Transposition Omentale, Traitement Laser, Technologie de fusion : des technologies qui ont toutes fait leurs preuves

 

L’accident d’équitation de l’acteur Christopher Reeve a concentré l’attention du monde sur les conséquences dévastatrices qui peuvent résulter d’une blessure de moelle épinière. Bien qu’il a joué Superman sur grand écran, le célèbre acteur n’a trouvé aucun pouvoir pour guérir de sa paralysie. En fait, pendant des années il a dû être attaché dans son fauteuil roulant juste pour être assis tout droit (verticalisé). Même le fait de respirer, qui arrive automatiquement et sans avoir à y penser pour la plupart d’entre nous, était loin d’être aisé pour M. Reeve. Après l’accident, chaque souffle a exigé l’aide d’un dispositif mécanique. Bien que son état de santé se soit amélioré quelque peu,  Christopher Reeve n’a jamais pu remarcher ni exécuter la plupart des activités de la vie quotidienne que nous prenons pour acquis.

Transposition Omentale

Dans la réalité il y a les surhommes médicaux qui ont tout fait pour aider M. Reeve. Au cours des années 1960, le docteur Harry S. Goldsmith de l’Université de l’école de médecine du Nevada, a développé une technique chirurgicale connue sous le nom de transposition omentale.

L’omentum est une grande membrane qui est attachée à l’estomac et aux intestins dans le bas-ventre. Cette structure  est riche en substances nutritives et en facteurs de croissance qui entre en ligne de compte dans le développement vasculaire et stimule la guérison. La transposition omentale consiste à libérer de l’omentum biochimiquement riche de la cavité abdominale et, avec son apport sanguin qui lui reste attaché et intact, le transposer sur la zone blessée du cerveau ou de la moelle épinière.(1)

Bien que la technique ait été en grande partie ignorée aux États-Unis, des chirurgiens d’autres pays dont le Brésil, Cuba, l’Allemagne, l’Inde, l’Italie, le Japon et Singapour ont utilisé la transposition omentale efficacement pour traiter certaines affections neuropathiques liées à l’âge ou à un traumatisme comme la maladie d’Alzheimer, la paralysie cérébrale, Parkinson ou l’atteinte de moelle épinière. Rien qu’en Chine ce sont plus de 5000 interventions qui ont été réalisées!(2)

Un exemple du succès de cette opération est le cas d’un gymnaste qui s’était fracturé le cou à l’âge de 17 ans, le laissant tétraplégique et devant être attaché dans son fauteuil roulant. Le gymnaste a subi une transposition omentale un an et demi après sa blessure et a aujourd’hui regagné l’utilisation presque totale de ses bras et peut ainsi faire fonctionner son propre fauteuil.(3) Un autre cas dramatique peut être cité en exemple : une nonne a regagné sa capacité visuelle  quelques semaines après une transposition omentale. Cette opération est intervenue deux ans et demi après l’accident qui lui avait fait perdre ses capacités visuelles.

Des centaines d’articles de journaux ont été publiées sur la transposition omentale, dont près de 100 par le docteur Goldsmith lui-même. Pour apprendre plus sur la technique, un mot clé à chercher est « omental transposition. » Le docteur Goldsmith exécute toujours lui-même l’opération. Ses coordonnées : BP 493, Glenbrook, NV 89413; fax (702) 749-5861.

La Lumière Laser

Un groupe de chercheurs de l’Uniformed Services University dans le Maryland a réalisé une recherche révolutionnaire utilisant la lumière laser. Pour la première fois, la Lumière Laser a fusionné la moelle épinière de plusieurs mammifères en utilisant un courant de lumière de faible intensité du laser avec une longueur d’ondes de 810 nanomètre. Un groupe de 10 rats avec des moelles épinières sectionnées a reçu le traitement laser sur une période de deux semaines pendant 50 minutes par jour. Neuf semaines après le début du traitement, tous les animaux avaient regagné leur mobilité. Un groupe témoin de dix animaux, qui n’avaient pas reçu ce traitement, n’a montré aucun signe d’amélioration.(4)

Bien que les chercheurs ne comprennent pas entièrement le mécanisme qui se cache derrière ces résultats permettant de réparer la moelle épinière de façon remarquable, ils croient que la lumière change le comportement des cellules, permettant aux neurones de la moelle épinière « de se regrouper » ce qui permet à son tour à la moelle épinière de refonctionner.

Le professeur Juanita Anders a déclaré que les avancées qui sont faites dans le traitement des pathologies liées à la moelle épinière sont « presque trop incroyable pour y croire ». Les chercheurs pensent que si Christopher Reeve avait reçu un traitement au laser quelques jours après son accident, il aurait pu récupérer l’ensemble des ses capacités motrices. Les chercheurs avancent qu’il pourrait aussi être possible de traiter des blessures non-récentes.

Technologie de Fusion

Une autre technique est porteuse d’espoirs pour les lésés nerveux.Des chercheurs de l’Université du Texas à Austin ont ouvert une nouvelle voie. Comme rapporté dans le Journal de Neuroscience,(5) les chercheurs appliquent d’abord une solution collante de glycol de polyéthylène (PEG) sur les axones de nerf écrasés, coupés ou autrement endommagés durant seulement une ou deux minutes. Ensuite, la solution de PEG est nettoyée et les terminaisons nerveuses sont alors imbibées dans des solutions de sel de calcium ressemblant aux liquides organiques naturels. La solution de PEG enlève essentiellement l’eau de membranes superficielles cellulaires, permettant aux membranes de se fusionner ensemble. La technologie de fusion, en seulement quelques secondes, montre que les cellules réparées recommencent à nouveau de conduire des signaux électriques. Entre 5 et 60 % d’impulsion nerveuse ont été rétablis selon les cas.(6)

Plusieurs recherches ont démontré des résultats semblables avec la PEG administrée par injection intraveineuse.(7) Dix-neuf chiens avec des blessures de moelle épinière sévères détériorant leur fonction neurologique ont reçu une injection dans les 72 heures après leur blessure. Après l’injection, et pour réduire l’inflammation, ils ont reçu le traitement standard pour la blessure de moelle épinière incluant des stéroïdes et la remise en place des zones osseuses atteintes. Ensuite, ils ont reçu une deuxième injection de PEG. Le groupe témoin a reçu le traitement standard seulement. Deux jours après l’injection initiale, les chiens traités avec PEG obtenaient de meilleurs résultats aux tests mesurant le premier rétablissement des fonctions motrices.

Après six semaines, 68 % des chiens traités à la PEG ont pu remarcher, comparé à 24 % du groupe témoin. Presque 75 % des chiens traités à la PEG ont pu reprendre une vie normale. Certains ont même guéri complètement et ont continué à vivre comme si rien n’était arrivé. Selon le docteur Richard Borgens du Purdue’s Center for Paralysis Research : « … les résultats de ces essais pilotes fournissent la preuve que l’injection de polymères inorganiques lors d’un neurotraumatisme aigu peut être une intervention simple et utile pendant la phase aiguë de la blessure. »(8)


(1): Goldsmith, H., et al. “Spinal cord vascularization by intact omentum.” American Journal of Surgery, 129:262-265, 1975; Goldsmith, H. “Omental transposition to brain of stroke patients.” Stroke. July-Aug., 10(4): 471-472, 1979; Goldsmith, H., et al., “Vasoactive neuro-chemicals identified in omentum.” British Journal of Neurosurgery. 1:359-364, 1987.
(2): Ibid
(3): www.lightparty.com/Health/Spinal.html
(4): Byrnes, K.R., et al. “Low Power Laser Irradiation Promotes Axonal Growth In An Animal Model Of Acute Spinal Cord Injury.” Society for Neuroscience Abstract 26(1):304; 2000; Byrnes, K.R., et al. “Cellular invasion following spinal cord lesion and low power laser irradiation.” Lasers Surgery in Medicine, S14: 11; 2002.
(5): Bittner, G.D., et al. Journal of Neuroscience, 19(7)2442-2554, April 1, 1999.
(6): Shi, R., et al. “Acute repair of crushed guinea pig spinal cord by polyethylene glycol.” Journal of Neurophysiology, Volume 81, No. 5, pp. 2406-2414, 1999; Borgens, R.B. and Shi, R. “Immediate recovery from spinal cord injury through molecular repair of nerve membranes with polyethylene glycol.” FASEB Journal, January,2000.
(7): Laverty, P.H., et al. “A Preliminary Study of Intravenous Surfactants in Paraplegic Dogs Polymer Therapy in Canine Clinical SCI.” Journal of Neurotrauma, December 2004.
(8): Ibid

source : realmedicalhelp

Merci à Cédrine et Julien pour cette traduction  😆

A LIRE AUSSI
Notre Groupe Facebook
Posté dans Actualités
Tags : , , ,

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 474 autres abonnés

shares