Auteur Sujet: Cellules souches embryonnaires...  (Lu 2891 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Cellules souches embryonnaires...
« le: 27 février 2005 à 13:50:14 »
Citer
Sciences de la vie

Des neurones moteurs de la moelle épinière issus de cellules souches

  L
es cellules souches embryonnaires sont prometteuses: elles recèlent l’étonnante capacité de se différencier en dizaines de cellules de l’organisme. Encore faut-il contrôler cette différentiation. En obtenant des neurones moteurs de la moelle épinière à partir de ces cellules souches embryonnaires humaines (CSEh), l’équipe de Su-Chun Zhang estime avoir franchi un pas important dans ce domaine.
Obtenir des neurones ayant une fonction bien précise à partir de CSE est encore un défi. Des neurones dopaminergiques ont déjà été produits. Zhang et ses collègues de l’Université de Wisconsin-Madison (USA) ont réussi à obtenir des motoneurones de la moelle épinière, des neurones qui permettent de faire circuler l’information entre le cerveau la moelle et qui sont indispensables à chaque mouvement de notre corps. Les chercheurs rapportent dans la revue Nature Biotechnology les tâtonnements qui leur ont finalement permis de trouver la délicate recette.
Primo : les motoneurones apparaissent tôt dans le développement de l’embryon. Il faut donc travailler à partir de cellules souches âgées d’environ 3 à 4 semaines seulement, estiment les auteurs. La fenêtre est étroite. Secundo : le développement de la cellule souche en motoneurone spinal passe par plusieurs étapes nécessitant différents milieux de culture bien précis.
En publiant leur recette, Zhang et ses collègues espèrent faire avancer des recherches qui permettront peut-être un jour de soigner des maladies comme la sclérose latérale amyotrophique. Cependant, de tels neurones ne seront pas testés sur l’homme avant des années, prévient Su-Chun Zhang. Son équipe doit désormais vérifier chez l’animal que ces motoneurones sont capables de se connecter avec d’autres cellules.
Cécile Dumas
(31/01/05)

Source : http://sciences.nouvelobs.com/sci_20050131.OBS7565.html
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk