Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - TDelrieu

Pages: [1] 2 3 ... 111
1
Citer
ONWARD reçoit une subvention du Conseil européen pour développer une technologie d'interface cerveau-moelle épinière

16 juin 2022

EINDHOVEN, Pays-Bas et LAUSANNE, Suisse--(BUSINESS WIRE)--ONWARD Medical, la société de technologie médicale qui crée des thérapies innovantes pour restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière (LME), annonce aujourd'hui avoir reçu une subvention du Conseil européen de l'innovation (EIC) pour soutenir le développement d'une technologie innovante d'interface cerveau- moelle épinière pour restaurer la mobilité et la fonction des membres supérieurs.

La subvention de 3,6 millions d'euros a été attribuée à ONWARD et à ses partenaires de recherche : l'EPFL, l'une des principales institutions de recherche en neurosciences au monde ; CEA-Clinatec, le Centre de Recherche Biomédicale Edmond J. Safra co-fondé par le Professeur Alim-Louis Benabid, leader des dispositifs médicaux pour le diagnostic et le traitement des maladies neurodégénératives et du handicap moteur ; et Sint Maartenskliniek, un important centre de réadaptation pour LME aux Pays-Bas. Le projet s'intitule "Interfaces cerveau- moelle épinière pour inverser la paralysie des membres supérieurs et inférieurs". Selon les termes du prix, ONWARD recevra 1,2 million d'euros.

Le consortium utilisera le produit de la subvention pour financer l'intégration entre la thérapie ARCIM d'ONWARD, qui fournit une stimulation ciblée et programmée de la moelle épinière, et WIMAGINE de Clinatec, un dispositif entièrement implantable approuvé pour une utilisation dans des essais cliniques dans deux pays européens, qui enregistre et décode le signal cortical du cerveau pour prédire les intentions de mouvement souhaitées d'une personne. Le consortium mènera également deux études de faisabilité clinique à l'aide de son système BSI, évaluant son utilisation pour le contrôle et la rééducation des membres supérieurs et inférieurs, et incluant deux participants par étude. Enfin, des cliniciens de Sint-Maartenskliniek donneront leur avis sur l’ergonomie du système. Le produit final est un ensemble de spécifications système pour un système BSI commercialement viable pour les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.

« Cette subvention de l'EIC valide la position d'ONWARD en tant que leader dans le domaine émergent des technologies d'interface cerveau- moelle épinière », a déclaré Dave Marver, PDG d'ONWARD. « En combinaison avec l'option des droits de propriété intellectuelle obtenue de l'EPFL en mars, nous avons maintenant des éléments fondamentaux en place pour développer et lancer l'utilisation de la technologie BSI pour aider les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.»

Pour en savoir plus sur la thérapie ARC d'ONWARD et sur la vision de la société pour restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, veuillez visiter ONWD.com


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


ONWARD Awarded European Innovation Council Grant to Develop Brain-Spine Interface Technology

June 16, 2022

EINDHOVEN, the Netherlands & LAUSANNE, Switzerland--(BUSINESS WIRE)--ONWARD Medical N.V. (Euronext: ONWD), the medical technology company creating innovative therapies to restore movement, independence, and health in people with spinal cord injury (SCI), today announces it has been awarded a grant from the European Innovation Council (EIC) to support the development of an innovative Brain-Spine Interface technology for restoring mobility and upper limb function.

The EUR 3.6M grant was awarded to ONWARD and its research partners: EPFL, one of the world’s preeminent neuroscience research institutions; CEA-Clinatec, the Edmond J. Safra Biomedical Research Centre co-founded by Professor Alim-Louis Benabid, a leader in medical devices for the diagnosis and treatment of neurodegenerative diseases and motor disabilities; and Sint Maartenskliniek, a leading rehabilitation center for SCI in the Netherlands. The project is entitled, “Brain-Spine Interfaces to Reverse Upper- and Lower-limb Paralysis”. Under the terms of the award, ONWARD will receive EUR 1.2M.

The consortium will use the grant proceeds to fund integration between ONWARD’s ARCIM Therapy, which delivers targeted, programmed stimulation of the spinal cord, and Clinatec’s WIMAGINE, a fully-implantable device approved for chronic use in clinical trials in two European countries, which records and decodes the brain's cortical signal to predict a person's desired movement intentions. The consortium will also conduct two clinical feasibility studies using their BSI system, assessing its use for upper- and lower-limb control and rehabilitation, and including two participants per study. Lastly, clinicians from Sint-Maartenskliniek will provide feedback on the usability of the system. The final deliverable is a set of system specifications for a commercially-viable BSI system for people with spinal cord injuries.

“This grant from the EIC validates ONWARD’s position as a leader in the fast emerging realm of Brain-Spine Interface technologies”, said Dave Marver, CEO of ONWARD. “In combination with the IP rights option obtained from EPFL in March, we now have foundational elements in place to develop and pioneer the use of BSI technology to help people with spinal cord injuries.”

To learn more about ONWARD’s ARC Therapy and the company’s vision to restore movement, independence, and health in people with spinal cord injuries, please visit ONWD.com.


https://www.businesswire.com/news/home/20220616005578/en/ONWARD-Awarded-European-Innovation-Council-Grant-to-Develop-Brain-Spine-Interface-Technology

2
Exprimez-vous ! / Revenir à pied par la Chine… !
« le: 16 juin 2022 à 11:50:33 »
https://www.verticalcombat.fr/page/1364155-paul-et-son-projet

Citer
La technique de l'implantation de "graisse activée" mise au point par l'Université de Milan après plusieurs années de recherches financées par Neurogel en Marche est actuellement la plus concluante de par les résultats obtenus sur l’homme en 2019. En première intention, Paul espère donc pouvoir participer à ce protocole.

3
Livres, théatre, cinéma... / Téléfilm "Handi Gang"
« le: 23 mai 2022 à 10:57:48 »
J'ai vraiment pas de problème avec "les gens" 

Moi pareil !  :icon_smile:

4
De toute façon, la seule technique de Neurostimulation de la moelle épinière qui est passée par les étapes de validation clinique et qui s'applique en Suisse, c'est la Neurostimulation implantée du Pr. Grégoire Courtine :

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04697472

https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT05111093

5
Une précision : je ne me prononce évidemment pas sur son témoignage sur l'Ukraine et le régiment Azov. En revanche, il confirme l'information que j'avais vue sur le communiqué de l'IRME concernant l'implantation de patients blessés médullaires avec des Neuro-stimulateurs (prévue en juin, selon ce qu'il dit) pour vérifier une éventuelle récupération.

https://www.irme.org/neurostimulation-adrien-bocquet-patient-expert-de-lirme/

6
Je relaie l'information. Ensuite, à chacun de se faire une opinion librement.

Comme il est précisé ici : http://alarme.asso.fr/forum/index.php/topic,3616.0.html

Citer
Nous tenons à rappeler à tous nos lecteurs que l'association ALARME ne recommande pas aux patients blessés médullaires de participer aux procédures expérimentales décrites dans cette section et sous-sections "Thérapies expérimentales". Nous publions ces informations sur les thérapies experimentales, positives ou négatives, à titre informatif. Ensuite, chacun doit décider de lui-même. Mais il convient toujours de rester prudent et de se renseigner de façon complète, notamment sur le rapport bénéfice/risque, avant de s'engager dans une thérapie expérimentale non-prouvée et payante !

7
Le témoignage d'Adrien Bocquet, ex-jeune paraplégique qui remarche grâce à des neurostimulateurs médullaires implantés qui sont utilisés à la base contre les douleurs.

Voici le lien où Adrien Bocquet est interviewé par André Berkoff (Sud Radio) :
https://www.youtube.com/watch?v=ZoKnhXnp-Zk

et le lien facebook de son association Handjeuns :
https://www.facebook.com/Handjeuns-2497545890471479

8
Citer

https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT05111093


Expérimental : Tous les participants recevront le système expérimental ARC-IM

Dispositif : Implantation d'une sonde de stimulation au niveau thoracique bas de la moelle épinière et implantation d'un neurostimulateur dans la région abdominale.

Critère d'intégration :
- 18 à 70 ans
- Doit signer le consentement éclairé avant toute procédure liée à l'étude
- Niveau lésionnel médullaire compris entre C3 et T6 (inclus)
- LME ≥ 1mois
- Condition médicale, physique et psychologique stable telle que considérée par les enquêteurs
- Capable de comprendre et d'interagir avec l'équipe d'étude clinique en français ou en anglais

Contact : Prof. Gregoire Courtine +41 21 69 30762 gregoire.courtine@epfl.ch   

CHUV
Lausanne, Vaud, Switzerland, 1011
Contact: Dr. Bloch Jocelyne     


9
Citer
ONWARD annonce le premier recrutement de patients dans l'étude HemON et la première utilisation chez l'homme de son neurostimulateur implantable ARCIM

Lundi 9 mai 2022

Ce premier implant est une étape majeure dans le développement de la technologie ONWARD de neurostimulation implantable pour aider les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière

EINDHOVEN, Pays-Bas et LAUSANNE, Suisse--(BUSINESS WIRE)--ONWARD Medical, la société de technologie médicale qui crée des thérapies innovantes pour restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière (LME), annonce aujourd'hui le premier recrutement de patients dans l'étude HemON et la première utilisation chez l'homme du générateur d'impulsions implantable ARCIM (IPG) de la société, conçu pour stimuler la moelle épinière afin de restaurer le mouvement et la fonction autonome des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière et d'autres conditions qui affectent la mobilité.

"L'ARCIM IPG d'ONWARD offre aux chirurgiens une précision et une flexibilité jamais disponibles auparavant pour un neurostimulateur implantable", a déclaré le Dr Jocelyne Bloch, chef de la neurochirurgie fonctionnelle au Centre hospitalier universitaire de Lausanne (CHUV) en Suisse. "Les cliniciens pourront tirer parti de ces capacités avancées pour affiner et proposer des thérapies de stimulation épidurale aux personnes atteintes de lésions de la moelle épinière."

L'ONWARD ARCIM IPG a été spécialement conçu pour fournir une stimulation électrique ciblée à la moelle épinière dans les zones précises responsables du déclenchement ou du contrôle des mouvements et des fonctions autonomes qui peuvent être affectées par une lésion de la moelle épinière ou un trouble neurodégénératif. L'IPG est conçu pour fonctionner en boucle fermée, incorporant des données provenant de capteurs ou d'autres dispositifs qui peuvent être déployés à l'intérieur ou à l'extérieur du corps. Il est également conçu pour une thérapie via une sonde ARCIM associée avec précision et flexibilité, permettant aux cliniciens d'appliquer une stimulation biomimétique qui peut reproduire fidèlement les schémas d'activité normaux de la moelle épinière pendant la mobilité ou la fonction autonome.

L'étude HemON (NCT05111093) vise à évaluer l'innocuité et l'efficacité préliminaire de la thérapie ARCIM pour améliorer la gestion de la pression artérielle et le contrôle du tronc chez les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière qui souffrent d'hypotension orthostatique, caractérisée par une pression artérielle basse qui peut survenir lorsque les personnes se mettent debout ou changent de position. L’hypotension orthostatique a été observée chez environ 75 % des personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière. HemON recrutera jusqu'à 16 participants au CHUV de Lausanne, en Suisse.

"Le premier implant de notre ARCIM IPG est une étape importante pour ONWARD et la communauté des blessés médulaires", a déclaré Dave Marver, PDG d'ONWARD. « Cette réalisation importante valide notre vision d'un avenir dans lequel les cliniciens n'auront plus besoin de se débattre avec des stimulateurs de douleur modifiés pour explorer de nouveaux traitements et pourront à la place utiliser des appareils et des thérapies conçus spécifiquement pour traiter les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière avec leurs besoins uniques.”

Pour en savoir plus sur la thérapie ARC d'ONWARD et sur la vision de la société pour restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, veuillez visiter ONWD.com


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


ONWARD Announces First Patient Enrollment in HemON Study and First-in-Human Use of its ARCIM Implantable Neurostimulator

Monday, May 9, 2022

This first implant is a major milestone in ONWARD’s successful development of implantable neurostimulation technology to help people with spinal cord injury

EINDHOVEN, the Netherlands & LAUSANNE, Switzerland--(BUSINESS WIRE)--ONWARD Medical N.V. (Euronext: ONWD), the medical technology company creating innovative therapies to restore movement, independence, and health in people with spinal cord injury (SCI), today announces the first patient enrollment in the HemON Study and first-in-human use of the Company’s ARCIM implantable pulse generator (IPG), designed to stimulate the spinal cord to restore movement and autonomic function for people with spinal cord injury and other conditions that affect mobility.

“ONWARD’s ARCIM IPG offers surgeons precision and flexibility never before available in an implantable neurostimulator,” said Dr. Jocelyne Bloch, Chief of Functional Neurosurgery at Switzerland’s Lausanne University Hospital (CHUV). “Clinicians will be able to leverage these advanced capabilities to refine and deliver epidural stimulation therapies for people with spinal cord injury.”

The ONWARD ARCIM IPG was purpose-designed to deliver targeted electrical stimulation to the spinal cord in the precise areas responsible for triggering or controlling movement and autonomic functions that may be affected by a spinal cord injury or neurodegenerative disorder. The IPG is designed to operate in closed-loop, incorporating data from sensors or other devices that may be deployed inside or outside the body. It is also designed to deliver therapy through an associated ARCIM lead with precision and flexibility, allowing clinicians to apply biomimetic stimulation that can closely replicate normal spinal cord activity patterns during mobility or autonomic function.

The HemON Study (NCT05111093) aims to evaluate the safety and preliminary efficacy of ARCIM Therapy to improve blood pressure management and trunk control in people with spinal cord injury who suffer from orthostatic hypotension, which is characterized by debilitatingly low blood pressure that may occur when people sit upright, stand, or change body position. Orthostatic hypotension has been observed in approximately 75% of people with spinal cord injury. HemON will enroll up to 16 participants at CHUV in Lausanne, Switzerland.

“The first implant of our ARCIM IPG is a huge milestone for ONWARD and the SCI community,” said Dave Marver, CEO of ONWARD. “This important achievement validates our vision for a future in which clinicians will no longer need to struggle with modified pain stimulators to explore new treatments and instead will be able to use devices and therapies designed specifically to treat people with spinal cord injury and their unique needs.”

To learn more about ONWARD’s ARC Therapy and the company’s vision to restore movement, independence and health in people with spinal cord injury, please visit ONWD.com.
 

10
Citer
L’Université de Kyoto envisage de fournir des cellules iPS génétiquement modifiées à partir de 2023

17 avril 2022

Une fondation de l'Université de Kyoto se prépare à fournir des cellules souches pluripotentes induites, ou cellules iPS, à usage médical à partir de mars prochain, en utilisant des cellules présentant un risque réduit de rejet de greffe grâce à l'outil d'édition de gènes CRISPR, a déclaré dimanche un responsable de la fondation.

La Fondation CiRA, une émanation du Centre de recherche et d'application sur les cellules iPS de l'université, prévoit d'augmenter les types de cellules iPS dont elle dispose, en vue d'augmenter le stock de cellules qui correspondent à presque tous les Japonais et à 95 % de la population mondiale.

La fondation basée à Kyoto a déjà développé des cellules iPS en utilisant du sang de donneurs qui ont des types d'immunité qui les rendent moins sujets aux rejets de greffe, et ces cellules ont commencé à être utilisées en médecine régénérative dans les universités et les institutions médicales.

Mais de telles cellules peuvent être transplantées chez 40 % des Japonais. Pour rendre les cellules iPS compatibles avec plus de personnes, la fondation s'est efforcée de développer des cellules iPS avec de nouveaux types d'immunité en utilisant CRISPR-Cas9, et d'augmenter leur stock.

Jusqu'à présent, cependant, la fondation n'a pas été en mesure de créer des cellules qui répondent à son objectif de qualité, elle prévoit donc de travailler sur de nouvelles cellules en juin.

"Nous espérons fournir des cellules dont beaucoup de gens pourraient dire qu'ils sont heureux d'avoir utilisé", a déclaré Masayoshi Tsukahara, directeur du centre de recherche et développement de la fondation.

Théoriquement, s'il existe des cellules iPS de sept types d'immunité, cela couvrirait presque tous les Japonais. S'il y a 12 types, cela couvrirait 95% de la population mondiale.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Kyoto University eyes providing gene-edited iPS cells from 2023

Apr 17, 2022

A Kyoto University foundation is preparing to provide induced pluripotent stem cells, or iPS cells, for medical use from next March, using cells that have the reduced risk of transplant rejection thanks to the gene-editing tool CRISPR, a foundation official said Sunday.

The CiRA Foundation, an offshoot of the university's Center for iPS Cell Research and Application, plans to increase the types of iPS cells it has, with the view to increasing the stock of cells that match nearly all Japanese and 95 percent of the world's population.

The Kyoto-based foundation has already developed iPS cells using blood from donors who have types of immunity that make them less prone to transplant rejections, and those cells have begun being used in regenerative medicine at universities and medical institutions.

But such cells can be transplanted to 40 percent of Japanese. To make iPS cells compatible with more people, the foundation has been working to develop iPS cells with new immunity types using CRISPR-Cas9, and to increase their stock.

So far, however, the foundation has not been able to create cells that meet its quality goal, so it plans to work on new ones in June.

"We hope to provide cells that many people would be able to say they are glad to have used," said Masayoshi Tsukahara, director of the foundation's Research and Development Center.

Theoretically if there are iPS cells of seven immunity types, that would cover nearly all Japanese. If there are 12 types, that would cover 95 percent of the world's population.


Source : https://english.kyodonews.net/news/2022/04/fdad83e18082-kyoto-university-eyes-providing-gene-edited-ips-cells-from-2023.html

11
Essais cliniques en cours / Neuroplast
« le: 01 avril 2022 à 11:43:49 »
Tous les essais cliniques en cours sont listés ici : http://alarme.asso.fr/forum/index.php?board=460.0

12
Essais cliniques en cours / Neuroplast
« le: 31 mars 2022 à 10:32:25 »
Effectivement, ce sera un traitement pour les lésions aiguës.

13
Essais cliniques en cours / Neuroplast
« le: 30 mars 2022 à 14:56:35 »
La biotechnologie des cellules souches Neuroplast recrute le premier patient dans l'essai clinique de phase II du traitement Neuro-Cells® pour les lésions traumatiques de la moelle épinière

29 mars 2022

GELEEN, Pays-Bas, 29 mars 2022 /PRNewswire/ -- Neuroplast, une biotechnologie néerlandaise au stade clinique, qui se concentre sur les traitements cellulaires des maladies neurodégénératives, a recruté son premier patient dans un essai clinique de phase II pour évaluer l'efficacité de son traitement Neuro-Cells® qui vise à prévenir d'autres dommages au système nerveux central après avoir subi une lésion traumatique aiguë de la moelle épinière (TSCI). L'essai est mené en collaboration avec l'hôpital Nacional de Parapléjicos de Tolède, en Espagne. Récemment, Neuroplast a annoncé des résultats cliniques positifs de phase I avec Neuro-Cells® pour le traitement des TSCI et a également obtenu 10 millions d'euros (11,5 millions de dollars) pour l'obtention de l'autorisation de mise sur le marché conditionnelle de l'EMA.

Chaque année, environ 29 000 personnes en Europe et aux États-Unis souffrent de TSCI aigus, pour lesquels un traitement efficace n'est actuellement pas disponible. Les patients souffrent généralement d'une invalidité et d'une dépendance à vie, avec un impact négatif sur la qualité de vie. En outre, les coûts associés pour la société dans son ensemble sont estimés à plus de 11,4 milliards d'euros (13 milliards de dollars) par an.

Dans le but de redonner une perspective aux personnes souffrant de maladies neurodégénératives, Neuroplast a développé Neuro-Cells®, un traitement qui utilise les propres cellules souches du patient pour prévenir une (nouvelle) perte de fonction pendant la phase aiguë après avoir subi des dommages à la moelle épinière, pour préserver la fonction, la mobilité et l'indépendance. Une telle combinaison de a) traitement autologue et b) application intrathécale dans c) un contexte aigu est ce qui rend Neuro-Cells® unique.

Étude internationale multicentrique randomisée et contrôlée contre placebo

L'essai clinique de phase II est mené par les chercheurs principaux le Dr. Antonio Oliviero et le professeur Jörg Mey de l'hôpital Parapléjicos de Tolède, en Espagne.

L'étude est un essai randomisé et contrôlé par placebo, avec une conception croisée d'intervention précoce et tardive. Le groupe d'intervention reçoit des Neuro-Cells® dans la phase subaiguë après avoir subi un traumatisme, avec un suivi de six mois sur leurs critères d'évaluation principaux. Le groupe placebo recevra un placebo dans un premier temps, mais sera traité avec Neuro-Cells® après la période de suivi initiale de six mois. Le suivi à multiples facettes pour les deux groupes comprend des mesures de résultats standardisées et validées sur la fonction motrice et sensorielle et de multiples mesures du sang et du liquide céphalo-rachidien.

Le Dr. Antonio Oliviero, chercheur principal à l'hôpital Nacional de Parapléjicos de Toledo, en Espagne, déclare : "Après avoir travaillé dans le domaine des lésions de la moelle épinière pendant près de vingt ans, je suis heureux de contribuer à établir le rôle de la greffe de cellules dans la récupération fonctionnelle des personnes atteintes de lésions médullaires. Je suis ravi de faire partie de cette nouvelle étape de la recherche, avec Neuroplast."

L'essai impliquera 16 patients qui seront inclus six à huit semaines après avoir subi un traumatisme à la moelle épinière.

L'essai est mené sous l'approbation officielle des comités d'éthique médicale espagnol et danois Comité de Ética de la Investigación con medicamentos (CEIm) et National Videnskabsetisk Komité (NVK) et des autorités compétentes Agencia Espańola de Medicamentos y Productos Sanitarios (AEMPS) et du Danemark Agence du médicament. Ces autorités ont approuvé une approche combinée Phase II/III. Cela permet une voie plus rapide vers le marché grâce à des économies de temps et à un nombre réduit de patients à étudier.

14
https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03935321?term=NISCI&recrs=ab&rank=1

Description de l'essai clinique :

Le but de l'essai NISCI est de tester si une thérapie par anticorps (anti Nogo-A) peut améliorer les mouvements et la qualité de vie des patients tétraplégiques. Un essai précédent a montré que ce traitement est sûr et bien accepté. Il s'agit d'une étude multicentrique, contrôlée par placebo, randomisée, en double aveugle visant à évaluer l'innocuité, la tolérabilité, la faisabilité et l'efficacité préliminaire d'un traitement précoce (dans les 4 à 28 jours suivant la blessure) par injections répétées de bolus de NG-101 chez des patients atteints de lésions médullaires cervicales aiguës. L'étude comporte 3 phases : la phase de dépistage/référence, la phase de traitement et une phase de suivi.
La conception de l'essai clinique permettra le recrutement simultané de patients atteints d'une lésion médullaire complète ou incomplète. L'inscription et la stratification des patients sont basées sur une prédiction individualisée des résultats des membres supérieurs.

Pour plus d'informations, veuillez visiter le site Web de l'essai NISCI : https://nisci-2020.eu


Contact: Andrea Prusse, SC   +41 44 386 59 70   nisci@balgrist.ch    
Contact: Iris Krüsi, SN   +41 44 510 72 22   nisci@balgrist.ch   


15
Qui sommes nous ? / Rapport Annuel et Appel aux dons 2022
« le: 22 mars 2022 à 11:43:32 »
Chers Adhérents et donateurs de l’association ALARME,

Le Conseil d'Administration annuel (cf. Art. 6 des nouveaux statuts) qui s’est tenu le 16 mars 2022 a défini le programme de l’association.

Afin de soutenir les recherches du Dr. Mark Anderson pour les lésions complètes de la moelle épinière, sous la direction du Pr. Grégoire Courtine à l’EPFL, le Conseil d'Administration d'ALARME a décidé d’accorder à nouveau une subvention de 20 000 euros au projet de recherche : « Stratégie de réparation de populations neuronales spécifiques après une lésion de la moelle épinière ».

Son équipe de recherche est parvenue à induire une régénération massive des fibres nerveuses sur de très longues distances suite à des lésions complètes. Cela a conduit à un degré surprenant de récupération fonctionnelle. Le projet de recherche en 2022 du Dr. Mark Anderson permettra une récupération plus complète de la marche après une lésion anatomiquement complète.

Vous trouverez en documents le "Rapport Annuel" avec le bilan moral et financier

Cliquez sur ce lien pour un don en ligne : http://alarme.asso.fr/cat/alarme-asso-frp35adherer/

Au nom de tous les membres du Conseil d’Administration d'ALARME, je vous remercie de rester fidèles à notre cause.
 
Thierry DELRIEU
Président d’ALARME

16
Exprimez-vous ! / Il nous a quitté ...
« le: 25 février 2022 à 14:21:00 »
Effectivement, Éric nous a quitté. C'est une bien triste nouvelle pour tous les habitués du forum de l'association ALARME  :icon_cry:

Nous avons fait le geste de faire livrer un bouquet de fleurs blanches directement à l'église pour la cérémonie avec ces mots :

"Eric comptait parmi les fidèles d'ALARME, ses messages sur le forum, toujours bienveillants et sa bonne humeur vont nous manquer...
Nous tenons à vous exprimer toutes nos condoléances.
Anne-Sophie, Gilles, Marc et Thierry, administrateurs d'ALARME"




17
Citer
Quand la science fait remarcher les paraplégiques

L’École polytech­nique fédérale de Lausanne (EPFL) a développé un essai clinique sur les paraplégiques et la moelle épinière, dont a bénéficié Michel Roccati, l’un des trois premiers patients opérés.

Pas à pas, s’approche ce qui relevait du miracle il y a quelques décennies: permettre à des personnes devenues paraplégiques suite à une lésion de la moelle épinière, de sortir de leur fauteuil roulant pour retrouver les joies de la marche autonome…

En Suisse, une équipe dirigée par Grégoire Courtine, neuroscientifique à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et Jocelyne Bloch, neurochirurgienne au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), décrit dans la revue Nature Medicine comment trois patients atteints d’une lésion complète de la moelle sont devenus capables de marcher, nager, se tenir debout et contrôler leur tronc, grâce à 16 électrodes implantées en arrière de la moelle épinière, au contact de la méninge, pour envoyer sur demande des impulsions électriques faisant se contracter les muscles.

Là ne réside pas la première: développée à la fin des années 1960 pour traiter la douleur neuropathique, la stimulation électrique épidurale a tôt montré ses capacités à restaurer une activité musculaire. D’abord par hasard: en 1973, une équipe américaine rapporte une amélioration du contrôle des membres et de la position assise chez une patiente partiellement paralysée à cause d’une sclérose en plaques et implantée pour traiter des douleurs chroniques. D’autres observations suivent, mais «la capacité de la stimulation électrique de la moelle épinière à améliorer la fonction motrice après une paralysie n’a pas été immédiatement comprise», notaient en octobre des auteurs américains dans Bioelectronic Medicine .

Un retour de la marche «en une heure»

En 2018, plusieurs équipes (deux aux États-Unis, puis celle de Lausanne) avaient fait remarcher, après plusieurs mois d’entraînement intensif, des personnes atteintes d’une lésion totale ou complète de la moelle épinière. Mais Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch poussent la prouesse encore un peu plus loin en permettant un retour de la marche «en une heure» après le début de la stimulation, chez des lésés médullaires complets…

Leur secret: plutôt que de détourner des palettes d’électrodes conçues pour traiter la douleur, les chercheurs ont développé avec la société Onward un réseau d’électrodes «précisément positionnées pour cibler les bonnes structures nerveuses, pour activer les muscles du tronc et des jambes, indique Grégoire Courtine. Le champ d’électrodes est plus long et plus large, ce qui nous permet d’être très spécifiques dans la stimulation d’un muscle», sans stimuler involontairement son «jumeau» latéral.

Une IRM réalisée avant l’opération, puis des tests au décours de la chirurgie, permet d’adapter le plus exactement possible le positionnement des électrodes à la morphologie du patient, et les chercheurs ambitionnent de constituer une «bibliothèque» de champs d’électrodes, pour que le chirurgien puisse choisir la plus adaptée à son patient.

Un large essai clinique aux États-Unis

Les électrodes envoient des impulsions sur l’ordre d’un pacemaker implanté dans l’abdomen. Il est piloté via une antenne placée à la ceinture, par une tablette équipée de programmes reproduisant des schémas d’activation musculaire qui permettent la marche, la nage, le vélo, etc. Michel Roccati, l’un des trois premiers patients opérés, est désormais capable de se tenir debout pendant plus de deux heures, de marcher un kilomètre sans s’arrêter, et même… de monter des marches!

Neuf patients au total sont passés entre les mains de Jocelyne Bloch et un large essai clinique doit être mené aux États-Unis pour valider l’efficacité de la technologie. «La FDA (autorité régulatrice américaine, NDLR) nous a accordé un statut d’innovation de rupture, ce qui signifie que si les essais cliniques fonctionnent, la technologie sera prise en charge», se réjouit Grégoire Courtine.

Un système complexe à utiliser

Mais tout n’est pas encore gagné. La marche est une symphonie complexe, et «la difficulté qu’ont toutes les équipes est de gérer l’équilibre, explique le Pr Stephan Chabardès, chef du service de neurochirurgie du CHU de Grenoble et directeur médical du centre de recherche biomédicale Clinatec, qui collabore avec l’EPFL. La marche, c’est une succession de périodes instables, rendue possible par le retour d’informations qui permet au cerveau de savoir à tout moment où se situe le pied, si le genou est fléchi, etc.» Certains patients de l’EPFL disent avoir quelques sensations lorsque la stimulation est enclenchée (sentir le sol sous leur pied ou la contraction d’un muscle…), mais pas assez pour s’affranchir d’un déambulateur. (…)

L’équipe de Lausanne va aussi s’atteler à traiter des patients plus précocement. «Pour être inclus dans cette étude, la lésion médullaire devait avoir plus d’un an, car nous voulions être sûrs qu’elle était stabilisée et que les patients avaient atteint un plateau dans la récupération», a précisé Jocelyne Bloch lors d’une conférence de presse. Mais tout laisse à penser qu’agir plus tôt améliorerait l’efficacité du dispositif. «Nous l’avons prouvé chez l’animal.»

Quant à véritablement guérir la paraplégie, cela reste pour le moment un mirage. Dans Advanced Science , une équipe israélienne explique avoir réparé la moelle de souris avec des neurones dérivés de cellules souches pluripotentes induites. «Régénérer la moelle, cela fait des années que ça marche chez le rat, mais on n’y arrive pas chez l’homme», nuance le Pr Chabardès. La neurostimulation par électrodes laisse en revanche entrevoir un espoir: traités très précocement, des patients atteints de lésions incomplètes pourraient avoir une véritable récupération fonctionnelle, leur permettant de marcher à nouveau sans le support d’une stimulation électrique…


Source : https://www.lefigaro.fr/sciences/quand-la-science-fait-remarcher-les-paraplegiques-20220207


18
Citer
Un nouvel implant fait remarcher trois paraplégiques en moins d'un mois

07.02.2022

Trois nouveaux patients paralysés des jambes et du tronc inférieur bénéficient avec succès de la stimulation électrique de leur moelle épinière pour remarcher, faire du vélo, nager... Grâce à de nouvelles électrodes, les équipes du CHU Vaudois et de l'EPFL confirment les espoirs fous placés dans cette neurotechnologie.

Un nouvel implant fait remarcher les paraplégiques

Trois nouveaux patients paraplégiques ont retrouvé l’usage de leurs jambes grâce à la stimulation électrique de leur moelle épinière. Complètement paralysés de la partie inférieure du tronc et des jambes depuis des années, il leur a suffi de moins d’un mois après l’intervention chirurgicale pour se tenir debout, marcher, faire du vélo, nager et contrôler les mouvements du tronc… Avec l’annonce de cette nouvelle prouesse, les équipes suisses de la neurochirurgienne Jocelyne Bloch au CHU Vaudois et Grégoire Courtine à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) transforment l’essai publié trois ans plus tôt, en octobre 2018, qui avait déjà conduit trois paralytiques à recouvrer l’usage de leurs jambes au prix d’une rééducation intense.

"Les tout premiers pas ont été vraiment incroyables, inespérés !"

Cette nouvelle étude publiée dans Nature Medicine confirme tout le potentiel de cette neurotechnologie. Elle consiste à disposer des électrodes au millimètre près sur la moelle épinière, au niveau de la lésion, chacune située près des racines nerveuses des jambes et du tronc. Connectées à un neurostimulateur implanté dans l’abdomen, les électrodes s’activent selon des programmes d’aide aux mouvements (lever, baisser la jambe gauche ou droite). L’activité électrique délivrée stimule ainsi les zones où subsistent des cellules nerveuses fonctionnelles pour que le courant se remette à circuler.

"Lorsque j’ai pu sentir à nouveaux mes membres, quelques jours seulement après l’intervention chirurgicale, c’était vraiment très émouvant", témoigne Michel Roccati, trentenaire devenu paraplégique à la suite d’un accident de moto en 2017. C’est lui qui contacte l’équipe de Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch après leur annonce retentissante de 2018, avec l’espoir d’intégrer la suite de leurs essais. Chose faite dès l’été 2020 au cours duquel les électrodes et le neurostimulateur sont installés. "Les tout premiers pas ont été vraiment incroyables, inespérés ! se remémore Michel Roccati. Je m’entraîne énormément depuis plusieurs mois. Je fixe mes objectifs. Je peux même monter et descendre des escaliers. Je pense pouvoir franchir 1 km d’ici le printemps." Mieux encore, lui et les deux autres personnes sont même en mesure de se tenir debout ou de réaliser des mouvements sans la stimulation électrique. "Ils sont moins endurants bien sûr, précise Grégoire Courtine, mais c’est un grand motif de satisfaction, car cela signifie que la stimulation est capable de restaurer en partie les fonctions motrices au-delà de l'activation électrique temporaire."

Un nouvel implant plus efficace

La nouveauté cette fois réside dans le type d’implant utilisé. Un "patch" d’électrodes plus long et plus large d'environ 7 cm de long pour 1,5 cm de large, permettant de couvrir plus de surface sur la moelle épinière. "Avec des électrodes disposées de manière à les faire correspondre précisément aux racines nerveuses qui nous permettent d’accéder aux neurones qui contrôlent les muscles", précise Jocelyne Bloch.

Autre innovation : les schémas d’activation ont été personnalisés pour chaque patient traité et pour différents types de mouvements. C’est ce qui a permis cette fois une récupération des mouvements moteurs quelques heures seulement après l’activation de l’implant. "Les nouveaux implants souples que nous plaçons sous les vertèbres au contact de la moelle épinière sont capables de moduler les neurones qui régulent l’activité de groupes musculaires précis. On peut ainsi activer la moelle épinière comme le cerveau le ferait naturellement", développe Grégoire Courtine.

L’équipe démontre ainsi que ses algorithmes de stimulation personnalisés s’avèrent plus précis et efficaces, avec une plus grande diversité d’activités motrices, le tout sur des lésions de la moelle plus sévères. Concrètement, le patient commande son implant grâce à deux petites télécommandes fixées à son déambulateur. Les stimulations électriques spécifiques à l'activité souhaitée (se lever, marcher, pédaler, etc.) sont sélectionnées sur une tablette sans fil, et générées par le pacemaker implanté dans l’abdomen. Si les mouvements ont été possibles dès la première séance, des mois d'entraînements quotidiens restent nécessaires pour faire progresser la mobilité. Les trois patients présentés dans cet essai ont pu utiliser le dispositif en dehors des salles de rééducation pour s'offrir des séances de marche dans Lausanne ou pour boire un verre debout avec des amis.

"Bien sûr, nous n'en sommes pas encore au stade où ils seraient pleinement autonomes pour se lever le matin par exemple après avoir attrapé leur tablette sur leur table de chevet, mais c'est une perspective bien réelle désormais", explique Grégoire Courtine qui imagine déjà ses patients équipés de montres intelligentes permettant de commander l'implant. "Nous allons pouvoir transformer ces travaux de recherche en de véritables traitements dont pourront bénéficier des milliers de personnes de par le monde", promet-il. Reste à multiplier les essais pour accumuler les données scientifiques qui permettront aux agences de santé d'autoriser un jour ce traitement. A ce jour, les candidats sont nombreux à contacter les équipes dans l'espoir de remarcher, mais peu d'entre eux encore peuvent prétendre remplir les critères d'inclusions aux études.


Source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/os-et-muscles/un-nouvel-implant-fait-remarcher-trois-paraplegiques-en-moins-d-un-mois_161225#xtor=EPR-1

19
Fauteuils roulants / Système de freinage dynamique
« le: 07 février 2022 à 10:53:50 »
Citer
EPPUR : une révolution dans le freinage des fauteuils roulants manuels

03/02/2022

Si les fauteuils roulants sont aujourd'hui de plus en plus perfectionnés, ils sont pourtant tous démunis de freins. Une absurdité qui a amené EPPUR à travailler sur un dispositif innovant : Dreeft. Adapté aux fauteuils roulants manuels, ce premier système de freinage est une réelle révolution pour les utilisateurs.

Pour ne plus utiliser ses mains comme des plaquettes de frein


L’idée d’un tel concept tient du hasard. Le hasard d’une rencontre, ou plutôt d’un concours de circonstances. Nous sommes en 2016 et Colin Gallois assiste à une situation de vie perturbante. Dans une rue pentue, une personne en fauteuil roulant peine à freiner et manifeste sa difficulté. Cette scène interroge et amène Colin à une question « aucun frein n’est intégré à un fauteuil roulant ? ». La réponse négative à ce questionnement frappe le futur entrepreneur et ouvre les vannes de sa réflexion.

Car oui, pour ralentir ou stopper leurs fauteuils, les utilisateurs n’ont pas d’autre choix que d’utiliser leurs mains comme des plaquettes de frein en les frottant contre la roue. Sauf qu’utiliser ses mains telles des plaquettes de frein n’est pas sans risque. Outre l’effort supplémentaire à fournir, notamment pour des personnes manquant parfois de vigueur, l’utilisateur peut surtout se brûler la paume des mains. Ce constat mûrit quelque temps dans l’esprit de Colin Gallois avant de se transformer en projet entrepreneurial concret.

Dreeft : le système de freinage qui bouleverse l’usage du fauteuil roulant

En parallèle de ses études d’ingénieur en mécanique et en design industriel, puis de ses différents postes en entreprise, Colin Gallois s’associe à Lancelot Durand pour développer son concept et fonde EPPUR. L’idée est alors d’améliorer la mobilité et l’autonomie des utilisateurs de fauteuils roulants, quel que soit leur âge ou leur pathologie. Le dispositif se veut ergonomique : une paire de roues, disposant d’un système de freinage, adaptable à n’importe quel fauteuil roulant manuel.

Ce produit, Dreeft, s’inspire des vélos hollandais et fonctionne par rétropédalage. Sans effort et sans frottements de la main, l’utilisateur fait seulement usage de la main courante pour freiner, ralentir ou tourner. Aucun levier de frein n’est à actionner. La technologie développée par EPPUR repose sur la conception unique du moyeu, qui intègre en son sein l’ensemble du système de freinage. L’utilisateur de fauteuil roulant manuel profite alors d’une meilleure réactivité, d’une maniabilité confortable et d’une sécurité sans faille.

Un développement qui prend le temps de récolter son succès

Très soucieux du perfectionnement de son produit, EPPUR a su faire mûrir son innovation. De l’idée en 2016 à la concrétisation de Dreeft en 2021, ces cinq années ont permis à l’entreprise de développer un produit performant, robuste et adapté à tous les utilisateurs de fauteuils roulants. Toutefois, Colin Gallois a rapidement voulu tester son concept, notamment lors du concours de design James Dyson Award en 2016. Le premier prototype y est présenté, lui valant le prestigieux prix. Au cours de la même année, EPPUR présente son prototype au concours SOFMER, et profite d’un vif intérêt de la part des professionnels de la santé.

Ce prix et ces premiers retours encourageants confirment l’utilité et le potentiel de ce concept, et orientent l’entrepreneur vers l’amélioration de Dreeft. Aujourd’hui, une série de prototypes 100 % fonctionnels est testée auprès d’utilisateurs et présentée au salon Autonomic à Paris. EPPUR a également renforcé ses effectifs ; cinq personnes œuvrent au quotidien dans la conception, l’industrialisation et la distribution du Dreeft de demain. L’entreprise peaufine sa phase de test et s’est lancée dans un Tour de France en vue de présenter Dreeft aux professionnels de la santé ainsi qu’aux revendeurs de dispositifs médicaux. Dreeft est d’ores et déjà disponible en précommande depuis le site internet d’Eppur. Il est aussi possible de s’inscrire pour une démonstration du produit. Pour accélérer son développement, Eppur est actuellement en train de réaliser sa première levée de fonds et recherche des investisseurs pour les accompagner dans ce beau projet !


Source : https://www.lefigaro.fr/economie/eppur-une-revolution-dans-le-freinage-des-fauteuils-roulants-manuels-20220203?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=


20
Traitement révolutionnaire des lésions de la moelle épinière

La procédure LION a révolutionné le traitement des patients atteints de paralysie de la moelle épinière. Des électrodes et un stimulateur, qui délivrent le courant électrique nécessaire au mouvement musculaire, sont implantés par laparoscopie dans le corps. En stimulant les nerfs qui activent les muscles fessiers au niveau des fesses, le bassin est stabilisé. De plus, la stimulation des nerfs qui contrôlent les muscles des cuisses provoque une extension des articulations du genou et permet ainsi d'allonger les jambes. Le patient effectue des pas individuels en faisant tourner le tronc puis en étirant le genou.

Entraînement autonome et mouvements harmonieux grâce à la stimulation nerveuse indirecte

Le patient contrôle les réglages individuels ainsi que les différents programmes de stimulation au moyen d'une télécommande et peut donc déterminer indépendamment l'intensité avec laquelle les exercices doivent être effectués.
Une stimulation directe du muscle déclencherait des mouvements brusques et saccadés, puisqu'il se produit une contraction musculaire « tout ou rien ». La stimulation nerveuse, quant à elle, a un effet indirect sur les muscles et conduit à des mouvements plus harmonieux, est plus douce pour les tendons et les articulations et prévient la fatigue musculaire prématurée. Ce type de mouvement nécessite une force suffisante dans les avant-bras pour stabiliser le haut du corps. Depuis l'introduction de cette nouvelle technologie, les chercheurs ont découvert que la stimulation nerveuse avait également le potentiel de favoriser la croissance nerveuse et par la suite la reconnexion des fibres nerveuses.

Site : https://www.possover.com/en/treatment/spinal-cord-injury


Dr. Marc Possover

Possover International Medical Center AG, CH 8032 Zürich, Switzerland.
m.possover@possover.com

21
Citer
La «procédure Possover-LION» des nerfs somatiques pelviens chez les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière

RÉSUMÉ

Objectif
Démontrer la technique d'implantation laparoscopique d'une neuroprothèse sur les nerfs somatiques pelviens pour la récupération du mouvement de marche volontaire chez certains patients atteints de lésions chroniques de la moelle épinière.

Interventions
La technique d'implantation laparoscopique d'électrodes sur les nerfs pelviens - la procédure LION (Laparoscopic Implantation of Neuroprothesis) - a été introduite par Possover en gynécologie il y a plus de 15 ans pour le traitement des douleurs neuropathiques pelviennes réfractaires et des dysfonctionnements de la vessie. A partir de cette première indication, d'autres applications ont été développées, notamment dans le domaine de la paraplégie. La procédure "Possover-LION" consiste en une implantation laparoscopique par voie transpéritonéale de 4 électrodes de stimulation des nerfs sciatique, pudendal et fémoral des deux côtés chez les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière. Les nerfs fémoraux sont identifiés latéralement aux muscles psoas, tandis que l'exposition des nerfs sciatique et pudendal est obtenue par dissection de l'espace lombo-sacré, latéralement aux vaisseaux iliaques externes. Les électrodes sont simplement placées en contact direct avec les nerfs. Enfin, tous les câbles sont reliés à un générateur multicanal implanté en position para-ombilicale, fixé au fascia superficiel de l'abdomen.

Conclusion
La procédure LION permet la stimulation des nerfs somatiques pelviens pour la récupération d'un mouvement de marche volontaire assisté électriquement chez environ 70% des patients atteints de lésions chroniques complètes ou incomplètes de la moelle épinière.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


The “Possover-LION Procedure” to the Pelvic Somatic Nerves in People With a Spinal Cord Injury

ABSTRACT
Objective
To demonstrate the technique of laparoscopic implantation of neuroprosthesis to the pelvic somatic nerves for recovery of voluntary walking motion in some patients with chronic spinal cord injuries.

Setting
Tertiary referral unit specialized in advanced gynecologic surgery and neuropelveology.

Interventions
The technique of laparoscopic implantation of electrodes on the pelvic nerves—the LION (Laparoscopic Implantation of Neuroprothesis) procedure—was introduced by Possover in gynecology more than 15 years ago for the treatment of refractory pelvic neuropathic pain and bladder dysfunctions. From this first indication, further applications were developed, especially in the field of parapleology. The “Possover-LION” procedure consists of a laparoscopic implantation by transperitoneal approach of 4 stimulation lead electrodes to the sciatic, pudendal, and femoral nerves on both sides in those with a spinal cord injury. The femoral nerves are identified laterally to the psoas muscles, whereas exposure of the sciatic and pudendal nerves is obtained by blunt dissection of the lumbosacral space, laterally to the external iliac vessels. The lead electrodes are simply placed in direct contact to the nerves, while the retroperitoneal loop of cables prevents from dislocation. Finally, all cables are connected to a multichannel generator implanted in paraumbilical position, fixed to the abdominal fascia.

Conclusion
The LION procedure allows the stimulation of the pelvic somatic nerves for recovery of a voluntary electrically assisted walking motion in approximately 70% of patients with chronic complete or incomplete spinal cord injury.


Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1553465021013200

22
Citer

Une université japonaise réussit une transplantation de cellules iPS dans la moelle épinière

14/01/2022

Une université nippone a réussi vendredi à réaliser une prouesse médicale en transplant des cellules souches humaines sur un patient en vue de traiter une lésion subaiguë de la moelle épinière.

C'est une première mondiale pour cette technique régénérative appliquée à cette pathologie paralysante. Il s'agit de cellules neurales et progénitrices dérivées de cellules souches pluripotentes induites (iPS).

Les cellules iPS sont obtenues à partir de cellules adultes, et sont reprogrammées de manière génétique pour se multiplier en n'importe quel genre cellulaire, selon le lieu du corps où elles sont ensuite transplantées. Cette technologie avait valu en 2012 le prix Nobel de médecine au chercheur japonais Shinya Yamanaka.

En décembre 2021 à Tokyo, les chercheurs de Keio ont transplanté deux millions de ce type de cellules sur un premier patient: une quantité pour laquelle la sûreté avait déjà été vérifiée sur des essais pré-cliniques menés sur de petits animaux.

L'université Keio avait reçu l'autorisation des autorités japonaises en 2019 pour cet essai pionnier, mais le recrutement avait été retardé l'année suivante à cause de la pandémie de Covid-19.

D'autres essais cliniques utilisant ce type de cellules iPS ont déjà été lancés sur diverses pathologies, comme la maladie de Parkinson et la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), une maladie oculaire.


Source : https://2m.ma/fr/news/une-universite-japonaise-reussit-une-transplantation-de-cellules-ips-dans-la-moelle-epiniere-20220114/


23
plasticité du cerveau = plasticité du système nerveux central (cerveau/moelle épinière)

24
Exprimez-vous ! / Bonne année 2022- Angie and The Rolling Show
« le: 09 janvier 2022 à 11:02:21 »
Bonne année 2022- Angie and The Rolling Show

https://youtu.be/PjXfWtUaHvc

 :sm28:

25
Exprimez-vous ! / Topic bac à sable
« le: 01 janvier 2022 à 13:10:53 »
Bonne et joyeuse année 2022 à vous tous !  :smack:

Pages: [1] 2 3 ... 111
Pas d\éléments disponibles dans le calendrier actuellement.
SMF spam blocked by CleanTalk