Auteur Sujet: Gel d’acides aminés pour réparer les cellules nerveuses lésées  (Lu 3529 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Raph

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 174
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C3-C4
Re : Gel d’acides aminés pour réparer les cellules nerveuses lésées
« Réponse #2 le: 29 avril 2007 à 14:02:51 »
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3234,50-903195,0.html

Un liquide nano qui stoppe les hémorragies en quelques secondes
LE MONDE | 28.04.07 | 20h59  •  Mis à jour le 28.04.07 | 20h59


L'enthousiasme de Rutledge Ellis-Behnke est à la hauteur de ses espoirs. Les travaux de ce chercheur du département des sciences cognitives et du cerveau du MIT, réalisés en collaboration avec l'université d'Hongkong, pourraient apporter une toute nouvelle technique pour soigner les attaques cérébrales, réparer certaines lésions de la moelle épinière et, en prime, aboutir à un produit hémostatique miracle...



M. Ellis-Behnke a mis au point un liquide qui, au contact de tissus salés, comme ceux du corps, se transforme instantannément en gel aux multiples propriétés. Son principe actif ? Des peptides - assemblage d'acides aminés - formés de molécules en forme de peigne de 5 nanomètres de long sur 1,3 de large. En présence de tissus salés, ces peptides s'auto-assemblent pour former des fibres en forme de ruban pouvant atteindre plusieurs millimètres de long.
L'équipe de scientifiques cherchait, au départ, à tester ce produit pour reconnecter des neurones et réparer les liaisons provoquées par des attaques cérébrales. Ils l'ont donc expérimenté sur le cerveau d'un hamster dont la zone qui traite les informations visuelles fournies par le nerf optique avait été détruite. Dès l'application de la solution, la plaie s'est arrêté de saigner. "Nous avons cru que l'animal était mort, raconte M. Ellis-Behnke. En réalité, le gel formé par le contact avec les tissus avait stoppé l'hémorragie." Un effet inattendu dont les applications commerciales pourraient déboucher d'ici 3 à 5 ans."N'importe quelle hémorragie est stoppée en 15 secondes", assure le scientifique. Le gel restant transparent, il ne gêne pas le travail des chirurgiens et pourrait être utilisé en salle d'opération ou en tube pour de petites blessures.
Les chercheurs poursuivent parallèlement les travaux concernant la réparation cérébrale. Les essais suivants, toujours sur des hamsters, ont montré que, grâce au produit, la vision des animaux était rétablie au bout de quelques mois. "Nous obtenons des taux de reconnexion de 80 %", indique M. Ellis-Behnke. L'enjeu est d'importance. "Aux Etats-Unis, on dénombre chaque année 12 000 lésions traumatiques de la moelle épinière et quelque 550 000 accidents vasculaires cérébraux graves", note le chercheur.
Mais un produit utilisable sur l'homme ne devrait pas être disponible avant cinq ou dix ans.

Michel Alberganti
Article paru dans l'édition du 29.04.07


© Le Monde.fr

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4075
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Gel d’acides aminés pour réparer les cellules nerveuses lésées
« Réponse #1 le: 31 mars 2007 à 13:31:09 »
Citer
Des protéines élémentaires ont pu réparer des cellules nerveuses lésées

21/03/2007

C'est un fait : quand des cellules nerveuses sont détruites, elles ne peuvent pas se régénérer. Les dommages aux cellules nerveuses se produisent suite à des lésions du cordon médullaire, des lésions traumatiques du cerveau et des AVC. Mais, Rutledge Ellis-Behnke du Massachusetts Institute of Technology à Boston, espère sauver ces cellules et sauver la moelle épinière et le cerveau avec le procédé.

La technique d'Ellis-Behnke permet en fait aux cellules nerveuses de repousser. Cela fonctionne en injectant de minuscules fils d’acides aminés dans le secteur blessé du cerveau. Les acides aminés sont les briques élémentaires pour le corps. Une fois injectés, les acides aminés forment une structure pour que des cellules nerveuses s’y développent à travers et autour.

"En résumé, c'est une série d'acides aminés, et ça ressemble à un peigne. Ce sont des filaments hydrophiles... Et ce qui se produit est, quand ils se retrouvent en proximité étroite entre eux, qu’ils s'auto-assemblent dans un ruban qui a des filaments au-dessus, ainsi cela ressemble à un ruban filamenteux. Vous injectez ceci dans la zone qui a été lésée dans le cerveau, et ça forme un gel. Cela permet au cerveau de se guérir naturellement, des axones poussent, se rebranchent... Cela permet un retour fonctionnel", dit Ellis-Behnke.

Dans une étude sur des hamsters avec la vision endommagée, Ellis-Behnke et son équipe ont injecté les acides aminés dans les cerveaux des hamsters. Il a rapporté que 75 % des hamsters ont regagné leur vue. Dr. Ellis-Behnke dit que la technique serait d'abord employée pendant les chirurgies du cerveau pour aider à guérir les zones lésées par la chirurgie. Il est confiant que cela se produira dans un délai de cinq ans.

(…)


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Simple proteins could fix damaged nerve cells

3/21/2007 3:53 PM

It's a fact of life: when nerve cells are destroyed, they can't be restored. Damage to nerve cells occurs after spinal cord injuries, traumatic brain injuries and strokes. But, Rutledge Ellis-Behnke, from the Massachusetts Institute of Technology in Boston, is hoping to save those cells and save the spine and the brain in the process.

Ellis-Behnke's technique allows nerve cells to actually regrow. He does it by injecting tiny strings of amino acids into the injured area of the brain. Amino acids are the building blocks for the body. Once injected, the amino acids form a framework for parts of the nerve cells to grow through and around.

"Basically, it's a series of amino acids, and it looks just like a comb. These are hydrophilic fingers ... And what happens is, when they come in close proximity to each other, they will self-assemble into a ribbon that has fingers on it, so it looks like fibrous ribbon. You inject this into the area that has been injured in the brain, and it forms a gel. It actually causes the brain to heal itself, where we have axons growing through the center; reconnecting ... We see functional return," Ellis-Behnke said.

In a study of hamsters with damaged vision, Ellis-Behnke and his team injected the amino acids into the hamsters' brains. He reports 75 percent of the hamsters regained their sight. Dr. Ellis-Behnke says the technique would first be used during brain surgeries to help heal the areas that are injured by the surgery. He's optimistic this will happen within five years.

James Cook from the University of Missouri-Columbia is working on another body part. He's creating biological, living-cell implants for the knee and doing away with standard plastic and metal implants. His work has been studied in dogs with great success.

The knee is created by a computer to fit each patient's specific needs. Using the computer scans of the patient, donor cells are grown into a specific "mold".

"We take those cells and we actually grow them to start to make a tissue and then we prepare them to go back in your body. We exercise the cells in the laboratory, so they are ready to go into your joint," Cook said.

The cells are actually exercised with a machine, so they develop into working, adaptable cartilage to be put in the knee.

The problem with today's standard implants is that as soon as they are implanted, they start to degenerate. Cook says these biologic implants would have just the opposite effect. They'd actually get stronger and better over time.
"Instead of getting worse from the day you put it in, it is actually getting better. It will become more used to what you do. If you play tennis, it's going to look different than someone who swims. If you walk, and you are a man, versus a woman, who jogs, it's going to look different. It's going to adapt to your activity," Cook said.

Right now, the technique is being used in dogs with bad knees. Cook hopes and expects the research to make it to human trials. For humans, the implants would not only help knees, but could also be used for bad hip joints and arthritic hands.


Source : http://www.news8austin.com/content/headlines/?ArID=181165&SecID=2




 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

* Derniers Membres

Lavandula2
91j 9h 5m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 4h 26m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5060 Messages
TDelrieu TDelrieu
4075 Messages
Breizhfenua Breizhfenua
1519 Messages
farid
1329 Messages
Lavandula2
1279 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk