Auteur Sujet: Commercialisation de la première prothèse bluetooth pour la fonction de la main  (Lu 410 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 342
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5

Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4515
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
petite traduction rapide avec google :


"La FDA approuve l'attelle sans fil qui utilise les ondes cérébrales pour améliorer la fonction de la main chez les patients victimes d'un AVC.


Le contrôle de la pensée a une mauvaise réputation, mais il pourrait être la clé du recyclage de la fonction motrice chez les patients victimes d'un AVC. Un appareil nouvellement approuvé par la FDA améliore le mouvement de la main en transmettant sans fil des ondes cérébrales à une tablette, qui contrôle ensuite une attelle sur la main et le poignet.

La FDA a accordé une autorisation de mise sur le marché au système de réadaptation des membres supérieurs IpsiHand de Neurolutions pour une utilisation dans les schémas thérapeutiques post-AVC pour les patients âgés de 18 ans et plus, ce qui en fait le premier membre non invasif de la famille à la mode «interface cerveau-ordinateur» à recevoir l'approbation de l'agence.

Le système IpsiHand comprend un casque parsemé d'électrodes EEG pour enregistrer l'activité cérébrale du côté du cerveau non affecté par un AVC. Ces données sont automatiquement envoyées à une tablette pour déterminer un mouvement musculaire prévu, après quoi la tablette envoie un signal pour bouger l'orthèse de la main.

Ce faisant, le système est conçu pour aider les patients victimes d'un AVC souffrant de blessures à la main, au poignet et au bras à réapprendre à saisir des objets et à renforcer leur capacité à le faire. Une étude clinique a montré que tous les patients ont constaté une amélioration de leurs fonctions motrices après avoir utilisé l'appareil pendant 12 semaines.

L'appareil peut être utilisé dans une clinique ou à domicile après avoir été prescrit par un médecin.

Les effets indésirables rapportés au cours de l'étude comprenaient une légère fatigue, une gêne et une rougeur cutanée temporaire après utilisation. De plus, l'utilisation de l'appareil n'est pas recommandée pour les patients victimes d'un AVC dont les blessures à la main et au poignet empêchent le corset d'être correctement ajusté, ni pour ceux qui ont subi une craniotomie ou une craniectomie.

«Des milliers de survivants d'un AVC ont besoin de réadaptation chaque année. L'autorisation d'aujourd'hui offre à certains patients victimes d'un AVC chronique subissant une réadaptation après un AVC une option de traitement supplémentaire pour les aider à bouger à nouveau les mains et les bras et comble un besoin non satisfait pour les patients qui n'ont peut-être pas accès aux technologies de réadaptation après un AVC à domicile », Christopher Loftus, directeur par intérim de le bureau des dispositifs de médecine neurologique et physique de la FDA, a déclaré dans un communiqué de l' agence .

Le système IpsiHand a été inventé par deux professeurs de l'Université de Washington à Saint-Louis. Eric Leuthardt, MD, neurochirurgien, et Daniel Moran, Ph.D., professeur de génie biomédical, ont commencé à développer la technologie derrière l'appareil il y a plus de dix ans et ont formé Neurolutions en 2007 pour le faire avancer.

Le dernier cycle de financement rapporté de Neurolutions, en 2015, a rapporté 1,15 million de dollars d'investisseurs tels que Ascension Ventures, BioGenerator et Prolog Ventures.

L'IpsiHand est l'une des premières interfaces cerveau-ordinateur à obtenir le feu vert de la FDA, et la première non invasive. À ce jour, la seule autre interface approuvée est le NeuroPort Array de Blackrock Microsystems, un dispositif d'électrode qui surveille et enregistre l'activité électrique dans le cerveau jusqu'à 30 jours après l'implantation.

En 2019, la FDA a publié un projet de directive décrivant ses plans pour encourager et accélérer le développement de dispositifs reposant sur les ondes cérébrales pour traiter la paralysie ou l'amputation.

Depuis lors, l'agence n'a publié qu'une poignée de désignations de dispositifs révolutionnaires pour des systèmes qui traduisent la production neurologique en thérapies physiques. Outre l'IpsiHand, Neuralink d'Elon Musk a reçu la désignation de sa puce de lecture de la pensée en juillet dernier, suivi de l' implant Stentrode ciblant la paralysie des membres supérieurs de Synchron le mois suivant."
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 342
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5