Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - stm

Pages: [1] 2
1
Bonjour,Le Pr Reis est pour l'instant l'investigateur principal ( si essai multicentrique) du projet d'essai clinique de l'association "neurogel en marche". Il a écrit le protocole opératoire. Son expérience et sa vision de la réparation de la moelle épinière est tout a fait novatrice.La lésion n'est pas le seul obstacle à la régénération. Pour donner les grandes lignes, plusieurs mois après la lésion et autour
de celle-ci, des fibroses et des adhérences se forment aux abords de la lésion atrophiée. Ces adhérences se prolongent et forment parfois, même à distance de
la lésion, des microkystes dits arachnoïdiens
.Ces adhérences, ces fibroses, ces kystes ne sont
pas observés comme des éléments essentiels ou perturbateurs pour la régénération. Cependant ces dernières "figent" la moelle épinière à
plusieurs endroits. Celle-ci n'est plus totalement libre dans le canal rachidien. Sa plasticité n'est plus totale. La circulation du liquide céphalo-rachidien se fait mal ou à des pressions différentes, notamment près de la lésion.
Le système autonome en est une victime. Pas ou trop de transpiration, problème de tension artérielle, douleurs neurologiques, difficultés digestives, hépatiques ou pancréatiques.
Ces fibroses sont épaisses et peu souples.
Elles adhèrent souvent aux méninges et particulièrement à la dure-mère, qui se colle elle-même à une ou des vertèbres.
Sans compter que dans certains cas, le rachis n'a pas été correctement replacé.
Cette situation existe dans près de 90% des lésions chroniques Implanter le gel dans ces conditions réduit le potentiel du Neurogel dans la reconstruction d'un nouveau tissu. 

Le gel redonne certes une certaine dimension anatomique mais d'autres fibres sont comprimées faute de place et l'inhibition en est renforcée.
Ce qui explique que nombres d'axones pénètrent dans le gel mais beaucoup s'arrêtent.
La voie spinale n'est pas libérée et ne retrouve pas une plasticité suffisante.La chirurgie est donc plus orientée vers une reconstruction spinale qu'à l'acte de vider la cavité gliale et d'implanter le gel qui devrait déjà être largement imbibé de LCR pour éviter de se "gonfler" trop au sein de la lésion.
Rien qu'en "libérant" la moelle épinière de ces contraintes, le docteur Reis améliore largement la vie de ses patients, surtout sur les circuits sympathiques et parasympathiques.
Le cerveau a aussi durant des années éteint des zones sensitives et motrices sous-lésionnels qu'il faut raviver par différentes stimulation. En outre toute mécanisation passive motorisée est déconseillée. La personne doit
d'emblée être soumise à son poids et redéfinir son espace spatio-temporelle.

Petit résumé du travail et de la vision du Pr Reis

A bientôt
:wink:

2
Bonjour,

Le projet "Neurogel" semble bien avancé : nouveau site : http://www.neurogelenmarche.org/ rendez vous Élysée, contact ICM, rendez vous CIC  de Garches.........

Intéressant !

A bientôt :wink:

3
Bonjour,

J'ai posté un sujet sur l'ICM dans la rubrique "Exprimez vous" sans m'apercevoir qu'il y en avait déjà un.
Je vais me permettre de vous donner mon avis mais tout d'abord j'aimerai dire à Farid que ce qui est excessif de la part deAntho73420 est insignifiant et que le manque d'arguments renvoie souvent à l'insulte. De plus je partage complètement tes propos sur l'ICM.

Concernant la cicatrice et pour de donner une idée de l'opération chirurgicale avec un biomateriau va voir cette vidéo : http://video.google.fr/videoplay?docid=4624966183053362912&hl=fr#

Outre le Dr Lima qui enlève la cicatrice ( et qui insère une matrice engainante olfactive) le Dr Reis fait de même avec une approche plus complète. Mais Jusqu'à présent il n'avait aucune matrice à insérer et c'est pour cela qu'il s'intéresse au neurogel.
La chirurgie de Reis est donc plus orientée vers une reconstruction spinale qu'à l'acte de vider la cavité gliale et d'implanter le gel qui devrait déjà être largement imbibé de LCR pour éviter de se "gonfler" trop au sein de la lésion. Rien qu'en "libérant" la moelle épinière de ces contraintes, le docteur Reis améliore largement la vie de ses patients, surtout sur les circuits sympathiques et parasympathiques : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1626077/
L'acte chirurgicale de supprimer la cicatrice ou une tumeur est un acte assez "simple" pour un neurochirurgien confirmé surtout avec les instruments médicaux d'aujourd'hui.
quelques hydrogels ont déjà été inséré dans la moelle (Sphérogel) mais le résultat viendra des caractéristiques du gel.

Je reviens donc  sur l'ICM.

L'ICM vient d'ouvrir ses portes à grand renfort de publicité ( 20h,  journaux, Drucker) et c'est normal si l'on veut une recherche sur le  système nerveux central digne de ce nom en France.

L'ICM veut dire Institut du Cerveau et de la Moelle épinière et le bon sens voudrait , que la recherche soit équivalente entre le cerveau et la moelle épinière.

la médiatisation le sous entend aussi.

"Que né ni"

Premier constat :

La recherche  sur la moelle épinière est représenté par l'axe 5 : Les traumatismes du crâne et de la moelle épinière.
Et  cet axe 5 est donc divisé par deux, les recherches sur les traumatismes  de la mœlle épinière occupant alors 50% du temps des chercheurs. Mais  au vu de la complexité du cerveau 50% me parait un chiffre surestimé,  mais passons.

Deuxième constat :

Les  équipes scientifiques concernées ou plutôt l'équipe scientifique  concernée est dirigé par une post doctorante de  Berkeley le Docteur  Claire Wyart. Ce programme de recherche s'appelle : Dissection  optogénétique des circuits spinaux sous-tendant la locomotion.

Tout un programme. Sans polémiquer sur la dénomination, véritable charabia compréhensible par des initiés.

Sur le site de "Demain debout" on peut lire :

Citer
Une équipe, dirigée par le Docteur Claire Wyart,  actuellement chercheur à Berkeley (Los Angeles, Université de Californie)  vient d’être recrutée par l’ICM pour travailler  sur les réparations  médullaires, à partir du modèle expérimental du zebra fisch.     Son équipe "" cherche à comprendre "comment  les neurones spécifiques de la moelle épinière sont recrutés pour mettre  en place une série d'actes locomoteurs complexes".
En clair, l'objectif  à long terme est  d'utiliser ces connaissances pour déclencher la locomotion chez des  paraplégiques en réactivant de façon appropriée les circuits  spinaux  après une lésion de la moelle épinière.

Outre  la jeunesse de cette brillante post doctorante de Berkeley, je ne sais pas si  nous les personnes paraplégiques nous devons en rire ou en pleurer ?
Son  équipe cherche à comprendre "comment  les neurones  spécifiques de la moelle épinière sont recrutés pour  mettre en place une série  d'actes locomoteurs complexes".


Mon dieu !

Pléthore   d'essais cliniques ont eu lieu dans le monde pour tenter de réparer  les  traumatismes de la moelle épinière  en utilisant des biomatériaux,  des  cellules souches, des pontages, car on sait depuis les années 70  que les  neurones peuvent repousser et leurs axones se reconnecter  entre eux et le  programme de l'ICM pour les traumatismes de la mœlle épinière est de comprendre "comment  les neurones spécifiques  de la moelle épinière sont recrutés pour  mettre en place une série d'actes  locomoteurs complexes".
A   quoi  donc ont servi toutes les publications, toutes leurs conclusions  sur  le fonctionnement du système nerveux central donnant lieu à des  applications  sur l'homme ou à venir (Et je pense à toutes les  déclarations de Privat et ses  essais sur l'homme tous les 5 ans car il  avait tout compris) si on en est à  comprendre "comment les  neurones spécifiques de la moelle épinière sont  recrutés pour mettre  en place une série d'actes locomoteurs complexes".
Surtout  que nombre de publications sont disponibles sur le même sujet mais avec  des animaux différents, notamment la lamproie. Donc après la lamproie  le poisson-zèbre.
A quand la morue ou la sardine !

Perpétuel  recommencement, bâtiment tout neuf, équipe toute neuve pour des travaux  déjà vu et revu. Cela me fait penser à la première mondiale sur la  greffe de cellules embryonnaires aux états unis annoncé l'octobre  dernier. Déjà fait entre autres en Suède en 1997.

Mais  beaucoup vont trouver cela formidable, extraordinaire, et surtout  j'entends les cris, les réprimandes pour ceux qui oseront émettre des  doutes des interrogation quant au programme de recherche de Claire  Wyart et de l'ICM. Malgré l'évidence.Malgré la pauvreté du programme. Malgré la pauvreté des équipes de recherche parent pauvre de l'ICM preuve à l'appui.

Troisième constat: IRME = ICM ?

Sur le site de L'ICM on peut lire :

Citer
Lors de tétraplégie ou de  paraplégie, l’objectif est de permettre à nouveau le fonctionnement de la  moelle épinière sectionnée ou comprimée, en rétablissant la continuité des  millions d’axones qui la traversent.
Il faut intervenir aux 3  étapes du processus de réparation nerveuse :
- Protéger les cellules  nerveuses par des substances pharmacologiques nouvelles ;
- Diminuer le phénomène de  cicatrice fibreuse au niveau de la zone traumatisée qui constitue une barrière  infranchissable pour la repousse axonale ;
- Régénérer les cellules nerveuses mortes éventuellement  par transplantation de cellules nerveuses ou de cellules souches.

    Ce programme ne vous rappelle  rien ?
Allez donc sur le site de l'IRME  dans la rubrique Privat :
Citer
Institut des Neurosciences de Montpellier    Dr Alain Privat
L’objectif  de nos recherches est de réparer le système nerveux après une lésion : limiter  l’étendue des lésions dans les heures qui suivent le traumatisme ; favoriser la  repousse des cellules lésées mais non détruites dans les jours qui suivent ;  remplacer enfin ce qui a été  irrémédiablement détruit.

Maintenant on met les deux programmes cote à cote :

I :
ICM                                                                                                                     
Protéger les cellules  nerveuses par des substances pharmacologiques nouvelles
IRME
Favoriser  la repousse des cellules lésées mais non détruites dans les jours qui suivent

II :
ICM
Diminuer   le phénomène de cicatrice fibreuse au niveau de la zone traumatisée  qui  constitue une barrière infranchissable pour la repousse axonale ;
IRME
Réparer  le système nerveux après une lésion : limiter l’étendue des lésions dans  les heures qui suivent le traumatisme

III :
ICM
Régénérer  les cellules nerveuses mortes éventuellement par transplantation de cellules  nerveuses ou de cellules souches
IRME
Remplacer  enfin ce qui a été irrémédiablement détruit
 
           
         
Et ce qui me fait le plus peur c'est cette phrase :

En clair,l'objectif  à long terme est d'utiliser ces connaissances pour  déclencher la locomotion chez des paraplégiques en réactivant de façon appropriée les circuits spinaux après une lésion de la moelle épinière.

qui me fait penser à :

science et vie 1996 :
La  stratégie du Dr Privât a consisté à rétablir chez  un rat paraplégique  le fonctionnement du centre lombaire, comme chez un  nouveau-né. La  locomotion sera alors purement réflexe c'est-à-dire non commandé  par  le Il faudra nécessairement une longue rééducation avant de pouvoir  marcher  à peu près correctement.

Et plus récemment :
[/color]Mai 2009 Science actualités :  PARA(TÉTRA) PLÉGIE : Des recherches porteuses d'espoir[/b]
Comment   réparer une moelle épinière endommagée ? Plusieurs pistes sont  explorées par  une équipe de Montpellier avec déjà des résultats  marquants. Reportage sur  place
Trois stratégies pour trois stades
Depuis  sa création en 1989, l'équipe de  Montpellier a développé trois pistes  de recherche pour intervenir à trois stades  de développement d'une  paralysie liée à une atteinte de la colonne vertébrale.  La première,  dite de neuroprotection, vise à réduire  l'étendue des lésions secondaires, celles qui se forment juste après le  traumatisme.
Autre piste  explorée : la régénération.  Contrairement à une idée reçue tenace, les cellules nerveuses peuvent se  régénérer d'elles-mêmes «à condition que l'on empêche leur cicatrisation»,  nuance Alain Privat. «En  partant de cette observation de laboratoire, nous  avons créé en 2003  des souris dont les cellules gliales étaient incapables de  sécréter  ces substances cicatrisantes, » continue le chercheur. Et les   résultats obtenus ont été spectaculaires : les souris transgéniques  dont la  moelle épinière a été sectionnée se sont remises à marcher  normalement en  quelques jours. « Depuis, nous avons mis au point  une technique nouvelle,  grâce à laquelle il semble possible d'empêcher  la synthèse de ces substances  cicatrisantes à l'aide d'ARN  interférents. Les résultats de ce travail très  prometteur seront  publiés incessamment».
Des cellules souches contre la paralysie  ?
Mais  aussi intéressantes soient-elles  dans les suites immédiates d'un  accident, ces deux premières approches ne  peuvent s'appliquer aux  personnes déjà para ou tétraplégiques.  D'où une troisième piste, basée sur l'étude de  cellules dormantes, peu  ou non différenciées, et donc capables de donner  naissance à toute une  variété de types cellulaires : les cellules souches.
 
Mais  non tout ceci  n'est que pure coïncidence et je m'en vais faire dons à  l'ICM au vu de leur immense programme de recherche et leur nombreux  chercheurs qui vont travailler sur le long terme.

Le long terme, un peu comme Privat :

1998: Le premier  essai sur l'homme est envisagé à l'échéance de deux ans seulement.
2000 :Et d'ici cinq ans, un  protocole d'essais pourrait être proposé à l'homme.
2003 : «Nous nous  donnons cinq ans pour savoir si ça marche en  procédant à des essais sur la souris, le singe puis sur l'homme».
2005 : Selon  Alain Privat les premiers essais chez l'homme auront lieu dans deux ans.
Février 2006 : Un ou deux essais cliniques - chez l'homme - devraient être développés à  partir de 2008.  (Grace à Neuréva).
Mars 2006 : Selon  le Dr Alain Privât,  directeur du laboratoire "physiologie et thérapie  des déficits sensoriels  et moteurs" à l'Inserm de Montpellier, une  série d'essais cliniques  devrait voir le jour dans les cinq ans à venir
Octobre 2006 : Elles pourraient être appliquées  à l'homme dans cinq ans. Espère-!-on.
2007 : Dans les cinq ans qui viennent, des essais porteront sur la  régénération des axones chez l'homme, en France ou dans d'autres pays.
Avril 2008 : D’ici cinq ans environ,  nous  serons peut-être en mesure de réparer, via une thérapie génique,  la moelle  épinière de personnes paralysées ayant subi une lésion  traumatique.
Fin 2008 L’IRME  annonce la mise au point d’un protocole d’étude clinique sur l’homme :Quoiqu'il  en soit, les résultats sont suffisamment  scientifiquement étayés,  valables et reproductibles pour permettre d'envisager  l'étape de la  mise au point de cette thérapeutique chez l'homme et donc de réaliser  le premier essai  clinique de thérapie génique dans ce domaine.
Malgré cette annonce d’essai clinique, quelques mois  plus tard le Dr Privat nous ressort son chiffre préféré : le cinq :
Mai 2009 :  «De fait, les essais cliniques ne devraient pas débuter avant cinq ans, précise Alain Privat.
 

Mais  quand même ne serions nous pas aussi un peu pris pour des cons, ignares  et indécrottables handicapées capable de gober ces tartuferies ?

Moi je vous dit que oui mais plus c'est gros et plus ça passe !

Pourquoi  ne pas proposer un programme de recherche sur le plus long terme ?  disons 80 ans en disant que c'est le temps nécessaire pour l'être  humain de digérer les OGM qui sont partout dans la bouffe ? Et de  réétudier la moelle épiniére qui n'est plus la même que celle de nos  ancêtres. Forcément !

Et tiens si l'IRME qui vient de se faire  pomper son programme ne créerait pas une autre structure de recherche ?  Ah je viens de recevoir un coup de fil qui m'annonce que c'est fait et  même inauguré :  la Fondation méditerranée traumatisme :

Citer
Afin  d’assurer un  développement rapide et une coordination efficace des  recherches dans ce  domaine, L’IRME décide de créer et de soutenir  financièrement une nouvelle  fondation : la FIMT. Cette fondation  devra répondre par ses résultats et son  rayonnement aux besoins des  patients. La Fondation jouera un rôle fédérateur  en permettant aux  meilleures équipes de la région de Marseille,  fondamentalistes comme  cliniciens ou chirurgiens, de mettre en commun leur  savoir-faire  technique et méthodologique et de créer ainsi une véritable   plate-forme technologique de très haut niveau.

Donc jusqu'à présent aucune coordination efficace des recherches, et de fausse plate-forme technologique de bas niveau.
Je comprends mieux les résultats de Privat quand on donne des explications claires.

Allez A bientôt, donnez et faites confiance ils travaillent pour nous sur Le long terme :wink:

 

4

Bonjour,

Gilles on passe tous par ce genre d'émotions ( 15 ans de handicap pour moi) mais personnellement si le neurogel n'existait pas je ne serais pas sur ce forum mais tranquilement à penser à autre choses.
Et même si plus le temps passe et plus la thérapie s'éloigne pour moi c'est une question d'honneur et se dire que quelque fois le pot de terre fracasse le pot de fer.
Alors oui c'est long et c'est aussi pour cela que l'attitude de l'APF est scandaleuse.
Je comprends que des mandarins mettent tout en œuvre, discréditer la concurrence, même le mensonge pour rester en place mais des personnes représentant les personnes handicapées je n'admets pas.

Alors que l'APF soutient moralement l'IRME en s'associant a eux dans les journées d'information
sur les traumatismes médullaires. Et pourtant qu'ont ils démotrés depuis 20 ans ?
Ah oui mais ils sont Français et c'est très important pour l'Apf.
Sans parler de soutien financier un soutien moral est déjà une avancée. Mais non.

Quant à la transparence des comptes laisse moi rire!


Patrick il est possible que la méthode de récolte de fonds ne soit pas la bonne et je sais que les dirigeants de l'association accepte volontiers des propositions argumentés. Mises en oeuvre par leur concepteur dans la mesure du possible.
Cela se passe actuellement des personnes ont proposés et vont mette en œuvre leurs idées.
D'autres écrivent aux politiques, organisent des soirées, prennent des initiatives....


Quant à la suite de l'association neurogel en marche il n'est pas exclue une radicalisation mais là il faudra du monde

a bientôt :wink:


5
Bonjour,

L'ICM vient d'ouvrir ses portes à grand renfort de publicité ( 20h, journaux, Drucker) et c'est normal si l'on veut une recherche sur le système nerveux central digne de ce nom en France.

L'ICM veut dire Institut du Cerveau et de la Moelle épinière et le bon sens voudrait , que la recherche soit équivalente entre le cerveau et la moelle épinière.

la médiatisation le sous entend aussi.

"Que né ni"

Premier constat :

La recherche  sur la moelle épinière est représenté par l'axe 5 : Les traumatismes du crâne et de la moelle épinière.
Et cet axe 5 est donc divisé par deux, les recherches sur les traumatismes de la mœlle épinière occupant alors 50% du temps des chercheurs. Mais au vu de la complexité du cerveau 50% me parait un chiffre surestimé, mais passons.

Deuxième constat :

Les équipes scientifiques concernées ou plutôt l'équipe scientifique concernée est dirigé par une post doctorante de  Berkeley le Docteur  Claire Wyart. Ce programme de recherche s'appelle : Dissection  optogénétique des circuits spinaux sous-tendant la locomotion.

Tout un programme.Sur le site de "Demain debout" on peut lire :

Citer
Claire  Wyart, actuellement chercheur à  Berkeley  (Los Angeles, Université de Californie) vient d’être recrutée  par l’ICM pour travailler  sur les réparations médullaires, à partir du  modèle expérimental du zebra fisch.        Son  équipe cherche à comprendre "comment les neurones  spécifiques de la moelle épinière sont recrutés pour mettre en place une série  d'actes locomoteurs complexes".En  clair, l'objectif  à long terme est d'utiliser ces connaissances pour  déclencher la locomotion chez des paraplégiques en réactivant de façon  appropriée les circuits  spinaux après une lésion de la moelle épinière.


Outre  la jeunesse de cette brillante post doctorante de Berkeley, je ne sais pas si  nous les personnes paraplégiques nous devons en rire ou en pleurer ? Son  équipe cherche à comprendre "comment les neurones  spécifiques de la moelle épinière sont recrutés pour mettre en place une série  d'actes locomoteurs complexes".
    Pléthore  d'essais cliniques ont eu lieu dans le monde pour tenter de réparer les  traumatismes de la moelle épinière  en utilisant des biomatériaux, des  cellules souches, des pontages, car on sait depuis les années 70 que les  neurones peuvent repousser et leurs axones se reconnecter entre eux et le  programme de l'ICM pour les traumatismes de la mœlle épinière est de comprendre "comment les neurones spécifiques  de la moelle épinière sont recrutés pour mettre en place une série d'actes  locomoteurs complexes".
A  quoi  donc ont servi toutes les publications, toutes leurs conclusions sur  le fonctionnement du système nerveux central donnant lieu à des applications  sur l'homme ou à venir (Et je pense à toutes les déclarations de Privat et ses  essais sur l'homme tous les 5 ans car il avait tout compris) si on en est à  comprendre "comment les neurones spécifiques de la moelle épinière sont  recrutés pour mettre en place une série d'actes locomoteurs complexes".
Surtout que nombre de publications sont disponibles sur le même sujet mais avec des animaux différents, notamment la lamproie. Donc après la lamproie le poisson-zèbre. A quand la morue ou la sardine.
Perpétuel recommencement, bâtiment tout neuf, équipe toute neuve pour des travaux déjà vu et revu. Cela me fait penser à la première mondiale sur la greffe de cellules embryonnaires aux états unis annoncé l'octobre dernier. Déjà fait entre autres en Suède en 1997.
Mais beaucoup vont trouver cela formidable, extraordinaire, et surtout j'entends les cris, les réprimandes pour ceux qui oseront émettre des doutes des interrogation quant au programme de recherche de Claire  Wyart et de l'ICM. Malgré l'évidence.
Troisième constat: IRME = ICM ?

Sur le site de L'ICM on peut lire :
Citer
Lors de  tétraplégie ou de paraplégie, l’objectif est de permettre à nouveau le  fonctionnement de la moelle épinière sectionnée ou comprimée, en rétablissant  la continuité des millions d’axones qui la traversent.

Il faut intervenir aux 3  étapes du processus de réparation nerveuse :


- Protéger les cellules nerveuses par des substances pharmacologiques nouvelles ;
- Diminuer le phénomène de cicatrice fibreuse au niveau de la zone traumatisée qui constitue une barrière infranchissable       pour la repousse axonale ;
- Régénérer les cellules nerveuses mortes       éventuellement par transplantation de cellules nerveuses ou de cellules       souches.


ce programme ne vous rappelle rien ?
Allez donc sur le site de l'IRME dans la rubrique Privat :

Citer
Institut des Neurosciences de Montpellier
 Dr Alain Privat
 
  L’objectif de nos recherches est de réparer le système nerveux après  une lésion : limiter l’étendue des lésions dans les heures qui suivent  le traumatisme ; favoriser la repousse des cellules lésées mais non  détruites dans les jours qui suivent ; remplacer enfin ce qui a été  irrémédiablement détruit..

Maintenant on met les deux programmes cote à cote :

    I :
ICM                                                                                                                     
Protéger les cellules  nerveuses par des substances pharmacologiques nouvelles
IRME
Favoriser  la repousse des cellules lésées mais non détruites dans les jours qui suivent

II :
ICM
Diminuer  le phénomène de cicatrice fibreuse au niveau de la zone traumatisée qui  constitue une barrière infranchissable pour la repousse axonale ;
IRME
Réparer  le système nerveux après une lésion : limiter l’étendue des lésions dans  les heures qui suivent le traumatisme

III :
ICM
Régénérer  les cellules nerveuses mortes éventuellement par transplantation de cellules  nerveuses ou de cellules souches
IRME
Remplacer  enfin ce qui a été irrémédiablement détruit
 
           
         
Et ce qui me fait le plus peur c'est cette phrase :

En  clair, l'objectif  à long terme est d'utiliser ces connaissances pour  déclencher la locomotion chez des paraplégiques en réactivant de façon  appropriée les circuits  spinaux après une lésion de la moelle épinière.

qui me fait penser à :

science et vie 1996 :
La stratégie du Dr Privât a consisté à rétablir chez  un rat paraplégique le fonctionnement du centre lombaire, comme chez un  nouveau-né. La locomotion sera alors purement réflexe c'est-à-dire non commandé  par le Il faudra nécessairement une longue rééducation avant de pouvoir marcher  à peu près correctement.

Et plus récemment :
    Mai 2009 Science actualités :  PARA(TÉTRA) PLÉGIE : Des recherches porteuses d'espoir
Comment  réparer une moelle épinière endommagée ? Plusieurs pistes sont explorées par  une équipe de Montpellier avec déjà des résultats marquants. Reportage sur  place
Trois stratégies pour trois stades
Depuis sa création en 1989, l'équipe de  Montpellier a développé trois pistes de recherche pour intervenir à trois stades  de développement d'une paralysie liée à une atteinte de la colonne vertébrale.  La première, dite de neuroprotection, vise à réduire  l'étendue des lésions secondaires, celles qui se forment juste après le  traumatisme.
Autre piste  explorée : la régénération.  Contrairement à une idée reçue tenace, les cellules nerveuses peuvent se  régénérer d'elles-mêmes «à condition que l'on empêche leur cicatrisation»,  nuance Alain Privat. «En partant de cette observation de laboratoire, nous  avons créé en 2003 des souris dont les cellules gliales étaient incapables de  sécréter ces substances cicatrisantes, » continue le chercheur. Et les  résultats obtenus ont été spectaculaires : les souris transgéniques dont la  moelle épinière a été sectionnée se sont remises à marcher normalement en  quelques jours. « Depuis, nous avons mis au point une technique nouvelle,  grâce à laquelle il semble possible d'empêcher la synthèse de ces substances  cicatrisantes à l'aide d'ARN interférents. Les résultats de ce travail très  prometteur seront publiés incessamment».
Des cellules souches contre la paralysie  ?
Mais aussi intéressantes soient-elles  dans les suites immédiates d'un accident, ces deux premières approches ne  peuvent s'appliquer aux personnes déjà para ou tétraplégiques. D'où une troisième piste, basée sur l'étude de  cellules dormantes, peu ou non différenciées, et donc capables de donner  naissance à toute une variété de types cellulaires : les cellules souches.
 
Mais non tout ceci  n'est que pure coïncidence et je m'en vais faire dons à l'ICM au vu de leur immense programme de recherche et leur nombreux chercheurs qui vont travailler sur le long terme.

Le long terme, un peu comme Privat :

    1998: Le premier  essai sur l'homme est envisagé à l'échéance de deux ansseulement.
2000 :Et d'ici cinq ans, un  protocole d'essais pourrait être proposé à l'homme.
2003 : «Nous nous  donnons cinq ans pour savoir si ça marche en  procédant à des essais sur la souris, le singe puis sur l'homme».
2005 : Selon  Alain Privat les premiers essais chez l'homme auront lieu dans deux ans.
Février 2006 : Un ou deux essais cliniques - chez l'homme - devraient être développés à  partir de 2008.  (Grace à Neuréva).
Mars 2006 : Selon le Dr Alain Privât,  directeur du laboratoire "physiologie et thérapie des déficits sensoriels  et moteurs" à l'Inserm de Montpellier, une série d'essais cliniques  devrait voir le jour dans les cinq ans à venir
Octobre 2006 : Elles pourraient être appliquées  à l'homme dans cinq ans. Espère-!-on.
2007 : Dans les cinq ans qui viennent, des essais porteront sur la  régénération des axones chez l'homme, en France ou dans d'autres pays.
Avril 2008 : D’ici cinq ans environ, nous  serons peut-être en mesure de réparer, via une thérapie génique, la moelle  épinière de personnes paralysées ayant subi une lésion traumatique.
Fin 2008 L’IRME  annonce la mise au point d’un protocole d’étude clinique sur l’homme :Quoiqu'il en soit, les résultats sont suffisamment  scientifiquement étayés, valables et reproductibles pour permettre d'envisager  l'étape de la mise au point de cette thérapeutique chez l'homme et donc de réaliser le premier essai  clinique de thérapie génique dans ce domaine.
Malgré cette annonce d’essai clinique, quelques mois  plus tard le Dr Privat nous ressort son chiffre préféré : le cinq :
Mai 2009 :  «De fait, les essais cliniques ne devraient pas débuter avant cinq ans, précise Alain Privat.
 

Mais quand même ne serions nous pas aussi un peu pris pour des cons, ignares et indécrottables handicapées capable de gober ces tartuferies ?

Moi je vous dit que oui mais plus c'est gros et plus ça passe !

Pourquoi ne pas proposer un programme de recherche sur le plus long terme ? disons 80 ans en disant que c'est le temps nécessaire pour l'être humain de digérer les OGM qui sont partout dans la bouffe ? Et de réétudier la moelle épiniére qui n'est plus la même que celle de nos ancêtres. Forcément !

Et tiens si l'IRME qui vient de se faire pomper son programme ne créerait pas une autre structure de recherche ? Ah je viens de recevoir un coup de fil qui m'annonce que c'est fait et même inauguré :  la Fondation méditerranée traumatisme :
    Afin d’assurer un  développement rapide et une coordination efficace des recherches dans ce  domaine, L’IRME décide de créer et de soutenir financièrement une nouvelle  fondation : la FIMT. Cette fondation devra répondre par ses résultats et son  rayonnement aux besoins des patients. La Fondation jouera un rôle fédérateur  en permettant aux meilleures équipes de la région de Marseille,  fondamentalistes comme cliniciens ou chirurgiens, de mettre en commun leur  savoir-faire technique et méthodologique et de créer ainsi une véritable  plate-forme technologique de très haut niveau.

Donc jusqu'à présent aucune coordination efficace des recherches, et de fausse plate-forme technologique de bas niveau.
Je comprends mieux les résultats de Privat quand on donne des explications claires.

Allez A bientôt, donnez et faites confiance ils travaillent pour nous :wink:


       

6
Bonjour,


Mauvaise foi :Savoir fort bien que l'on dit une chose fausse :

Citer
neurogel manque d'éléments probants pour bénéficier d'une attention particulière .

Ignorance : Défaut de savoir, de connaissance.État de celui qui ignore une chose :

Citer
neurogel manque d'éléments probants pour bénéficier d'une attention particulière .

Méconnaissance : Fait de méconnaître, ignorer, négliger, oublier :

Citer
neurogel manque d'éléments probants pour bénéficier d'une attention particulière

Inepties : stupidité, absurdité :

Citer
neurogel manque d'éléments probants pour bénéficier d'une attention particulière

Gilles, sur quel mot je me suis trompé ?
je te laisse choisir mais tout est juste et français.

Oui le Neurogel a connu des déboires et ceci a été dit et redit et même expliqué et même commenté.
Mais cela enlève t'il les potentialités du Neurogel ?

L'Afssaps reconnait les potentialités du Neurogel mais L'APF non, et tout est normal !
Sans parler des gaspillages qui pourraient aider tant de chercheurs.

Personne ne dit que le Neurogel est la solution miracle mais que l'on  me prouve en argumentant qu'il existe une thérapie potentiellement  équivalente dans le monde pour les paralysies chroniques.

Cela  me fait penser à l'histoire de Ignace-Philippe Semmelweis qui fit dire ; «On a toujours tort d'avoir raison trop tôt.»

Enfin pourquoi comprends tu que je défendes le Neurogel bec et ongles ?

A bientôt

7
Bonjour,
 
  Effectivement Patrick, l'APF refuse d'apporter une aide financière à un  projet d'essai clinique qui permettrait d'améliorer voir apporter une  solution à la paraplégie et ce dans l'indifférence totale.
  Et pourtant dans les statuts de l'APF il est noté :
 
  L’Association des paralysés de France (APF) a pour buts :
 
  L’amélioration de la situation sociale, matérielle et de leur état  de santé des personnes, enfants ou adultes, atteintes de déficience  motrice avec ou sans troubles associés et de leur famille.

Volontairement ce coté santé est oublié par l'APF. Non pas comme je  l'ai lu qu'il pense que le Neurogel  manque d'éléments probants ( seul  contre pléthore de spécialistes, chercheurs et scientifiques ?) pour  bénéficier d'une attention particulière mais tout simplement parce  qu'ils ne veulent pas.
 
  Je reviens sur cette phrase
Citer
le Neurogel  manque d'éléments probants pour bénéficier d'une attention particulière
  Je ne sais pas si c'est de la mauvaise foi, de l'ignorance, de la  méconnaissance ou un peu de tout mais il vaut mieux se taire au lieu de  dire des inepties pareilles.
  Mais que leur faut il pour simplement avoir l'objectivité de  reconnaitre comme le fait l' Afssaps, entre autres  des potentialités  du Neurogel.
 
  Monsieur Maisonneuve directeur de l’Afssaps :
 
  "Sur la base des éléments que vous  m'avez transmis dans le cadre de la rencontre innovation qui s'est  déroulée le 25 mai 2010 au sujet du dispositif médical cité en objet,  et sur la base des échanges qui ont eu lieu à cette occasion, je vous  informe que ce dispositif me semble revêtir un caractère  potentiellement innovant dans une indication ou le besoin en nouvelle  approche thérapeutique est important."
 
  Bien sur il reste le préclinique de Decherchi a terminer mais il faut  bien comprendre que ce n'est pas pour prouver l'efficacité du Neurogel  mais parce  on change de lieu de fabrication, de fabricant et que  réglementairement il est obligatoire alors d'avoir de nouveaux des  résultats pré cliniques. Mais aussi les tests toxicologiques ( durée 6  mois) concernant la sécurité du Neurogel
 
  Personne ne dit que le Neurogel est la solution miracle mais que l'on  me prouve en argumentant qu'il existe une thérapie potentiellement  équivalente dans le monde pour les paralysies chroniques. Et j'ajoute  qu'aujourd'hui on ne finance pas la recherche en ce qui concerne le  Neurogel mais un essai clinique.
 
  On ne demande donc pas à l'APF de financer la recherche mais les gens savent ils que les mots ont un sens ?
  ils préfèrent gaspiller l'argent.
 
  On se retrouve face à des gens de mauvaise foi, des politiques  indifférents et incompétents, des mandarins incapable de reconnaitre  l'indigence de leur recherche mais qui continue à nous berner en  enrobant tout ça en créant encore des nouvelles structures dans des  beaux bâtiments tout neuf. ( ICM et La Fondation méditerranée  traumatisme).
 
  Mais j'y reviendrais dans un autre post.
  A bientôt

8
Stardupoker, tu as des soucis de lecture ou tu nies l'évidence quand tu dis :
Citer
et aussi du point de vue cellules embryonnaire dérivées..pas encore testé pour des raisons éthiques,
Bien sûr que cela a été testé  : Suède comme nous venons de le voir mais les cellules souches fœtales provenant de l'embryon ou du cordon ombilical ont été testés en Russie ( Pr. Rabinovich) et Corée de Sud (est co-dirigée par le professeur Song Chang-hun de  « Chosun University », le professeur Kang Kyung-sun de « Séoul National  University », et Han Hoon, Ph.D, de la « Seoul Cord Blood Bank » (SCB).).

Enfin si on veut régler "l'histoire de la cicatrice" il faut s'intéresser à la cicatrice et je ne vois pas pourquoi s'intéresser à autre chose. Simplement du bon sens.
Si tu crèves un pneu sur ta voiture tu ne vas pas t'intéresser au carburateur. Par exemple.

A bientôt
:wink:

9
Bonjour Stardupoker,

Que ce soit les Suédois, les américains ou tout autre nation et alors ?
je ne vois pas de différence si ce n'est peut-être en termes financiers. Et encore je ne vais pas m'étendre sur le coté économie mais les ricains sont les créanciers de la Chine et le pays le plus endéttés au monde. De plus on parle ici de sociétés privés.

Une cellule souche embryonnaire reste une cellule souche embryonnaire, une cicatrice gliale reste une cicatrice gliale etc etc.............en 1997 comme en 2010.

Citer
Le principal objectif de cet essai clinique dit de phase 1 est  d'évaluer la fiabilité et la tolérance à ces cellules chez des  personnes paralysées à la suite d'une blessure à la moelle épinière.  Les volontaires doivent avoir été blessés récemment et recevoir les  GRNOPC1 dans une période de moins de 14 jours.

Donc on oublie pour les paralysies chroniques et c'est surement les conclusions de l'essai suédois en 1997. Et d'ou aussi l'étonnement de Privat :
Citer
De  plus, il est étonnant que  l'intervention ait été effectuée chez un  patient porteur d'une lésion ancienne,  les chances de succès étant  plus minces dans ce cas.

Tu m'étonnes !

En tout cas c'est une très bonne nouvelle pour les futures paralysées car  on n'empêchera peut être la paralysie de s'installer. Peut-être ?

A bientôt  :wink:

10
Citer
"Le Quotidien du Médecin - Dernière heure - 12/10/2010
    Une première mondiale : un patient traité par cellules souches humaines
Aux  États-Unis, les autorisations temporaires ont été délivrées et un homme  souffrant des suites d’une blessure de la moelle épinière a reçu des  cellules dérivées de cellules souches embryonnaires humaines (SEh) dans  le cadre d’un essai de phase 1..."

Retour vers le passé .....il y a 13 ans, une première "première mondiale"

Citer
    21 AVRIL 1997- № 6052 "QUOTIDIEN DU MEDECIN"
Traumatisme médullaire : des Suédois tentent une greffe de  tissu fœtal humain
Des Suédois viennent d'effectuer, pour la deuxième fois, une  transplantation de tissu médullaire fœtal humain chez un patient présentant des  lésions de la moelle épinière. Interrogé par « le Quotidien », le Pr Alain  Privât (INSERM U 336, Montpellier), qui, le premier en France, avait réalisé ce  type de greffe chez l'animal, confirme l'intérêt de cette technique.
Depuis une dizaine d'années, explique le Pr Privat, différentes  équipes dans le monde réalisent des greffes de ce type sur des modèles animaux  (rat et singe).
« En France, explique-t-il, nous avons été les premiers à montrer, dès 1986, que l'on pouvait rétablir une locomotion  automatique par la greffe de cellules embryonnaires chez le rat dont, la  colonne vertébrale a été sectionnée. Nous nous sommes toutefois orientés vers  des autogreffes de cellules génétiquement modifiées parce que, après discussion  et réflexion, nous avons estimé que l'utilisation de cellules fœtales humaines  pose des problèmes non seulement techniques mais surtout éthiques.

Un risque de dérive.

Pour le Pr Privat, les dérives sont, en effet, possibles, « car la demande est forte, rien qu'en France ily a chaque année un millier d'accidentés de la  moelle quideviennent hémiplégiques ou paraplégiques. Et  l'on sait très bien que dans certains pays on n'hésite pas, devant la pression,  à déclencher des avortements pour se procurer des cellules embryonnaires de la  maturité appropriée ».
L'utilisation de cellules non nerveusesL'essai  suédois est donc intéressant, estime le chercheur : « Il va permettrede mieux comprendre la physiopathologie de ces lésions. Cependant,  nous nous tiendrons à notre programme de recherche. Celui-ci consiste à  utiliser des cellules non nerveuses, par exemple des fibroblastes modifiés  génétiquement par l'incorporation de fragments de génome clonent. Cette  manipulation permet la. Synthèse de neuro transmetteurs ou de facteurs de  croissance. » Les  travaux réalisés en France sont coordonnés par FIRME (Institut pour la  recherche sur la moelle épinière) qui est une fédération de laboratoires de  recherche et de laboratoires hospitaliers, indique le Pr Privât. « Il nous ont permis de court-circuiter  l'utilisation de matériel embryonnaire huma in. En 1996, en collaboration avec une équipe  d'électrophysiologistes parisiens, nous avons montré que la perte neuronale  était compensée par la greffe, puisqu'il y avait une réinnervation  monoaminergique. »
Dr Mara NGUYEN


Citer
    Un traumatisé médullaire greffé avec des cellules  fœtales
Une première mondiale qui soulève des problèmes éthiques
SOURCE  Agence  France Presse.1997

Un traumatisé médullaire vient de  bénéficier d'une transplantation à partir de  cellules de moelle épinière d'un fœtus avorté, et l'intervention semble avoir  réussi. C'est ce qu'a annoncé l'hôpital universitaire d'Uppsala (Suède), où  s'est déroulée la greffe effectuée par le Pr Lennart Persson, secondé par un  neurochirurgien américain. Cette même équipe aurait réalisé une intervention comparable,  il y a six semaines, chez un autre patient présentant un traumatisme médullaire ancien. Selon les contrôles radiologiques, les cellules  fœtales se seraient correctement fixées. «Le recul est insuffisant pour parler de succès»,commente d'emblée le Dr Alain Privât (Inserm U336, Montpellier). De plus, il est étonnant que  l'intervention ait été effectuée chez un patient porteur d'une lésion ancienne,  les chances de succès étant plus minces dans ce cas. Surtout, cette  intervention constitue peut-être une première sur le plan éthique, mais pas un  exploit technique.  Selon ce  spécialiste, les données fondamentales et de précédentes expériences "in  les animaux ont largement démontré que des greffes fœtales pouvaient favoriser  une repousse neuronale. « Nous étions techniquement prêts pour de telles greffes chez l'homme, mais nous avons  reculé pour des raisons éthiques. Notre stratégie, plus prudente, est de mettre au point des auto greffes,  à partir de fibroblastes transfectés avec des Adénovirus. »
DrS.C

  Vous noterez que notre "mouche du coche" national aujourd'hui décoré est toujours présente.


Donc rendez vous dans .......13 ans avec nos chères cellules souches et surtout en maintenant l'ambiguité  : paralysie anciennes ou pas ? peu importe on va refaire marcher les handicapées !

heureux le simples d'esprits.

A bientôt  :wink:

11
Patrick,

Je crois que tu as ta réponse : http://www.neurogelenmarche.org/index.php?option=com_fireboard&Itemid=48&func=view&catid=7&id=574#574

Comme il a été écrit sur le site  de l'association le 18 juin 2010 mais les personnes lisent ils ?

"En compagnie du fabricant, Mr Pinet nous sommes donc en recherche de  financement et nous n’évacuerons aucune voie possible afin de rassembler le  budget nécessaire :        Financement institutionnel : Etat,  région, les incubateurs d'entreprises liés à la recherche publique, les pôles  de compétitivité…,
Financement privé : entreprises de  biotechnologie, pharmaceutique…,
Fondation, association…
Des contacts et rendez vous sont en cours. Ce travail est vous  l’imaginez très imposant et demande du temps et des efforts.
Les essais clinique ne pourront commencer qu’a partir du moment où nous  aurons le financement."


ce travail est vous l’imaginez très imposant  et demande du temps et des efforts. De plus l'association n'a pas reçu le quart de réponses à ces courriers, attend des rendez vous avec des ministres, des conseillers....
Vous noterez : Financement privé : entreprises de  biotechnologie, pharmaceutique…,( pour charieboy)

Il y a un pilote dans l'avion mais peu veulent se salir les mains. Par contre des "y a qu'a faut qu'on" qui pianotent devant leur micro c'est légion.
A bientôt :wink:








12
charlieboy,

vous êtes le spécialiste des fausses informations et en France on appelle cela de l'incompétence ou de l'ignorance !

Quand on ne sait pas on se tait ou on s'informe.

A bon entendeur....... :wink:

13
bonjour,

Pas facile de comprendre vous mais en relisant plusieurs fois on y arrive.

vous parlez de supercherie, soit, mais connaissez vous la définition de ce mot ? Affirmer, vociférer sans un argument valable c'est d'une nullité complète. Et je ne parle pas de vos inventions que certains qualifieraient de mensonges.
Exemple :la propriété intellectuelle du brevet du Neurogel contrairement à ce que vous alléguez a toujours été identifié et connu !
Il y a eu un partenaire financier qui a investi prés de 2 millions d'euros : DEBIOPHARM.

Ensuite, que l'inventeur ait commis des erreurs certes mais en quoi cela enlève des potentialités au Neurogel ?http://www.neurogelenmarche.org/images/stories/aout2010/assoc/recus/Afssaps-20.07.10.pdf
personne ne s'est enrichi au contraire, woerly a fait faillite sans gagner un centime et l'association neurogel en marche est composé de personnes handicapées bénévoles.
Personne n'a jamais rien quémander mais l'association neurogel en marche présente les besoins afin de faire avancer le projet d'essai clinique.
L'évaluation budgétaire en vue d'un essai clinique a été effectué par des professionnels (BIOMATECH,OPTIMED, le LEMI.....).
Maintenant on peut nier l'évidence, faire preuve de mauvaise foi et d'ignorance, tout est permis en démocratie.

Comme je l'ai dit woerly a fait faillite, l'association recherche des fonds mais les vendeurs de cellules souches (pour lésions chroniques....rire !) engrangent des millions ! ou est la supercherie ?. Vous seriez vous fait berner pour être autant aigri a propos du Neurogel ?

Vous avez le droit de penser que le Neurogel ne vaut rien quasiment seul contre tous mais pas de parler de supercherie ou d'arnaque. Les mots ont un sens n'est ce pas ?

Enfin que veut dire cette phrase :
Citer
mais d'après moi, il est plus payant pour certain individus de continuer de cette façon. On peut revenir a la charge plusieurs fois pour demander et redemander...

Quels sont les individus dont vous parlez ?


Merci :huh:

14
bonjour,

En attendant le parrain, pas mal de courriers en direction d'association, d'instituts ou de politiques sur le site "neurogel en marche". Même un pour l'Irme. http://www.neurogelenmarche.org/index.php/envoyes-asso/?orderby=2&page=2

A bientôt :wink:

15
Recherches fondamentales / Re : Cellules souches et R&D
« le: 29 août 2010 à 12:05:41 »
Bonjour,

Concernant le Neurogel je te renvoies au site de l'association "neurogel en marche". Sur le plan scientifique personne de sérieux n'a plus rien à dire concernant le Neurogel adapté aux lésions chroniques même les experts de l'Afssaps.

Pour Wise young je m'étonne qu'il dise que pour des compressions dont 90 pour cent des handicapées sont concernés il n'y ait pas besoin de biomateriau alors que de plus en plus de publications affirme le contraire.
Et je me pose la question de savoir comment des cellules pourraient vivre dans une zone nécrosée ?
Et je me pose la question de tous ces essais cliniques sur du chronique depuis plus de 10 ans qui n'ont rien donné :

- les macrophages activés : Israël,
- les cellules souches : Russie (Novossibirsk, Moscou), Corée du sud, Brésil, Pologne,
- les cellules olfactives : Portugal, Australie (Brisbane), États-Unis (Détroit), Londres, Bulgarie,
- les cellules embryonnaires : États-Unis (Floride), Suède (Uppsala), Russie, Corée du sud, Chine,
- les Cellules souches hématopoïétiques autologues : République Tchèque, Équateur.


Enfin effectivement les propos de Wise young sont des allégations, se contredisent et sont différent de ses actions. Enfin je pourrais te citer d'autre pointures en matière de recherche qui disent le contraire de Wise.

wait and see

cordialement :wink:

16
Recherches fondamentales / Re : Cellules souches et R&D
« le: 29 août 2010 à 04:23:12 »
bonjour,

cicatrices  imperméables et cicatrices perméables ! Mon dieu !
cicatrices  imperméables et cicatrices perméables = zone nécrosé
 
toutes les études pré-cliniques sur l'animal avec le neurogel l'ont été sur un modèle de compression avec les résultats que l'on connait.

le reste......

Au revoir :wink:

17
Recherches fondamentales / Re : Cellules souches et R&D
« le: 28 août 2010 à 00:51:33 »
Bonjour,

On évoque le Neurogel, je pointes le bout de mon nez.

Farid, bonjour,
pourrais tu nous dire quand wise young a tenu ses propos sur le neurogel ?
surtout que wise n'est pas contre l'idée de faire partie du conseil scientifique de l'association "neurogel en marche"et tester le neurogel. De plus il teste d'autres biomateriaux. ici : http://sci.rutgers.edu/forum/showthread.php?t=108628&page=9

Et pour cause tous les chercheurs de bonne foi, on évacue donc privat et tous ceux qui ne veulent pas lâcher leur recherche foireuse depuis des années en faisant croire qu'il vont traiter les lésions chroniques sans s'attaquer à la cicatrice gliale, parlent de biomateriaux combiné à des cellules souches et/ou hormones.
Aujourd'hui, on pourrait presque dire qu'il y a un consensus pour dire qu'il faut un support de croissance
dans le cadre des lésions anciennes de la moelle épinière.Car si l'on retire la cavité qui n'est qu'un kyste rempli d'eau et de quelques fibroses, il faut bien combler cette perte de tissu qui représente souvent deux ou trois centimètres cube! Et le remplacer par un tissu qui doit répondre à de très nombreux critères.
Si on ne retire pas ce kyste, comment les fibres peuvent traverser cette barrière nécrosée?
Sur le plan scientifique personne de sérieux n'a plus rien à dire concernant le Neurogel même l'Afssaps.

Et voilà

A bientôt :wink:

18
bonjour,

system64, quels sont les éléments  qui effaceraient votre doute ou peut-être le doute du médecin spécialisé en blessés médullaire ?
En fait je ne comprends pas bien votre réflexion. Le rat fait partie des animaux les plus utilisés en essais précliniques  toutes pathologies confondus.

Il faudrait étayer vos doutes ou vos explications.

Les experts de l’Afssaps  ont rendu un avis positif sur cette potentielle thérapie à destination des blessés médullaires. Elle l’avait déjà fait en 2004 et le confirme aujourd’hui. L’association « Neurogel en marche » a eu une réunion à l’AFSSAPS le 25 Mai 2010.

Les discussions ont porté aussi sur la manière dont ils peuvent épauler L’association dans le cadre de leur service «recherche et innovation». Ils souhaitent là soutenir dans la mesure où :

- ils reconnaissent les potentialités du Neurogel,
- ils soulignent la qualité des chercheurs de notre conseil scientifique incontournables dans leurs domaines,
- c’est un projet porté par une association de personnes handicapées,
- ils n’existent aucune thérapie au monde pour traiter les blessés médullaires.
Voici la conclusion du rapport de cette réunion du 25 Mai 2010.:

"L’Afssaps remercie l’association, son président et membres présents ainsi que ses «experts» pour cette rencontre, et confirme, dans le cadre de sa politique d’accompagnement de l’innovation, son «regard» bienveillant vis-à-vis de ce projet."

Ce rapport ainsi que d'autres documents seront bientôt en ligne.

A bientôt :wink:

19
Ressources et règlementation / Re : Renouvellement ACTP
« le: 12 janvier 2010 à 19:42:05 »
Bonsoir,

Vu les délais actuels des MDA (au niveau des demandes de renouvellement), je vous conseille dès à présent de faire vos dossiers. Il vaut mieux prendre de l'avance et avoir les décisions à temps.

Bonne soirée.

20
éric,

Réponse

Le Président de la république ou plutôt un sous fifre renvoi le dossier aux ministères concerné,

La Ministre de la santé, ou plutôt un sous fifre renvoi vers la DGS pourquoi, eux seuls le savent ?

La Ministre de la recherche, ou plutôt un sous fifre de la direction de l'innovation répond de manière incompréhensible et faux ! ici :http://www.neurogelenmarche.org/images/stories/ministere_recherche.pdf
Le président lui a répondu et attend toujours sa réponse.

+ réponse de quelques députés.

A bientôt :wink:

21
Bonjour,

Farid, qui te dis que la demande n'a pas été faite ? Et si elle n'a pas été faite pourquoi ?

Contact et demande effectué :

- L’INSERM,
- Les délégations interrégionales à la recherche clinique (CIC, CIT, CHU…..),
- Le Centre National de Gestion des Essais de Produits de Santé,
- Le Centre Technique National d’Etudes et de Recherches sur le Handicap et les Inadaptations,
- L’Institut Fédératif de Recherche sur le Handicap,
- Le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées,
- L’Observatoire National sur la Formation, la Recherche et l'Innovation sur le Handicap,
- La Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées,
- La Fondation Internationale du Handicap,
- L’Institut sur le Cerveau et la Moelle épinière,
- La Fondation Garches,
- L’Association pour le développement des biomatériaux, de l'ingénierie tissulaire et de la médecine régénérative,
- Le Groupe d’étude sur les biomatériaux de l’assemblée nationale,
- Le Président de la république,
- Les Députés,
- Les Sénateurs,
- La Secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité,
- La Ministre de la santé,
- La Ministre de la recherche,
- Sandrine-Sabrina BÉLIER (Député Européen - commission recherche),
- Michèle RIVASI (Député Européen- commission santé).


Anomalie ? Développe sil te plait

Mais tu peux postuler pour rentrer au sein du CA de l'association et apporter de la nouveauté et entreprendre des démarches qui accélèreront le projet.

Personne ne sera contre au contraire.

A bientôt :wink:

22
Bien le bonjour Banco,

Ok mais pourquoi 33 ans, soit plus précis !

Mais je vois ils n'ont pas dit dans la vidéo qu'il viendrait chercher les volontaires en hélico, les paieraient grassement en les bordant le soir avec pour les plus en forme une dame de compagnie peu farouche.

Je comprends ta réticence, c'est normal.

Sur ce bonne soirée mon ami.

A bientôt :wink:

24
Bonjour,

Petite vidéo ma foi assez intéressante : http://www.dailymotion.com/video/xbfecb_pour-un-traitement-de-la-paraplegie_tech.

Bon visionnage

ps: spéciale dédicace à Banco

 :wink:

25
Exprimez-vous ! / Re : Polémique sur le Neurogel
« le: 30 avril 2009 à 16:39:28 »
bonjour,

Toujours poète banco , c'est bon signe. C'était pour aider, gratos et rapide.

J'ai pas besoin de frelon.

Cordialement. :wink:

Pages: [1] 2
Pas d\éléments disponibles dans le calendrier actuellement.
SMF spam blocked by CleanTalk