La recherche fait naître l’epsoir

 

Plusieurs voies, mais un seul but: la régénération ; c’est ce qui caractérise les projets de recherche soutenus par l’IRP et l’IFP depuis 20 ans.

En 2013, ce sont près de 2,2 millions de francs qui sont affectés aux neufs nouveaux projets sélectionnés par notre Comité scientifique, à l’IRP/IFP Schellenberg Prize – attribué au Néerlandais Joost Verhaagen et à l’Italien Tommaso Pizzorusso – et aux Chaires universitaires de Genève et Lausanne. Grâce à la combinaison de ces travaux, on en sait toujours plus au sujet des processus régénératifs du système nerveux central.

Aujourd’hui, il n’est pas encore possible de guérir la paraplégie, cependant la recherche fait naître l’espoir. Les neufs nouveaux projets de recherche que notre Comité scientifique a sélectionné parmi 44 demandes de financement portent sur les approches les plus prometteuses dans le domaine de la paraplégiologie.

Une première approche cherche à investiguer les conditions qui permettent la régénération du tissu nerveux dans la moelle épinière. Celle-ci est potentiellement très intéressante, car elle permet d’envisager une application directe chez l’homme dès qu’une régénération réelle aura été mise en évidence sur le modèle. Quatre projets, soit Bretzner (Canada), He (USA), Sousa (Portugal) et Viscomi (Italie), ont pour objet divers mécanismes de la régénération nerveuse qui pourraient s’inscrire dans une application thérapeutique.

Les cellules souche restent d’actualité

La seconde piste prometteuse est le recours aux cellules souche. Ce domaine de la recherche connaît un développement fulgurant et suscite beaucoup d’espoir. Deux projets – Abad-Rodriguez (Espagne) et Pluchino (UK) – testent l’utilisation de cellules génétiquement modifiées. Les essais portent sur la transplantation de ces cellules dans la moelle épinière, avec pour objectif de trouver de nouvelles voies pour la régénération.

Science fiction ?

Un projet remarquable émane de Suisse romande, grâce au Professeur Daniel Huber qui dirige une équipe de recherche en neurosciences à l’Université de Genève. Ses travaux portent sur l’interface entre l’homme et la machine. En d’autres termes, il s’agit de neuroprothèses, soit le développement de robots intelligents qui se substituent à des mécanismes nerveux déficients, comme le contrôle d’un mouvement par la pensée. Ce qui aujourd’hui nous apparaît comme de la science fiction pourrait devenir réalité plus tôt que prévu.

En route vers le patient

Un autre domaine essentiel de la recherche en paraplégie est la transposition des résultats des travaux de recherche fondamentale vers la recherche clinique, afin que de nouvelles thérapies bénéficient aux patients. Le Comité scientifique a opté pour deux projets cliniques. L’un provient à nouveau de Suisse, du centre de paraplégiques de la clinique universitaire de Balgrist, l’autre du centre de réhabilitation Adelante, à Hoensbroek, Pays-Bas. Ces projets ont pour objectif de mettre en pratique des résultats de recherche dans les domaines de l’imagerie et de la neurophysiologie dans le cadre des soins aux patients et de leur réhabilitation.

L’espoir de surmonter une paralysie médullaire repose sur les progrès constants de la recherche médicale. Le Comité scientifique est convaincu que les projets sélectionnés permettent de se rapprocher de cet objectif ambitieux.

A lire aussi …

StemCyte reçoit l’autorisation IND de phase II de la US Food and Drug Administration (FDA)

StemCyte a le plaisir d’annoncer que la US Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le 14 décembre 2018 sa demande d’investigation IND de phase II pour les Cellules souches mononucléaires du sang de cordon ombilical (UCBMNC) (MC001) allogéniques, compatibles HLA, destinées au traitement des lésions de la moelle épinière…

0 comments

De vilains à superhéros

Le labo de journalisme scientifique, le 7 février 2019

Alors qu’elles avaient la réputation de nuire à la guérison des blessures à la moelle épinière, les microglies viennent de révéler qu’elles sont en fait au cœur du processus de cicatrisation et de guérison.

0 comments

Adhérer à l’association

Votre adhésion nous permettra d’aider la recherche. Elle nous permettra également de représenter au mieux les para/tétraplégiques auprès des pouvoirs publics et des médias.

0 comments

Introduction à la recherche

La moelle épinière, dont le nom latinisé est moelle spinale, est la partie du système nerveux central se trouvant en dessous du tronc cérébral et contenue dans les vertèbres formant la colonne vertébrale.

0 comments

Un « cocktail » permet aux fibres nerveuses sectionnées de repousser

Des scientifiques ont élaboré une recette en trois étapes qui permet de régénérer chez le rongeur des fibres nerveuses médullaires entièrement sectionnées. La réadaptation reste néanmoins nécessaire pour restaurer la locomotion. Les résultats sont présentés dans le numéro de la revue scientifique Nature Letters

0 comments


Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 490 autres abonnés

images (4)
images (3)
Stimulation épidurale
grégoire courtine
jerrysilver_1
active nerve cell in human neural system
shi-spinal
images
bsi_infographic_epfl_fr
VISUEL_SEP

http://alarme.asso.fr

Association ALARME

Groupe Facebook

groupe ALARME
%d blogueurs aiment cette page :