Auteur Sujet: Un traitement est-il vraiment possible ?  (Lu 4759 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4075
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Un traitement est-il vraiment possible ?
« Réponse #2 le: 25 mars 2005 à 17:53:47 »
Dr Wise Young répond à un membre du forum "CareCure community", pessimiste, car sa lésion est ancienne de 20 ans ! 8)

Citer
Wise Young
Administrateur

Posté le 25-03-05
Chris2, vous êtes naturellement libre de conclure ce que vous voulez mais, regardant les mêmes données, j’arrive à des conclusions opposées.

1. Les lésions du cordon médullaire sont vraiment relativement simples. Les traumatiques endommagent des neurones et des axones à l'emplacement du dommage, laissant souvent une mince bande d’axones en survie. Les neurones au-dessus et au-dessous de l'emplacement du dommage restent en grande partie intacts, mais ne peuvent pas communiquer entre eux. Seulement 10% des axones sont nécessaires pour permettre un rétablissement fonctionnel substantiel. C'est pourquoi une majorité de personnes avec des lésions incomplètes du cordon médullaire récupèrent la capacité de marcher. Le but des thérapies est de faire passer les personnes avec lésions complètes à des lésions incomplètes, et d'inciter les personnes avec lésions incomplètes (mais avec des déficits résiduels) à améliorer ces fonctions. Jusque récemment, il n’y avait peu d'espoir que des neurones endommagés à l'emplacement des lésions puissent être remplacés. Maintenant, il y a des preuves dans les études animales que même des motoneurones peuvent être remplacés avec des cellules souches embryonnaires prédifférentiées pour former des neurones et traités avec des médicaments pour régénérer leurs axones.

2. Les muscles, les os, et les articulations dégénèrent en effet à cause du non-usage. Cependant, ils peuvent être maintenus en forme et même reconstruits avec l'exercice.

3. Le cerveau peut oublier comment faire les choses, mais il peut apprendre à nouveau. Cependant, le cordon médullaire n'oublie pas les fonctions basiques si facilement et peut être réactivé.

4. Certaines des thérapies étudiées sont en effet complexes et coûteuses. Mais, aucune de ces thérapies étudiées n'est plus chère qu'une greffe de rein ou qu’un grand nombre des thérapies coûteuses et complexes qui sont appliquées maintenant.

La logique me dit que si nous laissons tomber maintenant, cela n’arrivera pas durant notre vie. La logique ne me dit pas que vous ou les autres soyez condamnés à être paralysés à vie.
Wise

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================

Wise Young
Administrator
   
posted 03-25-05 04:15 AM
Chris2, you are of course free to conclude what you want but, looking at the same data, I come to the opposite conclusions.
1. The damage to the spinal cord is actually relatively simple. Traumatic injury damages neurons and axons at the injury site, often leaving a thin rim of surviving axons. The neurons above and below the injury site remain largely intact but cannot talk to each other. Only 10% of the axons are necessary to support substantial functional recovery. That is why a majority of people with incomplete spinal cord injuries recover ability to walk. The goal of therapies is to make people with so-called complete spinal cord injuries incomplete, and to make people with incomplete spinal cord injury but with residual deficits have better function. Until recently, there was little hope that neurons damaged at the injury site can be replaced. However, there is evidence in animal studies that even motoneurons can be replaced with embryonic stem cells that have been predifferentiated to form neurons and treated with drugs to regenerate their axons.
2. Muscles, bones, and joints do indeed degenerate from non-use. However, they can be maintained and even rebuilt with exercise.
3. The brain may forget how to do things but it can learn again. However, the spinal cord does not forget basic functions so readily and can be retrained.
4. Some of the therapies being considered are indeed complex and costly. But, none of the therapies being considered are more expensive than a kidney transplant or any of a large number of costly and complex therapies that are being applied now.
Logic tells me that if we give up now, it will not happen in our lifetime. It does not tell me that you or others are doomed to be disabled for life.
wise.
Posts: 16880 |  From: New Brunswick, NJ, USA |  Registered: 07-23-01

Hors ligne seppel

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 136
    • Voir le profil
Un traitement est-il vraiment possible ?
« Réponse #1 le: 17 mars 2005 à 14:48:47 »
Bonjour,

Ci-après une petite traduction d'un post de WISE YOUNG du 27/02/05 :

Citer
Un traitement est-il vraiment possible ?

 Cette question a été posée dans les esprits de beaucoup de membres de carecure, en particulier depuis qu'un groupe de représentants  de carecure a prévu d'aller à Washington le 12 avril pour obtenir le financement du gouvernement pour demander des épreuves cliniques de dommages de cordon médullaire. Tandis que j'ai essayé de répondre à cette question à maintes reprises, une proportion significative de personnes (20% ou plus, d'après divers scrutins de carecure) ne croient pas qu'un "traitement" se produira dans leur temps restant à vivre.  Au lieu d'essayer de répondre dans la perspective d'un scientifique qui regarde les résultats de la recherche, laissez-moi essayer d'adresser les doutes et les raisons du pessimisme exprimé par beaucoup.

Les raisons du pessimisme au sujet d'un traitement pour des dommages de cordon médullaire entrent dans quatre catégories.

 :arrow: La première est qu'il n'est pas possible de rétablir ce qui a été mort et absent pendant beaucoup d'années, y compris des neurones, muscles, os, et d'autres organes, particulièrement avec le vieillissement.  

 :arrow: La seconde est que le cordon médullaire ne peut pas se régénérer, ni se reconnecter.  Les scientifiques n'ont jamais réussi à le faire chez l'homme, pourquoi devrait on le croire maintenant ?

 :arrow: La troisième est que même si un traitement était possible, le gouvernement et la société n'investiront pas suffisamment pour faire de la cure une réalité pour les personnes.

 :arrow: La quatrième est que beaucoup de cliniciens pensent qu'un traitement est impossible, au moins dans notre vie.


Laissez-moi considérer chacune de ces raisons alternativement.

1°) Comment est-il possible de rétablir ce qui a été mort et disparu pendant des années ?  

D'abord, il y a une prétention fausse en cette question, la prétention que tout est mort et disparu.  Même les personnes les plus sévèrement blessées ont la majeure partie de leur cordon médullaire intact en-dessous de l'emplacement des dommages, et ont toujours certains os et muscles.  En second lieu, il est possible de rétablir les  muscles, les os, et même des neurones. Troisièmement, il n'est pas nécessaire de regénérer l'ensemble de la corde pour retrouver des fonctions significatives.  Naturellement, plus vous maintenez votre corps et cordon médullaire inférieur vivants, moins le travail et le temps nécessaire au rétablissement seront importants.  Oui, le rétablissement sera plus lent pour des personnes plus âgées et exigera plus de travail. Cependant, pour les personnes qui ont été blessées même depuis des décennies, les exercices vont reconstituer les muscles, les os, et d'autres organes.  Il y aura probablement des manières d'accélérer cette restauration à l'avenir, peut-être par l'utilisation des cellules souches pour rajeunir ces tissus.


2°) Le cordon médullaire humain peut-il régénérer ?
  Il y a des évidences suffisantes que les cordons médullaires des animaux peuvent régénérer.  Pas toutes les données viennent des animaux.  Laissez-moi juste vous donner trois exemples qui plaident pour la possibilité de régénération humaine.  D'abord, si vous collez un nerf périphérique dans le cordon médullaire d'un humain, les axones spinaux entreront dans le nerf périphérique et croîtreront tout le long jusqu'à innerver le muscle.  En d'autres termes, les axones humains vont croître tout le chemin à condition d'avoir un bon environnement.  Un deuxième exemple est le rétablissement continu de la fonction dans les personnes beaucoup d'années après des dommages.  Le rétablissement de la sensation chez Christopher Reeve commençant 2 ans après ses dommages, le retour du mouvement du doigt d'index gauche à 5 ans, et sa capacité de déplacer ses jambes dans la piscine en sont des exemples.  Je suis sûr que beaucoup de gens ont des histoires semblables de sensations ou de  mouvements qui réapparraissent quelques années après les dommages.  Un troisième exemple est le rétablissement remarquable de beaucoup de gens qui ont eu des dommages incomplets graves de cordon médullaire.  Ce rétablissement prend souvent beaucoup d'années, semblable à la synchronisation qui serait prévue pour la régénération.  Il est vrai que les gens avec des dommages "complets" de cordon médullaire auront besoin de thérapies qui les rendront "incomplets", mais c'est pourquoi  nous avons besoin de recherche et d'épreuves cliniques.


3°) Le gouvernement et la société n'ont pas investi dans la recherche.  

Il est en effet vrai et frustrant que notre gouvernement et la société n'ont pas investi en juste proportion dans la recherche de dommages de cordon médullaire et dans les épreuves cliniques. Il est apparu très clairement qu'elles ne le feront pas sans pression publique significative. Nous ne pouvons pas nous asseoir et attendre.  Ce n'est pas une question d'argent mais une question de priorité.  Notre gouvernement dépense plus en un jour en Irak, qu'il n'a dépensé pour la recherche de dommages de cordon médullaire dans les 5 dernières années. Notre nation a placé sa priorité sur d'autres questions.  C'est quelque chose qui peut et doit être changé.  Nous devons également nous assurer que quand le traitement vient, il soit disponible à tous et pas simplement au riche et bien-relié.


4°) Les cliniciens sont pessimistes.

 Il est vrai que beaucoup de cliniciens sont pessimistes.  Cependant, il y en a également beaucoup qui sont optimistes, en particulier ceux qui ont pris le temps et l'effort de se renseigner sur la recherche et les nouveaux résultats.  Nous devons nous rappeler que la plupart des cliniciens se sont exercés il y a des décennies quand il n'y avait aucun espoir. Le pessimisme des cliniciens est quelque chose que la communauté de dommages de cordon médullaire peut corriger.  Après tout, qui en sait le plus  au sujet des traitements que les membres de CareCure ?    


Christopher Reeve m'a dit une fois que l'espoir est la première étape.  Sans espoir, nous n'avons rien.  Il a dit que si les scientifiques lui avaient dit qu'un traitement n'est pas possible en raison d'obstacles scientifiques insurmontables, il l'aurait accepté.  Cependant, si les seuls obstacles à un traitement sont le "pessimisme", la politique, et l'argent, il ne peut pas le tolérer.  Ce sont des choses qui peuvent être changées.  


===================
Et l'original :
===================

Is a Cure Really Possible?

Wise Young, Ph.D, M.D.
W. M. Keck Center for Collaborative Neuroscience
Rutgers University, Piscataway, New Jersey 08854


Isildur posted  02-27-05 03:25 PM


"everybody wants the cure, every member with sci wants to run, walk, jump, b/b, feel all body, can move arms and hands, recover sexual function, throw ventilator trough the window, etc... but first we must ask ourself if this things are possible.

how will do the science to restore muscular mass, bone density, tendons, functional in limbs, and other problems of many years post sci people? is really possible?"


Is a cure really possible? This question has been on the minds of many carecure members, particularly since a group of carecure advocates are heading down to Washington on April 12 to ask for more spinal cord injury clinical trial and research funding from the government.  While I have tried to answer this question many times, a significant proportion of people (20% or more, judging from various polls posted on the site) donÕt believe that a "cure" will occur in our lifetime.  Instead of trying to answer from the perspective of a scientist who is viewing research results, let me try to address the doubts and reasons for pessimism expressed by many.


Reasons for pessimism concerning a cure for spinal cord injury fall into four categories.  The first is that it is not possible to revive what has been dead and absent for many years, including neurons, muscles, bone, and other organs, especially with aging.  The second is that the spinal cord cannot regenerate, i.e. reconnect.  Scientists have never been able to do so in humans and why should we believe that they can do so now?  The third is that even if a cure were possible, the government and society will not invest sufficiently into making the cure a reality for people.  The fourth is that many clinicians think that a cure is impossible, at least in our lifetime.  Let me consider each of these reasons in turn.


•  How is it possible to revive what has been dead and gone for year?  First, there is a false assumption in this question, the assumption that everything is dead and gone.  Even the most severely injured people have most of their spinal cord below the injury site remaining and still have some bone and muscle.  Second, it is possible to revive and regrow muscle, bone, and even neurons.  Third, it is not necessary to regrow and revive everything in order to have significant function.  Of course, the more you keep your body and lower spinal cord alive and kicking, the less work and time it will take.  Yes, recovery will be slower in older people and will require work.  However, for people who have been injured, even for decades, exercise will restore muscles, bones, and other organs.  There will probably be ways to hasten that restoration in the future, perhaps through use of stem cells to juvenate those tissues.


•  Can the human spinal cord regenerate?  There is ample evidence that animal spinal cords can regenerate.  Not all the data comes from animals.  Let me just give three examples that argue for the possibility of human regeneration.  First, if you stick a peripheral nerve into the spinal cord of a human, spinal axons will enter into the peripheral nerve and grow all the way to innervate muscle.  In other words, human axons will grow all the way given the right environment.  A second example is the continued recovery of function in people many years after injury.  Christopher Reeve's recovery of sensation starting 2 years after his injury, the return of his left index finger movement at 5 years, and his ability to move his legs in the swimming pool are well-publicized examples.  I am sure that many people have similar stories of patches of sensation or movement returning many years after injury.  A third example is the remarkable recovery of many people who have had severe incomplete spinal cord injury.  That recovery often takes many years, similar to the timing that would be expected of regeneration.  It is true that people with "complete" spinal cord injury will need therapies that will make them "incomplete" but that is why we need research and clinical trials.


•  Government and society have not invested in research.  It is indeed true and frustrating that our government and society have not invested adequately into spinal cord injury research and clinical trials. It has become very clear that they will not do so without significant public pressure. We cannot sit around and wait.  It is not a matter of money but a matter of priority.  Our government spends more on in one day in Iraq than they have spent on spinal cord injury research for the past 5 years. Our nation has placed its priority on other issues.  This is something that can and must be changed.  We also must make sure that when the cure comes, it is available to everybody and not just the wealthy and well-connected.


• Clinicians are pessimistic.  It is true that many clinicians are pessimistic.  However, there are also many optimistic clinicians, particularly ones who have taken the time and effort to learn about research and the new findings.  We must remember that most clinicians trained decades ago when there was no hope and that it is difficult to see through the veil of tears surrounding spinal cord injury. Pessimism of clinicians is something that the spinal cord injury community can correct.  After all, who knows more about the cure that members of CareCure? Who sees clinicians who take of spinal cord injury? Who else can change them?  


Christopher Reeve once said to me that hope is the first step.  Without hope, we have nothing.  He said that if scientists had told him that a cure is not possible because of insurmountable scientific obstacles, he could accept it.  However, if the obstacles to a cure are pessimism, politics, and money, he cannot tolerate it.  These are things that can be changed.  


@+
Jean-Michel.


L'espoir est parfois douloureux, mais l'absence d'espoir est mortel.

 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
91j 9h 10m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 4h 51m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5060 Messages
TDelrieu TDelrieu
4075 Messages
Breizhfenua Breizhfenua
1519 Messages
farid
1330 Messages
Lavandula2
1279 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk