Neuralstem (USA) – cellules souches neurales humaines

Le 9 août 2013

Neuralstem rapporte les résultats financiers du deuxième trimestre et fait une mise à jour des essais cliniques

« L’approbation du Conseil d’examen institutionnels sur de multiples sites est également attendue au cours de cet été pour notre essai clinique du NSI-566 sur les lésions chroniques de la moelle épinière, autorisée par la FDA en Janvier, » a déclaré le Dr Johe. «Cet essai, qui utilise les mêmes cellules et la procédure qui s’est avérée sûre et bien tolérée dans l’étude de la SLA, traitera huit patients atteints de paralysie complète de D2-D12. Les principaux résultats de l’essai seront pour démontrer l’innocuité et la toxicité du NSI-566 pour traiter les lésions de la moelle épinière chronique. Les critères exploratoires secondaires de l’essai de phase I comprennent : évaluation de la capacité des transplantations du NSI-566 à influer positivement sur le niveau AISA, les scores moteurs et sensoriels de l’indice ISNC, de l’intestin et de la fonction de la vessie, de la douleur, scores UAB IMR, scores SCIM, les potentiels évoqués sensoriels et moteurs, et l’électromyogramme (EMG). Les centres d’essais seront annoncés quand toutes les approbations de l’IRB sont obtenues ».

Le 29 avril 2013

Les données de l’essai clinique de Neuralstem sur la SLA ont été présentées lors de la réunion annuelle de l’American Association of Neurological Surgeons

Méthode d’administration intraspinale des cellules jugée sûre, bien tolérée, et prometteuse pour d’autres affections de la moelle épinière

Rockville, Maryland, le 29 Avril, 2013 / PRNewswire / – Neuralstem a annoncé que les données sur la méthode d’administration intraspinal employée sur son essai de phase I avec les cellules souches NSI-566 pour traiter la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Lou Gehrig) ont été présentées aujourd’hui à la réunion annuelle de l’American Association of Neurological Surgeons. Dans une présentation intitulée « Intraspinal Stem Cell Transplantation in ALS, A Phase I Trial: Cervical Microinjection Safety Outcomes »,  le Dr. Jonathan Patrick Riley, du Département de chirurgie neurologique à l’Université Emory, à Atlanta, a présenté les données de l’ensemble des 18 procédures, chez 15 patients, traités dans la phase I. (Trois des patients ont eu une deuxième procédure pour des traitements ultérieurs dans une région différente de la moelle épinière). L’étude a révélé qu’aucun des patients n’ont présenté une aggravation neurologique suite aux injections soit dans la région supérieure (cervicale) ou inférieure (lombaire) de la moelle épinière. Les cellules semblent également être sûres avec aucun signe de toxicité. Les chercheurs ont également noté que, même dans les moelles épinières vulnérables de la SLA, les séries d’injections ont été bien tolérées. Ils ont conclu que l’approche de commencer les injections dans la région inférieure de la colonne vertébrale, où le risque potentiel pour le patient était moindre, et puis en progressant vers le haut, pourrait ne pas être nécessaire dans les essais futurs, et que cette technique d’administration intra-rachidienne est une option pour traiter d’autres troubles de la moelle épinière, neurodégénératifs et traumatiques.

« La confirmation de la sécurité et de la tolérabilité à la fois de la voie d’administration et de nos cellules est une question extrêmement importante », a déclaré le Dr. Karl Johe, directeur scientifique de Neuralstem et auteur de l’étude. «Ces patients sont à bien des égards plus fragiles, et ont un risque plus important à de la chirurgie spinale, par rapport à des patients atteints d’autres types de maladies ou de blessures de la moelle épinière où notre thérapie cellulaire peut être applicable. Le fait que nos cellules et le mode d’administration soient sûrs chez les patients atteints de la SLA est de bon augure pour s’étendre à d’autres indications. Nous prévoyons de commencer notre essai de phase I approuvé par la FDA dans les lésions médullaires chroniques cette année en utilisant la même méthodologie. Nous tenons à remercier les chirurgiens d’Emory, qui ont développé ces techniques, ainsi que les patients et leurs familles qui ont pris part à l’essai ».

Posté dans Actualités
Tags : , , , , ,
shares
%d blogueurs aiment cette page :