Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - dardaran

Pages: [1]
1
Recherches fondamentales / Moelle epiniere artificielle
« le: 17 février 2016 à 13:04:14 »
Bonjour,

Une équipe de chercheurs de Melbourne travaille sur une "moelle epiniere artificielle"

"Cette moelle épinière artificielle pourrait permettre à des paralysés de marcher à nouveau"
Les chercheurs de l’université de Melbourne ont conçu un assemblage miniature d’électrodes qui capte les ondes émises par le cerveau et qui pourrait demain transmettre ces informations à des prothèses.Sera-t-il possible de contrôler des prothèses artificielles comme des membres naturels ? Des chercheurs australiens de l’université de Melbourne se sont penchés sur le sujet et vont bientôt faire subir à un groupe de patients paralysés une procédure révolutionnaire afin de leur redonner de la mobilité. Au cœur de leur expérience : un petit appareil de la taille d’une allumette et portant le nom anglais de stentrode (association en français des mots électrode et endoprothèse). L’appareil se présente sous la forme d’un maillage miniature d’électrodes en forme de cigare et pourrait jouer le rôle d'une moelle épinière artificielle.
L’appareil est introduit dans un vaisseau sanguin près du cortex cérébral, la partie du cerveau en charge de la mobilité. L’objectif est de capter les signaux émis par le cerveau et de les transmettre sans fil à un exosquelette attaché aux bras ou aux jambes. Il serait ainsi possible de faire bouger l’exosquelette... par la pensée.
L’introduction de l’appareil dans un vaisseau sanguin a pour avantage de ne pas nécessiter une chirurgie complexe du cerveau, car elle s’effectue par l’aine. L'appareil est ensuite transféré près du cortex par le biais d'un cathéter.
Reste un épineux problème à gérer : il faudra embarquer un ordinateur pour décoder ces signaux électriques avec précision, et déterminer quels sont les membres et les mouvements  demandés par le porteur.
Les recherches ont nécessité le concours de 39 chercheurs et 16 différents départements de l’université de Melbourne. Elles pourraient bénéficier non seulement à des personnes paralysées à la suite d'une attaque ou à une rupture de la moelle épinière, mais aussi à la lutte contre des maladies telles que Parkinson, voire d’autres troubles du cerveau.
Des premiers essais ont été réalisés avec succès sur des moutons avec un appareil de seulement 3 mm de longueur. Les tests sur le groupe de patients paralysés sont prévus pour fin 2017, pour une mise sur le marché possible dans six ans."

source:  BFMTV
le lien (petites videos - sortez le popcorn!) : http://hightech.bfmtv.com/produit/cette-moelle-epiniere-artificielle-pourrait-permettre-a-des-paralyses-de-marcher-a-nouveaubr-950183.html

G.

2
On se croirait presque à un cours de cuisine:

Voici la recette "simplfiée er vulgarisée" pour faire pousser un cerveau.
(Bien évidement, ce qui nous intérresse c'est la repousse des neuronnes qui implique la réparation de la moelle épinière)

Article publique de la revue Science et vie du 06 juin 2015

"Voilà qui devrait désacraliser encore un peu notre organe vedette : des biologistes de l’université de Stanford ont réussi à cultiver des mini-cerveaux humains à partir de cellules issues de la peau d’un individu jusqu’à un stade équivalent à celui d’un embryon de 19 voire 24 semaines. Le tout en seulement 2 mois et demi ! Cette nouvelle méthode très efficace et relativement simple à mettre en œuvre vise le nouveau domaine de la médecine et des traitements hyper-individualisés."

Le lien avec l'article au complet: http://www.science-et-vie.com/2015/06/ils-font-pousser-des-mini-repliques-de-votre-cerveau-dans-une-boite-de-petri/

G.

3
Exprimez-vous ! / OFFRE D'emploi
« le: 29 mai 2015 à 12:18:23 »
Oyé Oyé,

Pour ceux qui maitrisent un peu la langue de "Shake-spire" et qui ont un hadicap, la BBC recrute:

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/etranger/2015/05/29/28007-20150529ARTFIG00068-la-bbc-a-la-recherche-de-handicapes-pour-ses-bulletins-meteo.php

"100% des participants auront tenté leur chance"  :lol:

Alors... bonne m****.

PS: si vous devenez une star, un p'tit  toto graphe... hum?

G.

4
La médecine chinoise au secours des lésions de la moelle épinière
Citer
La médecine chinoise au secours des lésions de la moelle épinière

 Les recettes d’antan pourraient avoir de vraies raisons d’être remises au goût du jour. Un traitement de la médecine traditionnelle chinoise, nommé JSK, viendrait de prouver son efficacité pour réparer la moelle épinière chez le rat en agissant à plusieurs niveaux.
Aujourd’hui, pour mettre un traitement sur le marché, les règles sont strictes. Le médicament est évalué sous toutes ses coutures, si bien que sur tous les candidats au départ, seuls quelques-uns remplissent les critères et sont réellement utilisés en clinique. Mais avant l’établissement de ces règles, les anciens allaient directement puiser dans la nature les ingrédients qu’il leur fallait pour composer des préparations médicales. La Chine est d’ailleurs réputée pour sa médecine traditionnelle et ancestrale. Mais bien souvent, ces breuvages n’ont pas passé les tests académiques actuels. Que valent-ils réellement ? Certaines équipes de chercheurs essaient de repérer les réelles vertus thérapeutiques de ces médications, toujours utilisées par certains. Bien que parfois ces préparations soient plus toxiques que bénéfiques, certaines semblent réellement efficaces, contre les maladies auto-immunes ou le diabète par exemple.
Des adeptes de la médecine chinoise clament par exemple l’intérêt de la thérapie Ji-Sui-Kang (JSK) dans la cicatrisation et la réparation des tissus endommagés. Shucui Jiang et ses collègues de l’université McMaster (Hamilton, Canada) ont voulu tester cette hypothèse sur des moelles épinières lésées chez le rat. Avec succès, comme en témoigne la publication du travail dans la revue Restorative Neurology and Neuroscience.
 Des rats qui retrouvent plus vite leur mobilité Avançant des raisons de propriétés intellectuelles, les scientifiques n’ont pas dévoilé la recette exacte de la préparation. On sait seulement qu’elle contient des extraits de ginseng, de racines de réglisse, de pivoine de Chine ou de livèche, ainsi que de la cannelle. Ce traitement quotidien a été donné à des rats aussitôt après qu’ils ont subi une lésion de la moelle épinière, organe du système nerveux central reliant le cerveau aux nerfs de l’organisme. En parallèle, un autre groupe de rongeurs également blessés ne recevait qu’une solution saline, sans vertus thérapeutiques.

Après une semaine, les auteurs notaient que les animaux profitant du traitement JSK avaient retrouvé une meilleure motricité de leurs membres postérieurs que leurs homologues témoins. La récupération paraissait encore plus importante 21 jours après le traumatisme : les rats traités supportaient mieux leur poids et faisaient preuve de plus de coordination dans leurs mouvements que leurs congénères.
 La moelle épinière se réorganise plus vite Les expérimentateurs ont voulu voir tout cela de plus près. Le microscope révèle qu’au bout de sept jours de traitement, l’architecture de la moelle épinière des animaux était nettement mieux préservée, et les blessures significativement plus petites. Ainsi, les rats bénéficiant de la médecine traditionnelle chinoise présentaient plus de gaines de myéline et d’axones intacts.
Au niveau moléculaire aussi, les scientifiques ont pu observer des différences notoires dans les zones lésées des rongeurs traités :
  • moins de dépôt de fibrinogène, signe d'un minimum de dommages vasculaires ;
  • moins d’enzymes Cox-2, impliquées dans l’inflammation ;
  • une activité des caspases réduite, signe que les cellules locales se suicident moins ;
  • la protéine GAP43 (growth associated protein 43), marqueur du développement neural et de la régénération axonale, est davantage exprimée ;
  • de même pour la neuroglobuline, protéine trouvée dans les neurones du cerveau, dont on pense qu’elle aide les cellules nerveuses à survivre et à récupérer après un traumatisme.
Médecine traditionnelle chinoise contre médecine moderne

Pour les auteurs, tous ces paramètres cumulés suggèrent l’intérêt de la thérapie JSK pour aider à la réparation de la moelle épinière abîmée, condition qui affecte la mobilité des personnes parfois jusqu'à la paralysie. D’autres résultats suggèrent même des intérêts supplémentaires à la pratique, puisqu’elle favoriserait également la formation et la croissance des vaisseaux sanguins dans la zone lésée. Ainsi, comme le précise Michel Rathbone, l’un des auteurs, dans un communiqué de presse, la préparation JSK favorise la cicatrisation des tissus en réduisant au silence les inhibiteurs de croissance et en favorisant en parallèle la prolifération des cellules le long de la moelle épinière.
Par ces multiples voies d’action, cette préparation ancestrale pourrait donc revêtir un réel intérêt thérapeutique pour les patients ainsi soignés. Cependant, il faudrait désormais la comparer aux techniques plus modernes de réparation du tissu nerveux pour évaluer son efficacité.



Source: Futura sciences
Lien: http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-medecine-chinoise-secours-lesions-moelle-epiniere-48457/
Date article: 23 aout 2013
G.

5
L’irradiation aiguë simulée sur une puce
Citer

 Des chercheurs de l’université d’Harvard vont travailler avec des organes artificiels miniatures pour étudier le syndrome d’irradiation aiguë et les médicaments pour le traiter. Le laboratoire a mis au point des "organes sur puce", qui simulent la physiologie du poumon, de l’intestin et de la moelle épinière.
 Depuis des années, le Wyss Institute d’Harvard met au point des "organes sur puce" : des dispositifs miniatures comprenant des cellules humaines vivantes et qui imitent le fonctionnement élémentaire d’un organe. L’équipe avait démarré avec un "poumon sur une puce" : des microcanaux et une membrane de séparation qui reproduisent l’interface alvéole pulmonaire-vaisseau capillaire, y compris le mouvement de la respiration.
 D’autres organes ont suivi (intestin, cœur, reins…), ainsi qu'un modèle de moelle épinière. La moelle épinière, obtenue par ingénierie tissulaire, est ensuite insérée dans un dispositif microfluidique. Ces dispositifs sont mis au service de la recherche sur des maladies et leurs traitements possibles, par exemple un oedème pulmonaire peut être simulé sur une puce.
 Substitution aux tests sur animaux
 Cette fois, le projet, qui a reçu une aide de 5,6 millions de dollars de la FDA (Food and Drug Administration), consiste à tester l’effet de fortes doses de radiation (le syndrome d’irradiation aiguë) et la réponse des organes à des traitements médicamenteux. Sans avoir recours à des tests sur des animaux et dans des conditions supposées plus réalistes, sur le plan physiologique, que de simples cultures de cellules.
 Le poumon sur une puce a été retenu pour ces recherches en raison de la forte exposition de cet organe aux particules dispersées dans l’air. Le choix de l’intestin et de la moelle épinière résulte, lui, du rythme rapide de renouvellement de leurs cellules. L’intestin sur une puce imite le mouvement péristaltique de l’organe.
 La mise au point des "organes sur puce" bénéficie de l’aide d’autres agences de recherche américaines, notamment celles de la défense (Darpa) et de la santé (NIH).
 Thierry Lucas

Source: Usine nouvelles
Lien: http://www.usinenouvelle.com/article/l-irradiation-aigue-simulee-sur-une-puce.N202995
Date article: 20 août 2013
G.

6
Les vacances / La Géorgie
« le: 19 août 2013 à 16:07:30 »
La Géorgie.
Pour différente raisons je m'y suis rendu il y a une semaine. J'ai passé 4 nuits sur place.
Pour m'y rendre je suis parti avec Turkish airline. Les mecs sont bien organisés. Chapeau. Rien à dire. En Géorgie pareil. Je suis tombé sur un gars; plus efficace que ça, j'ai rarement vu. En moins de deux, le mec il avait retenu numéro de bagage,récuperé les bagages  contourné les files pour passer la douane, pff. De la balle.

Bon le topo: Drôle d'impression d'un après sovietique. Un pays à deux vitesse où se côtoient le moderne et l'ancien. Le riche en poche cayenne et le simple géorgien en vieille voiture toute cabossée. L'entre-deux est rare. A coté de ça, tous les ministères et bâtiment publiques sont modernes. La police est présente,  PARTOUT. Quand je dis "partout"  c'est vraiement à prendre au pied de la lettre. La capitale Tbilisi est coupée par un cours d'eau (pas très propre, domage) mais qui donne un charme. Encore là, les vieilles maisons en bois avec balcons côtoient le moderne qui les jouxtent.  Mais question accessibilité, je vous dirai simplement que par moment j'avais l'impression que les gens voyaient pour la première fois de leur vie un type en chaise.
J'ai passé la nuit au Radysson Blu. Superbe hotel. 50% sur le prix. Mais leur chambre adaptée n'était pas pourvue de siege pour prendre une douche. J'ai un peu galéré pour ça. Sinon, rien à redire.
Le géorgien, il boit tout le temps, il mange tout le temps, il chante tout le temps et c'est un peuple très acceuillant. Une cuisine très riche, un vin jeune, vieilli dans des jarre qu'ils enterrent et des fruits et légumes "bio" dont on a oublié le gout en Europe.
30% de tourisme en plus cette année.

Conclusion: très bien, mais assurez vous d'avoir plusieurs paires de bras dispo pour la visite et vous passerez du bon temps.

G.

7
Italie : l’inventeur de la méthode Stamina accusé d’avoir fraudé

 Dans un article publié dans la revue « Nature », un groupe de chercheurs accuse David Vannoni d’avoir copié un protocole développé par des scientifiques russo-ukrainiens.


 Déjà traité de charlatan par la revue scientifique généraliste américaine « Science » et par le journal britannique « Nature » qui remettent en question ses compétences, David Vannoni l’inventeur de la méthode Stamina, est aujourd’hui accusé de plagiat.


  Rappel des faits

 Rappel des faits : en avril dernier, le sénat italien approuve un décret-loi autorisant les thérapies à bases de cellules staminales mésenchymateuses pour soigner certaines maladies dégénératives. À la mi-mai, le ministère de la Santé donne son feu vert pour une série d’expérimentations basées sur la méthode inventée par la fondation créée en 2009 par l’ex-professeur de lettres et de psychologie David Vanonni. Dans la foulée, une enveloppe de trois millions d’euros est débloquée pour couvrir le programme d’essai qui se déroulera sur une période de deux ans. Les premiers essais auront lieu d’ici à la fin du mois. Une décision inacceptable pour la communauté scientifique internationale qui s’est déjà mobilisée à six reprises contre l’Italie et la méthode Stamina, notamment dans la revue « Nature ».


  Des données de 2003

 Dans une enquête publiée il y a quelques jours dans la revue britannique, un groupe de chercheurs accuse David Vannoni de « fraude scientifique ». La demande de brevet présentée aux États-Unis en 2010 par le fondateur de Stamina, est basée sur des données élaborées par des chercheurs russes et ukrainiens qui ont présenté leur projet en 2003. La biologiste Elena Schegelskaya membre du comité de recherche de Kharlov National Medical University et co-auteure du projet a déclaré à la revue « Nature » que « les images et données présentées par la fondation Stamina proviennent de la recherche effectuée par le groupe russo-ukrainien présentées en 2003 puis en 2006 notamment dans la revue Ukrainian Neurosurgical Journal ».


 Du coup, de nombreux chercheurs italiens parlent de plagiat à commencer par Michele De Luca, directeur du centre de médecine régénérative de Modène et de Reggio Emilia. Pour sa part, la directrice du Laboratoire de cellules embryonnaires de l’université de Milan estime que les cellules immatures de la moelle épinière peuvent être uniquement transformées en cellules d’os, de peau ou de cartilage. « Personne n’a réussi à prouver jusqu’à présent que l’on peut transformer une cellule de la moelle épinière en cellule nerveuse », déclare Elena Cattaneo.
  Demande d’arrêt immédiat

 Le son de cloche est identique du côté du pharmacologue Silvio Garattini qui évoque le besoin de transparence. Et demande à voir le fameux protocole développé par la fondation Stamina. Mais c’est là que le bat blesse, David Vannoni ayant toujours traîné les pieds même lors de la discussion au sénat avant l’approbation de la période d’essais de sa méthode.


 Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, les scientifiques italiens demandent l’interruption immédiate du programme d’essai. « Le gouvernement doit prendre ses distances par rapport à une méthode qui ne doit pas être expérimentée aux frais du contribuable et porter plainte devant les tribunaux », a déclaré Paolo Bianco, chercheur à l’université La Sapienza de Rome.


 ARIEL F. DUMONT, À ROME


Date article: 08 juillet 2013

source: http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/international/italie-l-inventeur-de-la-methode-stamina-accuse-d-avoir-fraude


G.

8
Des avancées dans la recherche sur les formes héréditaires de la paraplégie spastique:


le lien: www.newspress.fr/Communique_FR_265479_5859.aspx

G.

9
Citer
Lésion de moelle : des cellules souches et des aides

lequotidiendumedecin.fr 18/04/2012

 
Des Coréens ont obtenu des résultats intéressants dans un modèle animal de lésion médullaire en associant à la greffe de cellules neurales souches une matrice, un facteur neurotrophique et une enzyme.

On sait, comme le rappelle le Coréen Byung Kim, que si les cellules souches neurales ont démontré leur potentiel thérapeutique pour inverser un processus pathologique complexe après lésion de moelle, elles ne peuvent pas tout faire à elles seules.

L’équipe de Kim montre qu’on peut majorer le bénéfice clinique des greffes de cellules souches neurales si on leur associe 3 éléments : une matrice en polymère (poly[epsilon-caprolactone]), la neurotrophine-3 (NT3) et la chondroïtinase (une enzyme qui aide à digérer la cicatrice gliale qui se forme après lésion de moelle).

La matrice en polymère, qui crée un pont au sein de la cavité lésionnelle, constitue un environnement tissulaire favorable pour la croissance nerveuse. Elle fonctionne comme un réservoir libérant des cellules souches neurales dans la moelle ; en effet, les cellules greffées avec la matrice survivent à la transplantation et migrent vers la moelle. L’incorporation du gène NT3 dans les cellules souches neurales transplantées améliore la survie et la migration des cellules.

Le travail coréen a porté sur quatre groupes d’animaux, mais un seul a reçu le traitement combiné complet. Chez les rats de ce groupe, on a observé la restauration d’une certaine plasticité, une stimulation de la remyélinisation de la substance blanche controlatérale, et la récupération de mouvements coordonnés des pattes ; de plus, ces rats répondaient à une stimulation magnétique transcrânienne.

« Nous pensons que nos résultats ont d’importantes implications cliniques en ce qui concerne la conception de futures stratégies thérapeutiques basées sur les cellules souches neurales pour les hommes victimes de lésions traumatiques de la moelle », concluent les auteurs.

› Dr EMMANUEL DE VIEL

source: Le quotidien du médecin
Date: 18 avril 2012
Lien: www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/lesion-de-moelle-des-cellules-souches-et-des-aides

G.


10
Actuellement plusieurs voies de recherche sont en cours pour rétablir d'une certaine façon la locomotion.

L'une d'elle, c'est l'electostimulation: voici l'article:

Citer
Malgré une moelle épinière sectionnée, il parvient à marcher 

Un homme de 25 ans, le bas du corps complètement   paralysé depuis près de 5 ans, est capable aujourd’hui de se tenir   debout et de marcher grâce à un entraînement et une stimulation   épidurale, selon The Lancet. 
« Il s’agit d’un niveau de   récupération fonctionnelle chez un patient paraplégique sans précédent   en médecine des blessures de la moelle épinière », un domaine où les progrès sont rares dans le monde « en dépit de décennies de recherche », ont estimé plusieurs médecins de laboratoires de réhabilitation neuronale. 
   Selon eux, ce type de médecine entre dans « une nouvelle ère », même si   l’exploit devra être confirmé par de nouvelles recherches. 
 Rob   Summers était paraplégique après avoir été happé par une voiture en   juillet 2006, selon un article publié en ligne par le Pr Susan Harkema,   du Centre de recherche sur la moelle épinière du Kentucky et le Pr   Reggie Edgerton, du département de biologie intégrée et de physiologie   comparée de l’Université de Californie à Los Angeles. 
 Le jeune   homme, victime d’un sectionnement de la moëlle épinière, avait conservé   un peu de sensation en-dessous du niveau de la blessure. Mais il n’avait   aucune motricité des muscles du tronc ou des jambes. 
 Les   chercheurs l’ont soumis d’abord à 170 séances d’entraînement locomoteur   pendant 26 mois, avec des poids, des essais de marche ou de montée des   marches, sans amélioration de la contraction des muscles. Le patient   restait incapable de tenir debout ou de marcher. 
 Ils lui ont   ensuite implanté dans le bas du dos une unité portable   d’électrostimulation. Il a été soumis à une stimulation électrique   péridurale directe et continue du bas de sa moelle épinière pendant 40 à   120 mn, qui copiait les messages que le cerveau transmet normalement   pour provoquer le mouvement. 
 Sous cette stimulation, le réseau   neuronal de la moelle épinière, combiné avec les données sensibles   transmises par les jambes, a permis au patient de contrôler les   mouvements de ses muscles et des articulations et il a pu se tenir   debout et avancer, avec de l’aide, sur un tapis roulant. 


Source: LE SOIR
Date: vendredi 20 mai 2011
Le lien: http://www.lesoir.be/lifestyle/sante/2011-05-20/malgre-une-moelle-epiniere-sectionnee-il-parvient-a-marcher-841113.php

G.

11
Citer
     USA: la ruée vers les brevets étouffe la recherche sur les cellules souches 

     WASHINGTON - Les recherches prometteuses sur les cellules souches   embryonnaires pour guérir les maladies incurables, telles que le   diabète, sont freinées aux Etats-Unis par la ruée vers les brevets,   source potentielle de juteuses retombées financières, estiment des   experts.


Les chercheurs se bousculent pour acquérir la propriété   intellectuelle exclusive pour chacune de leurs découvertes dans l'espoir   qu'un jour l'une d'elles débouchera sur un traitement commercialement   très lucratif.


Mais cette course effrénée aux brevets empêche   souvent les scientifiques américains de faire des recherches parce que   d'autres universités ou sociétés privées détiennent déjà des droits   exclusifs.


"Nous sommes en terrain miné et les premières victimes   sont les malades", déplore Bob Lanza, responsable scientifique de la   firme de bio-technologie, Advanced Cell Technology (ACT).



Le   laboratoire vient de procéder au premier essai clinique avec des   dérivées de cellules souches embryonnaires humaines pour traiter la   dégénérescence maculaire, principale cause de cécité chez les plus de 65   ans.


ACT est la deuxième entreprise à avoir obtenu le feu vert de   la FDA, l'agence américaine des médicaments, pour mener un essai   clinique avec ces cellules.


Mais Bob Lanza explique avoir été   lui-même empêché de reprendre des travaux sur des cellules souches   embryonnaires pour trouver un traitement éliminant le  diabète.


"Quand   j'ai essayé de faire des recherches sur le diabète avec des cellules   souches embryonnaires humaines, je n'ai pas pu. Les droits exclusifs sur   ces cellules avaient été achetés par Geron, notre principal   concurrent", explique-t-il à l'AFP.


Geron est devenu en 2010 le   premier laboratoire à mener un essai clinique pour lequel des cultures   de cellules souches embryonnaires humaines ont été utilisées.


Le   Dr Lanza précise que si son entreprise souhaite rester dans la course,   elle est bien obligée, elle aussi, de disputer les droits de propriété   intellectuelle.


L'émergence de sociétés privées à la pointe de la   recherche est rare, car les percées médicales sont souvent financées par   les fonds fédéraux dispensés aux universités et firmes privées par les   Instituts Nationaux de la Santé (NIH).


Cela s'explique en grande   partie par l'interdiction d'utiliser des fonds publics pour la recherche   sur les cellules souches embryonnaires humaines décrétée en 2001 par   George W. Bush pour des raisons morales et religieuses. L'ex-président   estimait que détruire un embryon revenait à détruire un individu.


Son   successeur, Barack Obama, a levé cette interdiction en 2009. Mais   jusqu'à présent aucun projet financé par les NIH n'a encore atteint le   stade de l'essai clinique.


"Nous en sommes à un stade où il est   important que la communauté scientifique s'interroge sur l'impact du   droit de propriété intellectuelle et comment le partage des données agit   sur la recherche et ses applications aux traitements", observe Debra   Mathews, de l'Université Johns Hopkins.


En Europe, la loi interdit   depuis 2008 aux chercheurs de déposer des brevets sur les cellules   souches embryonnaires, pour ne pas léser l'intérêt public.


Certains   experts craignent que cette course à la protection des brevets dans ce   champ médical aux Etats-Unis ne finisse par profiter à d'autres pays   comme la Chine.


  (©AFP / 28 janvier 2011 16h16) 
 source: http://www.romandie.com/infos/news2/110128151621.u2l4m3oq.asp

G.

12
Exprimez-vous ! / PUB télé - Marc Herremans
« le: 23 décembre 2010 à 13:10:05 »
Bonjour,

Ces jours-ci une publicité de Johnnie Walker (Wiksy) passe sur les chaines de télé. En vedette Marc Herremans; je trouve la fin de la pub GÉNIALE.

http://www.youtube.com/watch?v=E8vFWlkRZvk&playnext=1&list=PL38A5FB88F4C14F6C&index=1

G.

13
Exprimez-vous ! / L'Internet de demain
« le: 18 juillet 2010 à 12:21:57 »
Pour les personnes qui utilisent énormément Internet et qui s'intéressent à son évolution, un petit vidéo réalisé en Novembre 2009.
( c'est un sujet qui ne traite pas du tout de santé! )

Souvent j'ai entendu dire:
-"personne ne sait ce que sera l'internet de demain."

Et bien croyez-moi. Ce petit reportage en anglais confirme cette idée.

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2010/02/sixthsense_ordinateur_futur_capteur_mouvement_monde_virtuel.html

G.


14
Exprimez-vous ! / CA M ENNERVE
« le: 07 juillet 2010 à 19:00:18 »
Oui, c'est le refrain d'une chanson mais aussi un état d'esprit.

Pour vous faire partager:
Citer
Un handicapé privé de vol par EasyJet
lefigaro.fr
07/07/2010 | Mise à jour : 08:06 Réactions (48)
Parce qu'il n'était pas accompagné, un homme paraplégique a été refoulé de la passerelle d'embarquement d'un vol EasyJet et n'a donc pas pu monter à bord de son avion lundi matin alors qu'il avait déjà effectué son enregistrement une heure avant, a révélé hier Libération.

La compagnie low-cost a refusé l'embarquement de Joseph Etcheveste, 48 ans, "pour des raisons de sécurité". Leur réglement prévoit en effet un accompagnement obligatoire des personnes à mobilité réduite pas "autonomes", c'est à dire quand elles ne sont pas capables «d'enlever la ceinture, de mettre le casque à oxygène et le gilet de sauvetage, et de se rendre à la sortie de secours sans aucune aide.»

Si la compagnie à bas coût a promis de rembourser son billet à Joseph, elle devrait toutefois être poursuivi en justice par la Halde (la Haute Autorité de lutte contre les discriminations). Devant la multiplication de ce type d'affaires, l'association des paralysés de France songe également à porter plainte pour discrimination contre l'entreprise.

Le lien: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/07/07/97001-20100707FILWWW00312-un-handicape-prive-de-vol-par-easyjet.php

Bon voyage les amis... dans la soute à bagages :lol:

15
Exprimez-vous ! / Info ou Intox ?
« le: 19 mars 2009 à 12:29:14 »
David Blancarte, un paraplégique, aurait "récupéré" après avoir été piqué par une araignée.

Se pourrait être un début d'histoire digne des séries MARVEL.

Pour la source, je vous joins le lien en anglais sur Care Cure. Info ou Intox? A vous d'en juger.
Bon, ne nous emballons pas! Il est loin de courir un 100 mètres notre David, mais ça fait rêver quand même...  Alors, tous à vos tenues de Spider man... :lol:

le lien: http://sci.rutgers.edu/forum/showthread.php?t=116265

16
Une équipe de chercheurs européens conduite par Pierre Vanderhaeghen, de l’Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine et moléculaire (IRIBHM) de la Faculté de médecine à l’Université libre de Bruxelles, vient de réaliser la première production de neurones in vitro à partir de cellules souches embryonnaires.

Pour voir la suite avec photos suivez le guide  lien...  :grin:

http://www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/medecine/d/des-cellules-souches-transformees-en-neurones_16438/


edité cause faute d'orthographe dans titre

17
1/04/2008
Comment régénérer le tissu cérébral

Une méthode de thérapie expérimentale de l'encéphalopathie a été mise au point à l'Institut de recherche de pharmacologie affilié à la Section sibérienne de l'Académie des sciences russe. Elle repose sur la stimulation de la régénération du tissu endommagé de l'encéphale. Cette découverte pourrait marquer le début d'une nouvelle orientation de la médecine de régénération et vient d'être classée parmi les 100 meilleures inventions de Russie par le Service fédéral de la propriété intellectuelle, des brevets et marques déposées.

Le procédé consiste à activer des cellules souches, qui se trouvent dans l'organisme de toute personne adulte. Les chercheurs sont parvenus à contraindre ces cellules à se multiplier. Pour ce faire, les chercheurs ont simulé l'activité des systèmes régulateurs naturels. Ils ont introduit dans l'organisme un produit à base de cytokine, élaboré conjointement avec le Centre scientifique d'Etat de virologie et biotechnologies Vektor, de Novossibirsk. La cytokine était auparavant utilisée comme stimulateur sanguin. Mais il s'est avéré qu'elle était capable de provoquer l'arrivée dans le sang de cellules souches, dont les réserves sont quasiment inépuisables.

L'expérimentation animale a montré que dans les cas de détérioration de l'encéphale accompagnés de dommages psychoneurologiques et somatiques graves, le rétablissement après traitement à la cytokine est quasiment total. Cette nouvelle technique proposée par les chercheurs de Tomsk pourrait déboucher sur un traitement efficace, qui éviterait de recourir à des méthodes de traitement onéreuses. Il convient de rappeler que les encéphalopathies sont liées à toute affection accompagnée du développement d'une hypoxie (manque d'oxygène dans le sang) du tissu cérébral. Parmi ces affections figurent les différents types de traumatismes, les hémorragies, la perturbation de la circulation sanguine cérébrale, les conséquences d'un empoisonnement, d'une encéphalite ou d'une méningite.

Pour en savoir plus, contacts :   
Institut de recherche de pharmacologie
Directeur : Evgueny Danilovich GOLDBERG
Tél : +7 3822 41 83 79
Email : mmu@pharm.tsu.ru


Source : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53773.htm

Pages: [1]
SMF spam blocked by CleanTalk