Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - acmouget

Pages: [1]
1
Salut,

Vu ton niveau lésionnel et le fait que ta lésion soit encore assez récente tu as toutes tes chances pour qu'avec des stimulations cutanées tu obtiennent une érection réflexe qui te permette d'avoir un rapport satisfaisant sans Viagra ou autre médoc du même style.

Parfois les réflexes s'altère avec le temps, en particulier pour ceux qui ont eu beaucoup d'escarres, je vais parler crûment mais j'aime bien appeler un chat un chat : gaffe à ton cul pour que les réflexes continuent à bien marcher. Les médecins ne le disent pas assez, et surtout pas assez tôt !

Je comprends que le Viagra puisse avoir un effet rassurant question "performance"... mais bon vu le prix et les effets secondaires (la bonne grosse migraine des années qui fait partie des pas graves mais qui est quand même pénible, la persistance de l'érection qui peut être forte et créer une désagréable sensation de malaise...) vous serez confronté au fait d'avoir aussi des rapports sans Viagra (si jamais tu en avais vraiment besoin). En plus on peut pas le prendre trop souvent...

Dis-toi qu'en général ça pose plus de soucis au partenaire masculin que féminin, surtout une femme amoureuse, on a une sexualité plus cérébrale MDR, on adore les préliminaires,  la tendresse, la sensualité... ce qui des fois vous semble un peu chiant devient un super atout ;) alors ne te mets pas trop la pression :)

Oublie pas de mettre toutes les chances de ton côté si tu veux que les réflexes fonctionnent bien... par exemple tu as du repérer les heures d'or où ton matos fait du free ride (j'essaye d'euphémiser sinon on me dit que j'ai des propos osés  :tongue: ) matin, sortie de la douche etc. sont des basiques, c'est à exploiter. Pareil avec tes cycles popo, y'a des moments plus propices pour éviter que ça vienne gêner le déclenchement des réflexes. (et toute autre épine irritative)

Tu as du faire des tests tout seul pour voir ce que ça donnait... dis toi qu'il y a de fortes chances pour que les résultats soient meilleurs in situ comme on dit, car le désir c'est aussi des sécrétions d'hormones qui vont venir arranger les choses (le coeur qui bat à 200 à l'heure car on est bien amoureux, ça aide par exemple), et qu'il ne faut pas oublier que ce qui est prévu pour être vraiment stimulant pour une verge c'est... un vagin. (Olala ça sent que je vais encore m'en prendre plein la figure tant pis MDR) Quelque part ça a été étudié pour par la nature. Et ça fait partie des "trucs" qu'on trouve dans la version (sérieuse) du Kâma-Sûtra (qui n'est pas qu'un livre de positions hein, mais beaucoup de sagesse populaire accumulée sur les rapports hommes femme.) pour les hommes qui ont du mal à démarrer... obtenir l'érection nécessaire pour pénétrer, zoup, et puis avec la stimulation adéquate ça s'améliore. 

En apprenant à vous connaître ça s'améliorera aussi sûrement.

Le Viagra a des effets secondaires sur le plan cardiaque oui, comme les autres médocs qui ont la même destination (cialis, levitra) c'est le médecin préscripteur qui évalue les risques avant la prescription en faisant un petit bilan du coeur + interrogatoire.

Il y a différents dosages, il faut trouver celui qui est adapté, pareil, dans la mesure où il y a différentes molécules ça peut être bien de les tester pour voir ce qui convient mieux. En particulier cela peut avoir un impact sur la probabilité d'éjaculer.

Le mieux est de voir un sexo de centre... car en plus, souvent, ils te proposeront un test (et parfois tu peux aller avec ta chérie), ou te donneront des échantillons, bon à savoir vu le coût !!!

En ce qui concerne le coût aussi : une partie peut être pris en charge au titre de la PCH, ce n'est pas assez diffusé comme info !

Pour les pertes urinaires : tu dois connaître les recommandations en la matière au niveau arrêt des apports hydriques / sondage ou percu, au cas où... les médullaires ici te renseigneront mieux que moi... la meilleure prévention c'est d'avoir/maintenir la vessie vide, et si les rapports durent un peu (ah ! La folie du début !) faut pas hésiter à revidanger (parfois les sensations sont méga mélangées et c'est pas facile de faire le tri avec "envie de pipi" ou pas... dans le doute... hop).  ( L'un des problèmes du Viagra c'est que pour éviter la fameuse migraine il faudrait boire... et vous pouvez pas. Après quand tu as une partenaire aimante et ouverte ça se discute pour équilibrer les risques entre pipi et mal de tête. )

Certaines des opérations d'incontinentation proposées, en particulier aux tétras, pour favoriser la vidange de la vessie peuvent corser l'affaire, mais ce n'est pas ton cas, j'imagine que tu l'aurais précisé ? Les médocs aussi pour stopper la vessie ou au contraire rendre le sphincter plus calme peuvent jouer...

Pour tout ça les sexos urologues savent généralement bien renseigner.

Le ferticare c'est assez, hum, violent, au niveau réflexe, ta petite amie sera sûrement beaucoup plus douce, ça limitera les risques de fuites.

Je comprends que cela t'inquiète, la prévention est une bonne parade. Mais bon, même en faisant super gaffe le risque zéro n'existe pas, il faut te préparer psychologiquement. Les partenaires aimant l'accepte généralement très bien, ils savent que ça fait partie de la vie de la personne qu'ils aiment, alors essaye de pas trop te biler pour ça. Ai une pensée pour certaines filles SEP pour qui un orgasme = une miction... soudain on se sent chanceux que ce soit pas à chaque coup  :wink:

Beaucoup d'amour, de compréhension mutuelle et de discussion et y'a de fortes chances que tout se passe très bien. Je te le souhaite en tout cas.

J'ai été conjointe de médullaire, je me suis prise de passion pour la condition masculine des hommes handicapés, au sens large hein, sinon après on pense que je m'intéresse qu'à ce qui se passe sous la ceinture, ce n'est pas ce qu'on fait ou qu'on ne fait pas qui fait de nous un homme, ou une femme, c'est ce qu'on EST.

J'ai écrit un roman sur ce thème, qui raconte l'histoire d'amour d'un couple handi/valide (je fais ma petite pub, dsl) :
 http://www.thebookedition.com/le-chat-de-la-voisine-anne-cecile-mouget-p-79904.html

Si t'as d'autres questions, n'hésite pas :)
Bonne journée

Anne-Cécile

Le blog du livre : http://annececilemouget.tumblr.com/
La page FB du livre : https://www.facebook.com/romanlechatdelavoisine









2
C'est toi Gyzmo qui a commencé à critiquer mes propos et mon travail (car je vois pas trop l'humour dans ton premier message)... et m'en mettre plein la gueule sur 2 années de travail... on récolte ce qu'on sème...

Dommage on a un même but dans la vie, aider d'autres personnes. Toi t'as fait un site, moi j'ai écris un livre, tu critiques ce que j'écris, qui est issu de mon travail d'enquête et d'études menées par d'autres chercheurs... je vais voir ce que toi tu as écrit, non ? C'est de bonne guerre !

Des copier-coller qui sont les mêmes partout, tu crois que ça aide vraiment les gens ? Moi je me rends compte que c'est inlassablement les même questions qu'ils se posent... parce qu'ils ont les mêmes réponses trop générales ! Dommage quand il y a des choses plus récentes, plus étoffées à dire ! J'ai pointé ce qui concerne la sexualité c'est le thème ici...

Le sujet de base de ce fil de discussion est "où est le septième ciel ?" et comme le sujet initial n'avait pas l'air de parler d'aviation... Et on est dans une partie du forum qui concernent les "fonctions sexuelles, vie affective et maternité"...

Ce que j'ai répondu a déjà aidé pas mal de gars ailleurs, car je suis allé loin dans la compréhension du problème et la synthèse des données actuelles, et parce que je suis une femme, et qu'ils se demandent souvent ce que les femmes en pense... j'avais surtout écris en anglais, là c'est dit en français, et si ça peut aider d'autres hommes à mieux vivre leurs relations avec leurs conjointes, alors j'aurai atteint mon but.

On n'a pas besoin d'être médullaire pour écrire du point de vue du conjoint valide, heureusement :)











3
Ah bah toujours Gyzmo...

Je suis allée lire ton site... ce genre de site est une source d'info importante pour les néo-médullaires, et de là pas mal des idées qu'ils vont se faire de leur nouvelle vie... Et franchement y'a des trucs à corriger hum hum...

Pour le HRA niveau 3 D6 ? je crois que tu as voulu dire : niveau supérieur à D6
Tu ne parles pas de la possibilité de HRA pendant les rapports... pourtant c'est important non vu les risques ?

Je vais à la rubrique sur les contractures... point d'évocation non plus des questions d'épine irritative et de la modification possible des contractures en intensité/rythme/localisation... c'est important, utile aussi, et en ce qui concerne la sexualité un bon indicateur de l'intensité du rapport, pour pas avoir de trop gros HRA

Et ouep, une fille c'est une grosse épine irritative... mais bon ça même les valides sont bien au courant des adorables chieuses.     

Tu connais des trucs du dedans, tu ne t'en sers pas, on dirait que t'as fait un copié/collé d'un site médical...

T'aurais pu mettre des détails moins médicaux et plus pratiques au quotidien... quel plus bel acte de tendresse que de se faire pécho dans les bras par sa chérie quand on grelotte de froid et qu'elle utilise son corps chaud pour réchauffer le sien ? Nan ?

Pi ma tartine devrait te permettre d'étoffer ton paragraphe sur les modifications de la fonction génito-sexuelle, titre plus positif que "troubles génito-sexuels", faut arrêter de véhiculer une image des personnes handicapées incapables... autrement capable est tellement plus proche de la réalité.

Si tu veux lire un vrai beau truc sur la sexualité et le handicap, lis mon livre, ça fait prétentieux ouep, ben j'assume.





4
C'est quoi ton problème avec mon message Gyzmo ? Pour en faire simplement un copier-coller et le mettre en rapport avec une photo ridicule liée à d'autres messages ?

Tu projettes tes propres frustrations ?

C'est parce que je maîtrise mon sujet ? Encore heureux pour une universitaire OMG et pour quelqu'un qui prétend écrire un bouquin sur un sujet qui le/la concerne pas directement. C'est ce que font tous les (bon) auteurs... des recherches... des heures de lecture d'articles, de témoignages et d'entretiens... rien de plus normal. Ca me paraît normal aussi de partager ce qu'on a trouvé.   

Ca te pose un problèmes que les médullaires aient plus d'aventures/de rapports avec des soignantes que la moyenne ?

Ben va lire les études un peu... Les petites amies de médullaires sont pour la plupart soit issue d'une famille où elles ont été confronté directement au handicap soit issues du milieu médical/paramédical éventuellement du travail social. Ca veut pas dire que les infirmières se tapent leurs patients, mais que sur X filles que tu rencontres n'importe où, dans la rue, en boîte, dans une asso... celle qui aura le cran de sortir avec toi et de rester y'a de forte chance que ce soit parce qu'elle sait qu'elle peut assumer, soit parce qu'elle s'est occupé de son frère, père etc... soit parce qu'elle a déjà fait le choix de se préoccuper de personnes malades/handicapées. Si elle a atteint un bon stade de développement perso elle en est même sûrement rendu au niveau où elle s'en fout bien de l'état de santé de son partenaire, et qu'elle a compris que l'important chez qq'un c'est ce qu'il y a dedans et pas tout ce qu'il y a dehors et autour (fauteuil, lit médicalisé, péno, respirateur etc...).   

Va lire sur ce qui est écrit sur le transfert érogène et comment il se développe au contact des soignantes, quand t'es bloqué X mois en réa/hosto/centre de rééducation, les femmes que tu peux rencontrer c'est un peu limité. Ce sont ces femmes là, même innocemment, dans leurs contacts lors des toilettes rééducation et autres qui vont participer au développement du transfert érogène, dans des jeux de séductions qui sont bien naturels et où on peut soupçonner le patient de projeter plus de fantasme que la professionnelle qui a appris avec sa formation et le temps à construire une barrière pro entre elle et les patients qui lui sont confiés. Quand on se demande si on pourra un jour à nouveau séduire une femme le sourire d'une infirmière, la réflexion agréable d'une aide-soignante, remonte un peu l'égo masculin et fait du bien je pense pas qu'on puisse le nier.

Et mes entretiens, les données que j'ai recueillies, ne sont pas venues contredire ce que j'avais lu par ailleurs dans les articles écrits sur ce thème. Beaucoup de médullaires ont leur premier rapport post-accident avec une soignante, est-ce les soignantes qui leur sautent dessus ? Ou l'homme bloqué depuis 6 mois en centre avec une trique mentale de 15 mètre de long qui se fait le plus mignon possible pour se taper un des jolis culs qui passe à sa portée ? 

Mon avis perso c'est que c'est pas plus mal... ça permet de faire ses armes à l'abri pour se rassurer sur soi-même... parfois c'est comme un coup d'un soir rencontré en boîte et ça dure pas, parfois il y a de vraie belles histoires d'amour qui se nouent (va voir la vie de Marcel Nuss tiens... et comment il a rencontré sa première femme et ce qu'elle a fait pour lui). Avant d'être infirmière ou soignante, ou patient, malade, médullaire, ce qu'on veut, ce sont des hommes et des femmes et ça a quelque chose de beau et rassurant.

PS : Les piqûres dans les corps caverneux c'est méga as been avec ce qui se fait aujourd'hui... c'est peut-être ton propre fantasme de l'infirmière MDR :)








5
Bon on va rerentrer dans le sujet MDR

Avec ton niveau lésionnel Steph il t'es normalement possible d'avoir des érections et d'éjaculer (c'est une question de niveau lésionnel/ centres qui commandent ces 2 fonctions) après, ben l'éjaculation c'est assez difficile à atteindre car il faut arriver à la déclencher de manière réflexe...  mais c pas impossible même sans machine, faut chercher et trouver la routine (certainement assez longue) pour déclencher l'éjaculation. J'y arrivais lorsque j'étais avec mon petit ami para lésé en T4T5 comme toi, je pourrais vous donner qques un des trucs que j'avais trouvé. (j'avais pas le choix que de me débrouiller à peu près toute seule car il n'avait plus non plus l'usage d'un de ses bras, je me suis creusé sérieusement la tête étant kiné par ailleurs, ça m'a aidé.)

Vu ton niveau lésionnel tu dois aussi avoir ce qu'on appelle le HRA pendant les rapports, hyper réflexivité autonome... avec le temps tu pourras distinguer le HRA des problèmes (vessie pleine, épine irritative etc... ) de celui de l'amour, nous on appelait ça le "doux HRA"... ça n'a rien a voir avec des vraies sensations agréables d'avant, mais un peu comme on apprend à apprécier de fumer alors qu'objectivement la fumée ça pue et ça pique les yeux etc... on peut apprendre à apprécier ces manifestations physiques.

Le HRA juste avant/pendant/après l'éjaculation peut être balaise et particulièrement désagréable, avec bcp de contractures différentes des contractures habituelles, assez généralisées et rapides, mon petit ami ça faisait un genre de tremblement de terre avant et après on avait l'impression qu'il avait la danse de St Guy Aaaah l'amour  :grin: ça fait faire n'importe quoi  :smiley: ... faut bien se connaître pour ne pas se trouver dans un malaise trop désagréable parce qu'il faut un peu de temps pour que ça redescende.

A 5 mois il faut aussi laisser se développer ce qu'on appelle le transfert érogène (érotisation d'autres parties du corps) qui peut apporter énormément de plaisir... si tu es lésé complet certains des neurones cérébraux qui servaient pour le bas de ton corps vont être recyclés et utilisés pour améliorer la sensibilité dans le haut de ton corps qui va devenir plus sensible, mais ça prend du temps, et pour se faire il faut que ce soit stimulé/utilisé...

L'esprit entre en ligne de compte aussi dans ce processus et charge des organes différents d'une valeur symbolique nouvelle... les yeux et les oreilles ressemblent pas trop à des organes génitaux MDR mais ils peuvent devenir des supers dérivatifs... c'est les zones de transfert érogène que je trouve les plus rigolotes. Ce qui est très fort c'est qu'au sein d'un couple handi/valide la valeur symbolique des organes change aussi pour la partenaire qui n'a rien du tout... et le plaisir est partagé. Aujourd'hui je suis à nouveau avec un valide... ses oreilles ne m'attirent pas du tout MDR  :grin:

Le must c'est les tétons et tu dois encore avoir la sensibilité à ce niveau, car ils restent connecté par des voies qui sont parallèles à la moëlle épinière, donc fonctionnelles, aux organes génitaux (cette connexion sert pour les femmes lorsqu'elles allaitent à ce que la succion du bébé remette en place leur utérus etc... comme on commence tous par être des embryons femelles avant que la testostérone ne vous change en homme... bah au moins pour les para c'est utile  :smiley: )

En plus leur stimulation fait sécrété de l'ocytocine un peu comme dans les rapports... ça participe du plaisir ressenti. heureusement il reste les hormones, qui sont le second moyen de communication au sein du corps avec les nerfs...

Il reste aussi un nerf connectant tes organes génitaux à ton cerveau, c'est le nerf vague, et bien qu'il ne serve pas du tout à sentir des trucs, à force de guetter des impressions dans ton corps, un peu comme pour le HRA, des sensations indirectes véhiculées par ce nerf peuvent venir s'ajouter à ce qui va former ton nouveau plaisir...

De mes échanges avec plusieurs paras ils apprécient les sensations en échos de ce qui se passent en dessous de la ceinture... un peu comme on perçoit la route, son revêtement, les trous et bosses, quand on conduit on peut apprendre à percevoir des sensations lointaines à travers la partie du corps qui ne sent pas, c'est la proprioception en sus-lésionnel qui permet ça, c'est comme quand on est jeune conducteur, il faut un peu de temps pour bien le ressentir. 

Voilà... après au fur et à mesure qu'on maîtrise toutes ces sensations, avec les films que les mecs se font dans la tête pendant les rapports, les souvenirs des sensations que tu as connu, ça fait un genre de paysage, où il restera toujours un trou, là où il y avait des sensations vives et précises, mais on peut apprécier ce paysage, et tout ce qu'il y a autour de ce vide peut être si satisfaisant qu'il le masque un peu...

Bon je pourrais continuer des heures MDR  :smiley:
Le livre
Si tu as des questions n'hésite pas  :smiley: ce sujet m'a assez passionné pour que j'y consacre un livre (une histoire d'amour handi/valide non censurée en ce qui concerne les rapports physiques... d'ailleurs mon héros a le même niveau lésionnel que toi) c'est une fiction mais j'ai passé bcp de temps à faire un bilan de la recherche dans ce domaine et à m'entretenir avec des paras... surtout en anglais d'ailleurs, du coup j'espère que ce que je raconte est clair.







6
Merci de ton intérêt !

J'ai un handicap cognitif... je peux pas écrire des trucs trop longs ou je me paume dedans  :grin: Alors le livre est fait de nombreux courts chapitres... ça se suit, mais chacun peut être lu indépendament des autres.  Du coup on peut sauter des chapitres, ou picorer ceux que l'on trouve plus intéressants. Je pense que ça simplifie la lecture

En ce qui concerne le héros... il est avant tout un homme... mon conjoint (valide) s'est reconnu dans pas mal de ses états d'âmes  :smiley:

Pour le chat... hum j'ai pas eu besoin d'inventer grand chose... j'ai vécu avec le vrai Lulu pendant une quinzaine d'années et ses nombreuses bêtises étaient bien suffisantes... sauf pour la scène du vomi  :grin: que j'ai emprunté à un autre chat... le vrai Lulu allait effectivement visiter ma voisine du dessous (une dame d'un certain âge avec une sclérose en plaque à qui il tenait compagnie quand j'étais au taf) quand je vivais en appartement à Chartres... c'est d'ailleurs ce qui m'a donné l'idée de l'histoire... en me disant : tient, et si ça avait été un homme ? Les chats sont vraiment à part  :wink:




7
Pourquoi ce livre n'est pas qu'un simple roman ?

Avant que ma maladie commence j'étais kinésithérapeute, j'avais décidé de poursuivre mes études à l'université, car niveau recherche notre formation de base n'est pas très adaptée... et je me suis spécialisée en ethnologie et sociologie du geste. La maladie a évolué plus rapidement que ma thèse... et j'ai du abandonné lors de ma dernière année. Pas cool... mais comme on dit tout ce qu'on apprend sert un jour. Mes connaissances médicales, et surtout la démarche de recherche en sciences humaines m'ont permis de documenter solidement mon livre : informateurs, entretiens, analyse de données... il ya la rigueur d'une enquête ethnographique, mais avec le côté attractif d'une fiction.

Tout ce que fait mon héros, qui est un sacré casse-cou malgré une lésion haute et un plexus brachial partiellement récupéré, est possible, et a même pour les scènes où je ne trouvais ni vidéo ni témoignage été testé/vérifié par mes informateurs... il y a une intrigue policière et, en mec qui se respecte, Jérôme ne reste pas en dehors de l'action. Un para américain m'a même suggéré Jason Stattham pour jouer son rôle ! Si j'avais la chance d'en arriver là ce ne serait pas mon option... j'aimerai que pour une fois ce soit un vrai para qui joue ce rôle, plutôt qu'une star avec des jambes en cire et un fauteuil acier genre piqué à la maison de retraite du coin !

Sa vie quotidienne, jusque dans les détails intimes (si d'une histoire d'amour handi/valide on se contente de dire c'est galère d'aller ensemble au restau, ou que le partenaire adore se faire lécher les oreilles... ça me semble limité... la réflexion peut être bcp plus profonde), a été écrite à la première personne grâce aux témoignages, afin de permettre au lecteur de se mettre autant que possible à la place du héros. Ma plus belle récompense a été le constat de certains informateurs : comment peux-tu écrire des trucs pareils ?Toi qui n'est ni para, ni un homme...

Doux HRA (d'où le choix de lésion T5T6), échos, nerf vague, proprioception, transfert érogène, imagerie mentale, j'ai fait un gros travail sur les sensations pendant l'amour, la psychologie des partenaires et leur adaptation réciproque dans leurs interactions physiques... qui amènera Jérôme à revoir son parâ sutrâ, y'a pas qu'Andromaque dans la vie...

Ma manière de remercier mes informateurs a été d'en faire un roman très masculin, action donc, grosses cylindrées, fauteuil tuné, ordi, musique, foot... et des scènes érotiques explicites. J'ai bien reçu le message qu'ils m'ont fait passé sur le manque de littérature érotique adaptée aux paras, la littérature érotique des valides devient frustrante, voir ennuyeuse... Bon ça peut bien sûr aussi être lu par les femmes, la fin est digne d'une comédie sentimentale, le héros est beau, grand, musclé et protecteur :smiley: , un peu con par moment  :grin: ... pile poil ce qu'on aime. Je tiens à préciser que j'ai commencé à écrire plus d'un an avant la sortie d'Intouchables, je me rends compte que cela peut potentiellement intéresser beaucoup de personnes... 

J'ai essayé de mettre dans ce livre ce que je pensait important pour une réflexion sur l'amour en général... chacun de nous mérite d'être aimé pour ce qu'il est.

Mon texte n'est pas parfait, maladresse, fautes, malgré les efforts de l'auteur c'est le travail de l'éditeur de parfaitement polir le texte. Il faut croiser les doigts en ce qui concerne le fait d'être accepté par un éditeur classique, les places sont chères...

C'est sûrement l'un des rares endroits ici où je pourrais à la fois parler d'aspects techniques et en français, alors vos questions ou commentaires sont bienvenus.


8
J'ai mis ce lien dans la section littérature
http://www.thebookedition.com/le-chat-de-la-voisine-anne-cecile-mouget-p-79904.html

Mais parce que ce n'est pas qu'un roman cela peut intéresser des personnes ici... 



A 36 ans, Jérôme, paraplégique, est heureux de quitter le giron maternel et de s'installer chez lui, dans son propre appartement. Un chez lui aménagé à son goût afin de ne surtout pas ressembler aux chambres d'hôpital où il a passé bien trop de temps depuis l'accident survenu peu avant ses 15 ans... un chez lui adapté pour s'y débrouiller avec son fauteuil roulant. Il ne mesure pas combien cette décision va changer sa vie... lui offrant de rencontrer, après des années de solitude, une jeune femme capable de l'aimer simplement pour ce qu'il est. En effet, à l'étage du dessus vit Clémence et son chat Lulu. C'est Lulu et sa tendance à s'inviter chez Jérôme qui va les  rapprocher peu à peu. Mais il n'est pas facile d'accepter l'amour quand on est handicapé, qu'on dépend d'un seul bras, et des autres, pour se transférer, se déplacer et vivre sa vie. Jérôme, résigné dans une carapace d'auto-dérision et d'irritabilité, laissera t-il la tendresse et la spontanéité de Clémence venir à bout de ses réticences ? Les facéties de Lulu et leurs conséquences imprévues seront sûrement bienvenues...

Le blog du livre : http://annececilemouget.tumblr.com/
La page FB du livre : https://www.facebook.com/romanlechatdelavoisine
Ma page FB : https://www.facebook.com/annececile.mouget

9
Livres, théatre, cinéma... / Roman : Le chat de la voisine
« le: 23 mai 2012 à 09:18:58 »
http://www.thebookedition.com/le-chat-de-la-voisine-anne-cecile-mouget-p-79904.html

Voilà le livre que je viens de terminer... amour, humour, humeurs, un peu de suspens... il raconte l'histoire d'un couple handi-valide. N'hésitez pas à me poser des questions si vous souhaitez en savoir plus... en espérant que cette histoire pourra plaire à certains d'entre vous.

A 36 ans, Jérôme, paraplégique, est heureux de quitter le giron maternel et de s'installer chez lui, dans son propre appartement. Un chez lui aménagé à son goût afin de ne surtout pas ressembler aux chambres d'hôpital où il a passé bien trop de temps depuis l'accident survenu peu avant ses 15 ans... un chez lui adapté pour s'y débrouiller avec son fauteuil roulant. Il ne mesure pas combien cette décision va changer sa vie... lui offrant de rencontrer, après des années de solitude, une jeune femme capable de l'aimer simplement pour ce qu'il est. En effet, à l'étage du dessus vit Clémence et son chat Lulu. C'est Lulu et sa tendance à s'inviter chez Jérôme qui va les  rapprocher peu à peu. Mais il n'est pas facile d'accepter l'amour quand on est handicapé, qu'on dépend d'un seul bras, et des autres, pour se transférer, se déplacer et vivre sa vie. Jérôme, résigné dans une carapace d'auto-dérision et d'irritabilité, laissera t-il la tendresse et la spontanéité de Clémence venir à bout de ses réticences ? Les facéties de Lulu et leurs conséquences imprévues seront sûrement bienvenues... 

Le blog du livre : http://annececilemouget.tumblr.com/
La page FB du livre : https://www.facebook.com/romanlechatdelavoisine
Ma page FB : https://www.facebook.com/annececile.mouget

Pages: [1]
Cellules souches iPS - Keio University (Japon) par gilles
[Aujourd'hui à 11:39:12]


Nouveau Chrysler Pacifica par gilles
[Aujourd'hui à 11:35:17]


Nouveau Chrysler Pacifica par ANTONIN.D
[Hier à 16:54:24]


Cellules souches iPS - Keio University (Japon) par farid
[Hier à 15:42:12]


Cellules souches iPS - Keio University (Japon) par gilles
[Hier à 12:18:59]


Nouveau Chrysler Pacifica par gilles
[Hier à 12:16:30]


Nouveau Chrysler Pacifica par ANTONIN.D
[Hier à 11:57:16]


Nouveau Chrysler Pacifica par mureyt
[18 janvier 2022 à 18:54:13]


Nouveau Chrysler Pacifica par ANTONIN.D
[18 janvier 2022 à 18:17:45]


Cellules souches iPS - Keio University (Japon) par farid
[18 janvier 2022 à 16:16:15]

Pas d\éléments disponibles dans le calendrier actuellement.
SMF spam blocked by CleanTalk