Auteur Sujet: Implant bionique pour les lésions de la moelle épinière (Melbourne - Australie)  (Lu 3852 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4068
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Citer
Nouvel objectif pour le « faiseur de miracles » : aider les paraplégiques à remarcher

Par Kate Jones
31 Janvier 2007
 
Le scientifique de Melbourne (Australie) qui a été le pionnier pour l'oreille bionique travaille à aider les paraplégiques à remarcher.

Professeur Graeme Clark, qui a développé l'implant cochléaire, développe actuellement un implant pour la moelle épinière.

L'implant est basé sur la même technologie bionique qui l’implant cochléaire, qui a rendu l'audition à plus de 50.000 personnes dans le monde.

Prof. Clark conduit une équipe de biologistes cellulaires, biophysiciens, spécialistes des plastiques et ingénieurs électriciens au Australian Research Council's Centre for Excellence, qui recherche des solutions bioniques pour les blessures de la moelle épinière.

"Le but final est de permettre à des personnes de remarcher, de retrouver des sensations et fonctionner correctement", a dit prof. Clark.

En utilisant des plastiques "intelligents", l'équipe développe un implant qui serait inséré chirurgicalement dans le secteur lésé de la moelle épinière d'un patient.

Les plastiques "intelligents" conduisent l'électricité et sont combinés avec des nanotubes de carbone – des milliers de fibres microscopiques qui entrent en contact des terminaisons nerveuses.

L'implant reçoit des ondes radio à travers la peau à partir d'un émetteur porté en dehors du corps sur le dos du patient.

Le stimulus électrique reçu par l'implant lui permet de libérer des facteurs de croissance nerveux qui incitent les nerfs spinaux lésés à repousser et à se reconnecter par la suite avec d'autres nerfs.

Une fois que les nerfs sont reconnectés, les patients devraient commencer à ressentir leurs jambes et à remarchent, a dit le Prof Clark.

Le projet a reçu $1 millions de fonds fédéraux sur cinq ans.

Des chercheurs au St Vincent's Hospital, Bionic Ear Institute et à la University of Wollongong travaille actuellement sur l'implant.

Prof. Clark dit que développer l'implant sera aussi difficile techniquement que pour l'oreille bionique.

"Avec l'oreille bionique, 99 % des scientifiques mondiaux disaient que cela ne fonctionnerait pas et j'ai été sévèrement critiqué," a-t-dit.

"Il y a maintenant davantage d'optimisme pour le projet d’implant de la moelle épinière, mais les problèmes sont tout aussi complexes."

Prof. Clark a dit qu’un obstacle important est la cicatrice qui se développe dans la moelle épinière, ce qui peut bloquer des voies nerveuses.

Les scientifiques doivent également trouver comment inciter les nerfs à se développer assez loin le long des voies de nerveuses pour se reconnecter.

L'implant de la moelle épinière sera testé cette année sur des animaux, et l’on s'attend à ce que des essais humains commencent dans quelques années.

Pendant qu'ils développent l'implant bionique, les scientifiques perfectionnent également l'implant cochléaire de l'oreille.

Environ 8500 Australiens ont des blessures de la moelle épinière, les empêchant de marcher et, dans certains cas, de respirer de façon autonome.

Plus de la moitié des blessures de la moelle épinière sont provoquées par des accidents de la route, alors que 35 % sont le résultat de chutes et d’accidents de sport. Les blessures de la moelle épinière coûtent à l'Australie $285 millions annuellement en coûts de santé.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Miracle worker's new aim to help paraplegics walk

By Kate Jones
January 31, 2007 12:00am

THE Melbourne scientist who pioneered the bionic ear is working to help paraplegics walk again.

Professor Graeme Clark, who developed the cochlear implant, is developing a spinal cord implant.

The implant relies on the same bionic technology that has restored hearing to more than 50,000 people around the world.

Prof Clark, 71, leads a team of cell biologists, biophysicists, plastic specialists and electrical engineers from the Australian Research Council's Centre for Excellence, seeking bionic solutions for spinal cord injuries.

"The ultimate goal is to get people to walk, to feel and to function properly," Prof Clark said.

Using "smart plastics", the team is developing an implant that would be surgically inserted into the damaged area of a patient's spinal cord.

"Smart plastics" conduct electricity and are combined with carbon nanotubes - thousands of microscopic fibres that touch nerve endings.

The implant receives radio waves through the skin from a transmitter pack worn outside the body on the patient's back.

The electrical stimulus received by the implant allows it to release nerve growth hormones that encourage damaged spinal nerves to regrow and eventually reconnect with other nerves.

Once the nerves are reattached, Prof Clark said patients should begin to feel their legs and walk again.

The project has received $1 million in federal funds over five years.

Researchers at St Vincent's Hospital, the Bionic Ear Institute and the University of Wollongong are working on the implant.

Prof Clark said developing the implant was just as challenging as making the bionic ear.

"With the bionic ear, 99 per cent of the world's scientists said it wouldn't work and I was severely criticised," he said.

"There's now more of a sense of optimism with the spinal cord project, but the problems are just as complex."

Prof Clark said a major hurdle was the scar tissue that develops in the spinal cord, which can block nerve pathways.

Scientists also need to figure out how to encourage nerves to grow far enough along the nerve pathways to reconnect.

The spinal cord implant will be tested on animals this year, while human tests are expected to start in a few years.

At the same time as they develop the bionic implant, scientists are also perfecting the cochlear ear implant.

About 8500 Australians have debilitating spinal cord injuries, preventing them from walking and, in some cases, even breathing independently.

More than half of all spinal cord injuries are caused by road accidents, while 35 per cent are the result of falls and sports accidents. Spinal cord injuries cost Australia $285 million in health care costs each year.


Source : http://www.news.com.au/story/0,10117,21146835-421,00.html?from=public_rss


Merci Karine... ;)





Graeme M. Clark
The Centre for Clinical Neuroscience and Neurological Research
St. Vincent’s Hospital
P.O. Box 2900, Melbourne VIC 3065, Australia
Tel:  +61 3 9288 3341
Fax: +61 3 9667 7518
E-mail: gclark@bionicear.org



 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
90j 20h 50m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 2h 59m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5045 Messages
TDelrieu TDelrieu
4068 Messages
farid
1320 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
Lavandula2
1268 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
J.Solis J.Solis
995 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk