Auteur Sujet: Des nanofibres pour réparer les cellules nerveuses  (Lu 2957 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Arnaud

  • Invité
Des nanofibres pour réparer les cellules nerveuses
« Réponse #1 le: 14 mars 2006 à 15:47:40 »

Des hamsters dont le nerf optique avait été endommagé ont retrouvé l’usage de leurs yeux grâce à un échafaudage de nanofibres qui aide les cellules nerveuses à repousser comme une plante sur une treille, expliquent des chercheurs américains et chinois. L’objectif de cette technique est de réparer les lésions du cerveau ou de la moelle épinière en permettant aux axones de se reformer. Les axones sont les prolongements des cellules nerveuses, des sortes de branches indispensables à la communication entre neurones, via les synapses.

En cas de lésion, les neurones ne peuvent reformer leurs axones et la communication entre certaines parties du cerveau est rompue. Après avoir sectionné le nerf optique de hamster, petits ou adultes, Rutledge Ellis-Behnke (MIT) et ses collègues ont injecté une solution saline contenant des peptides capables de s’auto-assembler. C’est l’un des coauteurs de l’étude, Shuguang Zhang (MIT), qui a découvert il y a quelques années que certains peptides placés dans une solution saline formaient de fines couches composées de 99% d’eau et de 1% de peptides.
Ces couches constituent un échafaudage de nanofibres sur lequel les axones peuvent repousser, expliquent les chercheurs.

Chez les hamsters, l’injection de cette solution de peptides leur a permis de recouvrer la vue au bout de six semaines. Les chercheurs ont été heureusement surpris de voir que les résultats étaient aussi bons pour les adultes que pour les petits. Ces travaux sont publiés dans l’édition électronique avancée des PNAS.

Les chercheurs projettent de tester ces nanofibres sur d’autres types de lésions, notamment sur la moelle épinière. Les peptides étant synthétiques, cette solution a l’avantage de ne contenir aucun produit d’origine animal pouvant entraîner un rejet. Quant à l’échafaudage, il est biodégradable et les peptides sont éliminés ou recyclés par l’organisme.

Cette technique doit encore faire ses preuves dans des conditions ‘’réelles’’. En effet, au cours de l’expérience la solution a été injectée juste après la lésion. En cas d’accident, le site de la lésion est moins net et il se crée une zone de cicatrisation sur laquelle les peptides seraient moins efficaces.

http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060314.OBS0470.html

Ces travaux sont publiés dans l’édition électronique avancée des PNAS.
Site internet : http://intl.pnas.org/

 :smiley:



 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
90j 20h 50m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 2h 52m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5045 Messages
TDelrieu TDelrieu
4068 Messages
farid
1320 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
Lavandula2
1268 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
STEPHANE STEPHANE
976 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk