.com/ebusiness/magazine/edf-pulse-g-therapeutics-neuroprothese-soigner-moelle-epiniere.shtml?een=834cf9fe7778d5c8174ce6e48e4d452f&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml50_selectionstart-


POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne Gyzmo34

  • Webmaster d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3443
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #105 le: 17 mars 2015 à 12:58:44 »
La technique du professeur courtine en association (ou partenariat) d'un implant de ce type : http://alarme.asso.fr/un-nouvel-implant-pour-faire-remarcher-des-rats/ serait une paire intéressante :)
POUR ADHÉRER A ALARME ? Il suffit de cliquer sur la bannière :azn:


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #104 le: 12 mars 2015 à 15:25:58 »
merci thierry,pour ta noble explication. la stimulation epidurale sur les lesions incompletes favoriserait de nouvelles connexions ,du moins chez les rats.ca devrait avoir les memes effets sur l'homme.donc  il suffirait de se faire placer un stimulateur electrique sous la lesion ,de le faire fonctionner chaque jour et d'attendre l'apparition de nouveaux neurones.ca sera plus long chez l'homme que chez le rat puisque on a 'ni le meme metabolisme ni la meme taille..
ou est ce plus compliquè que ca?!!

Hors ligne DANIEL BERCHAT

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 746
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Autre
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #103 le: 12 mars 2015 à 11:36:10 »
:::

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : je suis sur que vous allez aimer ça
« Réponse #102 le: 12 mars 2015 à 11:19:00 »
Farid, les rats du test préclinique du Pr Courtine bougent leur membres volontairement. ils récupèrent une marche volontaire et adaptative (ils peuvent éviter des obstacles). Ce sont des rats avec des lésions incomplètes, comme les patients qu'ils vont recruter pour leur essai clinique en Suisse. 

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : je suis sur que vous allez aimer ça
« Réponse #101 le: 01 février 2015 à 18:02:33 »
il y a un point que je n'arrive pas a comprendre:comment ca se fait que les rats du professeur Courtine ne bougent pas leurs membres VOLONTAIREMENT avec une stimulation epidurale(ils les bougent de facon incontrolee) et qu'ils n'y arivent qu' apres un certain temps alors que ces jeunes humains bougent immediatement leurs membres avec la stimulation epidurale??. le professeur Courtine travaille sur des rats ayant subi, une lesion incomplete....

Hors ligne patrickp

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 564
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: D12
Re : je suis sur que vous allez aimer ça
« Réponse #100 le: 31 janvier 2015 à 12:36:38 »
J'ai toujours pensé que la stimulation électrique était la solution à la réparation de la moelle.
Même si mes recherches portent plutôt sur les capacités d'auto réparation du corps humain.
Qui a l'air de fonctionner aussi, bien que très lente.
Pour avoir de meilleurs résultats il faudrait sûrement associer remplacement de la cicatrice gliale
par du neurogel par exemple et stimulation des méridiens musculaires.
La stimulation épidurale a l'air très efficace mais elle oblige au port permanent d'un implant
électronique , ne nous plaignons pas trop si ça marche.

Hors ligne Gyzmo34

  • Webmaster d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3443
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #99 le: 31 janvier 2015 à 11:35:18 »
qu est ce qu il entend par lesion incomplete. ce n set pas tres precis.doit exclure tous tes ASIA A ou B ou C??? et quel niveau

Si tu comprends l'anglais je te conseil de te rapprocher de ce site : http://courtine-lab.epfl.ch/

Le Professeur Courtine à plusieurs cordes à son arc  :ok: mais le remède miracle n'existe malheureusement toujours pas  :sad:

Note : l'article précité par Thierry est sur le site d'ALARME  :wink:  http://alarme.asso.fr/neurostimulation-implantee-pr-gregoire-courtine-epfl-suisse/

POUR ADHÉRER A ALARME ? Il suffit de cliquer sur la bannière :azn:


Hors ligne patrickp

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 564
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: D12
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #98 le: 26 janvier 2015 à 17:03:12 »
Difficile à tout décrire , la jambe gauche a beaucoup progressé je pense , et recemment la jambe droite a gagné quelque chose.
Mon problème c'est que le kiné vient a domicile et que allongé sur mon lit les mouvement sont plus difficiles à faire que sur une table
de kiné , peut être que je devrais m'en acheter une d'occasion  , pour mieux évaluer mon cas. Au printemps je vais essayer de retourner
en kiné au centre de Kerpape pour évaluer mes progrès de manière plus exhaustive en hôpital externe.
Au point de vue sensitif j'ai beaucoup progressé à gauche et aussi un peu à droite. Bizarrement j'ai des sensations sous le pied droit !!!
Je pense que les accidents sont tous différents et sûrement tous étranges au point de vue lésionnel.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #97 le: 26 janvier 2015 à 10:34:13 »
patrick,tu as raison finalement car je me suis un peu documentè.au fait ,qu'est ce que tu as recupere comme fonction depuis le debut par la methode que tu as employee?
.l'appareillage que tu utilises,je vais essaye de l'avoir mais ce sera tres difficile.
salut

Hors ligne patrickp

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 564
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: D12
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #96 le: 25 janvier 2015 à 18:12:42 »
Si je peux répondre à Farid , je ne vois pas en quoi ma méthode concerne uniquement les nerfs sensitifs , elle concerne
aussi les nerfs moteurs puisque je stimule un muscle , j'envoie au travers de tous les nerfs connectés à ce muscle des signaux
de reconstruction de la moelle épinière.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #95 le: 25 janvier 2015 à 16:07:49 »
la methode de patrick parait logique,c'est un peu la methode courtine qui stimule electriquement la moelle directement sauf que patrick stimule la moelle indirectement cad a partir des nerfs peripheriques pour seulement une recuperation sensitive(car le flux nerveux ascendant concerne le systeme sensitif)
moi je dis bravo a patrick et bonne continuation a lui.


Hors ligne patrickp

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 564
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: D12
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #94 le: 25 janvier 2015 à 13:40:42 »
Je ne vois rien dans ces études et les conclusions qui soient différent de ce que je fais.
Je stimule les muscles et donc je créé des signaux vers la moelle épinière qui permettent
la reconstitution de ma moelle. Bien sur ils ont le fait que ce sont des professeurs et donc
on croit plus ce qu'ils disent que moi. Mais bon ce que je professe c'est la capacité de l'homme
à s'auto réparer comme la samandre !! Alors je pense que le fait qu'a 69 ans je réussisse à faire des progrès
ce soit suffisant pour éclairer vos lanternes , ne vous méprenez pas les plus jeunes seront servis les premiers
mais je vois bien que vous n'êtes pas pressés . Alors patientez !!!!!

Hors ligne harbib

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 137
    • Voir le profil
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #93 le: 24 janvier 2015 à 20:51:44 »
qu est ce qu il entend par lesion incomplete. ce n set pas tres precis.doit exclure tous tes ASIA A ou B ou C??? et quel niveau

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #92 le: 24 janvier 2015 à 13:18:52 »
Citer
18 décembre 2014


Le mécanisme de déclenchement de la récupération après une lésion de la moelle épinière a été découvert


Après une lésion incomplète de la moelle épinière, le corps peut recouvrer une partie des fonctions motrices de base. Les fuseaux neuromusculaires et les circuits sensoriels associés à la moelle épinière peuvent promouvoir la création de nouvelles connexions neuronales après une blessure. Ce mécanisme derrière le processus de récupération motrice a été élucidé par le groupe de recherche du Prof. Silvia Arber au Biozentrum de l'Université de Bâle et de l'Institut Friedrich Miescher pour la recherche biomédicale. Leurs conclusions peuvent contribuer à la conception de nouvelles stratégies pour le traitement des blessures de la moelle épinière et ont été publiés dans la revue Cell.


Les lésions de la moelle épinière conduisent souvent à des troubles chroniques de la motricité. Cependant, les patients avec une lésion incomplète de la moelle épinière peuvent partiellement retrouver leur capacité motrice dans certaines conditions. On pense que le tissu nerveux qui reste indemne dans la moelle épinière fournit un substrat pour former de nouveaux circuits de pontage de la lésion. Comment cette formation de nouvelles connexions est déclenchée est restée inconnue jusqu'à présent.


En collaboration avec le groupe de recherche du professeur Grégoire Courtine à l'EPFL à Lausanne, l'équipe du Prof. Silvia Arber au Biozentrum de l'Université de Bâle et de l'Institut Friedrich Miescher pour la recherche biomédicale (FMI) a démontré dans un modèle de souris pourquoi les membres paralysés peuvent bouger à nouveau après une lésion incomplète de la moelle épinière : Un canal de rétroaction sensorielle spécifique relié à des capteurs dans les muscles - dits fuseaux neuromusculaires - favorise la récupération fonctionnelle des circuits neuronaux endommagés dans la moelle épinière.


La rétroaction sensorielle du fuseau neuromusculaire fournit le signal de déclenchement pour la récupération


La rétroaction sensorielle qui active le mouvement du membre fait une boucle du muscle à la moelle épinière. Ce canal de rétroaction spécifique favorise le processus de réparation du réseau neurologique endommagé après une lésion. En conséquence, la fonction moteurice peut être restaurée. "Les rétroactions sensorielles qui bouclent les fuseaux neuromusculaires sont donc un facteur clé dans le processus de récupération", explique Silvia Arber. Après une lésion de la moelle épinière, ces impulsions nerveuses continuent à fournir des informations au système nerveux central - même si les fonctions de transmission des informations entre le cerveau et la moelle épinière ne fonctionnent plus.


"Un déclencheur important pour le processus de récupération est l'information transmise à partir du muscle jusqu'au système nerveux central et non seulement l'information de haut en bas que le cerveau envoie vers les muscles", explique le chercheur Aya Takeoka. En outre, les chercheurs ont démontré que seule la fonctionnalité locomotrice de base pourrait être rétablie spontanément après une lésion. `


Les traitements doivent commencer par l'activation des fuseaux neuromusculaires


L'étude suggère que l'activation des fuseaux neuromusculaires est essentielle pour promouvoir le processus de récupération des réseaux neuronaux endommagés après une lésion de la moelle épinière. Ainsi, les approches thérapeutiques devraient viser à mobiliser intensivement les muscles, même passivement après une lésion. Plus les muscles sont intensément utilisés dans le processus de mouvement, plus les circuits de rétroaction des muscles sont stimulés. En appliquant ce principe, la réparation des circuits neuronaux et la récupération fonctionnelle motrice auront les meilleures chances de réussir.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




December 18, 2014


Trigger mechanism for recovery after spinal cord injury revealed


After an incomplete spinal cord injury, the body can partially recover basic motor function. So-called muscle spindles and associated sensory circuits back to the spinal cord promote the establishment of novel neuronal connections after injury. This circuit-level mechanism behind the process of motor recovery was elucidated by Prof. Silvia Arber's research group at the Biozentrum, University of Basel and the Friedrich Miescher Institute for Biomedical Research. Their findings may contribute to designing novel strategies for treatment after spinal cord injuries and have now been published in the journal Cell.
 
Spinal cord injuries often lead to chronically impaired motor function. However, patients with incomplete spinal cord injury can partially regain their basic motor ability under certain circumstances. It is believed that remaining uninjured spinal cord tissue provides a substrate to form new circuits bridging the injury. How this formation of new connections is triggered and promoted has remained unclear until now.


In collaboration with Prof. Grégoire Courtine's research group at the EPFL in Lausanne, the team of Prof. Silvia Arber at the Biozentrum at the University of Basel and the Friedrich Miescher Institute for Biomedical Research (FMI) has demonstrated in a mouse model why paralyzed limbs can move again after incomplete spinal cord injuries: A specific sensory feedback channel connected to sensors embedded within the muscles - so-called muscle spindles - promotes the functional recovery of the damaged neuronal circuits in the spinal cord.


Muscle spindle sensory feedback provides trigger signal for recovery


Limb movement activates sensory feedback loops from the muscle to the spinal cord. This specific feedback channel promotes the repair process of the damaged spinal network after injury. As a result, basic motor function can be restored. "The sensory feedback loops from muscle spindles are therefore a key factor in the recovery process," says Silvia Arber. After spinal cord injury, these nerve impulses keep providing information to the central nervous system - even when the transmission of information from the brain to the spinal cord no longer functions.


"An important trigger for the recovery process is the information conveyed from the muscle to the central nervous system and not only the top-down information the brain sends towards muscles," explains the first author Aya Takeoka. In addition, the researchers demonstrated that only basic locomotor functionality could be restored spontaneously after an injury. Fine locomotor task performance tested, however, remained permanently lost.


Treatments must start with activation of muscle spindles


The study suggests that activation of muscle spindles is essential to promote the recovery process of damaged neuronal networks after spinal cord injury. Thus, therapeutic approaches should aim to extensively use the muscles, even if passively after an injury. The more intensely muscles are used in the movement process, the more muscle spindle feedback circuits are stimulated. By applying this principle, the repair of neuronal circuits and the accompanying recovery of basic motor skills will have the best chances of succeeding.




Source : http://medicalxpress.com/news/2014-12-trigger-mechanism-recovery-spinal-cord.html

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne Gyzmo34

  • Webmaster d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3443
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Re : Un implant pour faire marcher les paralysés
« Réponse #91 le: 10 janvier 2015 à 14:11:07 »
N'est-on pas tous concernés ? Ma lésion incomplète m'immobilise les 4 membres depuis 23 ans et 2 bras c'est mieux que rien  :confused: NON !!!
POUR ADHÉRER A ALARME ? Il suffit de cliquer sur la bannière :azn:


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Re : Un implant pour faire marcher les paralysés
« Réponse #90 le: 10 janvier 2015 à 09:30:42 »
cet implant ne concernera que les lesions au niveau de la moelle thoracique.la moelle cervicale(mouvement des bras) et la moelle lombaire (mouvement des jambes)doivent etre intactes.d'apres le professeur courtine qui a eu l'amabilite de me repondre,une stimulation electrique et une stimulation chimique ajoutees a un entrainement intensif susciterait de nouvelles connesxions qui contourneraient le site de la lesion qui doit de fait etre incomplete ,ce qui est le cas dela majorite des lesions.

Hors ligne Arnaud

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 769
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Autre
  • Niveau de lésion: Flémard
Re : Un implant pour faire marcher les paralysés
« Réponse #89 le: 09 janvier 2015 à 13:14:49 »
Un autre article sur le sujet.

Un nouvel implant pour faire remarcher des rats


Composé de différentes couches de silicone - matériau élastique tout comme la dure-mère - l’e-dura accompagne les mouvements naturels de la moelle épinière et reste en place.

Un nouvel implant neuronal permet à des rats paralysés de remarcher ! Telle est la prouesse technologique qu’ont réalisé des scientifiques de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

L'annonce, publiée dans la dernière édition du magazine Science, est la suite – logique- des travaux de l’équipe suisse qui avait déjà beaucoup fait parler d’elle.  En effet, en 2012 l’équipe du chercheur Grégoire Courtine de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) parvenait à rétablir la locomotion de rats paraplégiques, en stimulant leur moelle épinière lésée de manière à la fois chimique et électrique et en les soumettant à un entraînement physique soutenu.

Pour s’intégrer parfaitement au tissu vivant, il en imite presque à l’ihttp://alarme.asso.fr/forum/Themes/default/images/bbc/italicize.gifdentique les propriétés mécaniques - Stéphanie Lacour

« Pour espérer appliquer cette technique à l’humain, il fallait imaginer un implant multifonctionnel, capable d’assurer ces stimulations chimique et électrique et pouvant être installé à long-terme sur la moelle épinière sans l’endommager», expose Stéphanie Lacour, chercheuse en neurotechnologies au Centre de Neuroprotheses de l’EPFL co-auteure de l’étude. Aujourd’hui, mission accomplie ! L’implant baptisé e-Dura est conçu pour s’appliquer précisément à la surface de la moelle ou du cerveau. « Pour s’intégrer parfaitement au tissu vivant, il en imite presque à l’identique les propriétés mécaniques, poursuit-elle.

DURE-MÈRE. « Il mime la dure-mère, c’est à dire cette membrane élastique et souple qui recouvre l’intérieur du crâne et de la colonne vertébrale pour protéger les neurones qu’ils contiennent.  C’est tout à fait nouveau». Jusqu’à présent, en effet, les implants neuronaux existant étaient plus rigides. « Les frottements contre les tissus nerveux entraînaient des inflammations, des tissus cicatriciels, des réactions immunes ou des rejets. » D’après la publication de Science, rien de tout cela n’arrive avec le nouvel implant.

L'implant accompagne les mouvements de la moelle épinière

Composé de différentes couches de silicone - matériau élastique tout comme la dure-mère - l’e-dura accompagne les mouvements naturels de la moelle épinière et reste en place. Testé deux mois sur des rats, il n’a pas été altéré et a maintenu son efficacité : « La stimulation chimique est assurée par des canaux microfluidiques qui délivrent des substances. Les stimulations électriques sont, elles, réalisées par des pistes électroniques étirables, faites d’or craquelé et des électrodes souples de 100 micromètres de diamètre d’un matériau nouveau (silicone et microbilles de platine). » Et les rats récupèrent la marche tout comme dans les expériences précédentes. L’objectif est à présent d’adapter cet implant à l’homme. Mais les matériaux étant nouveaux, leur autorisation d’utilisation pour des essais cliniques peut prendre plusieurs années.

Source :

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150109.OBS9590/un-nouvel-implant-pour-faire-remarcher-des-rats.html

 :smiley:

Saint Gabriel - Apporte bonnes nouvelles.

Hors ligne Arnaud

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 769
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Autre
  • Niveau de lésion: Flémard
Un implant pour faire marcher les paralysés
« Réponse #88 le: 09 janvier 2015 à 13:09:42 »
Un implant pour faire marcher les paralysés



Des chercheurs de l’EPFL ont mis au point un procédé pour raviver une moelle épinière lésée par stimulation électrique et chimique. La revue Science lui consacre un article.

Soyons clairs, le jour où un paraplégique pourra retrouver l’usage de ses jambes est encore loin. Toutefois, l’implant développé par deux chercheurs de l’EPFL est un pas supplémentaire dans cette direction. Le procédé, testé sur des rats paralysés, est une prouesse technologique à laquelle la prestigieuse revue Science consacre un article dans son dernier numéro.

L’implant neuronal e-dura est le fruit des travaux croisés de Grégoire Courtine, éminent spécialiste en réparation de la moelle épinière, qui a déjà fait marcher des rats paralysés, et de Stéphanie Lacour, titulaire de la chaire Bertarelli de technologie neuroprosthétique. E-dura, soit e pour «electronic» et dura pour «dure-mère», l’enveloppe protectrice du cerveau ou de la moelle. C’est sous celle-ci que vient se placer l’implant, au contact de la moelle.

Son principal avantage par rapport aux modèles existants? Sa souplesse, qui lui permet d’être fixée à long terme, sans endommager la moelle épinière: «Le matériel habituellement utilisé, plus rigide et cassant, ne réagit pas aux mouvements et distorsions des tissus nerveux, ce qui provoque régulièrement des frictions, des inflammations et des rejets de l’implant, explique Stéphanie Lacour. Pour e-dura, nous nous sommes inspirés de la dure-mère pour créer une structure plus élastique, qui épouse la moelle et s’adapte à ses mouvements.»

Pour l’heure, l’implant est relié au monde extérieur par une série de fils fixés sous la peau et reliés à un connecteur. Ceux-ci permettent d’amener un médicament et du courant à la surface de la moelle. Combinées, ces stimulations chimique et électrique permettent au rat de retrouver sa mobilité. Les pistes électriques, qui amènent le courant, sont en or craquelé et étirables à souhait. Les électrodes consistent en un composite totalement innovant de silicone et de platine. «L’étape suivante sera de se passer des fils, à l’image d’un pacemaker», continue la chercheuse. Les deux chercheurs ont la ferme intention de s’acheminer vers des essais cliniques sur l’homme, «ce qui n’interviendra probablement pas avant une décennie», prévient Stéphanie Lacour.

L’implant peut également être utilisé pour surveiller en direct les impulsions du cerveau. De la sorte, les chercheurs ont pu extraire avec précision l’intention motrice de l’animal avant qu’elle ne se traduise en mouvement. Ramené à l’homme, poursuit la chercheuse, «le potentiel d’application de ces implants est considérable, par exemple pour l’épilepsie, la maladie de Parkinson ou le traitement de la douleur».

Source :
http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/implant-marcher-paralyses/story/14423206

 :smiley:

Saint Gabriel - Apporte bonnes nouvelles.

Hors ligne Arnaud

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 769
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Autre
  • Niveau de lésion: Flémard
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #87 le: 20 décembre 2014 à 10:26:46 »
Merci Arnaud  :noel: :ok: :sm6:

De rien !  :wink:
 
 :smiley:
Saint Gabriel - Apporte bonnes nouvelles.

Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4595
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Re : Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #86 le: 19 décembre 2014 à 11:42:14 »
Merci Marc pour le partage de ce courriel, Prof Courtine prend le temps de jeter un œil pour savoir ce qui ce passe ici, et c'est bien! :noel: 
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

 

SMF spam blocked by CleanTalk