Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Oliv

Pages: [1] 2 3 4
1
Bonjour à tous,

En PJ

9 MASQUES SONT MIS À VOTRE DISPOSITION pour votre activité de soutien aux actes essentiels auprès :
→de particuliers employeurs bénéficiant de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).
→de particuliers employeurs bénéficiant de l’Allocation Compensatrice pour Tierce Personne (ACTP).
→de particuliers employeurs bénéficiant de l'Allocation d'Éducation Enfant Handicapé (AEEH).→de particuliers employeurs bénéficiant de la Majoration pour Tierce Personne (MTP).
→de particuliers employeurs titulaire d’une carte d’invalidité à 80% ou d’une carte mobilité inclusion.

2
hé oui!! tu a tout dit ma chère Breizfenua, alors Olib ?


Je vous trouve quelque peu réac  :tongue:

3
J'ai l'impression que vous ne connaissez pas complétement les critères d'évaluation pour une AAH, ni même pour la carte de stationnement.

Ca ne se limite pas au handicap visible...

4
A partir de AAH novembre, donc versement décembre

8
Nadine, de quel coin êtes-vous ?

11
Bonjour,

Les personnes ayant un véhicule adapté dont la carte grise stipule la mention VASP, ne pourront pas bénéficier d'une prime de conversion en cas d'achat d'un autre véhicule......

Citer
De : Christine FANTINO <Christine.FANTINO@asp-public.fr>
Envoyé : mardi 30 avril 2019 13:48
À : Olivier B........
Cc : CAMPAGNA, Catherine; Gordia, Gerard; Meilloret, Agnes
Objet : Rép. : Transférer : Prime conversion véhicules VASP "handicap"
 
Bonjour,
 
Je vous informe que les véhicule à mettre au rebut doivent être soit des voitures (VP) soit des camionnettes (CTTE). Les VASP ne sont pas éligibles à la prime à la conversion.
 
Vous pouvez voir les différents critères d'éligibilité sur le site : https://primealaconversion.gouv.fr
 
Cordialement.

14
Pour info  :undecided:

Citer
Deux mesures gouvernementales rendent encore plus difficile l’accès à la propriété pour les allocataires de l’AAH : la fin de l’aide au logement pour rembourser un crédit immobilier et la suppression du complément de ressources.

https://www.faire-face.fr/2019/03/27/allocataires-aah-condamnes-locataires-logement/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=29-03-2019

Citer
*Les quelque 70 000 personnes qui perçoivent déjà le complément de ressources pourront toutefois continuer à en bénéficier jusqu’en 2029.

15
Exprimez-vous ! / Grand débat : votre avis compte !
« le: 07 février 2019 à 14:11:44 »

16
Exprimez-vous ! / Handicaps dans le grand débat ?
« le: 07 février 2019 à 14:09:36 »
Pas vu  :undecided:

17
Exprimez-vous ! / Handicaps dans le grand débat ?
« le: 07 février 2019 à 10:20:24 »
Bonjour,

Un lien pour que le handicap soit pris en compte dans le "grand débat national"
https://participer.apf-francehandicap.org/themes/le-grand-debat-national

19
Merci  :wink:

21
Désolé je dois supprimer cette demande :wink:

22
Ressources et règlementation / Complément de ressources
« le: 29 novembre 2018 à 18:47:16 »
Le plafond des aides ménagères est régi par l'aide sociale qui dépend du Conseil Départemental et non de l’État.

Bonsoir,
Je vais bientôt perdre la MVA car je ne vais plus toucher d'allocations logement. Dans ce cas est ce que je peux percevoir le complément de ressources ?

Ce ne sont pas les mêmes critères d'évaluation.
Pour le complément ressource, il ne faut pas avoir une capacité de travail supérieure à 5%.

23
Ressources et règlementation / Complément de ressources
« le: 27 novembre 2018 à 19:33:17 »
Ne pas oublier que pour percevoir la MVA il faut impérativement toucher des allocations logement à son nom, donc pour beaucoup la perte du complément ressources n'entrainera pas la perception de la MVA en remplacement.

24
Ressources et règlementation / Complément de ressources
« le: 16 novembre 2018 à 17:59:38 »
C'est la raison pour laquelle vous ne percevez pas la MVA, car il faut être bénéficiaire d'une allocation logement.

25
Ci-dessous en italique un descriptif général du dispositif et en gras l'approche individuelle.

De plus sur ce lien, vous trouverez le dossier de presse "Agir contre le renoncement aux soins" qui vous permettra notamment dans son annexe en dernières pages d'avoir un mode d'emploi et le formulaire de saisine.

C'est la CPAM dont dépend votre domicile qui instruira la demande.


De par son ampleur et ses conséquences multiples,  le renoncement aux soins, source d’inégalités et de dépenses supplémentaires à moyen et long termes, devient un défi qui concerne la collectivité dans son ensemble. 
 
Consciente de cet enjeu de santé publique et des risques qu’il constitue pour l’avenir de notre système de soins, l’Assurance Maladie se mobilise activement pour lutter contre le phénomène de non recours, via un Plan d'accompagnement du non recours, des incompréhensions et des ruptures (Planir), inscrit tout d’abord dans le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté en janvier 2013, puis repris dans l’axe 1 de la COG 2014-20172, qui vise à « garantir à tous les assurés un accès réel aux droits et aux soins », avec pour enjeu de « favoriser l’accès aux droits et aux prestations, notamment pour les assurés les plus fragiles ». 
 
Afin d’agir plus particulièrement sur le renoncement aux soins, elle déploie aujourd’hui  progressivement, en lien avec la démarche Planir, un nouveau dispositif de lutte contre le renoncement aux soins : lancé sous forme d’expérimentation depuis novembre 2014, ce dispositif va être généralisé à l’ensemble du territoire à travers trois vagues successives du 1er avril 2017 à la mi-2018.

Une fois identifiés, et sous réserve de leur consentement, les assurés sont approchés par des agents de la CPAM qui vont leur proposer un accompagnement « sur mesure ». 
 
Les assurés en difficulté bénéficient d’un bilan exhaustif de leurs droits pour disposer d’une vision globale de leur situation administrative et mieux cerner leurs besoins : peuvent-ils bénéficier de la CMUC ou de l’ACS, sont-ils avant tout pénalisés par un reste à charge ou par l’avance de frais ? Ont-ils besoin d’obtenir un ou plusieurs devis pour appréhender le montant de l’éventuel reste à charge ? S’agit-il d’identifier un ophtalmologiste ou un gynécologue qui pratique des tarifs opposables pour éviter tout reste à charge, de réaliser un montage financier d’aides pour la délivrance de lunettes ?
Le conseiller dédié de l’Assurance Maladie regarde également si l’assuré peut bénéficier d’autres droits sociaux, par exemple auprès de la caisse d’allocations familiales pour une aide au logement, ou de tarifs réduits auprès des fournisseurs d’électricité de gaz en tant que bénéficiaire de la CMU-C ou de l’ACS…
 
À l’issue de cette première étape, le conseiller prend contact avec l’intéressé et confirme avec lui les solutions envisagées.





Pages: [1] 2 3 4
SMF spam blocked by CleanTalk