Patrick Decherchi – IFR11 – Marseille

La dernière parution du Pr. Decherchi cite ALARME pour son soutien. En voici le résumé :

 

 

 

 

 

 

 

 

Caractéristiques bioénergétiques du diaphragme après une lésion spinale (Résumé)

THE JOURNAL OF COMPARATIVE NEUROLOGY 470:80–92 (2004)
Article original – Communication rapide
T. Marqueste 1, 2 , P. Decherchi 2

1 – Laboratoire de Physiopathologie Respiratoire Cellulaire et Intégrée
(UPRES EA 2201), Institut Fédératif de Recherches Jean Roche
(IFR11), Faculté de Médecine Nord, Université de la Méditerranée
(Aix-Marseille II), Marseille, France.
2 – Laboratoire des Déterminants Physiologiques de l’Activité Physique
(UPRES EA 3285), Institut Fédératif de Recherches Etienne-Jules
MAREY (IFR107), Faculté des Sciences du Sport de Marseille-Luminy,
Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), Marseille, France.


Introduction Une hémisection de la moelle épinière en C2 inter-rompt les axones respiratoires bulbospinaux traversant la moelle épinière cervicale et entraîne une paralysie de l’hémidiaphragme. Les propriétés biochimiques des muscles locomoteurs intacts ou dénervés ont été intensivement étudiées tandis que celles du diaphragme après une lésion cervicale de la moelle épinière reçurent peu d’attention. Méthodes Des échantillons de diaphragme crural de rat ont été homogénéisés afin de déterminer les activités d’une enzyme glycolytique, la lactate déshydrogénase (LDH), et d’une enzyme du cycle de Krebs, la citrate synthase (CS). Résultats Les résultats montrent une diminution significative de l’activité de la CS dans l’hémidiaphragme ipsilatéral à l’hémilé-sion cervicale. Aucune modification de l’activité de la LDH n’étant observée entre l’animal témoin et l’animal ayant une hémilésion cervicale de la moelle épinière.

Conclusions Ces données suggèrent que l’activité de la CS serait dépendante des influx nerveux en provenance du généra-teur de rythme respiratoire central et que celle de la LDH pourrait être maintenue par une activité respiratoire périphérique ou par la mise en jeu du phénomène phrénique croisé. Ces données biochimiques sont à prendre en compte dans la prise en charge des sujets ayant des déficits respiratoires résultant d’une lésion spinale. D’autre part, l’activité métabolique du muscle diaphrag-matique pourrait être utilisée pour évaluer les récupérations fonctionnelles respiratoires qui sont observées spontanément ou expérimentalement lors de l’utilisation de stratégies réparatrices.

Mots-clés : Moelle épinière, Citrate synthase , Lactate déshydrogénase , Diaphragme , Muscle , Respiration.

Rev Mal Respir 2003 ; 20 : 889-95 © 2003 SPLF, tous droits réservés

Posté dans La recherche
Tags : , ,

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 425 autres abonnés

Statistiques du blog

  • 130 599 visites

Suivez-nous sur Twitter

Alarme sur Facebook

%d blogueurs aiment cette page :