Un tétraplégique actionne un bras artificiel grâce à la pensée

Le 23 05 2015

« Je me souviens d’avoir eu comme une sensation de sortir de mon corps et je voulais serrer la main de tout le monde », explique le patient, dont les implants ont été posés directement dans son cerveau en 2013 à Los Angeles.

Les résultats de l’essai clinique, publiés jeudi 21 mai dans Science (en anglais), donnent un espoir de mobilité aux amputés ou aux paralysés. Une nouvelle neuroprothèse implantée directement dans le cerveau permet à un tétraplégique d’actionner un bras artificiel, avec aise, par la seule force de la pensée.

« J’ai eu comme une sensation de sortir de mon corps »

Erik Sorto, 34 ans, est la première personne au monde à avoir une prothèse neuronale implantée dans une région du cerveau où se forment les intentions, le cortex pariétal postérieur. Ce dispositif lui donne la capacité de donner une poignée de main, de prendre un verre, de boire et même de jouer au jeu pierre-feuille-ciseaux. Jusqu’à présent, les différentes techniques de contrôle d’une prothèse par la pensée produisaient souvent des mouvements saccadés.

« J’ai été surpris par la facilité avec laquelle je pouvais contrôler le bras, explique le patient, dont les implants ont été posés en 2013 à Los Angeles (Etats-Unis). Je me souviens d’avoir eu comme une sensation de sortir de mon corps et je voulais serrer la main de tout le monde. » Depuis, Erik Sorto s’est entraîné avec les chercheurs et du personnel médical pour contrôler le curseur d’un ordinateur et le bras télémanipulateur avec sa pensée. Il est parvenu à produire des mouvements intuitifs de la prothèse, répondant ainsi aux espoirs des chercheurs.

Le mouvement imaginé dans son intégralité

En se focalisant sur le cortex pariétal postérieur, « les signaux sont plus en rapport avec l’intention d’agir qu’à l’exécution même du mouvement », explique le Dr Richard Andersen, le professeur de neurologie qui a dirigé cette recherche. « Quand on bouge le bras, on ne pense pas vraiment quel muscle activer et au déroulement détaillé du mouvement comme, par exemple, le fait de lever le bras, de l’étendre, de saisir une tasse et de refermer sa main autour », poursuit-il. Au lieu de cela « on pense au but du mouvement, à savoir l’intention, par exemple, de pendre un verre d’eau ».

Dans cette expérience clinique, ces chercheurs indiquent avoir réussi à décoder les intentions du sujet en lui demandant simplement d’imaginer l’ensemble du mouvement, mais pas ses multiples et différentes séquences.

En savoir plus

Peut-on imaginer qu’un paralysé retrouve un jour sa mobilité ?

Ca se pourrait. Une nouvelle neuroprothèse implantée dans le cerveau permet à un tétraplégique d’actionner un bras artificiel, avec aise, par la seule force de la pensée, une première donnant un espoir de mobilité à des amputés ou des paralysés. Jusqu’alors les chercheurs ont testé différentes approches de contrôle d’une prothèse par la pensée dont le bras myoélectrique actionnné par le muscle ou attaché à des implants insérés dans la partie du cerveau contrôlant les mouvements même. Mais ces techniques produisent souvent des mouvements saccadés ce qui n’est pas le cas avec cette technique.

Maintenant Erik Sorto, 34 ans, tétraplégique depuis une dizaine d’années à la suite d’une blessure de la colonne vertébrale, peut se servir d’un bras artificiel sans effort par la seule force de sa pensée et de son imagination, expliquent les chercheurs dont les résultats de cet essai clinique sont publiés jeudi dans la revue américaine Science.

Décoder les intentions du sujet grâce à l’imagination Erick Sorto est la première personne au monde à avoir une prothèse neuronale implantée dans une région du cerveau où se forment les intentions, le cortex pariétal postérieur, ce qui lui donne la capacité de donner une poignée de main sans mouvement sacadé, de prendre un verre et de boire et même de jouer au jeu pierre-feuille-ciseaux. « Le cortex pariétal postérieur se situe en amont dans le processus aboutissant à un mouvement ce qui fait que les signaux sont plus en rapport avec l’intention d’agir qu’à l’exécution même du mouvement », explique le Dr Richard Andersen, professeur de neurologie à Caltech qui a dirigé cette recherche. « Quand on bouge le bras, on ne pense pas vraiment quel muscle activer et au déroulement détaillé du mouvement comme par exemple le fait de lever le bras, de l’étendre, de saisir une tasse et de refermer sa main autour », poursuit-il. Au lieu de cela « on pense au but du mouvement, à savoir l’intention par exemple de pendre un verre d’eau », explique le neurologue.

Dans cet expérience clinique, ces chercheurs indiquent avoir réussi à décoder les intentions du sujet en lui demandant simplement d’imaginer l’ensemble du mouvement mais pas ses multiples et différentes séquences. Les implants reliés au bras artificiel posés à l’Hôpital Keck « Nous avons pensé que les signaux provenant du cortex pariétal postérieur seraient plus faciles à utiliser pour les patients, produisant un processus de mouvements plus fluides », relève le Dr Andersen. Les implants reliés au bras artificiel ont été posés en 2013 à l’Hôpital Keck de Los Angeles.

Depuis Erik Sorto s’est entraîné avec les chercheurs du Caltech et d’autres personnels médicaux pour contrôler le curseur d’un ordinateur et le bras télémanipulateur avec sa pensée. Il est parvenu à produire des mouvements intuitifs de la prothèse, exactement ce qu’espéraient les chercheurs. « J’ai été surpris par la facilité avec laquelle je pouvais contrôler le bras », a dit Erick Sorto. « Je me souviens d’avoir eu comme une sensation de sortir de mon corps et je voulais serrer la main de tout le monde », a-t-il ajouté.

Source : http://www.francetvinfo.fr/sante/decouverte-scientifique/un-tetraplegique-actionne-un-bras-artificiel-par-la-pensee_915969.html

L'Association Libre pour l'Aide à la Recherche sur la Moelle Epinière
Vous remercie de votre visite,

Neurostimulation implantée – Pr. Grégoire Courtine (EPFL – Suisse)

NeuroRestore est un nouveau centre mis en place par la Fondation Defitech, le CHU, la Faculté de biologie et de médecine (FMB) de l’Université de Lausanne (FMB) et l’EPFL pour exploiter l’expertise en neuroréhabilitation et les technologies d’implants neurochirurgicaux auprès des quatre partenaires.

NEURINNOV veut rendre aux tétraplégiques le contrôle partiel d’une main

À Montpellier, une équipe élabore une neuroprothèse pour restituer la préhension chez des patients ayant subi une grave lésion de la moelle épinière.

L’équipe Camin (Inria, université de Montpellier, CNRS) du laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier étudie depuis quinze ans la faisabilité de neuroprothèses capables de compenser des déficiences sensori-motrices.

Le premier médicament produit par la santé publique coûtera 21 577 euros

Le traitement qui permet de récupérer les mouvements chez les patients souffrant d’une lésion partielle de la moelle épinière créé par l’hôpital Puerta de Hierro de Madrid peut désormais être administré dans toute l’Espagne.

C’est une thérapie avec des cellules souches extraites de la moelle osseuse du patient et en suspension dans son propre plasma qui a été utilisée pour retrouver la mobilité chez les patients présentant une lésion partielle de la moelle épinière.



Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 522 autres abonnés

http://alarme.asso.fr

Association ALARME

Groupe Facebook

groupe ALARME

Statistiques du blog

  • 181 623 visites

Suivez-nous sur Twitter

Aller au contenu principal