Auteur Sujet: Cellules souches neurales embryonnaires modifiées par un vecteur lentiviral  (Lu 187 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3905
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Citer
Les cellules souches modifiées par un facteur de croissance aident à réparer les lésions de la moelle épinière chez le rat

19 février 2020

Une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans STEM CELLS Translational Medicine est la première à illustrer la présence d'amas cellulaires privés d'oxygène dans le site lésionnel d'une moelle épinière comprimée.

DURHAM, N.C., 19 février 2020 / PRNewswire-PRWeb / - Une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans STEM CELLS Translational Medicine est la première à illustrer la présence d'amas cellulaires privés d'oxygène dans le site lésionnel d'une moelle épinière compressée. Il est également le premier à montrer comment la transplantation d'un facteur de croissance avec l'utilisation d'un vecteur viral pour cibler les sites privés d'oxygène améliore la récupération de la moelle épinière lésée.

L'étude, réalisée sur un modèle de rat que les chercheurs de l'étude ont développé juste pour leur étude, pourrait éventuellement avoir de grandes implications pour le traitement cellulaire des lésions de la moelle épinière (LME) chez l'homme.

Chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé, entre 250 000 et 500 000 personnes souffrent d'une lésion de la moelle épinière, la plupart en raison de traumatismes dus à des accidents. Le choc initial endommage ou tue les cellules nerveuses de la colonne vertébrale, déclenchant une cascade d'événements secondaires qui incluent la perte d'une alimentation en oxygène adéquate au niveau des tissus - une condition appelée hypoxie. Les résultats peuvent conduire à une paralysie complète, selon la gravité de la blessure et l'endroit où elle se produit le long de la moelle épinière.

Il n'existe actuellement aucun moyen efficace de réparer les dommages. "Une meilleure compréhension des événements de lésion secondaire fournirait une cible pour optimiser les thérapies pharmacologiques et cellulaires, le moment de la chirurgie et la rééducation précoce", a déclaré le Dr. Jian Xiao. Il a été l'auteur principal de cette nouvelle étude, menée avec ses collègues de l'Université médicale de Wenzhou à Zhejiang, en Chine.

L'équipe s'est concentrée sur l'aspect hypoxie d'une LME. Pour commencer, ils ont établi un modèle compressif de LME de rongeurs. "Nous avons ensuite enquêté sur la LME en utilisant ce modèle de rat et avons constaté que les zones d'hypoxie étaient inégalement réparties sur les sites blessés", a déclaré le Dr Xiao.

Armée de ces nouvelles connaissances, l'équipe a généré des cellules souches neurales embryonnaires (NSC) exprimant le facteur de croissance des fibroblastes (bFGF), sous la régulation de cinq éléments sensibles à l'hypoxie. Ils ont ensuite utilisé un vecteur lentiviral (LV-5HRE-bFGF-NSC) pour cibler spécifiquement les zones privées d'oxygène. "Un certain nombre de facteurs de croissance ont montrés dans des études antérieures qu'ils réduisent les effets nocifs d'une LME tout en améliorant la survie et la régénération neuronales", a expliqué le Dr Xiao. "Cependant, contrôler la libération de ces facteurs a été un défi important. C'est pourquoi nous avons introduit le vecteur lentiviral. Nous soupçonnions qu'il pourrait garantir que le bFGF parviendrait aux sites ciblés par l'hypoxie."

Les résultats ont montré que leurs soupçons étaient corrects. 60 jours après la LME, les rats ont montré une inversion du microenvironnement hypoxique, parallèlement à une diminution de l'autophagie cellulaire (un processus qui peut conduire à la mort cellulaire) et une formation de cicatrice gliale réduite (les cicatrices gliales mettent en place une barrière qui interfère avec l'administration d'une thérapie au niveau du site lésionel). L'équipe a également constaté une augmentation de la régénération des axones et une meilleure fonction locomotrice chez les animaux traités.

"Cette approche permet au bFGF de cibler le bon endroit au bon moment et a le potentiel thérapeutique pour traiter la LME via une amélioration opportune du microenvironnement", a déclaré Dr. Sipin Zhu, premier auteur de l'article.

"Ces résultats nous ont amenés à proposer que les LV-5HRE-bFGF-NSC pourraient, par conséquent, être un bon candidat pour évaluer la thérapie cellulaire pour les LME chez l'homme", a ajouté le Dr Xiao.

"Cette étude, axée sur les lésions de la moelle épinière, montre que la récupération est possible dans un modèle préclinique", a déclaré le Dr. Anthony Atala, rédacteur en chef de STEM CELLS Translational Medicine et directeur du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine. "L'utilisation de cellules souches modifiées par un facteur de croissance est prometteuse et mérite une enquête plus approfondie."


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Growth factor-modified stem cells help repair spinal cord injuries in rats

February 19, 2020

A new study released today in STEM CELLS Translational Medicine is the first to illustrate the presence of oxygen-deprived clusters throughout the damaged site of a compressed spinal cord.

DURHAM, N.C., Feb. 19, 2020 /PRNewswire-PRWeb/ -- A new study released today in STEM CELLS Translational Medicine is the first to illustrate the presence of oxygen-deprived clusters throughout the damaged site of a compressed spinal cord. It is also the first to show how transplanting basic growth factor with the use of a viral vector to target the oxygen-deprived sites enhances the injured spinal cord's recovery.

The study, conducted on a rat model that the study's researchers developed just for their investigation, could eventually have great implications for cellular treatment of spinal cord injury (SCI) in humans.

Every year, according to the World Health Organization, between 250,000 and 500,000 people suffer a spinal cord injury, most due to trauma from accidents. The initial blunt force damages or kills spinal nerve cells, setting in motion a cascade of secondary events that include loss of an adequate oxygen supply at the tissue level — a condition called hypoxia. The results could lead to complete paralysis, depending on the severity of the injury and where along the spinal cord it occurs.

There is currently no effective way to repair the damage. "A better understanding of the events of secondary injury would provide a target to optimize pharmacological and cellular therapies, the timing of surgery and early rehabilitation," said Jian Xiao, M.D., Ph.D. He served as senior author of this new study, conducted with his colleagues at Wenzhou Medical University in Zhejiang, China.

The team focused on the hypoxia aspect of an SCI. To begin, they established a compressive rodent model of SCI. "We then investigated the SCI using this rat model and found that areas of hypoxia were unevenly interspersed throughout the injured sites," Dr. Xiao said.

Armed with this new knowledge, the team generated embryonic neural stem cells (NSCs) expressing basic fibroblast growth factor (bFGF), under the regulation of five hypoxia-responsive elements. They then used a lentiviral vector (LV-5HRE-bFGF-NSCs) to specifically target the oxygen-deprived locations. "A number of growth factors have been shown in previous studies to reduce the harmful effects of an SCI while improving neuronal survival and regeneration," Dr. Xiao explained. "However, controlling the release of these factors has been a significant challenge. That's why we introduced the lentiviral vector. We suspected it might ensure the bFGF made it to the hypoxia-targeted sites."

Results showed their suspicions were correct. At 60 days after SCI, the rats showed a reversal of the hypoxic microenvironment, paralleled by a decrease in cellular autophagy (a process that can lead to cell death) and reduced glial scar formation (glial scars can set up a barrier that interferes with delivering a therapy to the injured site). The team also saw an increase in axon regeneration and better locomotor function in the treated animals.

"This approach allows bFGF to target the right place at the right time and has the therapeutic potential to treat SCI via a timely improvement in the microenvironment," said Sipin Zhu, M.D., the paper's first author.

"These findings led us to propose that LV-5HRE-bFGF-NSCs might, therefore, be a good candidate to evaluate cellular SCI therapy in humans," Dr. Xiao added.

"This study, focusing on spinal cord injury, shows that recovery is possible in a preclinical model," said Anthony Atala, M.D., Editor-in-Chief of STEM CELLS Translational Medicine and director of the Wake Forest Institute for Regenerative Medicine. "The use of growth factor-modified stem cells is promising and warrants further investigation."

The full article, "The repair and autophagy mechanisms of hypoxia-regulated bFGF-modified primary embryonic neural stem cells in spinal cord injury," can be accessed at https://stemcellsjournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/sctm.19-0282.


Source : https://finance.yahoo.com/news/growth-factor-modified-stem-cells-153500456.html?guccounter=1


POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


En ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4079
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Cellules souches neurales embryonnaires modifiées par un vecteur lentiviral
« Réponse #1 le: 28 février 2020 à 15:28:01 »
enfin!!!
ça fait longtemps que je pense qu'il est important d'intervenir le plus rapidement possible lors d'une LME, si c'est traité a la base les conséquences et séquelles
serait moindre!
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 999
    • Voir le profil
Cellules souches neurales embryonnaires modifiées par un vecteur lentiviral
« Réponse #2 le: 29 février 2020 à 09:11:59 »
GILLES ,JE PLUSSOIE A TES PROPOS     IL EST clair que stopper les effets secondaires consecutifs a une lesion aigue est la solution idoine pour les lesions de la moell epiniere puisque dans la majorite des cas (8 cas sur 10),ces effets secondaires(hypoxie,glutamat) sont la cause de la paraplegie/TETRAPLEGIE qui s'ensuit ,
quand auxlesions chroniques ,c'est une autre histoire,,

 

SMF spam blocked by CleanTalk