Auteur Sujet: Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse  (Lu 6806 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #25 le: 22 avril 2024 à 10:58:06 »
un texte plus realiste sur l'essai clinique de la clinique mayo 

Citer
Les patients, ayant reçu une injection lombaire, ont été suivis pendant un an et 10 mois. Au cours de cette période, comme déjà mentionné, une amélioration de leurs performances sensorielles et motrices a été constatée. Ces résultats sont donc très encourageants et ouvrent la voie à l’étape suivante des essais. Cependant, un obstacle fait encore barrage aux scientifiques. En effet, cet essai incluait des patients ayant subi une LME très récemment. Et d’une manière générale, les mouvements et les sensations peuvent s’améliorer au cours de l’année qui suit. Cela signifie qu’il est encore difficile de conclure sur l’efficacité du traitement sur des lésions plus anciennes. Sans compter qu’il est difficile de distinguer précisément l’effet curatif du temps de celui de la thérapie cellulaire.

En revanche, ce qui est encourageant, c’est que l’un des patients ayant participé à l’étude a subi une lésion cervicale 22 mois avant l’injection, ce qui implique que l’effet curatif du temps avait majoritairement cessé depuis plus d’un an. Pourtant, ce patient a montré, comme les autres, une amélioration motrice et sensorielle rapide suite à la greffe de cellules souches.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #24 le: 21 avril 2024 à 19:06:01 »
ce qui me semble important c'est de savoir quel est le niveau de recuperation des 7 patients  traites a la clinique mayu,, apres le miracule chris barr,  remarchent -ils ,?,font(ils de la reeducation? des videos seraient les bienvenues
ou est que la guerison de cris barr serait elle particuliere?
quand a la gueguerre entre adherents d'ALARMEsurtout pour des futilites ,elle n'a pas lieu d'etre,,

Hors ligne RosenKreutz

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 816
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C2
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #23 le: 21 avril 2024 à 17:21:11 »
On attend donc ta participation financière pour nous aider à aller plus vite. Comme tu sais on fais rien sans argent et comme en France il n'y a pas de budget pour la recherche clinique c'est à nous de la financer.
Donc si tu es vraiment si impatient d'avoir plus des réponses quand aux beaux espoirs qu'on touche aujourd'hui des doigts et bah tu sais ce qu'il te reste a faire.. devient adhérents à Neurogel et soutien le projet 

Une fois de plus, ce n'est pas avec ce ton condescendant que tu vas recruter des adhérents. Tu ne te rends pas compte du tort que tu fais à Neurogel.
Se victimiser c'est s'inférioriser soi-même.

Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 5065
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #22 le: 21 avril 2024 à 14:54:11 »


encore une fois de plus a coté de la plaque, les médias ont besoin de coller a l'actualité et "vendre du papier", l'actualité du moment c'est la guerre en Ukraine,
le conflit Israélo-Palestinien, les Houthis et les élections Européennes, faut pas sortir de Saint-Cyr pour comprendre qu'un petit  progrès sur la recherche
des LME soit moins porteur pour les médias.

Qui est à coté de la plaque ?
Est ce que tu est en contact avec des organes médiatiques pour pouvoir dire ca ?
Moi oui.
Et je t'affirme que le sujet d'une thérapie aux lésions médullaire n’intéresse pas les médias parce qu'il m'a été rapporté directement que le thème n'attire même pas les personnes concernés.
Et que souvent après ce genre d'article les rédacs reçoivent même des tombereaux d'insultes de personnes paralysés qui se sentent dans l'obligation d’écrire  pour leurs hurler que "non ca ne marchera de toute façon jamais" et que " de toute façon ils ne veulent pas remarcher" ( alors que personne ne force personne à remarcher et que la recherche sera surtout pour les futures handi, mais lol...)

Et il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour comprendre que la rubrique " politique international " ce n'est pas la rubrique " Santé " .
Et puis 2000 ans de guerre n'ont jamais empêcher le progrès que je sache ?




Je confirme, tu est décidément à coté de la plaque et un poil mythomane, ta quête pour remarcher et ton investissement dans neurogel en marche qui est
tout a ton honneur te rend aveugle.
Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne slhoka

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 170
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #21 le: 21 avril 2024 à 09:56:03 »
Une vidéo où l'on peut voir le patient marché.
https://youtu.be/D_GuSZT_6eI?si=4YnALd9HvzKcwq0j

Faut avouer que les images sont impressionnantes.
Je n'arrive pas savoir si le patient filmé était vraiment complètement paralysé sous sa lésion, Asia A
Si c'est le cas bravo !


encore une fois de plus a coté de la plaque, les médias ont besoin de coller a l'actualité et "vendre du papier", l'actualité du moment c'est la guerre en Ukraine,
le conflit Israélo-Palestinien, les Houthis et les élections Européennes, faut pas sortir de Saint-Cyr pour comprendre qu'un petit  progrès sur la recherche
des LME soit moins porteur pour les médias.

Qui est à coté de la plaque ?
Est ce que tu est en contact avec des organes médiatiques pour pouvoir dire ca ?
Moi oui.
Et je t'affirme que le sujet d'une thérapie aux lésions médullaire n’intéresse pas les médias parce qu'il m'a été rapporté directement que le thème n'attire même pas les personnes concernés.
Et que souvent après ce genre d'article les rédacs reçoivent même des tombereaux d'insultes de personnes paralysés qui se sentent dans l'obligation d’écrire  pour leurs hurler que "non ca ne marchera de toute façon jamais" et que " de toute façon ils ne veulent pas remarcher" ( alors que personne ne force personne à remarcher et que la recherche sera surtout pour les futures handi, mais lol...)

Et il ne faut pas sortir de Saint Cyr pour comprendre que la rubrique " politique international " ce n'est pas la rubrique " Santé " .
Et puis 2000 ans de guerre n'ont jamais empêcher le progrès que je sache ?


qu'attend l'europe pour lancer des essais cliniques similaires?
C'est exactement ce qu'est en train de faire Neurogel en France. Et avec presque le même matériaux.
Il y a déjà plusieurs service de neurochir qui sont ok pour lancer un essai clinique sur 20 personnes avec Neurogel et la thérapie de la graisse activée. C'est en route mais il manque des thunes, comme à chaque fois.
On attend donc ta participation financière pour nous aider à aller plus vite. Comme tu sais on fais rien sans argent et comme en France il n'y a pas de budget pour la recherche clinique c'est à nous de la financer.
Donc si tu es vraiment si impatient d'avoir plus des réponses quand aux beaux espoirs qu'on touche aujourd'hui des doigts et bah tu sais ce qu'il te reste a faire.. devient adhérents à Neurogel et soutien le projet  :icon_salut:

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #20 le: 18 avril 2024 à 17:15:43 »
l'essai clinique dont cris barr a Ete le patient en etait a quel phase?
SI C'EST LA 3EMZE PHASe ,l'essaiclinique est termine avec les resultats que l'on sait
si c'est la 1ere phase ,doit on absolument aller jusqu'a la 3eme phase sachant les resultats probants dont ont beneficie 8 patients?
on connait le protocole de l'essaii clinique ,ne peut on pas le reproduire en europe et le faire beneficier a une cohorte de patoents,je pense surtout aux tetras dont la situation est difficile
excusez mo,n impatience (20 ans d'attente)

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #19 le: 18 avril 2024 à 11:14:24 »
Les responsables d'ALARME, comme toujours, ont publié les résultats de l’essai clinique de phase 1, et attendent les résultats de l’essai clinique de phase 2, ainsi que les résultats de la phase 3, lesquels s'ils sont validés scientifiquement s'appliqueront en Europe après évaluation par l'Agence européenne des médicaments (EMA). Les premières phases d’essais cliniques concernent très peu de patients avec une surveillance constante et le risque d'effets secondaires indésirables ou l'absence d'efficacité. C'est long, c'est environ deux ans d’essai clinique à chaque phase, mais c'est ainsi qu'on valide scientifiquement une thérapeutique.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #18 le: 18 avril 2024 à 07:03:58 »
qu'attend l'europe pour lancer des essais cliniques similaires? LES ASSOCIATIONS DE PARAPLEGIQUES PEUVENT INITIER U ESSAII CLINIQUE EN FRANCE,il suffit d'y croire et de se lancer,
qu'en pensent les responsables d'ALRME?

Hors ligne Jojos89

  • Habitué
  • **
  • Messages: 16
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Proche d'une PMR
  • Niveau de lésion: C6/C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #17 le: 17 avril 2024 à 17:43:49 »
Une vidéo où l'on peut voir le patient marché.
https://youtu.be/D_GuSZT_6eI?si=4YnALd9HvzKcwq0j

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #16 le: 16 avril 2024 à 16:22:22 »
que font les associations de paraplegiques de france? c'est a eles de reagir aupres des responsables sanitaires ,de conatcter  lesmedias
sans cela ,rien ne bougera
 

Hors ligne christophe1

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 526
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5 c6
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #15 le: 16 avril 2024 à 11:35:55 »
Très bonne nouvelle mais à quand l'arrivée en France avec ses volontaires pour l'essai ?

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #14 le: 16 avril 2024 à 09:33:54 »
question,,on injectait les cellules souche directement dans la lesion ,l'injection s'est faite cette foIs au niveau des dernieres vertebres lombaires ne contenant pas la moelle epiniere ,les cellules souches ont migre vers la lesion et l'ont reparee ,,serait ce LA  solution ultimepour la guerison des paratetras?

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #13 le: 15 avril 2024 à 16:24:17 »

sur 10 patients .7 ont eu des ameliorations notables,,c'est ultra positif,,,peut -on connaitre l'etat actuel des 6 autres qui ont progresse AU NIVEAU DU  score ASIA?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #12 le: 15 avril 2024 à 09:54:00 »
Une étude de la Mayo Clinic documente la sécurité et les améliorations de la thérapie par cellules souches après une lésion de la moelle épinière

Une étude de la Mayo Clinic montre que les cellules souches dérivées de la graisse des patients sont sans danger et peuvent améliorer la sensation et le mouvement après des lésions traumatiques de la moelle épinière. Les résultats de l’essai clinique de phase 1 apparaissent dans Nature Communications. Les résultats de ces premières recherches offrent un aperçu du potentiel de la thérapie cellulaire pour les personnes souffrant de lésions médullaires et de paralysie pour lesquelles les options permettant d’améliorer leur fonction sont extrêmement limitées.

Dans l’étude portant sur 10 adultes, l’équipe de recherche a noté que sept participants avaient démontré des améliorations basées sur l’échelle de déficience de l’American Spinal Injury Association (ASIA). Les améliorations comprenaient une sensation accrue lors des tests par piqûre d'épingle et toucher léger, une force accrue dans les groupes moteurs musculaires et la récupération de la contraction anale volontaire, ce qui facilite la fonction intestinale. L'échelle comporte cinq niveaux, allant de la perte complète de fonction à la fonction normale. Les sept participants qui ont chacun progressé ont progressé d'au moins un niveau sur l'échelle ASIA. Trois patients de l’étude n’ont eu aucune réponse, ce qui signifie que leur état ne s’est pas amélioré mais ne s’est pas aggravé.


https://youtu.be/0kuWR-DscPk?si=U886vfUwRBNGdpit

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #11 le: 14 avril 2024 à 16:24:11 »
c'est vrai que je m'attendais a un deferlement de messages sur ALARME,,il n'en est rien,,,et c'est regrettable,,,ce chris barr ,tout le monde devrait l'avoir en poster dans sa chambre,,il represente un espoir immense pour tous les paratetras du monde

Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 5065
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #10 le: 14 avril 2024 à 12:22:30 »
encore une fois de plus a coté de la plaque, les médias ont besoin de coller a l'actualité et "vendre du papier", l'actualité du moment c'est la guerre en Ukraine,
le conflit Israélo-Palestinien, les Houthis et les élections Européennes, faut pas sortir de Saint-Cyr pour comprendre qu'un petit  progrès sur la recherche
des LME soit moins porteur pour les médias.
Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne slhoka

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 170
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #9 le: 14 avril 2024 à 10:35:30 »
Les médias ou n'importe qui d'autres n'en parle pas parce que les blessés médullaires s'en foutent

Il n'y a qu'a voir le vide abyssales des réactions sur ce forum devant les bonnes nouvelles des avancés de la recherche clinique de ces dernières années

Et bien dans les médias c'est pareil, cela ne sert à rien de communiquer sur des sujet qui intéresse même pas les personnes concernés.

Nous sommes notre propre bâton dans notre roue ...

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #8 le: 13 avril 2024 à 07:31:52 »
10 prsonnes ont ete traitees ,3 n'ont obtenu aucune amelioration ,7 autres ont gagne au moins un niveau ASIA dont chris barr qui semble avoir totalement recupere ,et les 6 autres ,est ce qu'ils remarchent?
QUESTION SUBSIDIAIRE :pourquoi les medias n'en parlent pas, ?,un tetraplegique qui remarche parfaitement ,c'est aussi sensationnel que de marcher sur la lune

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1336
    • Voir le profil
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #7 le: 11 avril 2024 à 16:39:07 »
Citer
Un homme paralysé qui peut à nouveau marcher montre les avantages potentiels de la thérapie par cellules souches

https://abc7chicago.com/chris-barr-paralyzed-man-who-can-walk-again-shows-potential-benefit-of-stem-cell-therapy/14607258/

Citer
Un homme paralysé qui peut à nouveau marcher montre les avantages potentiels de la thérapie par cellules souches

mardi 2 avril 2024

Un homme paralysé du cou aux pieds après un accident de surf il y a sept ans est désormais capable de se tenir debout et de marcher tout seul, en partie grâce à un traitement potentiellement révolutionnaire à base de cellules souches.

Chris Barr a été le tout premier patient d'une étude de la Mayo Clinic qui a collecté des cellules souches de sa propre graisse abdominale, les a développées en laboratoire jusqu'à 100 millions de cellules, puis a injecté les cellules dans la colonne lombaire de Barr.

Plus de cinq ans après avoir suivi la thérapie, Barr a déclaré qu'il continuait à gagner en indépendance et à marcher plus rapidement.

"Je n'aurais jamais imaginé que j'aurais un rétablissement comme celui-ci", a déclaré Barr à Will Reeve d'ABC News. "Je peux me nourrir. Je peux me promener. Je peux faire des activités indépendantes au quotidien."

Barr a partagé avec Reeve une mise à jour sur ses propres progrès alors que la Mayo Clinic a publié de nouvelles données montrant le succès du traitement par cellules souches dans un essai clinique impliquant 10 patients, dont Barr.

Selon les résultats de l'essai, publiés lundi dans la revue Nature Communications, sept des dix patients ont ressenti une force accrue dans les groupes moteurs musculaires et une sensation accrue de piqûre d'épingle et de toucher léger.

Trois patients de l'étude n'ont eu aucune réponse à la thérapie par cellules souches, ce qui signifie que leur état n'a été ni amélioré ni aggravé, selon la clinique Mayo, basée à Rochester, Minnesota.

"Ces résultats nous donnent de l'espoir pour l'avenir", a déclaré à Reeve le Dr Mohamad Bydon, chercheur sur la moelle épinière à la clinique Mayo et auteur principal de l'étude, qui est également directeur de la Fondation Christopher Reeve, une organisation à but non lucratif "dédiée à guérir lésion de la moelle épinière", selon son site Internet. La fondation, nommée en l'honneur du défunt père de Will Reeve, n'a pas participé au financement des recherches de Bydon.

Les résultats récemment publiés de l'étude montrent que sur les sept patients qui ont constaté une amélioration après la thérapie par cellules souches, chacun a progressé d'au moins un niveau sur l'American Spinal Injury Association - ou ASIA - Impairment Scale, qui comporte cinq niveaux documentant les patients. ' fonction.

"Cet essai nous montre que les cellules souches sont sûres et potentiellement bénéfiques dans le traitement des lésions de la moelle épinière", a déclaré Bydon. "Cela peut constituer une étape importante dans notre domaine de la neurochirurgie, des neurosciences et du traitement des patients atteints de lésions médullaires."

Il n’existe actuellement aucun traitement approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis pour les lésions de la moelle épinière.

Bydon et d'autres chercheurs tentent toujours de comprendre comment et pourquoi les cellules souches interagissent avec la moelle épinière pour entraîner des progrès chez certains patients, et des recherches supplémentaires sont en cours auprès d'un groupe plus large de personnes pour évaluer davantage les risques et les avantages.

Dans le cas de Barr, il a déclaré à Reeve en 2019 qu'il avait commencé à constater rapidement des améliorations, comme une sensation de retour dans ses jambes, après avoir subi le traitement aux cellules souches.

Cinq ans plus tard, il décrit avoir réalisé d'autres améliorations à long terme, comme être capable de marcher à intervalles réguliers.

"Je suis tout simplement ravi que des gens prennent des mesures audacieuses pour essayer de faire des recherches pour remédier à ce problème", a déclaré Barr. "Ça a été une aventure folle et ce n'est pas encore fini."

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #6 le: 11 avril 2024 à 13:31:31 »
Citer
NEUROSCIENCES

Une étude documente la sécurité et les améliorations de la thérapie par cellules souches après une lésion de la moelle épinière

1 avril 2024

ROCHESTER, Minnesota — Une étude de la Mayo Clinic montre que les cellules souches dérivées de la graisse des patients sont sans danger et peuvent améliorer la sensation et le mouvement après des lésions traumatiques de la moelle épinière. Les résultats de l’essai clinique de phase 1 apparaissent dans Nature Communications. Les résultats de ces premières recherches offrent un aperçu du potentiel de la thérapie cellulaire pour les personnes souffrant de lésions médullaires et de paralysie pour lesquelles les options permettant d’améliorer leur fonction sont extrêmement limitées.

Dans l’étude portant sur 10 adultes, l’équipe de recherche a noté que sept participants avaient démontré des améliorations basées sur l’échelle de déficience de l’American Spinal Injury Association (ASIA). Les améliorations comprenaient une sensation accrue lors des tests par piqûre d'épingle et toucher léger, une force accrue dans les groupes moteurs musculaires et la récupération de la contraction anale volontaire, ce qui facilite la fonction intestinale. L'échelle comporte cinq niveaux, allant de la perte complète de fonction à la fonction normale. Les sept participants qui ont chacun progressé ont progressé d'au moins un niveau sur l'échelle ASIA. Trois patients de l’étude n’ont eu aucune réponse, ce qui signifie que leur état ne s’est pas amélioré mais ne s’est pas aggravé.

"Cette étude documente la sécurité et les avantages potentiels des cellules souches et de la médecine régénérative", déclare Mohamad Bydon, M.D., neurochirurgien de la Mayo Clinic et premier auteur de l'étude. "Les lésions de la moelle épinière sont une maladie complexe. Des recherches futures pourraient montrer si les cellules souches, associées à d'autres thérapies, pourraient faire partie d'un nouveau paradigme de traitement visant à améliorer les résultats pour les patients."

Aucun événement indésirable grave n’a été signalé après le traitement par cellules souches. Les effets secondaires les plus fréquemment signalés étaient des maux de tête et des douleurs musculo-squelettiques qui ont disparu grâce à un traitement en vente libre.

En plus d'évaluer la sécurité, cet essai clinique de phase 1 avait pour résultat secondaire d'évaluer les changements dans la fonction motrice et sensorielle. Les auteurs notent que les résultats moteurs et sensoriels doivent être interprétés avec prudence étant donné les limites des essais de phase 1. Des recherches supplémentaires sont en cours auprès d'un groupe plus large de participants pour évaluer davantage les risques et les avantages.

Les données complètes sur les 10 patients font suite à un rapport de cas de 2019 mettant en évidence l’expérience du premier participant à l’étude qui a démontré une amélioration significative de la fonction motrice et sensorielle.

Le mécanisme d’action des cellules souches n’est pas entièrement compris

Dans l’essai clinique multidisciplinaire, les participants souffraient de lésions médullaires dues à des accidents de véhicules automobiles, à des chutes et à d’autres causes. Six avaient des blessures au cou ; quatre avaient des blessures au dos. Les participants étaient âgés de 18 à 65 ans.

Les cellules souches des participants ont été collectées en prélevant une petite quantité de graisse provenant d'une incision de 1 à 2 pouces dans l'abdomen ou la cuisse. Pendant quatre semaines, les cellules ont été développées en laboratoire jusqu'à atteindre 100 millions de cellules, puis injectées dans la colonne lombaire des patients, dans le bas du dos. Pendant deux ans, chaque participant à l’étude a été évalué 10 fois à la Mayo Clinic.

Bien qu'il soit entendu que les cellules souches se déplacent vers les zones d'inflammation - dans ce cas, l'emplacement de la lésion médullaire - le mécanisme d'interaction des cellules avec la moelle épinière n'est pas entièrement compris, explique le Dr Bydon. Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont analysé les changements dans les IRM et le liquide céphalo-rachidien des participants ainsi que dans les réponses à la douleur, à la pression et à d'autres sensations. Les enquêteurs recherchent des indices pour identifier les processus de blessure au niveau cellulaire et les pistes de régénération et de guérison potentielles.

La moelle épinière a une capacité limitée à réparer ses cellules ou à en fabriquer de nouvelles. Les patients connaissent généralement la majeure partie de leur rétablissement au cours des six à 12 premiers mois suivant la survenue d’une blessure. L'amélioration s'arrête généralement 12 à 24 mois après la blessure. Dans l'étude, un patient souffrant d'une lésion de la colonne cervicale a reçu des cellules souches 22 mois après la blessure et a amélioré d'un niveau sur l'échelle ASIA après le traitement.

Deux des trois patients présentant des lésions complètes de la colonne thoracique, c'est-à-dire qu'ils n'avaient aucune sensation ou mouvement sous leur blessure, entre la base du cou et le milieu du dos, ont progressé de deux niveaux ASIA après le traitement. Chacun a retrouvé une certaine sensation et un certain contrôle de ses mouvements en dessous du niveau de la blessure. D'après la compréhension des chercheurs sur les lésions traumatiques de la moelle épinière thoracique, seulement 5 % des personnes ayant subi une blessure complète devraient retrouver une sensation ou un mouvement.

"Dans le cas d'une lésion médullaire, même une légère amélioration peut faire une différence significative dans la qualité de vie du patient", explique le Dr Bydon.

La recherche se poursuit sur les cellules souches pour les lésions de la moelle épinière

Les cellules souches sont principalement utilisées dans la recherche aux États-Unis, et le traitement par cellules souches dérivées de graisse pour les lésions de la moelle épinière est considéré comme expérimental par la Food and Drug Administration.

Entre 250 000 et 500 000 personnes dans le monde souffrent chaque année d'une lésion de la moelle épinière, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Une prochaine étape importante consiste à évaluer l’efficacité des thérapies à base de cellules souches et des sous-groupes de patients qui en bénéficieraient le plus, explique le Dr Bydon. La recherche se poursuit avec un essai contrôlé plus vaste qui assigne au hasard des patients pour recevoir soit le traitement par cellules souches, soit un placebo sans cellules souches.

"Pendant des années, le traitement des lésions médullaires s'est limité aux soins de soutien, plus particulièrement à la chirurgie de stabilisation et à la physiothérapie", explique le Dr Bydon. "De nombreux manuels historiques affirment que cette condition ne s'améliore pas. Ces dernières années, nous avons vu des découvertes de la communauté médicale et scientifique qui remettent en question les hypothèses antérieures. Cette recherche constitue un pas en avant vers l'objectif ultime d'améliorer les traitements pour les patients."


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


NEUROSCIENCES

Study documents safety, improvements from stem cell therapy after spinal cord injury

April 1, 2024

ROCHESTER, Minn. — A Mayo Clinic study shows stem cells derived from patients' own fat are safe and may improve sensation and movement after traumatic spinal cord injuries. The findings from the phase 1 clinical trial appear in Nature Communications. The results of this early research offer insights on the potential of cell therapy for people living with spinal cord injuries and paralysis for whom options to improve function are extremely limited.

In the study of 10 adults, the research team noted seven participants demonstrated improvements based on the American Spinal Injury Association (ASIA) Impairment Scale. Improvements included increased sensation when tested with pinprick and light touch, increased strength in muscle motor groups, and recovery of voluntary anal contraction, which aids in bowel function. The scale has five levels, ranging from complete loss of function to normal function. The seven participants who improved each moved up at least one level on the ASIA scale. Three patients in the study had no response, meaning they did not improve but did not get worse.

"This study documents the safety and potential benefit of stem cells and regenerative medicine," says Mohamad Bydon, M.D., a Mayo Clinic neurosurgeon and first author of the study. "Spinal cord injury is a complex condition. Future research may show whether stem cells in combination with other therapies could be part of a new paradigm of treatment to improve outcomes for patients."

No serious adverse events were reported after stem cell treatment. The most commonly reported side effects were headache and musculoskeletal pain that resolved with over-the-counter treatment.

In addition to evaluating safety, this phase 1 clinical trial had a secondary outcome of assessing changes in motor and sensory function. The authors note that motor and sensory results are to be interpreted with caution given limits of phase 1 trials. Additional research is underway among a larger group of participants to further assess risks and benefits.

The full data on the 10 patients follows a 2019 case report that highlighted the experience of the first study participant who demonstrated significant improvement in motor and sensory function.

Stem cells' mechanism of action not fully understood

In the multidisciplinary clinical trial, participants had spinal cord injuries from motor vehicle accidents, falls and other causes. Six had neck injuries; four had back injuries. Participants ranged in age from 18 to 65.

Participants' stem cells were collected by taking a small amount of fat from a 1- to 2-inch incision in the abdomen or thigh. Over four weeks, the cells were expanded in the laboratory to 100 million cells and then injected into the patients' lumbar spine in the lower back. Over two years, each study participant was evaluated at Mayo Clinic 10 times.

Although it is understood that stem cells move toward areas of inflammation — in this case the location of the spinal cord injury — the cells' mechanism of interacting with the spinal cord is not fully understood, Dr. Bydon says. As part of the study, researchers analyzed changes in participants' MRIs and cerebrospinal fluid as well as in responses to pain, pressure and other sensation. The investigators are looking for clues to identify injury processes at a cellular level and avenues for potential regeneration and healing.

The spinal cord has limited ability to repair its cells or make new ones. Patients typically experience most of their recovery in the first six to 12 months after injuries occur. Improvement generally stops 12 to 24 months after injury. In the study, one patient with a cervical spine injury of the neck received stem cells 22 months after injury and improved one level on the ASIA scale after treatment.

Two of three patients with complete injuries of the thoracic spine — meaning they had no feeling or movement below their injury between the base of the neck and mid-back — moved up two ASIA levels after treatment. Each regained some sensation and some control of movement below the level of injury. Based on researchers' understanding of traumatic thoracic spinal cord injury, only 5% of people with a complete injury would be expected to regain any feeling or movement.

"In spinal cord injury, even a mild improvement can make a significant difference in that patient's quality of life," Dr. Bydon says.

Research continues into stem cells for spinal cord injuries

Stem cells are used mainly in research in the U.S., and fat-derived stem cell treatment for spinal cord injury is considered experimental by the Food and Drug Administration.

Between 250,000 and 500,000 people worldwide suffer a spinal cord injury each year, according to the World Health Organization.

An important next step is assessing the effectiveness of stem cell therapies and subsets of patients who would most benefit, Dr. Bydon says. Research is continuing with a larger, controlled trial that randomly assigns patients to receive either the stem cell treatment or a placebo without stem cells.

"For years, treatment of spinal cord injury has been limited to supportive care, more specifically stabilization surgery and physical therapy," Dr. Bydon says. "Many historical textbooks state that this condition does not improve. In recent years, we have seen findings from the medical and scientific community that challenge prior assumptions. This research is a step forward toward the ultimate goal of improving treatments for patients."

Dr. Bydon is the Charles B. and Ann L. Johnson Professor of Neurosurgery. This research was made possible with support from Leonard A. Lauder, C and A Johnson Family Foundation, The Park Foundation, Sanger Family Foundation, Eileen R.B. and Steve D. Scheel, Schultz Family Foundation, and other generous Mayo Clinic benefactors. The research is funded in part by a Mayo Clinic Transform the Practice grant.


Source : https://newsnetwork.mayoclinic.org/discussion/study-documents-safety-improvements-from-stem-cell-therapy-after-spinal-cord-injury/


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #5 le: 11 avril 2024 à 13:30:16 »
Citer


Les cellules souches aident un surfeur blessé à marcher à nouveau

10 avril 2024

Un homme qui est resté paralysé à la suite d’une grave lésion de la moelle épinière a déclaré qu’il était désormais capable de se tenir debout et de marcher tout seul grâce à un nouveau traitement pionnier à base de cellules souches.

Chris Barr, 57 ans, s'est retrouvé incapable de se nourrir, de s'habiller ou de marcher seul à la suite d'un accident traumatisant de surf il y a sept ans, où il est tombé de la crête d'une vague. Les médecins lui avaient alors dit que l'accident pourrait le laisser paralysé définitivement.

Cependant, ce mois-ci, il a été rapporté que Barr avait commencé à retrouver non seulement une mobilité de base, mais également la capacité de se tenir debout et de marcher à nouveau après avoir subi un traitement expérimental à base de cellules souches.

En tant que participant avec 10 autres patients à un essai clinique mené par la clinique Mayo, Barr a subi une procédure saluée par beaucoup comme l'avenir du traitement des lésions médullaires.

Le processus consiste à extraire de l'abdomen la graisse riche en cellules souches par une biopsie, à isoler les puissantes cellules souches mésenchymateuses de ce tissu adipeux, à les multiplier en 100 millions de cellules et à les injecter dans la colonne lombaire, dans le bas du dos.

Étant donné que les cellules souches mésenchymateuses ont la capacité unique de se transformer en d’autres types de cellules, elles peuvent être utilisées pour réparer et remplacer les cellules endommagées par une blessure, comme celles de la moelle épinière de M. Barr.

Le succès du traitement expérimental a été mesuré par rapport à l’échelle de déficience de l’American Spinal Injury Association (ASIA), qui sert de référence pour déterminer les niveaux de gravité de la paralysie.

À la suite de l'essai, 70 % des participants ont progressé d'au moins un niveau sur l'échelle ASIA, tandis que 30 % n'ont signalé aucune amélioration ou aggravation de leur état et aucun effet indésirable grave n'a été signalé par tous les participants.

On estime qu’environ 50 000 personnes vivent avec une lésion de la moelle épinière au Royaume-Uni, et 2 500 personnes subissent chaque année une lésion de la moelle épinière.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur l’efficacité de cette forme de traitement – les thérapies à base de cellules souches sont toujours classées comme « expérimentales » aux États-Unis – mais ce qui est indéniable, c’est que les cellules souches ont réussi à redonner à Chris Barr sa vie et sa liberté.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Stem Cells Help Injured Surfer to Walk Again

Apr 10, 2024

A man who was left paralysed by a severe spinal cord injury has reported that he is now able to stand and walk by himself thanks to a pioneering new stem cell treatment.

Chris Barr, 57, was left unable to feed, dress or walk by himself as a result of a traumatic surfing accident seven years ago, where he fell from the crest of a wave. Doctors told him at the time that the accident could leave him permanently paralysed.

However, this month it’s been reported that Barr has started to not only regain basic mobility, but also the ability to stand and walk again after undergoing an experimental stem cell treatment.

As a participant along with 10 other patients in a clinical trial run by the Mayo Clinic, Barr underwent a procedure being hailed by many as the future of spinal cord injury treatment.

The process involves extracting stem cell rich fat from the stomach through a biopsy, the isolation of the powerful mesenchymal stem cells from this fat tissue, their expansion into 100 million cells and their injection into the lumbar spine in the lower back.

Because mesenchymal stem cells have the unique ability to transform into other cell types, they can be used to repair and replace cells that have become damaged through injury, such as those in Mr Barr’s spinal cord.

The success of the experimental treatment was measured against the American Spinal Injury Association (ASIA) Impairment Scale, which is used as a reference for determining the severity levels of paralysis.

As a result of the trial, 70% of the participants moved up at least one level on the ASIA scale, while 30% reported no improvement or worsening in their conditions and no serious adverse effects were reported by all participants.

It’s estimated that around 50,000 people live with spinal cord injury in the UK, with 2,500 individuals sustaining spinal cord injuries every year.

More research is needed into the effectiveness of this form of treatment – stem cell therapies are still classed as ‘experimental’ in the U.S. – but what’s undeniable is that stem cells have managed to give Chris Barr his life and freedom back.


 Source : https://cells4life.com/2024/04/stem-cells-help-injured-surfer-to-walk-again/

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #4 le: 16 décembre 2020 à 18:01:15 »
https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04520373

La Mayo Clinic à Rochester (Minnesota- USA) est en train de recruter 40 patients AISA A ou B pour un essai clinique de phase II avec cellules souches mésenchymateuses dérivées de la graisse des patients.

Hors ligne ANTONIN.D

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 789
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 C5 C6 ASIA B
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #3 le: 08 décembre 2019 à 17:02:57 »
Cette opération sera que pour les nouveau blessé médullaire je supposes. 
Même technique que le neurogel mais sans la graisse activée pour créer un gel pour la reconstruction du conduit de la moelle épinière (surtout pour les anciennes lésions), encore une fois une preuve que le neurogel peut que marché.

Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 5065
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #2 le: 08 décembre 2019 à 11:41:20 »
merci Thierry :cool:
pour l'instant c'est de bon résultats sur un Tétra Incomplet, a voir pour la suite.
Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4078
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #1 le: 08 décembre 2019 à 11:33:07 »
Citer
Les cellules souches représentent une étape vers l'amélioration de la fonction motrice et sensorielle après une lésion de la moelle épinière

27-nov-2019

Newswise - ROCHESTER, Minnesota - Selon les premières recherches de la Mayo Clinic, les cellules souches dérivées de la graisse d'un patient offrent une étape vers l'amélioration - et pas seulement la stabilisation - des fonctions motrices et sensorielles des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.

Un essai clinique a recruté 10 adultes pour traiter la paralysie d'une lésion traumatique de la moelle épinière. Après l'injection de cellules souches, le premier patient a démontré une amélioration des fonctions motrices et sensorielles, et n'a eu aucun effet indésirable significatif, selon un rapport de cas publié dans Mayo Clinic Proceedings.

En tant qu'essai clinique multidisciplinaire de phase I, l'étude teste la sécurité, les effets secondaires et la dose idéale de cellules souches. Les premiers résultats des essais montrent que la réponse des patients varie. L'équipe Mayo prévoit de poursuivre l'analyse des réponses des patients, et de nouveaux résultats seront publiés sur les neuf autres participants à l'essai.

"Dans ce rapport de cas, le premier patient était un super-répondeur, mais il y a d'autres patients dans l'essai qui sont des répondeurs et des non-répondeurs modérés", explique Dr. Mohamad Bydon, chirurgien neurologue de la Mayo Clinic et premier auteur du rapport. "L'un de nos objectifs dans cette étude et les études futures est de mieux définir qui sera un répondeur et pourquoi les patients répondent différemment aux injections de cellules souches.

"Les résultats à ce jour sont encourageants pour les patients souffrant de lésions de la moelle épinière, car nous explorons un éventail croissant d'options de traitement qui pourraient améliorer la fonction physique après ces blessures dévastatrices."

Selon l'Organisation mondiale de la santé, entre 250 000 et 500 000 personnes dans le monde souffrent chaque année d'une lésion de la moelle épinière, souvent avec une perte de fonction sensorielle et motrice qui change la vie. Jusqu'à 90% de ces cas sont d'origine traumatique.

Dans le rapport de cas, le patient, alors âgé de 53 ans, s'est blessé à la moelle épinière cervicale lors d'un accident de surf en 2017. Il a subi une perte de fonction complète en dessous du niveau de blessure, ce qui signifie qu'il ne pouvait ni bouger ni ressentir quoi que ce soit en dessous son cou. Il a été opéré pour décompresser et fusionner ses vertèbres cervicales. Au cours des prochains mois, grâce à la physiothérapie et à l'ergothérapie, il a retrouvé une capacité limitée à utiliser ses bras et ses jambes, et certaines fonctions sensorielles se sont améliorées. Cependant, ses progrès ont atteint un plateau six mois après sa blessure.

Le patient s'est inscrit à l'étude neuf mois après sa blessure. Ses cellules souches ont été recueillies en prélevant une petite quantité de graisse sur son abdomen. En huit semaines, les cellules ont été cultivées en laboratoire jusqu'à 100 millions de cellules. Ensuite, les cellules souches ont été injectées dans la colonne lombaire du patient, dans le bas du dos, 11 mois après sa blessure.

Le patient a été observé à intervalles réguliers au cours des 18 mois suivant l'injection. Ses scores en physiothérapie se sont améliorés. Par exemple, dans le test de marche de 10 mètres, la ligne de base du patient de 57,72 secondes s'est améliorée de 15 mois à 23 secondes. Et dans le test de déambulation, la ligne de base du patient de 200 mètres pendant 12,8 minutes s'est améliorée à 15 mois à 700 mètres pendant 34 minutes.

Les scores en ergothérapie du patient se sont également améliorés, comme la force de préhension et de pincement et la dextérité manuelle. Ses scores sensoriels se sont améliorés, avec des tests de piqûre d'épingle et de toucher léger, tout comme son score de santé.

Les cellules souches migrent vers le plus haut niveau d'inflammation, qui est au niveau des lésions de la moelle épinière, mais le mécanisme d'interaction des cellules avec la moelle épinière n'est pas entièrement compris, explique le Dr Bydon. Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont prélevé du liquide céphalorachidien sur tous les patients pour rechercher des marqueurs biologiques susceptibles de donner des indices sur la guérison. Les marqueurs biologiques sont importants car ils peuvent aider à identifier les processus critiques qui conduisent à des lésions de la moelle épinière au niveau cellulaire et pourraient conduire à de nouvelles thérapies régénératives.

"La médecine régénérative est un domaine en évolution", explique Dr. Wenchun Qu, spécialiste de la douleur à la Mayo Clinic, et auteur principal du rapport. "La recherche et l'utilisation des cellules souches par Mayo s'appuient sur des années d'investigation scientifique rigoureuse. Nous nous efforçons de veiller à ce que les patients qui reçoivent des cellules souches soient pleinement informés des risques, des avantages, des alternatives et des inconnues de ces thérapies. Grâce à nos essais cliniques avec des cellules souches, nous apprenons et améliorons ces procédures."


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Stem cells a step toward improving motor, sensory function after spinal cord injury

27-Nov-2019

Newswise — ROCHESTER, Minn. — Stem cells derived from a patient's own fat offer a step toward improving — not just stabilizing — motor and sensory function of people with spinal cord injuries, according to early research from Mayo Clinic.

A clinical trial enrolled 10 adults to treat paralysis from traumatic spinal cord injury. After stem cell injection, the first patient demonstrated improvement in motor and sensory functions, and had no significant adverse effects, according to a case report published in Mayo Clinic Proceedings.

As a phase I multidisciplinary clinical trial, the study tests the safety, side effects and ideal dose of stem cells. Early trial findings show that patient response varies. The Mayo team plans to continue analyzing patient responses, and further results will be published on the other nine trial participants.

Read more from the study team in this Center for Regenerative Medicine blog post.

"In this case report, the first patient was a superresponder, but there are other patients in the trial who are moderate responders and nonresponders," says Mohamad Bydon, M.D., a Mayo Clinic neurologic surgeon and first author of the report. "One of our objectives in this study and future studies is to better delineate who will be a responder and why patients respond differently to stem cell injections.

"The findings to date will be encouraging to patients with spinal cord injuries, as we are exploring an increasing array of options for treatment that might improve physical function after these devastating injuries."

Between 250,000 and 500,000 people worldwide suffer a spinal cord injury each year, often with life-changing loss of sensory and motor function, according to the World Health Organization. Up to 90% of these cases are from traumatic causes.

All subjects enrolled in this study received fat-derived stem cell treatment, which is experimental and is not approved by the Food and Drug Administration (FDA) for large-scale use. However, the FDA allowed its use in this research.

In the case report, the patient, then 53, injured the spinal cord in his neck in a 2017 surfing accident. He suffered a complete loss of function below the level of injury, meaning he could not move or feel anything below his neck. He had surgery to decompress and fuse his cervical vertebrae. Over the next few months, with physical and occupational therapy, he regained limited ability to use his arms and legs, and some sensory function improved. However, his progress plateaued at six months after his injury.

The patient enrolled in the study nine months after his injury. His stem cells were collected by taking a small amount of fat from his abdomen. Over eight weeks, the cells were expanded in the laboratory to 100 million cells. Then the stem cells were injected into the patient's lumbar spine, in the lower back, 11 months after his injury.

"We want to intervene when the physical function has plateaued, so that we do not allow the intervention to take credit for early improvements that occur as part of the natural history with many spinal cord injuries. In this case, the patient was injected with stem cells nearly one year after his injury," Dr. Bydon says.

The patient was observed at baseline and at regular intervals over 18 months following injection. His physical therapy scores improved. For example, in the 10-meter walk test, the patient's baseline of 57.72 seconds improved at 15 months to 23 seconds. And in the ambulation test, the patient's baseline of 635 feet for 12.8 minutes improved at 15 months to 2,200 feet for 34 minutes.

The patient's occupational therapy scores also improved, such as grip and pinch strength, and manual dexterity. His sensory scores improved, with pinprick and light touch tests, as did his mental health score.

The stem cells migrate to the highest level of inflammation, which is at the level of spinal cord injury, but the cells' mechanism of interacting with the spinal cord is not fully understood, Dr. Bydon says. As part of the study, investigators collected cerebrospinal fluid on all of the patients to look for biological markers that might give clues to healing. Biological markers are important because they can help identify the critical processes that lead to spinal cord injury at a cellular level and could lead to new regenerative therapies.

"Regenerative medicine is an evolving field," says Wenchun Qu, M.D., Ph.D., a Mayo Clinic physiatrist and pain specialist, and senior author of the report. "Mayo's research and use of stem cells are informed by years of rigorous scientific investigation. We strive to ensure that patients who receive stem cells are fully educated in the risks, benefits, alternatives and unknowns about these therapies. Through our clinical trials with stem cells, we are learning from and improving these procedures."


Source : https://www.newswise.com/articles/case-report-stem-cells-a-step-toward-improving-motor-sensory-function-after-spinal-cord-injury



 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Sujet récents

Effarée par les prix !! par mureyt
[Hier à 16:05:16]


Fauteuils roulants : un remboursement à 100 % pour 2024 par Lavandula2
[Hier à 14:59:04]


Effarée par les prix !! par edilavni
[Hier à 14:41:27]


Effarée par les prix !! par Yak
[Hier à 13:20:45]


Effarée par les prix !! par caro23
[Hier à 12:27:48]


Effarée par les prix !! par Yak
[Hier à 12:17:13]


Effarée par les prix !! par edilavni
[Hier à 11:17:13]


Effarée par les prix !! par Yak
[Hier à 09:56:38]


Effarée par les prix !! par Lavandula2
[27 mai 2024 à 17:39:23]


Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse) par letetra
[27 mai 2024 à 13:59:57]

* Qui est en ligne

  • user DotBot
  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
91j 17h 17m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 5h 23m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5065 Messages
TDelrieu TDelrieu
4078 Messages
farid
1336 Messages
Lavandula2
1286 Messages
caro23 caro23
1271 Messages
STEPHANE STEPHANE
998 Messages
J.Solis J.Solis
997 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk