Dr. Aziz Hafidi, INSERM EMI 9927 Bordeaux

 Modèle in vitro de l’étude de la régénération axonale
dans le système nerveux central.

Le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) adulte des mammifères possède une très faible capacité à régénérer des axones lésés à travers le site de trauma. Cette diminution de la capacité régénérative des axones se met en place tôt au cours du développement du système nerveux. Nous avons montré que des cultures organotypiques du colliculus inférieur (CI) prélevés sur un animal de 6 jours après la naissance (P6) présentaient une régénération axonale robuste des axones après une lésion de la projection commissurale inter-colliculaire. Les axones lésés régénéraient à travers le site du trauma et formaient des synapses au niveau du CI controlatéral. Cependant en utilisant les mêmes conditions expérimentales, des cultures du CI de P12 montrent une absence totale de la régénération des axones commissuraux à travers le site de lésion.

Différents types d’axones ont été révélés au niveau du site du trauma: des axones ayant une terminaison sous forme bulbaire, des axones qui croissent le long du site traumatique sans jamais le traverser et des axones qui retournent en direction du lobe ipsilatéral. Cependant les axones de P12 possèdent une bonne capacité de repousse axonale sur un substrat favorable à la repousse (poly-lysine-laminine), ou lorsqu’on utilise une greffe de cellules gliales C6R (connue pour avoir une action positive sur la repousse axonale). Ces expériences et d’autres suggèrent que les neurones de P12 possèdent une capacité à régénérer leurs axones lésés mais que l’environnement glial les empêche de repousser à travers le site du trauma. Cette action de la glie est due soit à l’expression de nouvelles molécules inhibitrices à la surface de la glie soit à la sécrétion de molécules qui repoussent les axones et les empêchent de traverser le site de la lésion.

Le but de notre étude est d’identifier des gènes exprimés par la glie entre le stade P6 et P12 et qui sont impliqués dans l’inhibition de la repousse axonale. Nous avons choisi la technique de soustraction génomique pour purifier ces gènes des CIs aux stades P6 et P12 ainsi que les gènes exprimés par la glie comme conséquence au trauma. Cette étude nous éclairera sur les mécanismes moléculaires mis en jeu par le système nerveux central et qui empêchent les axones de régénérer après trauma. Elle nous renseignera sur d’éventuelles stratégies à utiliser pour remédier à cette absence de régénération dans ce système chez l’homme.

Le Dr. Hafidi cite
ALARME pour son aide dans sa dernière publication (jan 2004) dont voici le résumé :

 

 

 

 

 

 

In Vitro Analysis of Mechanisms Underlying Age-Dependent Failure of Axon Regeneration AZIZ HAFIDI,1,3 MARTIN GRUMET,4 AND DAN H. SANES 1,2, *

1 Center for Neural Science, New York University, New York, New York 10003
2 Department of Biology, New York University, New York, New York 10003
3 Institut National de la Sante´ et de la Recherche Me´ dicale EMI 99-27, Universite Bordeaux-2, Hopital Pellegrin, 33076 Bordeaux, France
4 W.M. Keck Center for Collaborative Neuroscience, Rutgers, State University of New Jersey, Piscataway, New Jersey 08854-8082

ABSTRACT
Severed axons of the inferior colliculus (IC) commissure can regenerate across a lesion in organotypic cultures from postnatal day (P) 6 gerbils, but this regenerative capacity is lost by P12 (Hafidi et al. [1995] J Neurosci 15:1298–1307, [1999] J Neurobiol 41:267–280).

In the present study, we examined the mechanisms underlying this age-dependent failure of axons to regenerate. In P6–P12 heterochronic cultures, the P12 axons failed to cross the lesion site and project to the contralateral P6 IC lobe. In contrast, axons originating from the P6 lobe could regenerate through the lesion and invade the contralateral P12 IC lobe. To determine whether this age-dependent change in regenerative capacity can develop in organotypic cultures, IC slices with an intact commissure were obtained from P6 animals, grown in vitro for 6 days, and then lesioned at the commissure. In these slices, axon regeneration failure was similar to that observed in normal P12 tissue. Several in vitro treatments enhanced axon
regeneration: removal of the entire midline region, inhibition of protein synthesis at the lesion site, and exposure to ABC chondroitinase. Furthermore, when the injured commissural axons were provided with a carpet of C6-R cells (a radial glia-like cell line), significantly more axons projected to the contralateral lobe of the IC. Taken together, these results suggest that the maturation of nonneuronal cells within the lesion site lead to failed axon regeneration in mature animals, and show that ameliorative strategies can be evaluated in vitro. J. Comp.

Neurol. 470:80–92, 2004. © 2004 Wiley-Liss, Inc.
Indexing terms: repair; glia; injury; C6-R cells; chondroitin sulfate proteoglycan; commissure;
cycloheximide

Posté dans La recherche
Tags : , ,

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 473 autres abonnés

Catégories

Alarme sur Facebook

groupe ALARME
%d blogueurs aiment cette page :