Traumatismes : quand la moelle épinière est touchée

.

Le 21 décembre 2014

Chute d’un échafaudage, accident de la route, plongeon en eau peu profonde… Chaque année, environ mille personnes sont victimes d’un traumatisme de la moelle épinière. «Immédiatement après un traumatisme de la moelle épinière (colonne vertébrale), la prise en charge initiale est capitale, car il faut tout faire pour éviter, entre autres, une chute de la tension artérielle et un manque d’oxygène, connus comme étant des facteurs aggravant les lésions initiales, explique le Pr Nozar Aghakhani (service de neurochirurgie et centre de référence des syringomyélies à l’hôpital Bicêtre, conseiller scientifique à l’Institut pour la recherche sur la moelle épinière ou IRME). Tout aussi essentielle: la levée de la compression de la moelle et la stabilisation du rachis par le chirurgien pour éviter des lésions secondaires venant se surajouter au traumatisme initial et pour permettre une mobilisation et, donc, une rééducation précoce. Heureusement, grâce à l’intervention rapide des Samu qui connaissent bien les centres ayant les compétences nécessaires pour s’occuper de ces traumatisés, la plupart sont correctement et rapidement pris en charge dans cette phase initiale.»

C’est donc plutôt dans les suites opératoires que les disparités se font sentir. «Un traumatisme médullaire ne se limite pas à un simple problème de marche, rappelle le Pr Brigitte Perrouin-Verbe (service de médecine physique et rééducation neurologique du CHU de Nantes et conseiller scientifique à l’IRME). Selon le niveau de la lésion, peuvent y être associés des troubles sphinctériens, sexuels, une atteinte des membres supérieurs, des difficultés respiratoires, des spasmes de certains muscles et, à terme, des escarres, etc. Or ces troubles peuvent favoriser des complications comme, par exemple, une atteinte rénale si la vessie n’est pas correctement vidée ou une infection pulmonaire grave si les voies respiratoires ne sont pas régulièrement désencombrées. Il a ainsi été montré que les personnes traumatisées médullaires qui n’étaient pas prises en charge dans une unité pointue, avec une expertise multidisciplinaire des différents organes touchés, avaient une mortalité augmentée de 30 % et des chances moindres de réinsertion. Il y a donc urgence à reconnaître ces centres experts référents.»

Rééducation

Dans les suites immédiates de l’intervention, il est souvent trop tôt pour estimer quelles sont les chances de récupération. «Les fibres motrices étant les premières exposées en cas de traumatisme de la moelle, c’est surtout la reprise partielle d’une motricité qui est de bon augure. C’est le cas lorsque la lésion de la moelle a été incomplète (environ 45 % des traumas médullaires): une récupération est alors possible dans les semaines ou dans les mois qui suivent, sous réserve d’une rééducation avec l’aide des kinésithérapeutes, voire des robots de marche, etc.», précise le Pr Olivier Rémy-Néris (médecine physique et réadaptation, CHU de Brest).

En revanche, si la lésion est complète (avec perte totale de contraction volontaire ou de la sensibilité anale, soit 55 % des cas), il n’y a pas les mêmes chances de récupération spontanée. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire: il va falloir apprendre à gérer les déficiences en s’appuyant au maximum sur les compétences restantes et sur les aides techniques, qui ont bien progressé: domotique, fauteuils électriques avec commande au niveau du menton ou du front lorsque les quatre membres sont touchés, etc.

«À ce stade, la chirurgie fonctionnelle du handicap peut aussi être utile. Par exemple, si la fonction motrice de la main a disparu, mais pas celle de l’avant-bras, le chirurgien a moyen de dérouter l’insertion distale d’un muscle non paralysé pour restituer une fonction de préhension (fonction pouce-index). Et il existe plusieurs interventions chirurgicales dans le même esprit, susceptibles de faciliter la nouvelle vie de la personne traumatisée médullaire. Mais comme ces interventions ne sont proposées et pratiquées que dans quelques centres experts, on en revient toujours au même problème de labelliser ces centres afin que toute personne victime d’un traumatisme médullaire passe entre leurs mains et y bénéficient d’un suivi à vie», insiste le Pr Perrouin-Verbe.

Retrouver un maximum d’autonomie, c’est aussi retrouver une vie sexuelle et améliorer les fonctions urinaires et intestinales (en tête des préoccupations des personnes paraplégiques). Différentes solutions sont ainsi proposées: sondage régulier de la vessie, régulation du transit, médicaments ou chirurgie. Quant à la fertilité, elle n’est pas affectée chez la femme, mais la grossesse et l’accouchement nécessitent une prise en charge spécifique.

source : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/03/14/22108-traumatismes-quand-moelle-epiniere-est-touchee

météo france

Ceci pourraient vous intéressés :

Le produit candidat SC0806 de BioArctic pour le traitement des lésions médullaires complètes est maintenant en phase 2

STOCKHOLM, 13 février 2019 / PRNewswire / – BioArctic AB a annoncé aujourd’hui que le premier patient du deuxième panel de l’étude de Phase 1/2 avait maintenant été traité au SC0806. Cela signifie que l’étude portant sur le produit candidat SC0806 pour une lésion complète de la moelle épinière est passée à la phase 2.

0 commentaire

Le Japon approuve l’utilisation de cellules iPS pour traiter les lésions de la moelle épinière

Les scientifiques de l’Université Keio vont commencer la première étude clinique au monde d’ici cet été

Le 18 Février 2019 — TOKYO — Le ministère japonais de la Santé a approuvé lundi l’utilisation de cellules souches pluripotentes induites (iPS) pour traiter les lésions de la moelle épinière,

0 commentaire

Pr. Vaquero (Madrid – Espagne) : cellules souches mésenchymateuses

Un traitement espagnol avec des cellules souches commence pour les patients souffrant d’une lésion partielle de la moelle épinière

David Serrano a eu une blessure partielle à la moelle épinière il y a 17 ans. Il a 46 ans et participe à un projet scientifique visant à développer un traitement à base de cellules souches.

0 commentaire

Une étude locale fait état d’un succès précoce avec l’implant stimulateur d’Abbott Labs

Une étude clinique en cours dans les hôpitaux de Minneapolis, baptisée E-Stand, fait état d’un succès précoce en utilisant un dispositif médical implantable conçu dans le Minnesota, appelé stimulateur de la moelle épinière, afin de restaurer le mouvement volontaire et les fonctions autonomes chez les patients totalement paralysés.

0 commentaire

De vilains à superhéros

Le labo de journalisme scientifique, le 7 février 2019

Alors qu’elles avaient la réputation de nuire à la guérison des blessures à la moelle épinière, les microglies viennent de révéler qu’elles sont en fait au cœur du processus de cicatrisation et de guérison.

0 commentaire

StemCyte reçoit l’autorisation IND de phase II de la US Food and Drug Administration (FDA)

StemCyte a le plaisir d’annoncer que la US Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le 14 décembre 2018 sa demande d’investigation IND de phase II pour les Cellules souches mononucléaires du sang de cordon ombilical (UCBMNC) (MC001) allogéniques, compatibles HLA, destinées au traitement des lésions de la moelle épinière…

0 commentaire

Adhérer à l’association

Votre adhésion nous permettra d’aider la recherche. Elle nous permettra également de représenter au mieux les para/tétraplégiques auprès des pouvoirs publics et des médias.

0 commentaire

Introduction à la recherche

La moelle épinière, dont le nom latinisé est moelle spinale, est la partie du système nerveux central se trouvant en dessous du tronc cérébral et contenue dans les vertèbres formant la colonne vertébrale.

0 commentaire

InVivo Therapeutics – Hydrogel / cellules souches neurales humaines

InVivo Therapeutics annonce la présentation des résultats des douze mois de l’étude INSPIRE sur le polymère neuro-spinal expérimental dans les lésions médullaires aiguës dorsales

CAMBRIDGE, Mass – (BUSINESS WIRE) – 17 avril 2019 – InVivo Therapeutics a annoncé aujourd’hui la présentation des résultats sur douze mois de l’étude INSPIRE (Étude InVivo sur les avantages probables du polymère neuro-spinal pour la sécurité et la récupération neurologique chez les sujets atteints d’une ayant subi une lésion de la moelle épinière dorsale complète).

0 commentaire


Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 507 autres abonnés

images (4)
images (3)
Stimulation épidurale
grégoire courtine
jerrysilver_1
active nerve cell in human neural system
shi-spinal
images
bsi_infographic_epfl_fr
VISUEL_SEP

http://alarme.asso.fr

Association ALARME

Groupe Facebook

groupe ALARME
%d blogueurs aiment cette page :