Auteur Sujet: Greffe de vessie + cellules autologues  (Lu 6531 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4068
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Greffe de vessie + cellules autologues
« Réponse #3 le: 13 octobre 2007 à 10:41:46 »
chris88,

Au "Thomas Jefferson University Hospital" à Philadelphie, il y a un essai clinique en cours sur l'utilisation de cellules souches autologues pour construire une néo-vessie :
http://www.jefferson.edu/news/index.cfm?artid=2007/article15203.html

Actuellement, ils sont en train de recruter des patients pour un essai clinique de phase II (10 patients). Les coordonnées pour contacter l'équipe médicale sont ici :
http://clinicaltrial.gov/ct/show/NCT00512148;jsessionid=E8B5196646FE8A7831CF6079A0712135?order=2

Mais tout cela se passe aux USA, comme beaucoup de choses...

chris88

  • Invité
Re : Greffe de vessie + cellules autologues
« Réponse #2 le: 12 octobre 2007 à 02:01:14 »
bonsoir,
j'ai lu votre message sur la greffe de vessie, pouvez m'en dire plus car je suis dialysée et en plus j'ai une spina bifida donc vessie qui faut auto sondée donc pour etre greffée d'un rein les medecin me proposent de me poser un bricker que j'ai refus pour l'nstant mais si il y aurai un espoir de pouvoir greffe une vessie je tenterai bien ma chance mais il me faudrai plus d'élémet pour le propoer au professeur wolf de l'hopital hautepierre de strasbourg
merci de votre aide
bien amicalement
chris

Hors ligne seppel

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 136
    • Voir le profil
Greffe de vessie + cellules autologues
« Réponse #1 le: 05 avril 2006 à 16:31:05 »
De l'APM (Agence de Presse Médicale) :

Citer
TITRE :  Premier résultat positif pour une greffe de vessie reconstruite par ingénierie tissulaire avec des cellules autologues 



LONDRES, 4 avril (APM) - Un résultat positif a été obtenu pour la première fois chez l'homme pour une greffe de vessie reconstruite ex vivo par ingénierie tissulaire avec des cellules autologues, dans le traitement d'une maladie urologique conduisant à une incontinence.

Cette nouvelle méthode de cystoplastie, si elle confirme son efficacité dans des études sur de plus grands nombres de patients, pourrait remplacer la méthode actuelle consistant à utiliser des segments gastrointestinaux comme tissus pour les incorporer au tractus urinaire, qui est associée à de nombreuses complications, notamment métaboliques, voire malignes.

Dans l'étude publiée dans le Lancet, Anthony Atala et ses collègues de la Wake Forest University à Winston-Salem et de la Harvard Medical School à Boston ont prélevé par biopsie dans la vessie des cellules urothéliales et des cellules musculaires. Puis ils les ont fait pousser en culture et les ont ensuite déposées sur une matrice biodégradable de collagène ou de mélange collagène-acide polyglycolique.

Après sept semaines, la vessie ainsi reconstruite était implantée chez les patients, avec ou sans recouvrement par une partie du péritoine, l'épiploon.

L'étude a été conduite chez sept patients âgés de 4 à 19 ans qui souffraient de myéloméningocèle, maladie congénitale associée à une incontinence. Le suivi a été de 22 à 61 mois.

Les chercheurs montrent que ce traitement a été efficace, particulièrement chez les patients dont la vessie reconstruite réimplantée a été recouverte par l'épiploon. Ils ont mis en évidence une diminution du "leak point pressure" (la plus petite pression intra-vésicale générée par une poussée abdominale entraînant une fuite d'urine). La capacité de la vessie était augmentée, de même que sa distensibilité.

Alors que les fuites d'urine étaient très fréquentes avant l'intervention, le temps entre deux fuites a augmenté avec la vessie reconstruite, tout particulièrement chez les patients qui ont reçu une vessie reconstruite à partir d'une matrice de collagène et acide polyglycolique et qui a été recouverte avec l'épiploon. Le délai entre deux fuites était, selon le patient, de trois à sept heures.

Ces bénéfices fonctionnels sont restés stables sur plusieurs années.

Les chercheurs mettent également en avant la stabilité de la fonction rénale et l'absence des complications observées dans les interventions avec du tissu intestinal.

Des études multicentriques avec un long suivi sont maintenant nécessaires.

(Lancet, édition en ligne accélérée du 4 avril)

fb/eh/APM
FBJD4001 04/04/2006 13:28 ACTU
 

Jean-Michel.


L'espoir est parfois douloureux, mais l'absence d'espoir est mortel.

 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Sujet récents

* Qui est en ligne

  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
90j 21h 8m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 2h 59m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5045 Messages
TDelrieu TDelrieu
4068 Messages
farid
1320 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
Lavandula2
1268 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
J.Solis J.Solis
995 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk