Auteur Sujet: L'arc méditerranéen de la médecine du futur  (Lu 3133 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Arnaud

  • Invité
L'arc méditerranéen de la médecine du futur
« Réponse #1 le: 30 décembre 2008 à 14:14:36 »

Pôles de compétitivité

L'arc méditerranéen de la médecine du futur

À la veille de la deuxième Journée européenne des maladies rares, qui se tiendra le 28 février prochain, focus sur le pôle de compétitivité Eurobiomed, anciennement Orpheme, au sein duquel les équipes CNRS de Languedoc-Roussillon et Paca recherchent des traitements d'avenir pour les pathologies émergentes et les maladies orphelines.

Adieu Orpheme, bienvenue à Eurobiomed !

Le 1er janvier, a été créé Eurobiomed, issu de la fusion du pôle de compétitivité Orpheme, spécialisé dans les pathologies émergentes et les maladies orphelines, avec les deux associations fédérant les acteurs des sciences de la vie en Languedoc-Roussillon (Holobiosud) et Paca (Bioméditerranée).

Si l'objectif de l'opération est d'augmenter la visibilité des deux régions sur le territoire et à l'international, la mission reste la même : développer de nouveaux médicaments et services pour les maladies en expansion, orphelines, rares ou négligées.

Et cet arc méditerranéen des sciences de la vie semblait prédestiné pour la création d'un tel pôle. « Outre ses fortes compétences académiques et industrielles, il présente en effet une situation géographique propice à l'apparition de nouvelles pandémies, comme en témoignent les récents cas de chikungunya et de virus du Nil à nos portes en Europe du Sud, explique Alain Yvorra, directeur général d'Eurobiomed. En outre, il accueille un nombre grandissant de personnes âgées, avec toutes les pathologies encore rares ou émergentes associées. »


- Un antipaludique prometteur

De  nombreux laboratoires du CNRS sont impliqués dans les projets labellisés par le pôle. « Dans le cadre d'un projet porté par Sanofi-Aventis, nous concevons un nouveau type de médicament antipaludique administrable par voie orale. Une première formulation est déjà testée sur des volontaires impaludés au Burkina Faso », indique par exemple Henri Vial, du laboratoire « Dynamique des interactions membranaires normales et pathologiques »1, à Montpellier.

Un projet qui s'insère dans un tissu industriel et académique compétent sur de nombreuses maladies infectieuses et tropicales. Outre Sanofi-Aventis et le laboratoire de Henri Vial, les deux régions comptent en effet des acteurs très investis sur ces maladies, telles les sociétés Idenix ou BVT-Virbac, des instituts de recherche publique (CNRS, Inserm, IRD), plusieurs universités et l'Institut de médecine tropicale du service de santé des armées. Un réseau thématique de recherche et de soins, baptisé Infectiopôle Sud, qui regroupe plusieurs de ces acteurs, a même été créé en 2007.

Le CNRS est aussi partie prenante dans d'autres projets, dont un sur le traitement des infections par Flavivirus, telle la dengue ou la fièvre jaune.

Mais Eurobiomed sort aussi de ses frontières pour coopérer avec d'autres pôles. « En partenariat avec Lyonbiopôle2, nous allons créer un réseau de recherche en infectiologie pour les pathologies émergentes en Chine », annonce ainsi Christian Devaux, directeur du Centre d'étude d'agents pathogènes et biotechnologie pour la santé (CPBS)3.

Eurobiomed affiche donc une stratégie résolument tournée vers l'international. « Nous commençons aussi à travailler avec des chercheurs en Israël, en Inde, au Japon, aux États-Unis, au Québec et bien sûr en Europe, notamment du Sud », ajoute Alain Yvorra.


- Handicap, Pathologies Neurologiques et Alzheimer pour cible

Autre objectif : la lutte contre les maladies liées au vieillissement, le handicap et les pathologies neurologiques.

Le laboratoire « Modélisation et ingénierie des systèmes complexes pour le diagnostic » (Sysdiag) 4, basé à Montpellier, participe ainsi à un projet d'envergure sur la maladie d'Alzheimer porté par Sanofi-Aventis et labellisé par Eurobiomed et le pôle de compétitivité francilien Medicen, consacré à l'innovation thérapeutique. « Un des objectifs est d'identifier des biomarqueurs permettant de diagnostiquer la maladie avec fiabilité, ce qui n'est pas possible à l'heure actuelle », précise Franck Molina, chercheur dans cette unité.

« Dans ce projet qui devrait être financé à hauteur de cinq millions d'euros, nous cherchons aussi de nouvelles cibles sur lesquelles pourraient agir les médicaments du futur », ajoute Joël Bockaert, directeur de l'Institut de génomique fonctionnelle (IGF)5. Un autre projet, baptisé Microstroke, retient l'attention. « Il vise à comprendre le rôle des microglies, des cellules immunitaires du système nerveux, lors de la survenue d'une ischémie cérébrale, un accident vasculaire pouvant entraîner des troubles de la mémoire et une paralysie », explique François Rassendren, chercheur à l'IGF.

Là encore, la création du pôle a pu se faire grâce à la crédibilité de ces acteurs dans le domaine de la neurologie, qui compte également des sociétés telles Neuréva ou Pharmaxon. D'autres laboratoires du CNRS sont impliqués dans ce domaine.

Ainsi, l'Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM)6 et l'Institut de biologie du développement de Marseille Luminy (IBDML)7 participent conjointement à un projet pour le traitement de la lésion traumatique de la moelle épinière. Et, à l'instar du réseau Infectiopôle Sud, un Neuropôle est à l'étude.


- Traiter les cancers rares et agressifs

La cancérologie n'est pas en reste, comme en attestent plusieurs projets s'attelant à la recherche sur les cancers rares ou agressifs. Ainsi, début 2009, l'équipe de Franck Molina doit déposer une demande de financement pour un projet visant à mettre au point un diagnostic révolutionnaire du cancer colorectal.

« L'objectif final serait de développer un test simple et à bas coût qui colorerait les selles du patient s'il détecte les signes de ce cancer ! », explique le chercheur. Plusieurs industriels sont investis dans ce domaine (Sanofi-Aventis, Ipsogen, Innate Pharma, TXCell, Cezanne…).

D'autres laboratoires du CNRS s'impliquent en cancérologie, tel l'Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire (IPMC) 8 qui participe à un projet sur les tumeurs du cortex surrénal chez les enfants. « Au total, ce sont près de 600 personnes qui travaillent sur les cancers au sein d'Eurobiomed, dont pas moins de 100 chez Sanofi-Aventis », annonce Jean-Marie Blanchard, directeur de l'Institut de génétique moléculaire de Montpellier (IGMM) 9.

On l'aura compris, Eurobiomed est un pôle majeur pour de nombreuses pathologies dont certaines constituent de véritables problèmes de santé publique (Alzheimer, sida, paludisme, cancers…). Et la nouvelle structure pourrait prochainement accueillir une autre association en cours de création. « Il s'agit d'Euromediag, qui réunira tous les acteurs publics et privés du diagnostic médical, annonce Franck Molina.

L'objectif est de faire de nos deux régions une sorte de “Diagnostic Valley” car elles possèdent des poids lourds mondiaux du domaine, tels Bio-Rad, Cisbio International ou Horiba ». Avec ces métamorphoses, ce pôle, qui fut le dernier labellisé par les autorités françaises, a bien rattrapé son retard !

À voir : www.orpheme.org


Le  pôle en chiffres       

6 000 chercheurs publics, 160 entreprises fournissant 10 000 emplois industriels directs dont 3 000 dédiés à la recherche, 5 universités et des écoles d'ingénieurs accueillant 1 500 diplômés en sciences

Des acteurs répartis sur 2 régions Languedoc-Roussillon et Paca autour de 5 villes Nice, Nîmes, Marseille, Montpellier et Toulon.

27 projets de recherche labellisés par le pôle, financés à hauteur de 30 millions d'euros et répartis sur 4 axes :

« maladies infectieuses et tropicales 
« soins et accompagnement du vieillissement, des pathologies neurologiques et du handicap
« cancers rares et agressifs
« dispositifs médicaux et bio-ingénierie
 

De jeunes pousses prometteuses

Plusieurs sociétés d'Eurobiomed ont été fondées par des chercheurs du CNRS ou exploitent des brevets qu'ils ont déposés. En cancérologie, Bioréalités travaille ainsi à la mise au point d'un traitement innovant du cancer colorectal qui ne cherche pas à bloquer la prolifération des cellules tumorales, mais à les faire se différencier puis mourir.

En infectiologie, Amikana.Biologics développe un test simple, fiable et économique pour analyser la résistance du VIH aux médicaments traitant le sida. Pour sa part, Inodiag développe un projet de test de diagnostic pour la maladie du chikungunya.

La neurologie n'est pas en reste, avec Vect-Horus, engagée dans le domaine des vecteurs permettant aux médicaments et agents d'imagerie d'atteindre le système nerveux.

De son côté, Pharmaxon recherche des molécules thérapeutiques innovantes pour des maladies ou lésions au cours desquelles le mouvement cellulaire est modifié (Alzheimer, accidents vasculaires cérébraux, traumatismes de la moelle épinière…).

À la croisée des chemins, Splicos travaille sur les mécanismes biologiques transformant l'information génétique portée par l'ADN en ARN. Objectif : mettre au point un traitement anti-VIH et des molécules anti-métastases pour le cancer colorectal ou étudier l'action potentiellement correctrice de certaines molécules sur la dystrophie amyotrophique, une maladie génétique rare. Enfin, la médecine animale fait aussi l'objet d'études : Skuld-Tech participe ainsi au développement d'un vaccin canin anti-leishmania.


Notes :

1, 3, 6, 9. Laboratoire CNRS / Universités Montpellier-I et II.
2. Lire Le journal du CNRS, n° 203, pp. 14-15.
4. Laboratoire CNRS / Bio-Rad.
5. Institut CNRS / Inserm / CHU Montpellier / Universités Montpellier-I et II.
7. Institut CNRS / Université Aix-Marseille-II.
8. Institut CNRS / Université de Nice.


Contact :

Alain Yvorra
alain.yvorra@orpheme.org

Henri Vial
vial@univ-montp2.fr

Christian Devaux
christian.devaux@univ-montp1.fr

Franck Molina
franck.molina@sysdiag.cnrs.fr

Joël Bockaert
joel.bockaert@igf.cnrs.fr

François Rassendren
francois.rassendren@igh.cnrs.fr

Jean-Marie Blanchard
jean-marie.blanchard@igmm.cnrs.fr


http://www2.cnrs.fr/presse/journal/4187.htm

 :smiley:




 

Utilisateur

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Soutenez-nous

Recherche rapide


* Qui est en ligne

  • user CCBot

* Derniers Membres

Lavandula2
91j 9h 10m
chris26 chris26
84j 2h 18m
Arnaud Arnaud
83j 9h 36m
charlieboy charlieboy
66j 4h 51m
Gyzmo34 Gyzmo34
63j 9m

* Top membres

gilles gilles
5060 Messages
TDelrieu TDelrieu
4075 Messages
Breizhfenua Breizhfenua
1519 Messages
farid
1330 Messages
Lavandula2
1279 Messages
caro23 caro23
1269 Messages
terryfrogger terryfrogger
1232 Messages
SMF spam blocked by CleanTalk