Auteur Sujet: Résultats d'une phase III sur la prégabaline  (Lu 4305 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne seppel

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 136
    • Voir le profil
Résultats d'une phase III sur la prégabaline
« Réponse #1 le: 06 décembre 2006 à 13:07:19 »
Bonjour,

Citer
TITRE :  Publication des résultats d'une phase III sur la prégabaline dans la douleur neuropathique centrale associée à une lésion médullaire 

WASHINGTON, 1er décembre 2006 (APM) - Les résultats d'une étude de phase III montrant l'intérêt de la prégabaline (Lyrica*, Pfizer) pour soulager la douleur neuropathique centrale associée à un traumatisme de la moelle épinière ont été publiés jeudi.

Lyrica* a été initialement homologué dans les douleurs neuropathiques périphériques, notamment la neuropathie diabétique et la névralgie post-zostérienne, puis a reçu en septembre une extension d'indication européenne dans la douleur neuropathique centrale, rappelle-t-on.

Les résultats d'un essai de Pfizer conduit en Australie sur la douleur associée aux traumatismes médullaires ont été publiés mardi dans la dernière livraison de Neurology.

Dans cette étude de phase III, le Dr Philip Siddal de l'université de Sydney et ses collègues ont recruté 137 adultes para- ou tétraplégiques à cause d'une lésion médullaire survenue au moins un an avant l'inclusion, présentant une douleur neuropathique centrale persistante depuis trois mois ou intermittente depuis six mois.

Ils les ont ensuite randomisés en double aveugle entre la prégabaline (dose flexible de 150 à 600 mg/j) et un placebo. Les patients qui recevaient déjà des doses stables d'antalgique étaient autorisés à conserver leur traitement.

Après trois mois, le score moyen de la douleur, rapporté quotidiennement par le patient dans un journal, a baissé chez les patients traités par prégabaline par rapport au score à l'inclusion, passant de 6,54 points à 4,65 points, de manière significative comparé au groupe placebo, avec un score évoluant peu, de 6,73 à 6,27 points. Cette différence était observée après une semaine de traitement et s'est maintenue sur toute la durée de l'étude, notent les auteurs.

Les résultats étaient aussi en faveur de la prégabaline chez les patients présentant une lésion médullaire partielle ou chez ceux présentant une lésion au niveau lombaire L2 ou en-dessous.

La supériorité de la prégabaline était aussi indépendante des autres traitements antalgiques pris par les patients.

Parmi les patients sous prégabaline, 42% ont observé une baisse d'au moins 30% de la douleur, contre 16% dans le groupe placebo. Ils étaient 22% à avoir une baisse du score de moitié, contre 8%.

Chez les patients sous prégabaline, la douleur neuropathique a moins interféré avec le sommeil que dans le groupe placebo (différence significative de 1,37 point). La qualité du sommeil a également apparu meilleure avec la prégabaline.

Les effets indésirables les plus fréquemment observés avec la prégabaline étaient une somnolence (41,4%, contre 9% dans le groupe placebo), qui a conduit à l'abandon de l'essai de 5,7% des patients (contre aucun dans le groupe placebo), des étourdissements (24,3% vs 9%), des oedèmes (20% vs 6%, conduisant à respectivement 5,7% et 3% d'abandon d'étude), de l'asthénie (15,7% vs 6%), une sécheresse buccale (15,7% vs 3%), une constipation (12,9% vs 6%), une amnésie (10% vs 3%), une amblyopie (8,6% vs 3%).

Deux effets secondaires graves ont été considérés comme liés à la prégabaline: un patient a rapporté une réaction de sevrage le jour suivant l'arrêt du médicament, se manifestant par une spasticité avec un trouble de la coordination, et un autre a présenté un oedème, une hypervolémie et un nombre réduit de plaquettes.

Les mécanismes contribuant à la douleur neuropathique centrale dans les lésions médullaires sont complexes mais on suppose qu'une hyperexcitabilité neuronale joue un rôle important. Les résultats de cet essai semblent confirmer cette hypothèse puisque la prégabaline agit en réduisant l'afflux de calcium au niveau des terminaisons nerveuses, concluent les chercheurs.

(Neurology, vol.67, n°10, pp.1.792-1.800)

ld/fb/APM
redaction@apmnews.com

LDJKR005 01/12/2006 11:11 SNC
 


L'espoir est parfois douloureux, mais l'absence d'espoir est mortel.

 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

* Derniers Membres

Lavandula2
91j 9h 5m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 4h 26m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5060 Messages
TDelrieu TDelrieu
4075 Messages
Breizhfenua Breizhfenua
1519 Messages
farid
1330 Messages
Lavandula2
1279 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk