Auteur Sujet: Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière  (Lu 942 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #7 le: 15 juillet 2021 à 10:55:12 »
Bonjour, pour le 2e article sur les micro-ARN c’est différent.

Pour les vaccins, on injecte de l’ARNm (m pour messager) qui va être codé en protéines (via le code génétique) dans le corps humain. Avec les vaccins de Pfizer etc, on injecte un ARNm qui va être transformé en une protéine du SARS-COV-2, celle-ci étant reconnu par le système immunitaire qui va entre autre produire des anticorps, et donc protéger contre le virus.

Ici, les micro-ARN sont des petits brins d’ARN non codants (ce qui signifie qu’il ne vont pas être transformés en protéines) qui servent à réguler l’expression de gènes. Ainsi, leur injection dans le corps humain on va avoir un effet sur un ou plusieurs gènes qui existent déjà, en l’occurrence ici les gènes en question sont « impliqués dans le fonctionnement et le développement du système nerveux ». Mais donc ces micro-ARN injectés ne sont pas transformés en protéines par l’organisme.


Oui tu as raison, j'ai lu le 2ème article trop rapidement ! Merci pour ton regard vigilant  :icon_smile:

Citer
Les microARN sont des petites molécules d'ARN endogènes non codantes qui régulent l'expression des gènes cibles.
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1127
    • Voir le profil
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #6 le: 14 juillet 2021 à 21:24:27 »
  TIRE DU TEXTE DE THIERRY :" l'injection de cellules souches neurales s'est avérée efficace, mais la disponibilité des cellules neurales est limitée par des problèmes éthiques et pratiques. "
problemes ethiques :en asie ,le probleme ne se pose pas
problemes pratiques:lesquels?

Hors ligne misterjp

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 171
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5-C6
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #5 le: 14 juillet 2021 à 14:38:46 »
Oui, c'est la même technologie  :icon_smile:

Bonjour, pour le 2e article sur les micro-ARN c’est différent.

Pour les vaccins, on injecte de l’ARNm (m pour messager) qui va être codé en protéines (via le code génétique) dans le corps humain. Avec les vaccins de Pfizer etc, on injecte un ARNm qui va être transformé en une protéine du SARS-COV-2, celle-ci étant reconnu par le système immunitaire qui va entre autre produire des anticorps, et donc protéger contre le virus.

Ici, les micro-ARN sont des petits brins d’ARN non codants (ce qui signifie qu’il ne vont pas être transformés en protéines) qui servent à réguler l’expression de gènes. Ainsi, leur injection dans le corps humain on va avoir un effet sur un ou plusieurs gènes qui existent déjà, en l’occurrence ici les gènes en question sont « impliqués dans le fonctionnement et le développement du système nerveux ». Mais donc ces micro-ARN injectés ne sont pas transformés en protéines par l’organisme.

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #4 le: 14 juillet 2021 à 12:55:01 »
Oui, c'est la même technologie  :icon_smile:
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4595
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #3 le: 14 juillet 2021 à 11:30:31 »
merci Thierry, on est sur le même principe que sur les vaccins ARN ?
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #2 le: 14 juillet 2021 à 11:21:11 »
Citer
Une nouvelle cible de microARN pour le traitement des lésions de la moelle épinière
 
09 juin 2021

WASHINGTON, 9 juin 2021 /PRNewswire/ -- Un article publié dans Experimental Biology and Medicine (Volume 246, numéro 11, juin 2021) décrit une nouvelle cible pour le traitement des lésions de la moelle épinière. L'étude, dirigée par le Dr Chunfang Wang, du Shanxi Key Laboratory of Animal and Animal Model of Human Diseases de la Shanxi Medical University à Taiyuan (Chine), rapporte que la modulation de l'expression d'un microARN spécifique améliore la fonction motrice dans un modèle de souris de lésion de la moelle épinière.

Les dommages à la moelle épinière entraînent des changements dans la force, la sensation et d'autres fonctions corporelles sous le site de la blessure. La restauration de la fonction motrice est un facteur clé dans la gestion des lésions de la moelle épinière. L'injection de cellules souches neurales s'est avérée efficace, mais la disponibilité des cellules neurales est limitée par des problèmes éthiques et pratiques. Une autre option consiste à stimuler la prolifération des cellules souches neurales indifférenciées présentes dans la moelle épinière. Les microARN sont des petites molécules d'ARN endogènes non codantes qui régulent l'expression des gènes cibles. Plusieurs microARN, dont miR-31, ont été impliqués dans le fonctionnement et le développement du système nerveux. Les niveaux de miR-31 sont élevés dans les cellules souches neurales mais pas dans les motoneurones, ce qui suggère qu'il peut réguler la prolifération des cellules souches neuronales.

Dans la présente étude, le Dr Wang et ses collègues ont examiné les effets de l'expression de miR-31 sur les cellules souches neuronales dans un modèle transgénique de poisson zèbre et un modèle de souris de lésion médullaire. La suppression de miR-31 a altéré le développement du système nerveux dans un modèle de poisson zèbre. Le traitement in vitro de cellules souches neuronales de souris avec la signalisation Notch régulée à la hausse par miR-31 et l'entrée dans le cycle cellulaire G1. Enfin, l'injection de miR-31 sur le site de la blessure a favorisé la récupération de la fonction motrice dans un modèle de souris de lésion de la moelle épinière. Collectivement, ces résultats démontrent que miR-31 joue un rôle régulateur clé dans le développement neural et favorise la réparation neurale. Le Dr Wang a déclaré que « les maladies du système nerveux n'ont pas été traitées efficacement parce que les cellules neuronales sont incapables de proliférer. La régulation de la prolifération des cellules souches neurales endogènes par la modulation de miR-31 représente une nouvelle méthode de traitement des troubles du système nerveux ».

Le Dr Steven R. Goodman, rédacteur en chef de Experimental Biology & Medicine, a déclaré : « Le Dr Wang et ses collègues ont fourni des études solides démontrant que l'augmentation de l'expression de miR-31 dans un modèle de souris de lésion de la moelle épinière peut restaurer la motricité. Il s'agit d'une contribution importante au développement de nouvelles thérapies pour les lésions de la moelle épinière. »


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


A New microRNA Target for Treating Spinal Cord Injuries
 
Jun 09, 2021

WASHINGTON, June 9, 2021 /PRNewswire/ -- An article published in Experimental Biology and Medicine (Volume 246, Issue 11, June 2021) describes a new target for treating spinal cord injuries. The study, led by Dr. Chunfang Wang, in the Shanxi Key Laboratory of Animal and Animal Model of Human Diseases at Shanxi Medical University in Taiyuan (China), reports that modulating the expression of a specific microRNA improves motor function in a mouse model of spinal cord injury.

Damage to the spinal cord results in changes in strength, sensation and other body functions below the site of the injury. Restoring motor function is a key factor in managing spinal cord injury. Injection of neural stems has been shown to be effective, but the availability of neural cells is limited by ethical and practical issues. Another option is stimulating the proliferation of undifferentiated neural stem cells present in the spinal cord. microRNAs are endogenous non-coding small molecule RNAs that regulate the expression of target genes. Several microRNAs, including miR-31, have been implicated in nervous system function and development. miR-31 levels are elevated in neural stem cells but not in motor neurons, suggesting that it may regulate neuronal stem cell proliferation.

In the current study, Dr. Wang and colleagues examined the effects of miR-31 expression on neuronal stem cells in a transgenic zebrafish model and a mouse model of spinal injury. Deletion of miR-31 impaired nervous system development in a zebrafish model. In vitro treatment of mouse neuronal stem cells with miR-31 upregulated Notch signaling and G1 cell cycle entry. Finally, injection of miR-31 at the site of injury promoted motor function recovery in a mouse model of spinal cord injury. Collectively, these results demonstrate that miR-31 plays a key regulatory role in neural development and promotes the neural repair. Dr. Wang said "Diseases of the nervous system have not been treated effectively because neuronal cells are unable to proliferate. Regulating the proliferation of endogenous neural stem cells through modulation of miR-31 represents a new method for the treating nervous system disorders."

Dr. Steven R. Goodman, Editor-in-Chief of Experimental Biology & Medicine, said "Dr. Wang and colleagues have provided elegant studies demonstrating that increasing miR-31 expression in a mouse model of spinal cord injury (SCI) can restore motor functions. This is an important contribution towards the development of new SCI therapies."

Experimental Biology and Medicine is a global journal dedicated to the publication of multidisciplinary and interdisciplinary research in the biomedical sciences. The journal was first established in 1903. Experimental Biology and Medicine is the journal of the Society of Experimental Biology and Medicine. To learn about the benefits of society membership, visit www.sebm.org. For anyone interested in publishing in the journal, please visit http://ebm.sagepub.com/.


Source : https://www.prnewswire.com/news-releases/a-new-microrna-target-for-treating-spinal-cord-injuries-301308923.html
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3947
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Traitement avec ARN messager pour les lésions de la moelle épinière
« Réponse #1 le: 14 juillet 2021 à 11:09:39 »
Citer
La technologie d'ARN messager utilisée dans les vaccins COVID est actuellement testée pour traiter le cancer et les maladies auto-immunes

10 juin 2021

MADISON, Wisconsin — La méthode utilisée pour fabriquer les vaccins Pfizer et Moderna pourrait changer l'avenir de la médecine telle que nous la connaissons. Des chercheurs des instituts de recherche médicale du Wisconsin étudient la même technologie d'ARNm dans les vaccins COVID-19 au cours de la dernière décennie. Ce qu'ils découvrent qui pourrait être utilisé pour le moment est révolutionnaire.

Le professeur et directeur du Forward Bio Institute de l'UW Madison, Bill Murphy, a même dit que cela pourrait « changer la donne ».

"L'ARNm peut coder des molécules qui peuvent être thérapeutiques", a déclaré Murphy. "Cela pourrait activer le système immunitaire pour attaquer le cancer, cela pourrait produire des anticorps monoclonaux qui permettent de détecter le cancer et finalement de l'attaquer."

Mis à part les traitements possibles contre le cancer, la technologie de l'ARNm est testée sur une série de choses. Murphy a déclaré qu'il était testé pour traiter/guérir des choses comme le VIH et la dengue.

Récemment, Murphy et son équipe ont testé dans quelle mesure cela fonctionnerait pour réparer une lésion de la moelle épinière chez un rat qui ne pouvait pas utiliser ses pattes arrières. Après avoir utilisé une méthode d'administration d'ARNm dans les cellules de la moelle épinière du rat, le rat a pu à nouveau marcher.

Murphy et son équipe l'ont également testé sur le traitement de plaies diabétiques qui, autrement, ne guériraient pas d'elles-mêmes. Le traitement à l'ARNm a imité le tissu cutané, permettant aux plaies de cicatriser en 2 à 6 semaines.

"Cela utilise les cellules à l'intérieur du corps pour produire le médicament", a déclaré Murphy. "Donc, vous créez une usine pour la production de traitements à l'intérieur de votre propre corps."

Murphy a déclaré que l'une des choses les plus fascinantes à propos de l'ARNm est que "nous pouvons avoir une idée le matin et avoir un prototype de traitement l'après-midi".

Le seul obstacle auquel ils sont confrontés est de trouver un moyen de ne pas avoir à le stocker à des températures extrêment froides.

"Si vous y pensez, même aux États-Unis, c'est très difficile", a déclaré Murphy, "Donc dans les économies à faible revenu, cela va être extrêmement difficile."

Murphy a déclaré que malgré ce défi, la découverte de ce que la technologie de l'ARNm pourrait faire est remarquable.

"L'une des directions dans lesquelles nous nous dirigeons pour régénérer les tissus humains est la délivrance d'ARNm dans les caillots sanguins et dans les caillots de moelle osseuse afin qu'ils puissent se transformer en tissus fonctionnels", a-t-il déclaré.

Murphy a déclaré que l'ARNm se dissout dans le corps assez rapidement après avoir été administré, ce qui aide à atténuer les problèmes de sécurité.

"C'est le même type de molécule qui est délivré à chaque fois", a déclaré Murphy. « La structure est similaire, que vous traitiez un cancer ou un COVID, par rapport à un traitement médicamenteux typique où chaque médicament doit être produit, testé et fabriqué différemment. »

Murphy a déclaré qu'à l'heure actuelle, il existe environ 200 produits différents à base d'ARNm en cours de développement et peut-être des dizaines d'entre eux dans les essais cliniques. Il s'attend à ce que nous les voyions commencer à se déployer les uns après les autres dans les années à venir.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


mRNA technology used in COVID vaccines now being tested to treat cancer, autoimmune diseases

Posted: June 10, 2021

MADISON, Wis. — The method used to make the Pfizer and Moderna vaccines could change the future of medicine as we know it. Researchers inside the Wisconsin Institutes for Medical Research have been studying the same mRNA technology in the COVID-19 vaccines for the past decade. What they’re discovering it can be used for now is groundbreaking.

Professor and Director of the Forward Bio Institute at UW Madison Bill Murphy even called it “game-changing.”

“The mRNA can encode for things that can be therapeutic,” Murphy said. “That might be activating the immune system to attack cancer, it might be producing monoclonal antibodies that allow cancer to be detected and ultimately attacked.”

Aside from possible cancer treatments, the mRNA technology is being tested on a range of things. Murphy said it is being tested to treat/cure things like HIV and Dengue fever.

Recently, Murphy and his team tested how well it would work to fix a spinal cord injury in a rat that could not use its hind legs. After using an mRNA delivery method into the rats spinal cord cells, the rat was able to walk again.

Murphy and his team also tested it on treating diabetic wounds that would otherwise not heal on their own. The mRNA treatment mimicked skin tissue, allowing the wounds to heal in 2-6 weeks.

“It’s using the cells inside the body to produce the drug,” Murphy said. “So you’re essentially creating a factory for production of treatments inside your own body.”

Murphy said one of the most fascinating things about mRNA is that “we can have an idea in the morning and have a prototype treatment in the afternoon.”

The one obstacle they face is finding a way to not have to store it an unbearably cold temperatures.

“If you think about that, even in the United States, it’s very challenging,” Murphy said, “But in low income type economies, that’s going to be tremendously difficult.”

Murphy said despite that challenge, the discovery of what the mRNA technology could do is remarkable.

“One of the directions we are headed in to regenerate human tissue is delivering mRNA in blood clots and in bone marrow clots so they can turn into functional tissues,” he said.

Murphy said mRNA dissolves in the body fairly quickly after being administered, which helps alleviate any safety concerns.

“It’s the same type of molecule being delivered every time,” Murphy said. “It’s similar in structure whether you’re treating cancer or COVID, versus a typical drug treatment where every drug has to be produced, tested and manufactured differently.”

Murphy said right now, there are about 200 different mRNA based product being developed and maybe tens of them in clinical trials. He expects we will see them start to roll out one after another in the coming years.


Source : https://www.channel3000.com/mrna-technology-used-in-covid-vaccines-now-being-tested-to-treat-cancer-autoimmune-diseases/
 


POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk