Auteur Sujet: "Dépression" chez les Blessés Médullaires  (Lu 3418 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
"Dépression" chez les Blessés Médullaires
« le: 25 février 2005 à 16:22:44 »
Citer
Dr. Wise Young
Administrateur du forum "CareCure"

Posté le 15-12-2004
Je conviens que la dépression liée aux lésions du cordon médullaire n'est pas identique à la dépression qu'une personne valide peut éprouver. La plupart des personnes qui ont une lésion du cordon médullaire ont ce qui est parfois appellé "dépression de situation". Il y a eu beaucoup d'études sur ce phénomène. En fait, la dépression est considérée comme une complication sérieuse des lésions du cordon médullaire, et beaucoup de Centres de rééducation ont un psychiatre ou un psychologue qui voit les patients.

Il y a longtemps eu une théorie selon laquelle la dépression pouvait être aggravée ou même provoquée par la "non-acceptation" de la paralysie et de ses conséquences. Pendant beaucoup d'années, convaincre les personnes d'accepter leur paralysie a fait partie des plans de traitements de beaucoup de Centres de rééducation. À mon avis, cette théorie a contribué à l'état actuel de pessimisme chez beaucoup de personnes au sujet de la possibilité ou même de l’aspect souhaitable d'un traitement.

Je rejette cette théorie pour plusieurs raisons. D'abord, il y a beaucoup de situations qui sont plus handicapantes que les lésions du cordon médullaire. Cependant, les médecins n'essaient généralement pas d'obliger leurs patients dans ces autres situations handicapantes à accepter leur état et à abandonner tout espoir de guérison. Cette attitude pessimiste a malheureusement été appliquée aussi aux personnes avec des lésions incomplètes, dont la plupart récupèrent souvent sensiblement. De plus, la possibilité que les personnes avec des lésions "complètes" récupèrent certaines fonctions n'est pas de zéro, mais pourtant les médecins disent habituellement à leurs patients présentant une lésion "complète" du cordon médullaire qu'ils ne doivent s'attendre à aucune récupération.

Comme les membres de ce site Web le savent, je pense que nous ne devrions pas enlever l'espoir aux gens et que le manque d'espoir peut contribuer à la dépression. Au cours des années, j'ai parlé avec beaucoup de blessés médullaires, et une majorité (en particulier ceux blessés il y a plus de 10 ans) disent qu'ils ont récupéré plus que leurs médecins avaient prévu. Ce n'est pas juste et, à mon avis, c’est nocif pour les patients. Je ne crois pas que l’absence d’espoir soit un bon état pour quiconque.

Les personnes avec une lésion du cordon médullaire ont beaucoup de raisons d'être malheureuses. En premier, les lésions du cordon médullaire causent la perte grave de fonctions, obligeant souvent à un changement brutal de style de vie. En second lieu, les lésions du cordon médullaire sont une situation d'appauvrissement. La majorité des personnes avec des lésions du cordon médullaire ne sont pas professionellement actifs. Troisièmement, les lésions du cordon médullaire perturbent les relations personnelles. Beaucoup de mariages et de relations ne survivent pas aux blessures. Il n'est pas étonnant que ces gens deviennent dépressifs.

D'autre part, beaucoup d'autres situations handicapantes causent un changement radical du style de vie, l’appauvrissement des patients et de leurs familles, et perturbent leurs relations personnelles. Les situations telles que la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique (ALS), les lésions traumatiques du cerveau, la maladie d'Alzheimer, et la maladie de Parkinson sont beaucoup plus handicapantes que les lésions du cordon médullaire. En plus des déficits neurologiques dont ils souffrent, ces gens et leurs familles font face à la dégradation progressive et à une mort prématurée.

Pourquoi est-ce que les lésions du cordon médullaire sont traitées si différemment ? Une éventualité est que les gens avec lésions du cordon médullaire ont tendance à vivre longtemps après leurs blessures. Jusqu'aux années 1990, les scientifiques ont partagé cette croyance (avec le corps médical) que le cordon médullaire ne peut pas régénérer. C'est l'une de ces quelques situations où l'espoir vient des scientifiques plutôt que des patients et des médecins.

En résumé, je ne suis pas sûr que les lésions du cordon médullaire devraient être traitées différemment des autres situations handicapantes. Ni que j'accepte cette conclusion que les gens avec des lésions du cordon médullaire ont plus de raison d’être dépressifs que d'autres, certainement pas au point qu’ils devraient être forcés d’accepter une évaluation plus pessimiste de leur état que les données objectives ne le justifie. Wise.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Wise Young
Administrator
   
posted 12-15-04 12:03 AM
hope, I agree that the depression associated with spinal cord injury is not the same as the depression that an able-bodied person may experience. Most people who get spinal cord injury experience what is sometimes called "situational depression". There have been many studies of this phenomenon. In fact, depression is deemed to be a serious complication of spinal cord injury and many rehabilitation centers have a psychiatrist or psychologist see patients.
There has long been a theory that the depression may be aggravated or even caused by "non-acceptance" of the injury and its consequences. For many years, convincing people to accept their injury has been part of treatment plans of many rehabilitation centers. In my opinion, this theory has contributed to the current state of pessimism by many people concerning the possibility or even a desirability of a cure.
I reject this theory for several reasons. First, there are many conditions that are more disabling than spinal cord injury. Yet, doctors do not typically try to get their patients with other disabling conditions to accept their condition and relinquish all hope of recovery. This pessimistic attitude unfortunately has been applied to even to people with incomplete spinal cord injuries, most of whom often recover substantially. Likewise, the possibility that people with so-called "complete" spinal cord injury will recovery some function is not zero and yet many doctors usually tell patients with so-called "complete" spinal cord injuries that they should not expect any recovery.
As many people on this site know, I believe that we should not take hope away from people and that lack of hope can contribute to depression. Over the years, I have talked to many people with spinal cord injury and a majority (and particularly those injured more than 10 years ago) say that they have recovered more than their doctors have predicted. This is not right and, in my opinion, harmful to patients. I do not believe that hopelessness is a good condition for anybody.
People with spinal cord injury have many reasons to be unhappy. First, spinal cord injury causes serious loss of function, often forcing a drastic change in life style. Second, spinal cord injury is an impoverishing condition. A majority of people with spinal cord injury are not gainfully employed. Third, spinal cord injury disrupts relationships. Many marriages and relationships do not survive the injury. It is not surprising that people get depressed.
On the other hand, many other disabling conditions cause drastic changes in life style, impoverish the patients and their families, and disrupts relationships. Conditions such as multiple sclerosis, amyotrophic lateral sclerosis, traumatic brain injury, Alzheimer's disease, and Parkson's disease are much more debilitating than spinal cord injury. In addition to the neurological deficits they have suffered, the people and their families face progressive loss and early death.
Why is spinal cord injury treated so differently? One possibility is that people with spinal cord injury tend to live long times after injury. Until the 1990's, scientists shared the belief that the spinal cord cannot regenerate. This is one of the few conditions where hope is coming from the scientists rather than patients and doctors.
In summary, I am not sure that spinal cord injury should be treated differently from other disabling conditions. Nor do I accept that conclusion that people with spinal cord injury have more reason to be depressed than others, certainly not to the point that they should be forced to accept a more pessimistic evaluation of their condition than the data warrants.
Wise.
Posts: 16007 |  From: New Brunswick, NJ, USA |  Registered: 07-23-01

http://carecure.org
 
« Modifié: 12 juin 2006 à 10:33:00 par TDelrieu »
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk