Un petit coup de pouce pour l’association ALARME

Suite à un contact avec le rédacteur en chef de yanous.com j’ai créé un article pour dénoncé l’inégalité de l’ASI sur l’AAH.

La publication à été été mis en ligne ici —>  ASI : aide ou endettement ? 

Une information légitime et un peu de publicité pour l’association ALARME  🙂

Bonne lecture et merci de partager,

« Note personnelle : En tant que webmaster de l’association ALARME je souhaite remercier yanous.com de me m’avoir laisser m’exprimer au nom des personnes concernées par cette prestation. »

Marc BENOIT
Webmaster d’ALARME

signature_alarme_79x500

 

 

 


Pour en savoir plus :

L’ASI (allocation supplémentaire d’invalidité) symbole d’iniquité et d’humiliation

Vous êtes titulaire d’une pension d’invalidité pour avoir travaillé et cotisé au régime de la protection santé de la sécurité sociale, BRAVO !

Durant votre activité professionnelle vous avez pu devenir propriétaire de votre habitation et placé quelques menus pécules, encore BRAVO !

Le sort est venu frapper à votre porte en vous infligeant, malgré vous, une affection, un accident ou une maladie non professionnelle, une usure prématurée de votre organisme responsable de la nécessité de mettre un terme à votre carrière.

Qu’à cela ne tienne, rassurez-vous, vos droits à compensation de perte de salaire vous sont acquis. La Sécurité Sociale ne vous laisse pas tomber dans la misère.

Dans le meilleur des cas, elle vous versera 50 % de la moyenne de vos 10 meilleures années travaillées.

Problèmes :

50 % ce n’est que la moitié !
Avez-vous, au minimum, 10 années de travail ?
Avez-vous une assurance complémentaire ?

Bref, suivant la Cours des Comptes, en 2010, c’était quelques 88.000 pensionnés qui percevaient moins de 660 € / mois (pour une personne seule) et moins de 1157 € / mois (pour un couple).

Qu’à cela ne tienne « heureusement » l’ASI vous tend les bras !

A ce jour, si vos ressources annuelles sont inférieurs à 8424,05 € / an (pour une personne seule) ou 14.752,32 € / an (pour un couple), vous avez droit à cet immondice.

En effet, cette allocation « réservée invalides » présente la particularité d’être récupérable sur succession !

En clair, à votre décès, vos héritiers devront rembourser une dette tout simplement parce que vous aviez besoin de manger à votre faim.

Nous sommes bien là, loin des restos du cœur et le Gouvernent d’arguer que c’est « normal »
Sous le prétexte que cette allocation est non contributive (pas soumise à cotisation préalable) et que vis-à-vis de nos collègues de galères handicapés percevant l’AAH (allocation aux adultes handicapés), elle répond à des besoins différents (???).

Vous êtes curieux d’en savoir plus ? Qu’à cela ne tienne, nous sommes à votre disposition.

Pour 2 personnes en situation de handicap similaire, c’est 2 poids, 2 mesures !

1)- Personne en situation de handicap n’ayant jamais travaillée :

Demande de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) auprès de sa Maison Départementale des Personnes Handicapés (MDPH).

Dossier instruit par la Commission des Droits et de l‘Autonomies des Personnes Handicapées (CDAPH) par devant une équipe pluridisciplinaire.

Si votre taux d’incapacité permanente est d’au moins 80 % ou compris entre 50 et 79 % et avez une restriction substantielle et durable d’accès à un emploi du fait de votre handicap, vous percevrez l’AAH (sous conditions de ressources).
Comment, vous n’avez pas de ressources ? Ben alors c’est l’AAH en entière qui vous sera servie.
Son montant net mensuel 800,45 € / mois et ne se déclare pas aux impôts

Note importante : Il s’agit là d’une allocation non contributive (non soumise à cotisation préalable).

Super ! Le tout bouclé en une seule étape

Et maintenant, le clou du spectacle !

2)- Personne en situation de handicap ayant travaillée

A)- Votre pension d’invalidité (contributive et déclarable aux impôts) est inférieure au montant de l’AAH ? Pas normal ! Sautez chronologiquement à l’étape 2 qu’est l’ASI ou prêt à remboursement post mortem. Normal, elle est non contributive.

Ce seront donc vos « chanceux » héritiers qui devront rembourser votre dette !

B)- Mais attendez, svp, malgré cette allocation de « secours », vous n’êtes toujours pas au même niveau que l’AAH ? Toujours pas normal ! Sautez chronologiquement à l’étape 3 qu’est l’AAH différentielle.

Et là, nouveau parcours du combattant, puisque c’est direction MDPH et passage par devant
La CDAPH.

Super ! Pour les invalides c’est trois étapes

En finalité : Quand le législateur omet de réformer les dispositions relatives à l’invalidité vieilles de 60 années pour y superposer, pour exemple, la Loi Handicap du 11 février 2005, la problématique de l’iniquité en émerge d’autant.

Pour des populations voisines au niveau du handicap, l’invalidité c’est la différence de trop qui impose l’humiliation.

Par ce qui précède ; l’égalité étant le fondement même de notre Constitution, contributif ou non mélangé à toutes les sauces ne doit pas y faire obstacle.

Qu’en décider autrement aboutirai, à l’extrême, à attribuer un prix à la vie humaine.

C’est la raison pour laquelle il apparaît de cohérence, d’évidence, de JUSTICE de fusionner ASI et AAH et peu importe qui de la sécurité sociale ou de la CAF doit prendre en charge Puisqu’il s’agira toujours du budget de l’Etat.

On n’en parle sur notre forum ICI

A LIRE AUSSI
Notre Groupe Facebook
Posté dans Actualités
Tags :

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 474 autres abonnés

shares