Auteur Sujet: De l'oxygène pour traiter les blessures à la moelle épinière  (Lu 2568 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Arnaud

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 769
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Autre
  • Niveau de lésion: Flémard

De l'oxygène pour traiter les blessures à la moelle épinière

Des chercheurs de l'Université de l'Alberta ont découvert que les fonctions motrices des personnes qui ont subi une blessure à la moelle épinière peuvent être améliorées en augmentant le taux d'oxygène dans le sang.

L'étude, publiée dans le journal scientifique Nature Medicine, démontre que les lésions à la moelle épinière réduisent la quantité de sang et d'oxygène qui se rendent à la zone touchée, ce qui mène à un manque d'oxygène chronique dans les neurones.

Si on augmente le niveau d'oxygène dans la moelle épinière, les fonctions motrices s'améliorent. L'étude a été réalisée sur des rats, mais les chercheurs sont optimistes que les résultats peuvent s'appliquer au traitement des blessures chez les humains.

« C'est un traitement très simple », dit le chercheur David Bennett. « Nous avons été surpris de constater qu'il fonctionne aussi bien. »

Ce traitement pourrait même fonctionner chez les patients qui sont blessés depuis des mois ou des années.

Source :
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1031260/decouverte-oxygene-traiter-blessures-moelle-epiniere-universite-alberta

 :smiley:
Saint Gabriel - Apporte bonnes nouvelles.

Hors ligne mick 74

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 270
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
pas de souci pour l'oxygène j'ai une bouteille chez moi avec de l'acétylène pour le chalumeau mais je la branche ou la bouteille  :hein:?? j'ouvre la bouche et j'avale l'oxygène ou  on l'envoie par l'anus :1420: dommage qu'il nous le dise pas

Hors ligne dardaran

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 336
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: D5-D6
Mick74 -  là, vous êtes bon pour devenir une fusée nord coréenne de courte portée.
Je ne suis pas Docteur, mais je crains que ça ne fonctionne pas!

G.
Les lois sont faites pour la plèbe non pour les patriciens.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1011
    • Voir le profil
moi,j'ai fait mienne l'expression "aux grands maux ,les grands remedes" ,En ,l'occurence ,je ne pense qu'une smple injection d(oxygene puisse regenerer  un systeme aussi complexe et fragile que la moelle epiniere

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Citer


Une découverte de l'Université de l'Alberta promet de nouvelles thérapies pour les lésions de la moelle épinière


1er mai 2017


Les neuroscientifiques de l'Université de l'Alberta ont fait une découverte majeure sur la nature des lésions de la moelle épinière qui peuvent débloquer un certain nombre de nouvelles possibilités de traitement pour ceux qui souffrent de paralysie.


Le travail des chercheurs conteste les hypothèses antérieures sur l'importance et le comportement du flux sanguin suite à une blessure, en constatant qu'un traitement aussi simple que l'augmentation de l'oxygène peut entraîner une amélioration de la fonction motrice.


"La plus grande constatation est vraiment que nous avons constaté que les petits vaisseaux sanguins, ces capillaires, sont contrôlés par des cellules dont personne ne savait rien", a déclaré Karim Fouad, co-auteur principal de l'étude. "Cette connaissance ouvre tant de fenêtres, tant d'opportunités pour les traitements de diverses maladies et lésions du cerveau et de la moelle épinière".


L'étude, publiée dans la revue académique Nature Medicine, a été réalisée sur plusieurs années par des scientifiques de la Faculté de médecine rééducative de l'Université de l'Alberta.


Les preuves découvertes au cours du projet se sont soldées par une contradiction des travaux antérieurs qui suggéraient que le flux sanguin vers la moelle épinière n'est compromis que temporairement suite à une lésion et revient à la normale dans un court laps de temps.


L'équipe de l'Université de l'Alberta a constaté, en fait, que les rats atteints de lésions de la moelle épinière présentaient une diminution chronique du flux sanguin à long terme au niveau du site de la lésion et en dessous, accompagné d'un manque d'oxygène au réseau des neurones de la moelle épinière. Le niveau d'oxygène était inférieur à la moitié de ce qu'il devrait être, pire encore que les faibles niveaux d'oxygène observés au camp de base du mont Everest.


En essayant de mieux comprendre ce qui se passait, l'équipe a examiné le comportement de minuscules vaisseaux sanguins appelés "capillaires" dans la moelle épinière. En particulier, la recherche a porté sur des cellules peu connues appelées "péricytes", qui enveloppent les capillaires et agissent comme des vannes contrôlant le flux sanguin dans les vaisseaux.


L'étude a révélé que, bien que les péricytes soient coupés du contrôle du cerveau, ils produisent encore par eux-mêmes une enzyme particulière qui déclenche une réaction qui amène les péricytes à se contracter autour des vaisseaux sanguins.


"Il s'avère que le flux sanguin au-dessous d'une lésion de la moelle épinière - sur toute la longueur de la moelle épinière sous la lésion - est perturbé de façon permanente en raison de ces péricytes excessivement contractés", a déclaré David Bennett, co-auteur principal de l'étude.


De là, les chercheurs ont ensuite noté un certain nombre de voies potentielles pour un traitement qui pourrait restaurer la fonction motrice.


Les médicaments qui bloquent cette enzyme ont produit un flux sanguin et des niveaux d'oxygène améliorés, et ont permis aux animaux d'améliorer l'activité musculaire.


Des résultats positifs ont également été observés simplement en fournissant des niveaux d'oxygène plus élevés. Les rats pouvaient marcher mieux, bien que la fonction améliorée soit temporaire.


"Nous avons été surpris que cela fonctionnait", a déclaré Bennett. "Si on respire une minute d'oxygène pur, on obtient une fonction améliorée pendant 20 minutes chez ces rats. Mais je ne pense pas que ce soit un traitement magique. C'est une preuve de principe selon laquelle il y a un besoin d'oxygène."


Actuellement, l'un des traitements les plus efficaces pour les lésions de la moelle épinière est un entrainement intensif sur le tapis roulant, dans lequel les patients sont soutenus par un harnais et sont souvent stimulés par des électrodes placées au niveau de la moelle épinière.


La recherche suggère que le traitement de l'oxygène - ou même des exercices de respiration - pourrait avoir un impact important sur l'entrainement intensif sur le tapis roulant, potentiellement même en remplacement des électrodes. Un petit essai humain est sur le point de commencer à l'Université de l'Alberta pour évaluer les effets de ce traitement.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




University of Alberta discovery offers promise of new therapies for spinal cord injuries


May 1, 2017


Neuroscientists at the University of Alberta have made a major discovery on the nature of spinal cord injuries that may unlock a number of new treatment possibilities for those suffering impairment. 


The researchers’ work challenges previous assumptions about the importance and behaviour of blood flow following an injury, finding that a treatment as simple as increased oxygen can lead to improved motor function.


“The biggest finding is really that we found that blood vessels, these capillaries, are controlled by cells that nobody really knew anything about,” said Karim Fouad, the Canada Research Chair in spinal cord injury and co-senior author of the study. “Just that knowledge opens so many windows, so many opportunities for treatments of various diseases and injuries of the brain and spinal cord.”


The study, published in the academic journal Nature Medicine, was carried out over several years by scientists at the U of A’s faculty of rehabilitation medicine.


Evidence uncovered during the project wound up unexpectedly contradicting previous work that suggested blood flow to the spinal cord was only temporarily compromised following an injury and returned to normal within a short period.


The U of A team found, in fact, that rats with spinal cord injuries exhibited long-term, chronic restricted blood flow at the injury site and below it, accompanied by a lack of oxygen to the network of neurons in the spinal cord.  The level of oxygen was found to be less than half of what it should be, worse even than the low oxygen levels experienced at the base camp of Mount Everest.


In trying to better understand what was going on, the team looked at the behaviour of tiny blood vessels called capillaries in the spinal cord. In particular, the research focused on little-known cells called pericytes, which were found to wrap around the capillaries and act as valves controlling the blood flow into the vessels. 


The study found that even though pericytes are cut off from brain control, they still produce a particular enzyme on their own that sets in motion a reaction that causes the pericytes to contract around the blood vessels.


“It turns out the blood flow below a spinal cord injury — the whole length of the spinal cord below an injury — is permanently impaired because of these pericytes excessively contracting,” said David Bennett, co-senior author of the study.


From there, the researchers then noted a number of potential pathways for treatment that could restore motor function.


Drugs that block the offending enzyme produced improved blood flow and oxygen levels, and allowed the animals to improve muscle activity.


Positive results were also seen just by delivering higher oxygen levels. The rats could actually walk better, though the enhanced function was temporary.


“It surprised us that it worked it all,” Bennett said. “If you inhale a minute of pure oxygen, you get improved function for like 20 minutes in these rats. But I don’t think it’s the magic bullet. It’s a proof of principle that you need oxygen.”


Currently, one of the most effective treatment for spinal cord injuries is intensive treadmill training, in which patients are supported by a harness and are often jump-started by electrodes placed on top of the spinal cord.


The research suggests oxygen treatment — or even breathing exercises — could have a big impact on the treadmill training, potentially even replacing the electrode process. A small human trial is about to begin at the U of A to gauge the effects.




Source : http://edmontonjournal.com/news/local-news/university-of-alberta-discovery-offers-promise-of-new-therapies-for-spinal-cord-injuries
« Modifié: 04 mai 2017 à 10:55:29 par TDelrieu »
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne larsen69

  • Régulier
  • ***
  • Messages: 25
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 C5
Gardons espoir, et faisons confiance à la recherche. 

Hors ligne Kristof

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 450
  • Sexe: Homme
  • Le bout du tunnel j'espère.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 c5 lourd ...
G toujours pensé que la solution a la reparation pouvait etee un truc tres simple voir tresvcon ...
L,oxy en surdosevfaut voir , mais il le respire obligatoirement , on va planeer si on fait des essais !
Cherchez plutot du coté de la chirurgie et la nanotechnologie !
 Et mettez plus de recherche sur les douleur fantomes !!!!
Garçons espoir et démerdons nous comme on peut en attendant .

 

SMF spam blocked by CleanTalk