Auteur Sujet: Efficacité des cellules souches de moelle osseuse  (Lu 7578 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« le: 02 décembre 2005 à 15:01:13 »
Une preuve supplémentaire de l’efficacité des cellules souches issues de la moelle osseuse pour la réparation des lésions nerveuses ! :D


Citer
Des cellules souches de moelle osseuse humaine pourraient avoir plus de potentiels thérapeutiques
www.chinaview.cn 29-11-2005


LOS ANGELES, le 28 novembre (Xinhuanet) - Une percée dans la recherche de cellule souches pourrait finalement mener à des remèdes pour des maladies invalidantes comme l'Alzheimer ou Parkinson, ont publié lundi les scientifiques américains.

Selon la dernière publication de “Proceedings of National Academy of Sciences“, les chercheurs pensent maintenant fermement que les cellules souches d’un jour, transmutées dans du tissu de cellules saines pour remplacer les mauvaises, pourraient devenir un remède pour les maladies cérébrales.

L’annonce a été faite par des chercheurs qui ont constaté que des cellules souches de moelle osseuse humaine pouvaient avoir des potentiels thérapeutiques plus importants que précédemment pensée. C'est dû à leur capacité de stimuler la différentiation d'autres cellules souches.

Les chercheurs de l'Université Tulane ont constaté que des cellules souches de moelle osseuse humaine implantées dans le cerveau de souris ont stimulé la création de cellules neurales différenciées.

Dans l'expérience, les chercheurs ont implanté des cellules souches de moelle osseuse humaine dans le dentate gyrus de l'hippocampe de souris immuno-déficientes. L'hippocampe est la partie du cerveau responsable de la mémoire.

Les cellules souches de moelle osseuse humaine implantées ont manifestement augmenté la prolifération des cellules souches neurales des souris, ont trouvé les chercheurs.

Sept jours après l'implantation, de nouveaux neurones ont été trouvées ayant migrés partout dans hippocampe dorsal du cerveau des souris. À 30 jours après l'implantation, ces cellules cérébrales nouvellement produites montraient des signes de neurones matures et d’astrocytes.

De plus, les groupes des cellules cérébrales nouvellement cultivées de souris ont montré des processus immuno-réactifs complexes de facteurs neurotrophiques et de facteurs de croissance nerveuse.

"Donc, l'implantation de cellules souches de moelle osseuse humaine a stimulé la prolifération, la migration et la différentiation des cellules souches neurales endogènes et qui ont survécu comme des cellules neurales différenciées", ont dit les chercheurs dans l’article.

Ces résultats peuvent expliquer des observations récentes dans lesquelles des cellules souches issues de la moelle osseuse ont amélioré les effets thérapeutiques d'autres cellules souches, a dit l'équipe de recherche.

Les effets produits par les cellules souches de moelle osseuse humaine peuvent être probablement expliqués par leur sécrétion de chémokines (indispensables à la communication intercellulaire), ont suggéré les chercheurs dirigés par le Professeur Darwin Prockop. Après l'implantation, il y avait une augmentation générale de différentes chémokines dans hippocampe des souris, ont-ils trouvé.

Les chémokines sont une famille de glycoprotéines qui ont une puissante activation des leucocytes et de l'activité chémotactique. Mais les chercheurs ont indiqué que ces chémokines produites par les cellules souches de moelle osseuse humaine expliquent probablement l'augmentation des neurones des souris.

Il est aussi possible que les facteurs sécrétés par les cellules souches de moelle osseuse humaine ont activé les astrocytes à proximité, qui ont à leur tour stimulés la croissance des neurones, ont dit les chercheurs.

Les chercheurs ont noté que des cellules souches embryonnaires ou des cellules souches d'autres tissus, implantées en combinaison avec des cellules souches de moelle osseuse, étaient capables de se différencier plus efficacement.

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================

Human bone marrow stem cells may have more therapeutic potentials
www.chinaview.cn 2005-11-29 21:06:41


LOS ANGELES, Nov. 28 (Xinhuanet) -- A breakthrough in stem cell research could eventually lead to cures for debilitating diseases such as Alzheimer's or Parkinson's, US scientists reported on Monday.

According to the latest issue of the Proceedings of National Academy of Sciences, researchers now firmly believe that one day stem cells, by transmuting into healthy tissue cells to replace rotten ones, could become a remedy for the brain diseases.

The claim has been made by researchers in American who found that human bone marrow stem cells might have more therapeutic potentials than previously thought. This is due to their capability of stimulating the differentiation of other stem cells.

Researchers from the Tulane University found that human bone marrow stem cells implanted into mouse brains stimulated the creation of differentiated neural cells.

In the experiment, researchers implanted stem cells from human bone marrow into the dentate gyrus of the hippocampus of immuno deficient mice. The hippocampus is the part of the brain responsible for memory and navigation.

The implanted human marrow stem cells markedly increased the proliferation of mice neural stem cells, the researchers found.

Seven days after implantation, newly grown neuron cells were found to have migrated throughout the dorsal hippocampus of the mice's brains. By 30 days after implantation, the newly generated brain cells were showing signs of more mature neurons and astrocytes.

In addition, groups of the newly grown mice brain cells exhibited elaborate processes of immuno reactive ciliary neurotrophic factors and nerve growth factors.

"Therefore, implantation of human bone marrow stem cells stimulated proliferation, migration, and differentiation of the endogenous neural stem cells that survived as differentiated neural cells," the researchers said in the paper.

The results may explain recent observations in which stem cells derived from bone marrow or related tissues were found to improve therapeutic effects of other stem cells, said the research team.

The effects produced by the human bone marrow stem cells were probably explained by their secretion of chemokines, suggested the researchers led by Professor Darwin Prockop. After implantation, there was a general increase of different chemokines in the mice's hippocampus, they found.

Chemokines are a family of glycoproteins with potent leukocyte activation and chemotactic activity. But the researchers indicated that those chemokines from human marrow stem cells probably accounted for the increase in mice neuron cells.

It is also possible that factors secreted by the human bone marrow stem cells activated nearby astrocytes, which in turn stimulated neuron cell growth, said the researchers.

Embryonic stem cells or other tissue stem cells, if implanted together with bone marrow stem cells, were capable of differentiating more efficiently, the researchers noted. Enditem


Source :
http://news.xinhuanet.com/english/2005-11/29/content_3853817.htm
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #1 le: 02 février 2006 à 14:17:34 »
Citer
Journal of Neurotrauma
Administration par Ponction Lombaire* de Cellules Stromales de Moelle osseuse dans une Contusion de Moelle épinière : Nouvelle Méthode pour la Transplantation Cellulaire au minimum invasive

Janvier 2006, Vol. 23, No. 1: 55-65

Ajay Bakshi, Alissa L. Barshinger, Sharon A. Swanger, Vinit Madhavani, Jed S. Shumsky, Birgit NeuhuberPh.D., Itzhak Fischer.
Department of Neurobiology and Anatomy, Drexel University College of Medicine, Philadelphia, Pennsylvania.


La transplantation de cellules comme traitement pour la lésion de la moelle épinière est une stratégie thérapeutique prometteuse dont l’application clinique effective serait facilitée par des protocoles de livraison non-invasifs. Les cellules issues de la moelle osseuse sont intéressantes en particulier parce qu'elles peuvent être obtenus facilement, développées en grands nombres et employés potentiellement pour des transplantations autologues aussi bien qu’allogéniques. Dans cette étude nous avons évalué la faisabilité d'une nouvelle méthode au minimum invasive de Ponction Lombaire (PL) - pour la transplantation de cellules souches stromales de la moelle osseuse (MSC) dans un modèle de contusion de moelle épinière cliniquement approprié. De plus, nous avons cherché à déterminer des protocoles optimum pour l’application de telles transplantations cellulaires au minimum invasive. Des rats Sprague-Dawley ont subi une lésion par contusion modérée au niveau mi-dorsal, suivi par la transplantation par PL de MSC issues de rats transgéniques qui expriment le gène placentaire humain alcalin phosphatase (AP). Les receveurs ont été analysés histologiquement pour évaluer l’étendue de la livraison des cellules et leur survie au site de la lésion. Nous avons constaté que les MSC administrées par PL a atteint les tissus de la moelle épinière contusionnés et a manifesté un effet bénéfique significatif en réduisant la taille de la lésion et le kyste. La transplantation dans les 14 jours de la lésion a induit une efficacité de la greffe significativement plus grande que l’administration plus tardive, et l'augmentation du dosage des MSC a amélioré la prise de la greffe des cellules. Les techniques décrites ici peuvent facilement être traduites aux patients, accélérant ainsi l’application clinique des thérapies de cellules souches.


*Ponction Lombaire : Opération chirurgicale qui consiste à introduire une aiguille dans une cavité normale ou pathologique, à travers les tissus qui la recouvrent, pour en retirer du liquide ou y introduire un médicament.

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Journal of Neurotrauma
Lumbar Puncture Delivery of Bone Marrow Stromal Cells in Spinal Cord Contusion: A Novel Method for Minimally Invasive Cell Transplantation

Jan 2006, Vol. 23, No. 1: 55-65

Ajay Bakshi, Alissa L. Barshinger, Sharon A. Swanger, Vinit Madhavani, Jed S. Shumsky, Birgit NeuhuberPh.D., Itzhak Fischer.
Department of Neurobiology and Anatomy, Drexel University College of Medicine, Philadelphia, Pennsylvania.

Cell transplantation as a treatment for spinal cord injury is a promising therapeutic strategy whose effective clinical application would be facilitated by non-invasive delivery protocols. Cells derived from the bone marrow are particularly attractive because they can be obtained easily, expanded to large numbers and potentially used for autologous as well as allogeneic transplantation. In this study we tested the feasibility of a novel minimally invasive method—lumbar puncture (LP)—for transplanting bone marrow stromal stem cells (MSC) into a clinically relevant spinal cord contusion model. We further sought to determine optimal protocols for performing such minimally invasive cell transplantation. Sprague-Dawley rats received a moderate contusion injury at the midthoracic level followed by LP transplantation of MSC derived from transgenic rats that express the human placental alkaline phosphatase (AP) reporter gene. The recipients were analyzed histologically to evaluate the extent of cell delivery and survival at the injury site. We found that MSC delivered by LP reached the contused spinal cord tissues and exerted a significant beneficial effect by reducing cyst and injury size. Transplantation within 14 days of injury provided significantly greater grafting efficiency than more delayed delivery, and increasing MSC dosage improved cell engraftment. The techniques described here can easily be translated to patients, thus accelerating clinical application of stem cell therapies.


Source : http://www.liebertonline.com/doi/abs/10.1089/neu.2006.23.55

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #2 le: 18 mars 2006 à 13:13:08 »
Citer
Posté : le 16 mars 2006

Découverte de Comment les Cellules Stromales de Moelle osseuse Peuvent Potentiellement Régénérer le Tissu Cérébral
Des chercheurs japonais ont trouvé un morceau "du chaînon manquant" de comment les cellules stromales de la moelle osseuse reconstitue la fonction neurologique perdue une fois transplantée dans des animaux avec des désordres du système nerveux central, selon une étude dans la publication de mars du Journal of Nuclear Medicine.

"Notre étude a montré que la thérapie de transplantation de cellules peut améliorer la fonction de récepteur cérébral chez les patients souffrant d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), en améliorant leurs symptômes neurologiques", a dit Dr Satoshi Kuroda, du département de neurochirurgie à la “Hokkaido University School of Medicine“ à Sapporo, Japon. "Comment les cellules stromales de la moelle osseuse transplantée reconstituent-elles la fonction neurologique perdue n'est pas clair", a ajouté le co-auteur de l’article "Improved Expression of gamma-Aminobutyric Acid Receptor in Mice With Cerebral Infarct and Transplanted Bone Marrow Stromal Cells: An Autoradiographic and Histologic Analysis".

Ce que les chercheurs savent est que les cellules dans la moelle osseuse d'un adulte - cellules stromales - peuvent fournir une source sûre et éthique pour le remplacement des cellules cérébrales perdues à cause d’affections neurologiques comme les maladies de Parkinson et d'Alzheimer. Les études ont montré que les cellules prélevées de la moelle osseuse adulte humaine peuvent probablement être converties en cellules neurales qui pourraient alors être transplanté dans le cerveau.

Avec l'utilisation de l'autoradiographie (technique qui emploie les Rayon-X pour visualiser des molécules radioactives) et la fluorescence immunohistochimique (test de sections du tissu pour des protéines spécifiques en les liant avec des anticorps spécifiques), les chercheurs ont examiné le lien d'une molécule radioactive avec un récepteur spécifique de protéine dans des animaux avec des infarctus cérébraux ou AVC. Leurs découvertes "ont clairement montré" que les cellules stromales de la moelle osseuse "peut contribuer à la régénération du tissu neural en migrant vers la zone peri-infarctus et acquérant la fonction de récepteur spécifique du neurone", annonce l'article du JNM.

Les auteurs ont souligné que "il est essentiel de clarifier le mécanisme sous-jacent avant d'entreprendre des expérimentations cliniques avec des approches basées sur les cellules souches pour des patients avec un AVC. "Leurs résultats peuvent aider à combler un morceau 'du chaînon manquant' entre les découvertes histologiques et le rétablissement fonctionnel dans des expériences animales, et pourraient être utiles pour la recherche sur les cellules souches. "Davantage de recherches doivent être faites "pour clarifier entièrement le mécanisme de la thérapie de transplantation cellulaire pour des affections neurologiques", a dit Kuroda. Il a ajouté, "Quand l'efficacité, le mécanisme et la sécurité de la thérapie de transplantation cellulaire seront établis, nous serons capables de l'appliquer à des situations cliniques."

L'image moléculaire et la médecine nucléaire sont des outils utiles qui permettent la visualisation des différentes sortes de fonctions neuronales afin d’évaluer la thérapie de transplantation cellulaire dans des situations expérimentales et cliniques, a dit Kuroda. "Il est très difficile de visualiser des fonctions neuronales ; donc, nous avons choisi l'image du récepteur pour évaluer les effets de la thérapie de transplantation cellulaire sur l’AVC", a-t-il expliqué.

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================

Posted: March 16, 2006

Uncovering How Bone Marrow Stromal Cells Can Potentially Regenerate Brain Tissue

Japanese researchers have found a piece of the “missing link” about how bone marrow stromal cells restore lost neurologic function when transplanted into animals exhibiting central nervous system disorders, according to a study in the March issue of the Journal of Nuclear Medicine.

“Our study showed that cell transplantation therapy may improve brain receptor function in patients who suffered from cerebral stroke, improving their neurological symptoms,” said Satoshi Kuroda, M.D., Ph.D., who is with the department of neurosurgery at Hokkaido University School of Medicine in Sapporo, Japan. “How the transplanted bone marrow stromal cells restore the lost neurologic function is not clear,” added the co-author of “Improved Expression of gamma-Aminobutyric Acid Receptor in Mice With Cerebral Infarct and Transplanted Bone Marrow Stromal Cells: An Autoradiographic and Histologic Analysis.”

What researchers do know is that cells found in an adult’s bone marrow—stromal cells—may provide a safe, ethical source for replacing brain cells lost to neurological disorders such as Alzheimer’s and Parkinson’s diseases. Studies have shown that cells taken from adult human bone marrow may possibly be converted into neural cells—cells with the ability to convert to any type of cell found in the body—that could then be transplanted into the brain.

Using autoradiography (a technique that uses X-ray film to visualize radioactively labeled molecules) and fluorescence immunohistochemistry (the testing of sections of tissue for specific proteins by attaching them with specific antibodies), the researchers examined the binding of a radioactive molecule with a specific receptor protein in animals with cerebral infarcts or strokes. Their findings “clearly showed” that bone marrow stromal cells “may contribute to neural tissue regeneration by migrating toward the periinfarct area and acquiring the neuron-specific receptor function,” reports the JNM article.

The authors emphasized that “it is essential to clarify the underlying mechanism before undertaking clinical trials with stem cell–based approaches for patients with cerebral stoke.” Their results “may help fill in a piece of the ‘missing link’ between histologic findings and functional recovery in animal experiments and may be useful for further stem cell research.” More research needs to be done “to fully clarify the mechanism of cell transplantation therapy for neurological disorders,” said Kuroda. He added, “When the efficacy, mechanism and safety of cell transplantation therapy are established, we will be able to apply it to clinical situations.”

Molecular imaging and nuclear medicine are useful tools that allow the visualization of different kinds of neuronal functions to evaluate cell transplantation therapy in both experimental and clinical situations, said Kuroda. “It is very difficult to visualize neuronal functions; therefore, we chose receptor imaging to assess the effects of cell transplantation therapy on cerebral stroke,” he explained.

Besides Kuroda, co-authors of “Improved Expression of g-Aminobutyric Acid Receptor in Mice With Cerebral Infarct and Transplanted Bone Marrow Stromal Cells: An Autoradiographic and Histologic Analysis” include Hideo Shichinohe, M.D., Ph.D., Shunsuke Yano, M.D., Ph.D., Kazutoshi Hida, M.D., Ph.D., and Yoshinobu Iwasaki, M.D., Ph.D., all with the department of neurosurgery at Hokkaido University Graduate School of Medicine in Sapporo, Japan; and Takako Ohnishi, MSc, and Hiroshi Tamagami, MSc, both in the research and development division, Research Center, Nihon Medi-Physics Co. Ltd., Sodegaura, Japan.


Source : http://www.sciencedaily.com/releases/2006/03/060316002208.htm

« Modifié: 18 mars 2006 à 13:16:47 par TDelrieu »
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Arnaud

  • Invité
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #3 le: 18 mars 2006 à 13:35:03 »

Un autre exemple des qualités des cellules souches  :


Les cellules souches adultes améliorent la fonction cardiaque et le flux sanguin chez les malades cardiaques


Le système de navigation cardiaque NOGA(R) de Biologics Delivery Systems Group, Cordis Corporation, a aidé les chercheurs à délivrer des cellules souches dans le coeur

Selon une étude pilote présentée lors d'une session scientifique 2006 de l'American College of Cardiology, des cellules souches adultes issues de la moelle osseuse, administrées dans le coeur (intra-myocardique) et les tissus coronariens (intra-coronaire) de malades cardiaques, ont permis d'améliorer la fonction cardiaque et le flux sanguin des patients. L'étude a également démontré que les patients recevant un plus grand nombre de cellules souches bénéficiaient d'un plus haut degré d'amélioration cardiaque.

<< Les résultats de cette étude sur les cellules souches offrent des nouvelles encourageantes pour les patients qui souffrent de maladie coronarienne grave, mais des recherches cliniques supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces données >>, a déclaré Mariann Gyongyosi, M.D., Division de cardiologie, Centre médical de l'Université de Vienne, en Autriche. << Cette étude constitue une étape importante vers la compréhension du rôle potentiel des cellules souches adultes chez les patients souffrant d'une maladie cardiaque ischémique. >>

Six mois après l'injection de cellules souches, la fonction du site cible de l'étude, le ventricule cardiaque gauche des patients, s'est améliorée. Les améliorations ont inclus une augmentation de 4,7 % de la force des contractions cardiaques des patients (fraction d'éjection ou EF) (34,8 +/- 7,9 % à 39,5 +/- 6,7 % ; p=0.015) et une augmentation du mouvement de la paroi cardiaque interne pendant les contractions (raccourcissement local linéaire ou LLS) (5,14 +/- 2,90 % à 6,21 +/- 1,66 % ; p=0.035). En outre, les problèmes de flux sanguin (défauts de perfusion) des participants de l'étude ont diminué de 4,9 % après avoir reçu un médicament provoquant la tension (37,0 +/- 10,3 % à 32,1 +/- 13,3 % ; p=0.088).

L'étude a suivi 17 patients considérés comme des candidats inappropriés pour des traitements conventionnels tels que l'endoprothèse coronarienne ou la chirurgie de pontage. Utilisant le cathéter d'injection de recherche MYOSTAR(TM), les chercheurs ont administré des cellules souches issues de la moelle osseuse dans le ventricule cardiaque gauche des patients, s'appuyant sur le système NOGA(R) pour les aider à identifier précisément le site d'injection cible.

<< Le système NOGA(R) a créé des images du coeur à trois dimensions extrêmement précises. Ces images nous ont fourni une 'carte' claire qui nous a aidé à administrer les cellules souches adultes où nous le désirions >>, a commenté le Docteur Gyongyosi. << Cette technologie d'imagerie a été cruciale dans la réalisation de cette étude. >>

Une découverte secondaire de l'étude a démontré que les patients ont bénéficié d'une meilleure amélioration cardiaque lorsque le nombre de cellules souches administrées dans les tissus myocardiques et coronaires a augmenté. Ceci a été documenté avec des mesures de suivi, y compris EF (p=0.01, r=0.709), LLS (p<0.05, r=0.628) et les défauts de perfusion liés à la tension (p=0.01, r=0.708) et au repos (p<0.01, r=0.722).

Un raccourcissement local linéaire (LLS) a été mesuré à l'aide du système de cartographie endocardique NOGA, un outil qui permet de visualiser le mouvement de la paroi cardiaque interne en enregistrant ses signaux électriques. D'autres méthodes de suivi ont été utilisées, notamment les rayons x, la scintigraphie (une procédure de diagnostic qui crée une image d'un organe cible en administrant au patient un agent radioactif connu comme un radionucléide) et l'échocardiographie (un test de diagnostic permettant de visualiser le coeur et ses structures à l'aide d'ultrasons).

<< Nous sommes heureux que le système NOGA(R) ait pu jouer un rôle si important dans l'exploration de cette nouvelle frontière du traitement des maladies cardiaques >>, a déclaré Mark Martin, directeur clinique mondial de Biologics Delivery Systems Group, Cordis Corporation, qui distribue le système NOGA(R). << Cette étude témoigne de notre engagement à offrir aux médecins et aux chercheurs les technologies de visualisation et d'administration innovantes dont ils ont besoin pour explorer de nouvelles formes de traitements. >>


- À propos du système NOGA(R)

Le système de navigation cardiaque NOGA(R) est la technologie actuellement disponible sur le marché la plus avancée pour créer des images du coeur tri-dimensionnelles extrêmement précises. Grâce à ces images, les médecins sont en mesure d'identifier précisément les tissus qui pourraient bénéficier de thérapies ciblées. Le système de navigation cardiaque NOGA(R) XP est actuellement utilisé comme système de cartographie cardiaque dans plus de 17 essais cliniques dans le monde, pour l'étude de l'utilisation de cellules souches adultes et de thérapies géniques pour traiter des conditions comme l'insuffisance cardiaque congestive et l'ischémie chronique.

Le cathéter d'injection MYOSTAR(TM) n'est pas disponible à la vente aux États-unis. Il est utilisé uniquement dans le cadre de protocoles de recherche.

- À propos de Biologics Delivery Systems Group

Biologics Delivery Systems Group, Cordis Corporation, est un leader dans le marché émergent de l'administration biologique, développant des technologies avancées d'administration ciblée pour divers états pathologiques et spécialités cliniques. La technologie d'administration de Biologics Delivery Systems Group fait progresser le standard des soins en permettant aux médecins d'identifier et de visualiser les sites d'administration optimaux et de cibler un ou plusieurs sites de traitement avec précision.

- À propos de Cordis Corporation

Cordis Corporation, une société du groupe Johnson & Johnson, est un des chefs de file mondiaux du développement et de la fabrication de technologies vasculaires interventionnelles. Grâce à l'innovation et la recherche et développement, les médecins du monde entier sont mieux armés pour traiter les millions de patients atteints de maladie vasculaire.

Site Web : http://www.cordis.com

http://www.prnewswire.co.uk/cgi/news/release?id=166518

 :smiley:
« Modifié: 18 mars 2006 à 13:37:08 par Arnaud »

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #4 le: 13 avril 2006 à 18:48:28 »
Citer
Des progrès dans thérapie des cellules souches

Mardi 11 avril 2006
MINNESOTA (myDNA News)

Les perspectives pour la réparation du système nerveux avec des cellule souches peuvent être avancées par l'utilisation de cellules issues de la moelle osseuse et l'utilisation d'un hydrogel pour diriger la croissance des cellules, selon deux études qui ont été présentées la semaine dernière à une session spéciale sur la recherche des cellules souches au meeting annuel de la “American Academy of Neurology“ à San Diego, Californie.

La première étude a exploré le potentiel thérapeutique des cellules progénitrices multi-potentes issues de la moelle osseuse. Ces cellules ont la capacité de se développer dans une variété de types cellulaires, incluant les cellules du système nerveux, selon le docteur Cesar Borlongan, du Département de Neurologie au “Medical College of Georgia“.

Borlongan et ses collègues ont évalué le potentiel de cellules souches humaines et de rats, pour réparer le système nerveux sur des rats avec une lésion cérébrale induite expérimentalement. Une semaine après la transplantation, à la fois les cellules souches humaines et de rats ont réduit l’ampleur des dommages sur la motricité.

Sur des rats nouveaux-nés, les cellules transplantées ont migré des sites de greffe vers une autre région cérébrale voisine. Il n'y a eu aucune preuve de formation de tumeur, effet défavorable potentiel des transplantations de cellules souches.

La deuxième étude a examiné un problème significatif dans l'utilisation des cellules souches pour la réparation de la moelle épinière - celui de diriger les cellules pour les aligner dans la direction appropriée le long de la moelle épinière. Une mauvaise ou une non-orientation des cellules limite la capacité des nerfs lesés à se reconnecter avec d'autres cellules nerveuses plus loin vers le bas de la moelle épinière.

"Un échafaudage structuré pour diriger la repousse est nécessaire pour la réparation de la moelle épinière", a dit l’auteur principal de l’étude docteur Norbert Weidner, de l'Université de Regensburg, Allemagne.

L’équipe de recherche a évalué le “anisotropic capillary hydrogels (ACH)“ fait à partir du dérivé d’une algue, qui a une structure interne qui guide les axones (extensions des cellules nerveuses) préférentiellement dans une direction. Dans des cultures cérébrales en tranches, ils ont montré que l'ACH promeut la repousse des axones existants et améliore leur capacité de se reconnecter avec leurs cellules nerveuses cibles. Ils ont alors évalué cette stratégie chez des rats adultes avec des moelles épinières endommagées, où l’ACH a promu la repousse directionnelle à travers cet échafaudage.

Des études en cours démontrent que l’ACH peut être "ensemencé" avec des cellules souches neurales, qui s’alignent maintenant correctement et peuvent augmenter la capacité régénératrice de l'ACH.

"L’ACH représente une stratégie prometteuse pour inciter la repousse des nerfs après la lésion de la moelle épinière", a dit Weidner. "Plusieurs stratégies complémentaires pourraient être employées pour améliorer le succès de cette thérapie, incluant l'addition de divers facteurs de croissance et de médicaments au gel afin d’augmenter la croissance des cellules nerveuses."

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================

Advancements in stem cell therapy

Tue 11 Apr 2006 11:16 AM CST
MINNESOTA (myDNA News)
 
The prospects for stem cell repair of the nervous system may be advanced by the use of cells derived from bone marrow and the use of a hydrogel to direct cell growth, according to two studies that were presented last week at a special session on stem cell research at the annual meeting of the American Academy of Neurology in San Diego, Calif.

The first study explored the therapeutic potential of bone marrow-derived multi-potent progenitor cells. These cells have the ability to develop into a variety of cell types, including cells of the nervous system, according to Cesar Borlongan, Ph.D., of the Department of Neurology at the Medical College of Georgia.

Borlongan and his colleagues tested the potential of both human and rat stem cells to repair the nervous system in rats with experimentally induced stroke. Within a week of transplantation, both human and rat stem cells led to dose-dependent reductions in motor impairments.

In neonatal rats, transplanted cells migrated out from the transplant sites toward another nearby brain region. There was no evidence of tumor formation, a possible adverse effect of stem cell transplantation.

The second study addressed a significant problem in the use of stem cells for spinal cord repair — that of directing cells to align in the proper direction along the cord. Misdirected or undirected cell orientation limits the ability of injured nerves to reconnect with other nerve cells further down the spinal cord.

"A regrowth-directing structured scaffold is required for spinal cord repair," said lead study author Norbert Weidner, M.D., of the University of Regensburg, Germany.

The research group tested anisotropic capillary hydrogels (ACH) made of a seaweed derivative, which have an internal structure that preferentially guides axons (nerve cell extensions) in one direction. In brain slice cultures, they showed that ACH promoted regrowth of existing axons and improved their ability to reconnect with their target nerve cells. They then tested this strategy in adult rats with damaged spinal cords, where ACH promoted directional regrowth across the scaffold.

Ongoing studies demonstrate that ACH can be "seeded" with neural stem cells, which now align properly and may further enhance the regenerative capacity of ACH.

"ACH represents a promising strategy to induce nerve regrowth following spinal cord injury," Weidner said. "Several additional strategies could be used to improve the success of this therapy, including adding various growth factors and drugs to the gel to enhance nerve cell growth."

This information was provided by the American Academy of Neurology.


Source : http://www.mydna.com/genes/genetics/news/news_20060411_stem_cell.html

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #5 le: 20 mai 2006 à 18:26:25 »
Citer
Une Nouvelle Découverte dans l’Utilisation des Cellules Souches pour Traiter les Maladies Neurodégénératives

1/05/2006    
BIOWIRE

Les résultats d'une étude publiée en avril dans Stem Cells and Development suggère que les cellules souches humaines issues de la moelle osseuse soient prédisposées pour se développer dans une variété de types de cellules nerveuses, promettant le développement de thérapies cellulaires pour traiter des affections neurodégénératives comme la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques. Stem Cells and Development est un journal publié par Marie Ann Liebert, Inc. (www.liebertpub.com). L’article titré "Human Mesenchymal Stem Cells Express Neural Genes, Suggesting a Neural Predisposition" est disponible en ligne à www.liebertpub.com/scd

Ces résultats surprenants ouvrent une nouvelle perspective pour la différentiation des cellules et suggérent que les cellules souches multipotentes peuvent exprimer une large variété de gènes et que les cellules souches réalisent leur remarquable plasticité par l’inhibition de l'expression de beaucoup de ces gènes.

Dans l’éditorial, le Rédacteur en chef du journal, Dr. Denis English, Professeur de Neurochirurgie et Directeur de Biologie Cellulaire au “Center of Excellence for Aging and Brain Repair Research“ à l’École de Médecine de la “University of South Florida“ à Tampa, écrit, "la théorie invoque le terme de 'état souche' pour indiquer cette propriété, qui est caractérisée par une 'prédisposition neurale' des cellules souches. Cela contraste avec l’idée conventionnelle que les cellules souches mésenchymales expriment exclusivement des gènes mésenchymal et des gènes de structures avancées (en âge) en réponse aux signaux de différentiation." Il propose que "contrairement à notre pensée courante, les cellules souches ne soient en aucun sens des cellules primitives. En fait, les cellules souches peuvent être les cellules les plus avancées produites par l'organisme."

Les auteurs de l’article, Netta Blondheim, Yossef Levy, Tali Ben-Zur, Alex Burshtein, Tirza Cherlow, et coll., du "Felsenstein Medical Research Center" et du Département de Neurologie du "Rabin Medical Center", de la "Sackler School of Medicine" de la "Tel Aviv University", et du "Laniado Hospital" en Israel, proposent cette nouvelle vision de la plasticité des cellules souches adultes basées sur leurs découvertes que les cellules souches mésenchymales issues de la moelle osseuse et cultivées en laboratoire expriment une large variété de gènes neuraux, des gènes liés au système neuro-dopaminergique, et des facteurs de transcription qui contrôlent des gènes ayant une signification neurale.

Ils concluent que ces cellules souches mésenchymales sont prédisposées à se différencier en cellules neuronales dans les conditions appropriées. Ces cellules souches transplantées dans le système nerveux central se développeront dans une variété de types de cellules neurales fonctionnelles, faisant d’elles une ressource efficace pour la thérapie cellulaire.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


New Findings Support Promise of Using Stem Cells to Treat Neurodegenerative Diseases

5/1/2006 10:47:00 AM EST
BIOWIRE

The results of a study published in the April issue of Stem Cells and Development suggest that human stem cells derived from bone marrow are predisposed to develop into a variety of nerve cell types, supporting the promise of developing stem cell-based therapies to treat neurodegenerative disorders such as Parkinson's disease and multiple sclerosis. Stem Cells and Development is a peer-reviewed journal published by Mary Ann Liebert, Inc. (www.liebertpub.com). The paper, entitled "Human Mesenchymal Stem Cells Express Neural Genes, Suggesting a Neural Predisposition," is available free online at www.liebertpub.com/scd

These surprising results lend a new perspective to stem cell differentiation and suggest that multipotential stem cells may express a wide variety of genes at low levels and that stem cells achieve their remarkable plasticity by downregulating the expression of many of these background genes.

In an accompanying editorial, journal Editor-in-Chief, Denis English, Ph.D., Professor of Neurosurgery and Director of Cell Biology at the Center of Excellence for Aging and Brain Repair Research at the University of South Florida College of Medicine in Tampa, writes, "The theory invokes the term 'stem state' to indicate this property, which is characterized by a 'neural predisposition' of stem cells. This contrasts with the conventional view that MSCs exclusively express mesenchymal genes and only express genes of advanced structures in response to differentiation signals." He proposes that "contrary to our current thinking, stem cells are in no sense primitive cells. In fact, stem cells may well be the most advanced cells the organism produces."

The authors of the report, Netta Blondheim, Yossef Levy, Tali Ben-Zur, Alex Burshtein, Tirza Cherlow, et al., from the Felsenstein Medical Research Center and Department of Neurology at Rabin Medical Center, the Sackler School of Medicine of Tel Aviv University, and Laniado Hospital in Israel, propose this new view of adult stem cell plasticity based on their findings that bone marrow-derived mesenchymal stem cells grown in the laboratory express an extensive assortment of neural genes, genes linked to the neuro-dopaminergic system, and transcription factors that control genes having neural significance.

They conclude that these MSCs are predisposed to differentiate into neuronal cells given the proper conditions. When transplanted into the central nervous system, they will develop into a variety of functional neural cell types, making them a potent resource for cell-based therapy.


Source : http://www.genengnews.com/news/bnitem.aspx?name=993540

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #6 le: 10 juillet 2006 à 14:06:49 »
Citer
2006;8(3):210-4.   
L'implantation de cellules souches mésenchymales de moelle osseuse dans la moelle épinière lesée provoque une néo-neurogénèse et un rétablissement fonctionnel : résultats d'une étude sur des singes rhésus.

Deng YB, Liu XG, Liu ZG, Liu XL, Liu Y, Zhou GQ.

Department of Pathophysiology.

Contexte. La transplantation de cellules souches mésenchymales (MSC) dans des modèles de rongeur s'est avérée être une approche thérapeutique efficace pour la lésion de la moelle épinière. Cependant, des études chez des modèles de primates sont nécessaires avant l’application clinique de MSC aux patients.

Methodes. Des MSC ont été isolées de singes rhésus blessés médullaires (B.M) et induites in vivo à se différencier en cellules d'origine neurales. Les cellules induites ont été marquées avec Hoechst 33342 et injectées dans les sites lésés des modèles de rhésus B.M. La fonction de la moelle épinière lésée a été évaluée employant l'évaluation de comportement Tarlov, les réponses sensorielles et les tests électrophysiologiques CSEP (cortical somatosensory-evoked potential) et MEP (motor-evoked potential) et évoquée de moteur le potentiel (MEP). In vivo, la différentiation des cellules implantées a été démontrée par la présence de marqueurs de cellules neurales dans les cellules marquées Hoechst 33342. Le rétablissement des voies axonales a été démontré en employant un chlorure true blue (TB) de traçage rétrograde. Les résultats des singes ont atteint les catégories 2-3 Tarlov, et des réponses sensorielles presque normales 3 mois après la transplantation des cellules. Les tests CSEP et MEP ont montré des traits de récupérations. La présence des marqueurs des cellules neurales neurofilament (NF), énolase neuro-spécifique (NSE) et la GFAP (protéine gliale fibrillaire acide) a été observée dans approximativement 10 % des cellules marquées Hoechst 33342. TB, injecté au départ au niveau caudal des sites lésés, était traçable dans la moelle épinière rostrale dorsale, le noyau rouge et le cortex sensori-moteur.

Discussion. Nos résultats suggèrent que l'implantation de cellules issues de MSC a provoqué une néo-neurogénèse et un rétablissement fonctionnel chez le modèle primate B.M non-humain, et pourraient être exploités pour une application clinique de cellules souches mésenchymales de moelle osseuse (BM MSC) sur des patients avec B.M.

===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================

2006;8(3):210-4.   
Implantation of BM mesenchymal stem cells into injured spinal cord elicits de novo neurogenesis and functional recovery: evidence from a study in rhesus monkeys.

Deng YB, Liu XG, Liu ZG, Liu XL, Liu Y, Zhou GQ.

Department of Pathophysiology.

BackgroundTransplantation of mesenchymal stem cells (MSC) in rodent models has proved to be an effective therapeutic approach for spinal cord injury (SCI). However, further studies in primate models are still needed before clinical application of MSC to patients.MethodsMSC were isolated from rhesus monkey BM and induced ex vivo to differentiate into neural lineage cells. Induced cells were labeled with Hoechst 33342 and injected into the injured sites of rhesus SCI models. Function of the injured spinal cord was assessed using Tarlov behavior assessment, sensory responses and electrophysiologic tests of cortical somatosensory-evoked potential (CSEP) and motor-evoked potential (MEP). In vivo differentiation of the implanted cells was demonstrated by the presence of neural cell markers in Hoechst 33342-labeled cells. The re-establishment of the axonal pathway was demonstrated using a true blue (TB) chloride retrograde tracing study.ResultsMonkeys achieved Tarlov grades 2-3 and nearly normal sensory responses 3 months after cell transplantation. Both CSEP and MEP showed recovery features. The presence of the neural cell markers neurofilament (NF), neuro-specific enolase (NSE) and glial fibrillary acidic protein (GFAP) was observed in approximately 10% of Hoechst 33342-labeled cells. TB, originally injected at the caudal side of injured sites, was traceable in the rostral thoracic spinal cord, red nucleus and sensory motor cortex.DiscussionOur results suggest that the implantation of MSC-derived cells elicits de novo neurogenesis and functional recovery in a non-human primate SCI model and should harness the clinical application of BM MSC in SCI patients.


Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query...

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #7 le: 04 janvier 2007 à 13:33:57 »
Citer
Neuroscience Letters
Volume 402, Issues 1-2 , 10 Juillet 2006, Pages 51-56

Les cellules stromales de moelle osseuse peuvent parvenir à traiter des rats paraplégiques chroniques : Résultats fonctionnels et morphologiques un an après la transplantation

Mercedes Zurita et Jesús Vaquero jvaqueroc@telefonica.net

Neuroscience Research Unit of the Mapfre-Medicine Foundation, Neurosurgical Service, Puerta de Hierro Hospital, Autonomus University, San Martin de Porres 4, 28035 Madrid, Spain

Résumé
La paraplégie chronique résultant de lésions graves du cordon médullaire est considérée comme un état irréversible. Néanmoins, des études récentes utilisant des cellules souches adultes semblent offrir la promesse d’un traitement pour cela et d'autres affections neurologiques. Dans cette étude, nous prouvons que le rétablissement fonctionnel moteur progressif est réalisé dans l’année suivant l'administration des cellules stromales de moelle osseuse dans les cavités centrales traumatiques du cordon médullaire de rats adultes avec une paraplégie chronique. Actuellement, le rétablissement fonctionnel est presque complet et il est associé à une régénération nerveuse évidente du tissu dans le cordon médullaire blessé antérieurement.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Neuroscience Letters
Volume 402, Issues 1-2 , 10 July 2006, Pages 51-56

Bone marrow stromal cells can achieve cure of chronic paraplegic rats: Functional and morphological outcome one year after transplantation

Mercedes Zurita and Jesús Vaquero, jvaqueroc@telefonica.net

Neuroscience Research Unit of the Mapfre-Medicine Foundation, Neurosurgical Service, Puerta de Hierro Hospital, Autonomus University, San Martin de Porres 4, 28035 Madrid, Spain

Abstract
Chronic paraplegia resulting from severe spinal cord injury (SCI) is considered to be an irreversible condition. Nevertheless, recent studies utilizing adult stem cells appear to offer promise in the treatment of this and other neurological diseases. Here, we show that progressive functional motor recovery is achieved over the course of the year following the administration of bone marrow stromal cells (BMSC) in traumatic central spinal cord cavities of adult rats with chronic paraplegia. At this time, functional recovery is almost complete and associated with evident nervous tissue regeneration in the previously injured spinal cord.


Source : http://www.sciencedirect.com/science...

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3907
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Efficacité des cellules souches de moelle osseuse
« Réponse #8 le: 27 janvier 2007 à 14:20:10 »
Citer
Les cellules souches de la moelle osseuse d'adulte sont semblables à celles issues des cellules du cerveau

26 janvier 2007

Les scientifiques du Maxine Dunitz Neurosurgical Institute at Cedars-Sinai Medical Center ont manipulé des cellules souches issues de la moelle osseuse humaine d'adulte pour produire des agrégats des cellules nommées ‘sphères’ qui sont semblables à celles dérivées des cellules souches neurales du cerveau.

Les cellules souches issues de la moelle osseuse, qui peuvent être différenciées en neurones et autres cellules du système nerveux central, se comportent comme des cellules souches neurales une fois transplantées dans le tissu du cerveau d’embryons de poulet.

Une étude semblable employant des cellules souches issues de la moelle osseuse de rats a déjà été faite en 2002. Les résultats de l’expérience actuelle s’appuient sur le concept de l’utilisation de cellules souches issues de la moelle osseuse afin de créer des thérapies pour traiter des tumeurs du cerveau, l’AVC et des maladies neurodégénératives.

"Ces résultats renforcent les données de notre étude sur les cellules souches issues de la moelle osseuse de rat," a dit John S. Yu, neurochirurgien, co-directeur du Comprehensive Brain Tumor Program, et auteur des deux articles.

"En utilisant deux méthodes, nous apportons la preuve que les cellules souches issues de la moelle osseuse deviennent des cellules neurales, et nous démontrons qu'il est faisable d’accroître ces cellules en grands nombres. Nous documentons également que  ces cellules fonctionnent électro-physiologiquement comme des neurones, en utilisant des mécanismes de régulation semblables", a-t-il ajouté.

Progressant de l'étude des rats aux expériences avec des cellules humaines et la transplantation dans le tissu du cerveau de mammifère, l’équipe de recherche continue à établir une base pour traduire cette recherche de laboratoire dans des essais cliniques humains.

"Basé sur nos études jusqu'ici, la propre moelle osseuse du patient semble offrir une source renouvelable viable de cellules souches neurales, nous permettant d'éviter plusieurs des problèmes liés à d'autres types de cellules souches", a dit Keith L. Black, directeur du Maxine Dunitz Neurosurgical Institute et Président du Cedars-Sinai's Department of Neurosurgery.

Le remplacement des cellules du cerveau endommagées avec des cellules saines cultivées à partir de cellules souches est considéré comme étant une thérapie prometteuse pour le traitement de l’AVC, des maladies neurodégénératives et même des tumeurs du cerveau, mais de trouver une source fiable pour produire des cellules neurales pour la transplantation a été un défi.

Dans leurs travaux récents, les chercheurs du Cedars-Sinai ont documenté que plusieurs gènes commandant le procédé de prolifération pourraient être employés pour augmenter rapidement l'approvisionnement en cellules souches neurales issues de la moelle osseuse.

"Cette nouvelle méthode d'expansion... pourrait s'avérer utile dans une nouvelle conception thérapeutique pour le traitement de certaines affections du cerveau, y compris des tumeurs," écrivent les auteurs dans l'article.

La recherche sera publiée en février 2007 dans le Journal of Neuroscience Research.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Stem cells from adult bone marrow similar to those derived from brain cells

26 January 2007 - 12:44pm.

Scientists at the Maxine Dunitz Neurosurgical Institute at Cedars-Sinai Medical Center have manipulated stem cells taken from adult human bone marrow to generate aggregates of cells called ‘spheres’ that are similar to those derived from neural stem cells of the brain.

The bone marrow-derived stem cells, which could be differentiated into neurons and other cells making up the central nervous system, spread far and wide and behaved like neural stem cells when transplanted into the brain tissue of chicken embryos.

A similar study using bone marrow-derived stem cells of rats was conducted earlier, in 2002.The results of the current experiment support the concept of using bone marrow-derived stem cells to create therapies to treat brain tumors, strokes and neurodegenerative diseases.

“These findings reinforce the data that came from our study of rat bone marrow-derived stem cells," said John S. Yu, M.D., neurosurgeon, co-director of the Comprehensive Brain Tumor Program, and senior author of both articles.

“Using two methods, we show evidence for the bone marrow-derived stem cells being neural cells, and we demonstrate that it is feasible to grow the cells in large numbers. We also document that these cells function electro physiologically as neurons, using similar voltage-regulating mechanisms," he added.

Progressing from the rat study to experiments with human cells and transplantation into mammal brain tissue, the research team continues to build a foundation for translating laboratory research into human clinical trials.

"Based on our studies to date, a patient's own bone marrow appears to offer a viable and renewable source of neural stem cells, allowing us to avoid many of the issues related to other types of stem cells," said Keith L. Black, M.D., director of the Maxine Dunitz Neurosurgical Institute and chairman of Cedars-Sinai's Department of Neurosurgery.

The replacement of damaged brain cells with healthy cells cultured from stem cells is considered to potentially be a promising therapy for the treatment of stroke, neurodegenerative disorders and even brain tumors, but finding a reliable source for generating neural cells for transplantation has been a challenge.

In their recent work, the Cedars-Sinai researchers documented that several genes that speed up and control the proliferation process could be used to rapidly expand the supply of marrow-derived neural stem cells.

“This novel method of expansion … may prove to be useful in the design of novel therapeutics for the treatment of brain disorders, including tumors,” the authors write in the article.

The research is published in the February 2007 of the Journal of Neuroscience Research. (ANI)


Source : http://www.curespinalcordinjury.com/stem-cells-from-adult-bone-marrow-similar-to-those-derived-from-brain-cells

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk