Danger « tourisme médical dangereux »

Par: Corinne Jeanmaire – fondation endParalysis.

Traduit depuis la version anglaise.

Traitement des lésions de la moelle épinière : tourisme médical dangereux

c2-1200x661

L’article ci-dessous met en évidence, une fois de plus, les dangers du  «tourisme médical». Des thérapies commerciales et non prouvées efficaces sont disponibles sur le marché, dans divers pays exotiques à travers le monde (Le Mexique, le Panama, l’Iran, la Chine, etc.) contre paiement (allant généralement de quelques milliers d’USD jusqu’à 100.000 USD). Elles attirent, car elles proposent des biotechnologies nouvelles et prometteuses, utilisant les cellules souches souvent, mais éventuellement d’autres dispositifs thérapeutiques ou médicaments. Elles fascinent parce qu’elles sont hors-piste et sont parfaitement commercialisées. Le patient, fatigué d’entendre que le mieux qu’ il / elle peut faire est d’accepter son état, trouve soudain une raison d’espérer et même quelqu’un qui l’écoute et le comprend. Mais il y a un hic: les traitements proposés sur le marché ne sont pas testés, pas prouvés efficaces. Non contrôlées, ces thérapies nouvelles peuvent conduire à une aggravation de l’état du patient au lieu de l’amélioration attendue, comme le montre cet article. En outre, de telles thérapies non prouvées, contrairement à des essais cliniques, ne sont pas scientifiquement mise en place et n’ajoute rien à la connaissance scientifique mondiale.

Nous avons besoin de guérir les lésions de la moelle épinière. Il y a des progrès dans ce sens, mais nous devons en savoir plus et en faire beaucoup plus pour atteindre des niveaux de récupération fonctionnelle significatifs. Par conséquent, si certains patients veulent essayer des traitements expérimentaux, nous leur conseillons de privilégier  un essai clinique plutôt qu’une thérapie commerciale. Comment connaître la différence? Un essai clinique est gratuit et il doit figurer dans www.clinicaltrials.gov. Vous pouvez aussi trouver de plus amples informations sur ce sujet dans notre précédent article ici 

Note personnel :

En tant que webmaster de l’association ALARME je pense qu’il est important de sensibiliser le publique sur les plausibles dérives. Les personnes en situation de « détresse physique » sont vulnérables, je ne serait donc trop vous conseiller de bien prendre en compte l’article ci-dessus.

Bien à vous,

Marc BENOIT
Webmaster d’ALARME
signature_alarme_79x500

 

Source article

Glioproliferative Lesion of the Spinal Cord as a Complication of “Stem-Cell Tourism”

Source: The NEW ENGLAND JOURNAL of MEDICINE

… Commercial stem-cell clinics have been highly publicized in the lay press and operate worldwide with limited or no regulation.1 We report the case of a 66-year-old man who underwent intrathecal infusions for the treatment of residual deficits from an ischemic stroke at commercial stem-cell clinics in China, Argentina, and Mexico. He was not taking any immunosuppressive medications. In reports provided to him by the clinics, the infusions were described as consisting of mesenchymal, embryonic, and fetal neural stem cells. Progressive lower back pain, paraplegia, and urinary incontinence subsequently developed. Magnetic resonance imaging (MRI) revealed a lesion of the thoracic spinal cord and thecal sac; a biopsy specimen was obtained (Figure 1 FIGURE 1Findings Obtained on MRI, during Surgery, and after Biopsy.).

Neuropathological analysis revealed a densely cellular, highly proliferative, primitive neoplasm with glial differentiation. Short tandem repeat DNA fingerprinting analysis indicated that the mass was predominantly composed of nonhost cells (see the Supplementary Appendix, available with the full text of this letter at NEJM.org). On the basis of histopathological and molecular studies, this glioproliferative lesion appeared to have originated from the intrathecally introduced exogenous stem cells. The lesion had some features that overlapped with malignant gliomas (nuclear atypia, a high proliferation index, glial differentiation, and vascular proliferation) but did not show other features typical of cancer (no cancer-associated genetic aberrations were detected on next-generation sequencing of 309 cancer-associated genes [see the Supplementary Appendix]). Thus, although the lesion may be a considered a neoplasm (i.e., a “new growth”), it could not be assigned to any category of previously described human neoplasm on the basis of the data we gathered. Radiation therapy led to decreased back pain, improved mobility of the right leg, and decreased the bulk of the lesion on MRI.

Read more: here

Vous souhaitez réagir à cette article ?

Posté dans Actualités
Tags : , , ,

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 425 autres abonnés

Statistiques du blog

  • 130 812 visites

Suivez-nous sur Twitter

Alarme sur Facebook

%d blogueurs aiment cette page :