Auteur Sujet: Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse  (Lu 526 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3913
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« le: 08 décembre 2019 à 11:33:07 »
Citer
Les cellules souches représentent une étape vers l'amélioration de la fonction motrice et sensorielle après une lésion de la moelle épinière

27-nov-2019

Newswise - ROCHESTER, Minnesota - Selon les premières recherches de la Mayo Clinic, les cellules souches dérivées de la graisse d'un patient offrent une étape vers l'amélioration - et pas seulement la stabilisation - des fonctions motrices et sensorielles des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.

Un essai clinique a recruté 10 adultes pour traiter la paralysie d'une lésion traumatique de la moelle épinière. Après l'injection de cellules souches, le premier patient a démontré une amélioration des fonctions motrices et sensorielles, et n'a eu aucun effet indésirable significatif, selon un rapport de cas publié dans Mayo Clinic Proceedings.

En tant qu'essai clinique multidisciplinaire de phase I, l'étude teste la sécurité, les effets secondaires et la dose idéale de cellules souches. Les premiers résultats des essais montrent que la réponse des patients varie. L'équipe Mayo prévoit de poursuivre l'analyse des réponses des patients, et de nouveaux résultats seront publiés sur les neuf autres participants à l'essai.

"Dans ce rapport de cas, le premier patient était un super-répondeur, mais il y a d'autres patients dans l'essai qui sont des répondeurs et des non-répondeurs modérés", explique Dr. Mohamad Bydon, chirurgien neurologue de la Mayo Clinic et premier auteur du rapport. "L'un de nos objectifs dans cette étude et les études futures est de mieux définir qui sera un répondeur et pourquoi les patients répondent différemment aux injections de cellules souches.

"Les résultats à ce jour sont encourageants pour les patients souffrant de lésions de la moelle épinière, car nous explorons un éventail croissant d'options de traitement qui pourraient améliorer la fonction physique après ces blessures dévastatrices."

Selon l'Organisation mondiale de la santé, entre 250 000 et 500 000 personnes dans le monde souffrent chaque année d'une lésion de la moelle épinière, souvent avec une perte de fonction sensorielle et motrice qui change la vie. Jusqu'à 90% de ces cas sont d'origine traumatique.

Dans le rapport de cas, le patient, alors âgé de 53 ans, s'est blessé à la moelle épinière cervicale lors d'un accident de surf en 2017. Il a subi une perte de fonction complète en dessous du niveau de blessure, ce qui signifie qu'il ne pouvait ni bouger ni ressentir quoi que ce soit en dessous son cou. Il a été opéré pour décompresser et fusionner ses vertèbres cervicales. Au cours des prochains mois, grâce à la physiothérapie et à l'ergothérapie, il a retrouvé une capacité limitée à utiliser ses bras et ses jambes, et certaines fonctions sensorielles se sont améliorées. Cependant, ses progrès ont atteint un plateau six mois après sa blessure.

Le patient s'est inscrit à l'étude neuf mois après sa blessure. Ses cellules souches ont été recueillies en prélevant une petite quantité de graisse sur son abdomen. En huit semaines, les cellules ont été cultivées en laboratoire jusqu'à 100 millions de cellules. Ensuite, les cellules souches ont été injectées dans la colonne lombaire du patient, dans le bas du dos, 11 mois après sa blessure.

Le patient a été observé à intervalles réguliers au cours des 18 mois suivant l'injection. Ses scores en physiothérapie se sont améliorés. Par exemple, dans le test de marche de 10 mètres, la ligne de base du patient de 57,72 secondes s'est améliorée de 15 mois à 23 secondes. Et dans le test de déambulation, la ligne de base du patient de 200 mètres pendant 12,8 minutes s'est améliorée à 15 mois à 700 mètres pendant 34 minutes.

Les scores en ergothérapie du patient se sont également améliorés, comme la force de préhension et de pincement et la dextérité manuelle. Ses scores sensoriels se sont améliorés, avec des tests de piqûre d'épingle et de toucher léger, tout comme son score de santé.

Les cellules souches migrent vers le plus haut niveau d'inflammation, qui est au niveau des lésions de la moelle épinière, mais le mécanisme d'interaction des cellules avec la moelle épinière n'est pas entièrement compris, explique le Dr Bydon. Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont prélevé du liquide céphalorachidien sur tous les patients pour rechercher des marqueurs biologiques susceptibles de donner des indices sur la guérison. Les marqueurs biologiques sont importants car ils peuvent aider à identifier les processus critiques qui conduisent à des lésions de la moelle épinière au niveau cellulaire et pourraient conduire à de nouvelles thérapies régénératives.

"La médecine régénérative est un domaine en évolution", explique Dr. Wenchun Qu, spécialiste de la douleur à la Mayo Clinic, et auteur principal du rapport. "La recherche et l'utilisation des cellules souches par Mayo s'appuient sur des années d'investigation scientifique rigoureuse. Nous nous efforçons de veiller à ce que les patients qui reçoivent des cellules souches soient pleinement informés des risques, des avantages, des alternatives et des inconnues de ces thérapies. Grâce à nos essais cliniques avec des cellules souches, nous apprenons et améliorons ces procédures."


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Stem cells a step toward improving motor, sensory function after spinal cord injury

27-Nov-2019

Newswise — ROCHESTER, Minn. — Stem cells derived from a patient's own fat offer a step toward improving — not just stabilizing — motor and sensory function of people with spinal cord injuries, according to early research from Mayo Clinic.

A clinical trial enrolled 10 adults to treat paralysis from traumatic spinal cord injury. After stem cell injection, the first patient demonstrated improvement in motor and sensory functions, and had no significant adverse effects, according to a case report published in Mayo Clinic Proceedings.

As a phase I multidisciplinary clinical trial, the study tests the safety, side effects and ideal dose of stem cells. Early trial findings show that patient response varies. The Mayo team plans to continue analyzing patient responses, and further results will be published on the other nine trial participants.

Read more from the study team in this Center for Regenerative Medicine blog post.

"In this case report, the first patient was a superresponder, but there are other patients in the trial who are moderate responders and nonresponders," says Mohamad Bydon, M.D., a Mayo Clinic neurologic surgeon and first author of the report. "One of our objectives in this study and future studies is to better delineate who will be a responder and why patients respond differently to stem cell injections.

"The findings to date will be encouraging to patients with spinal cord injuries, as we are exploring an increasing array of options for treatment that might improve physical function after these devastating injuries."

Between 250,000 and 500,000 people worldwide suffer a spinal cord injury each year, often with life-changing loss of sensory and motor function, according to the World Health Organization. Up to 90% of these cases are from traumatic causes.

All subjects enrolled in this study received fat-derived stem cell treatment, which is experimental and is not approved by the Food and Drug Administration (FDA) for large-scale use. However, the FDA allowed its use in this research.

In the case report, the patient, then 53, injured the spinal cord in his neck in a 2017 surfing accident. He suffered a complete loss of function below the level of injury, meaning he could not move or feel anything below his neck. He had surgery to decompress and fuse his cervical vertebrae. Over the next few months, with physical and occupational therapy, he regained limited ability to use his arms and legs, and some sensory function improved. However, his progress plateaued at six months after his injury.

The patient enrolled in the study nine months after his injury. His stem cells were collected by taking a small amount of fat from his abdomen. Over eight weeks, the cells were expanded in the laboratory to 100 million cells. Then the stem cells were injected into the patient's lumbar spine, in the lower back, 11 months after his injury.

"We want to intervene when the physical function has plateaued, so that we do not allow the intervention to take credit for early improvements that occur as part of the natural history with many spinal cord injuries. In this case, the patient was injected with stem cells nearly one year after his injury," Dr. Bydon says.

The patient was observed at baseline and at regular intervals over 18 months following injection. His physical therapy scores improved. For example, in the 10-meter walk test, the patient's baseline of 57.72 seconds improved at 15 months to 23 seconds. And in the ambulation test, the patient's baseline of 635 feet for 12.8 minutes improved at 15 months to 2,200 feet for 34 minutes.

The patient's occupational therapy scores also improved, such as grip and pinch strength, and manual dexterity. His sensory scores improved, with pinprick and light touch tests, as did his mental health score.

The stem cells migrate to the highest level of inflammation, which is at the level of spinal cord injury, but the cells' mechanism of interacting with the spinal cord is not fully understood, Dr. Bydon says. As part of the study, investigators collected cerebrospinal fluid on all of the patients to look for biological markers that might give clues to healing. Biological markers are important because they can help identify the critical processes that lead to spinal cord injury at a cellular level and could lead to new regenerative therapies.

"Regenerative medicine is an evolving field," says Wenchun Qu, M.D., Ph.D., a Mayo Clinic physiatrist and pain specialist, and senior author of the report. "Mayo's research and use of stem cells are informed by years of rigorous scientific investigation. We strive to ensure that patients who receive stem cells are fully educated in the risks, benefits, alternatives and unknowns about these therapies. Through our clinical trials with stem cells, we are learning from and improving these procedures."


Source : https://www.newswise.com/articles/case-report-stem-cells-a-step-toward-improving-motor-sensory-function-after-spinal-cord-injury
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne gilles

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4190
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #1 le: 08 décembre 2019 à 11:41:20 »
merci Thierry :cool:
pour l'instant c'est de bon résultats sur un Tétra Incomplet, a voir pour la suite.
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne ANTONIN.D

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 660
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 C5 C6 ASIA B
Mayo Clinic - cellules souches dérivées de la graisse
« Réponse #2 le: 08 décembre 2019 à 17:02:57 »
Cette opération sera que pour les nouveau blessé médullaire je supposes. 
Même technique que le neurogel mais sans la graisse activée pour créer un gel pour la reconstruction du conduit de la moelle épinière (surtout pour les anciennes lésions), encore une fois une preuve que le neurogel peut que marché.

 

SMF spam blocked by CleanTalk