Réparation de la moelle épinière

.

Un homme paralysé remarche grâce à une réparation de la moelle épinière

Des chercheurs sont parvenus à faire remarcher un homme dont la moelle épinière avait été gravement endommagée par une blessure. Une greffe de cellules olfactives ainsi que différents programmes de réhabilitation ont permis au patient de recouvrer partiellement ses fonctions motrices et à la communauté médicale de croire plus que jamais à un traitement pour les paralysés1.

Guérir la paralysie

Vaincre la paralysie est un des enjeux les plus importants de la science. Si jusque là, des expériences avaient permis de reconfigurer des circuits nerveux en évitant la zone de la moelle épinière endommagée, c’est la première fois que l’on réussit à réparer concrètement la section abîmée. Pour y parvenir, des chercheurs britanniques et polonais de la Wroclaw Medical University et de la Karol Marcinkowski Medical University ont choisi un homme âgé de 38 ans attaqué au couteau des mois auparavant, ce qui a gravement endommagé sa moelle épinière au niveau de la neuvième vertèbre thoracique. Il avait depuis perdu toute sensibilité et toute capacité motrice en dessous de sa blessure, et n’avait connu aucune amélioration jusque là, malgré différents programmes de réhabilitation.

Différentes opérations chirurgicales

Les chercheurs ont eu l’idée de prélever des cellules provenant de zones du cerveau impliquées dans l’interprétation signaux olfactifs du nez au cerveau. Déjà connus pour leur capacité à médier la régénération et la connexion des fibres nerveuses, ces cellules ont ensuite été cultivées en laboratoire2 puis transplantées au niveau de la lésion par injection dans la colonne vertébrale du patient. Parallèlement, d’autres opérations chirurgicales n’ayant jusque là montré que peu d’influence significative sur la récupération de la sensibilité motrice, ont été effectuées comme l’ablation du tissu cicatriciel intra-parenchymateux et la reconnexion des deux bouts de la moelle épinière avec les nerfs suraux.

L’homme remarche avec un déambulateur

Dans un premier temps, le patient a perdu sa perception olfactive au niveau du bulbe gauche avant de la récupérer progressivement de façon partielle. Surtout, 20 mois après l’opération, les chercheurs ont décrit une meilleure stabilité du tronc, une récupération motrice partielle des membres inférieurs, une augmentation du volume de la cuisse ainsi que de meilleures sensations. Pour preuve, l’homme est désormais capable de se déplacer à l’aide d’un déambulateur ! S’il reste malgré tout encore beaucoup de progrès à faire, notamment dans la compréhension des phénomènes, le résultat est très encourageant. Des essais cliniques impliquant dix patients de plus au Royaume-Uni et en Pologne sont actuellement prévus.

Sources :1. Pawel Tabakow et Al. Functional regeneration of supraspinal connections in a patient with transected spinal cord following transplantation of bulbar olfactory ensheathing cells with peripheral nerve bridging Cell Transplantation October 21 2014 doi.org/10.3727/096368914X6851312. Miedzybrodzki, R.; Tabakow, P.; Fortuna, W.; Czapiga, B.; Jarmundowicz, W. The olfactory bulb and olfactory mucosa obtained from human cadaver donors as a source of olfactory ensheathing cells. Glia 54(6):557-565; 2006.
Posté dans Actualités
Tags : ,

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 431 autres abonnés

Statistiques du blog

  • 132 337 visites

Suivez-nous sur Twitter

Alarme sur Facebook

%d blogueurs aiment cette page :