Auteur Sujet: Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)  (Lu 136370 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #279 le: 15 novembre 2022 à 13:12:06 »
Citer
NATURE

09 novembre 2022

La stimulation électrique aide les personnes paralysées à marcher à nouveau - et maintenant nous savons pourquoi

Une carte détaillée de l'activité des gènes pourrait ouvrir la voie à des traitements plus précis pour beaucoup plus de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.

Les neuroscientifiques ont identifié les cellules nerveuses responsables d'aider les personnes paralysées à marcher à nouveau, ouvrant la possibilité de thérapies ciblées qui pourraient bénéficier à un plus large éventail de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.

Les lésions graves de la moelle épinière perturbent la connexion entre le cerveau et les réseaux de cellules nerveuses de la colonne vertébrale inférieure qui contrôlent la marche. En 2018, le neuroscientifique Grégoire Courtine de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et ses collègues ont montré que l'envoi d'impulsions électriques à ces nerfs inférieurs de la colonne vertébrale - une technique connue sous le nom de stimulation électrique épidurale (EES) - pouvait, lorsqu'il était combiné à un entraînement intensif, permettre que les personnes atteintes de ce type de lésion médullaire marchent à nouveau. Les trois participants à un essai sont passés d'une paralysie motrice grave ou complète et d'une sensation minimale dans les jambes à la capacité de faire des pas seuls, ou avec un déambulateur ou des béquilles. Deux autres équipes ont montré des résultats similaires cette année-là.

L'équipe de Courtine a maintenant prolongé le travail, montrant que le système fonctionne chez les personnes qui ont perdu toute sensation dans leurs jambes. Le groupe rapporte aujourd'hui dans Nature que neuf participants au même essai - dont trois avaient une paralysie complète et aucune sensation dans les jambes - ont retrouvé la capacité de marcher après un entraînement associé à l'EES délivré par des dispositifs implantés dans leur colonne vertébrale. Cinq mois après le début de l'essai, tous les participants pouvaient supporter leur propre poids et faire des pas, en utilisant un déambulateur pour plus de stabilité.

Quatre n'ont plus besoin que l'EES soit allumé pour marcher. Cette récupération importante suggère que la stimulation déclenche un remodelage des neurones spinaux pour remettre en marche le réseau de locomotion.

"L'espoir que cela donne aux personnes atteintes de lésions médullaires est incroyable", déclare Marc Ruitenberg, neurologue à l'Université du Queensland à Brisbane, en Australie, qui étudie les lésions médullaires.

Activité neuronale diminuée

L'équipe de Courtine a également découvert les neurones responsables de l'amélioration de cette rééducation. Contre-intuitivement, lorsque l'EES était activé chez les personnes, l'activité des cellules nerveuses au niveau du site de stimulation diminuait. L'équipe a utilisé cet indice pour enquêter plus en profondeur sur le processus. Tout d'abord, les chercheurs ont utilisé chaque aspect du traitement chez la souris - des blessures et de la stimulation électrique à l'entraînement avec un support robotique spécialement conçu pour la stabilité. Les résultats imitaient ceux des personnes.

Ensuite, les chercheurs ont mesuré l'activité des gènes dans des milliers de neurones dans des échantillons de tissu rachidien de souris. Cela a produit une carte extrêmement détaillée des types de cellules nerveuses dans la moelle épinière inférieure. Ils ont ensuite utilisé un algorithme d'apprentissage automatique pour rechercher des neurones de souris qui présentaient des changements dans l'activité des gènes à des étapes définies de la rééducation assistée par EES qui correspondaient aux changements observés dans la capacité de marche des participants humains.

L'algorithme a identifié une sous-population d'interneurones excitateurs - des cellules nerveuses qui relient les neurones moteurs et sensoriels - qui semblaient correspondre. Lorsque Courtine et son équipe ont inhibé ces cellules chez des souris blessées, ils ont constaté que l'EES ne permettait plus aux animaux blessés de marcher.

La diminution globale de l'activité neuronale sur le site pendant la réhabilitation reflète un processus d'apprentissage, dit Courtine. "Quand on y pense, cela ne devrait pas être une surprise", dit-il, "parce que dans le cerveau, quand vous apprenez une tâche, c'est exactement ce que vous voyez — il y a de moins en moins de neurones activés" au fur et à mesure que vous vous améliorez.

Prochaines étapes

La technologie n'existe pas pour recueillir ce genre de preuves directes chez les humains. Mais Eiman Azim, neuroscientifique au Salk Institute for Biological Studies de La Jolla, en Californie, affirme que les mêmes neurones sont probablement responsables de l'effet, car l'architecture de la colonne vertébrale est très similaire chez les vertébrés, y compris les humains et les souris.

Finalement, dit Azim, une compréhension détaillée des circuits de la colonne vertébrale pourrait permettre aux neuroscientifiques de manipuler l'activité de neurones spécifiques directement avec d'autres traitements, tels que la thérapie génique. Les thérapies à base de cellules souches pourraient un jour remplacer des populations cruciales de neurones endommagés lors de lésions de la moelle épinière, explique Ruitenberg.

Courtine et ses collègues ont également utilisé l'EES pour restaurer le mouvement des bras et la préhension des mains chez les singes. Et un groupe de l'Université de Washington à Seattle a fait de même pour six personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, en utilisant des patchs cutanés non invasifs portant des électrodes placés sur le cou.

Aussi spectaculaire que cela puisse être de voir des personnes blessées à la moelle épinière marcher à nouveau, Ruitenberg dit que la marche n'est souvent pas une priorité pour les gens. La perte de contrôle de la vessie, du contrôle des intestins et de la fonction sexuelle peut avoir un impact plus important sur la qualité de vie. « Il serait vraiment intéressant de voir si ces types de fonctions peuvent également être améliorés avec cette technologie », dit-il.

Courtine dit que l'identification des nerfs responsables de ces fonctions figure sur sa liste des prochaines étapes maintenant qu'il dispose d'une carte moléculaire détaillée avec laquelle travailler. Il a également lancé une start-up — ONWARD, basée aux Pays-Bas — pour commercialiser la technologie. La société commencera à recruter 70 à 80 participants aux États-Unis pour un nouvel essai en 2024.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


NATURE

09 November 2022

Electrical stimulation helps paralysed people walk again — and now we know why

Detailed gene-activity map could pave way for more precise treatments for many more people with spinal-cord injuries.

Neuroscientists have identified the nerve cells responsible for helping paralysed people to walk again, opening up the possibility of targeted therapies that could benefit a wider range of people with spinal-cord injuries.

Severe spinal-cord injuries can disrupt the connection between the brain and the networks of nerve cells in the lower spine that control walking. In 2018, neuroscientist Grégoire Courtine at the Swiss Federal Institute of Technology in Lausanne and his colleagues showed that delivering electrical pulses to those lower-spine nerves — a technique known as epidural electrical stimulation (EES) — could, when combined with intensive training, get people with this kind of spinal-cord injury walking again. All three participants in a trial went from having severe or complete motor paralysis and minimal sensation in their legs to being able to take steps on their own, or with a walker or crutches. Two other teams showed similar results that year.

Courtine’s team has now extended the work, showing that the system works in people who have lost all sensation in their legs. The group reports in Nature today that nine participants in the same trial — three of whom had complete paralysis and no sensation in their legs — regained the ability to walk after training paired with EES delivered by devices implanted in their spines. Five months into the trial, all participants could bear their own weight and take steps, using a walker for stability.

Four no longer need the EES to be switched on to walk. This sustained recovery suggests that the stimulation triggers remodelling of the spinal neurons to bring the locomotion network back on line.

“The amount of hope that it gives to people with spinal-cord injury is incredible,” says Marc Ruitenberg, a neurologist at the University of Queensland in Brisbane, Australia, who studies spinal-cord injury.

Dampened activity

Courtine’s team also discovered the neurons responsible for the rehabilitation enhancement. Counter-intuitively, when EES was switched on in people, nerve-cell activity at the site of stimulation decreased. The team used this clue to investigate the process more thoroughly. First, the researchers emulated each aspect of the treatment in mice — from injury and electrical stimulation to training with a purpose-built robotic support for stability. The results mimicked those in people.

Next, the researchers measured gene activity in thousands of individual neurons in samples of mouse spinal tissue. This produced an exquisitely detailed map of nerve cell types in the lower spinal cord. They then used a machine-learning algorithm to search for mouse neurons that showed changes in gene activity at set stages of EES-assisted rehabilitation that paralleled the changes observed in the human participants’ walking ability.

The algorithm identified a subpopulation of excitatory interneurons — nerve cells that connect motor and sensory neurons — that seemed to fit. When Courtine and his team silenced those cells in injured mice, they found that EES no longer enabled the injured animals to walk.

The overall decrease in neural activity at the site during rehabilitation reflects a learning process, says Courtine. “When you think about it, it should not be a surprise,” he says, “because in the brain, when you learn a task, that’s exactly what you see — there are less and less neurons activated” as you get better at it.

Next steps

Technology doesn‘t exist to gather this kind of direct evidence in people. But Eiman Azim, a neuroscientist at the Salk Institute for Biological Studies in La Jolla, California, says the same neurons are probably responsible for the effect, because spinal architecture is very similar across vertebrates, including humans and mice.

Eventually, says Azim, detailed understanding of the spinal circuitry could allow neuroscientists to manipulate the activity of specific neurons directly with other treatments, such as gene therapy. Stem-cell therapies could one day replace crucial populations of neurons damaged in spinal-cord injuries, says Ruitenberg.

Courtine and his colleagues have also used EES to restore arm movement and hand grip in monkeys. And a group at the University of Washington in Seattle has done the same for six people with spinal-cord injuries, using non-invasive electrode-bearing skin patches placed on the neck.

As spectacular as it is to see people with spinal-cord injuries walk again, Ruitenberg says that walking is often not a priority for people. Loss of bladder control, bowel control and sexual function can have a greater impact on quality of life. “It would be really interesting to see whether those sorts of functions also can be improved with this technology,” he says.

Courtine says that identifying the nerves responsible for these functions is on his list of next steps now that he has a detailed molecular map to work with. He has also launched a start-up company — ONWARD, based in the Netherlands — to commercialize the technology. The company will start recruiting 70–80 participants in the United States for a new trial in 2024.


Source : https://www.nature.com/articles/d41586-022-03605-8
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne gilles

  • Modérateurs
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4946
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #278 le: 15 novembre 2022 à 12:21:08 »

Et si nous autres les para tetra nous nous montrions plus concernés par l'idée d'une cure à la paralysie sûrement que les choses iraient plus vite, tout axes de recherches confondus.
je suis d'accord avec toi a ce sujet mais ça me fait penser au début de mon handicap, pendant quelques années j'ai épluché tous les sites internet qui
traitais soit des LME, soit de la recherche, Miami project, Reeves Fondation, le Pro Lima, et pleins d'autres, puis au fur et à mesure que rien n'avançait, passant d'espoir a désillusion j'ai pensé que de ma vie je ne remarcherais.

Je pense que c'est en partie ce qui arrive a une grande part de notre population handicapée, outre le fait d'avoir une vie active avec d'autres centres d'intérêts
on oublie cette solidarité qui est pourtant la bien présente et qui l'à été lors de nos rééducation, c'est peut être le propre de l'être humain moderne de ne penser
qu'à son nombril plutôt que de faire front a plusieurs.
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne slhoka

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 150
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #277 le: 15 novembre 2022 à 08:50:30 »
Mais bien sur que le but est récolter des crédits !!
Tu crois quoi Farid, qu'on fait avancer la recherche sur la moelle épinière avec des gaufres ? qu'on paye des chercheurs multi doctorants en smarties ?
Réfléchies un peu !
L'argent est le nerfs de la guerre
Les suisses tentent évidement d'avoir l'accord de la FDA pour vendre leurs implants et ils ont bien raisons ! avec cet argents potentiel ils espèrent sûrement pouvoir rembourser leurs investissements et ensuite pouvoir financer la suite de leurs recherches.
Il a t-il une façon de faire autrement ?

Et si nous autres les para tetra nous nous montrions plus concernés par l'idée d'une cure à la paralysie sûrement que les choses iraient plus vite, tout axes de recherches confondus.

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1241
    • Voir le profil
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #276 le: 14 novembre 2022 à 10:05:36 »
je ne crois pas beaucoup a la methode courtine,,il faut deja etre incomplet ^pou r esperer faire quelques pas, je pense que ce sont des effet d'annonce pour recolter plus de fric,,et ce n'est que mon avis,,
donc je ne m'extasie pas quand courtine monte au creneau de temps en temps pour vendre sa methode,
ca peut intereser  a klla rigueur les mouvements des bras mais pas la marche quiest beaucoup plus complexe  j'ai  plus  d'espoir dans des therapies a base de cellules souches ou d'un eventuel medicament antiNOGO  qui m'ont l'air plus efficaces et moins contraignants,,en cela je rejoins ll'analyse de SCHOKA

Hors ligne slhoka

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 150
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #275 le: 14 novembre 2022 à 09:12:36 »
Bonjours,

J'ai pris le temps de lire la publication et d'en parler avec des personnes plus calés que moi et ... je ne sais pas trop quoi penser de tout cela..

Il y a plusieurs détails qui me chagrinent et en même temps je suis plutôt du genre à me réjouir chaque fois qu'on fait un pas en avant et que l'on sort un peu plus de obscurantisme.

D'abord cette publication m'a réjouit parce que ça fait parler du handicap et des handicapés par le bout qui m’intéresse, à savoir, "comment sortir du handicap "
Et puis là il est question de 9 personnes.. ça commence à être raisonnable.. et qui disent avoir gagner un confort de vie considérable, notamment sur les douleurs... forcement ça me touche et je peux que me réjouir pour eux !

Mais d'un autre coté il y a plusieurs détails qui m'interpellent dans le sens ou ils peuvent très bien changer tout a fait le sens que l'on peut donner à la publication.

D'abord le recrutement :
"  Age 18-65 (women or men)
    Incomplete SCI graded as AIS A,B,C & D
    Level of lesion: T10 and above, based on AIS level determination by the PI, with preservation of conus function
    The intact distance between the cone and the lesion must be at least 60mm
    Focal spinal cord disorder caused by either trauma or epidural, subdural or intramedullary bleeding
    Minimum 12 months post-injury
    Completed in-patient rehabilitation program
    Able to stand with walker or 2 crutches  "

"La lésion doit être incomplète quelque soit le score AIS, et le patient doit être capable de se tenir debout avec un déambulateur  ou 2 béquilles" ....

Les patients choisi ne sont donc pas para total de base et le protocole ne s'adresse donc pas à l'ensemble des BM; et de fait les résultats deviennent moins spectaculaires..

De plus : " but all of them had retained some degree of sensation in the legs."

Les patients implantés avaient gardé un certain de degré de sensations dans les jambes, donc, la boucle sensitive fonctionne donc ils peuvent être plus apte à la stimulation...
( Hervé35  voila pourquoi c'est un peu confus qu'en à la restauration de la sensibilité.. les patients en avaient déjà un peu .. )

Il y a aussi cette histoire de "nouveau neurone"
Ce qui est nommé ainsi dans la publication sont en fait des interneurones, des neurones relais.
Ceux ci sont déjà connus depuis des années, et de plus dans la publie il est précisé que ces " nouveaux" neurones ont été trouvé dans dans la souris....
Le modèle murin n'est pas suffisant pour conclure que c'est transposable à l'homme. On sait très bien faire marcher des souris qui ne vivent qu'un an et demi mais rien ne nous dis que cela est sans danger sur un humain qui devra vivre encore de nombreuse années après la thérapie....

Bref.. mon avis c'est que c'est flou.. que la publication à été écrite de façon orienté mais que finalement il n'y a pas grand chose de neuf par rapport aux publication précédentes concernant la Neurostimulation implanté.
Une façon de faire du neuf avec du vieux, l'équipe de recherche à implantés 8 nouveau patients depuis la première publication identique il y a ... 3-4 ans déjà... c'est ce qu'il faut retenir.

Si je compte les points je suis mitigé.

Les points positifs ce sont que la science avance,
9 handis ont gagné on confort de vie indiscutable,
et un petit buzz de temps en temps autour des lésions médullaire ça fait pas de mal pour rappeler aux valides qu'on existe.

Les points négatifs c'est que c'est seulement 9 patients en presque 4 ans,
que pour l'instant se sont des patients très bien choisi avec des handicap "light" qui ne sont pas du tout le reflet de la majorité des lésions médullaires,
que rien n'est écrit pour laisser pensé que la thérapie pourra s'étendre aux autres types de lésions...,
que la technique reste invasive avec implantation d'une prothèse sur le site de la lésion,
que la thérapie ne fonctionne que si la patient reste "branché" aux impulsions de stimulations, cela est -il compatible avec un quotidien "normal" ? douche ? activité physique ? sexuel ? .... ?
que rien n'est dis sur ce qu'il advient de la neuroprothese après quelques mois,  est elle tolérer par l'organisme ? faut il l'enlever ?  quid des récupérations acquises si celle ci ne fonctionne plus ?
que rien n'est écrit quand aux attentes réelles des para-tetra a savoir récupérer les fonctions génitaux-sphinctereiennes, les fonctions sudatives, la régulation de la température, la spasticité, la sensibilité pour parer aux escarres.... je m’arrête vous avez compris.

Et le point le plus négatif de tous c'est que nous sommes que 4 ou 5 pèlerins à venir en discuter alors que nous devrions être nombreux à venir au moins saluer le travail de Courtine et ses équipes....
Je rappel qu'il y a environ 100 000 bléssé médullaires en France
Il y a plus de chercheurs qui travail pour les para tetra que de para-tetra qui se montrent intéresser par une cure au handicap...

Si quelqu’un connaît les réponses aux questions qui me turlupinent n’hésitez pas à venir éclairer la discussion et le forum en général svp.

Bravo à toutes les équipes des Prof Courtine et Bloch confondus,
et surtout, merci à vous pour ce que vous faites pour nous !!

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #274 le: 13 novembre 2022 à 16:11:16 »
Le type de neurones impliqués dans cette récupération de la mobilité est activé avec la Neuro-stimulation épidurale que l'équipe du professeur Courtine utilise dans le cadre de son programme de recherche démarré il y a 11 ans.
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1241
    • Voir le profil
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #273 le: 13 novembre 2022 à 07:43:45 »
est ce que le mouvement crèè par ce neurone magique est volontaire,,?il se  situerait sur la partie lombaire de la moelle donc entre la 12eme vertebre thora&cique ,1ere et la 2eme vrtebres lombaires mais ou precisemment? pour le stimuler est ce que courtine emploie toujours la meme technique?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #272 le: 11 novembre 2022 à 16:12:27 »
Le terme « paralysie sensorimotrice complète » veut dire une paralysie complète sensitive et motrice. Effectivement, l'enjeu de cette thérapie est la récupération de la marche.

Cette même équipe a aussi étendu l'indication thérapeutique de la Neurostimulation épidurale en permettant de récupérer une motricité des membres supérieurs chez des tétraplégiques chroniques :icon_smile:
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne Hervé35

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 221
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #271 le: 11 novembre 2022 à 13:21:33 »
Dans cet article il est fait état de la restoration de la marche, mais je n'y vois rien qui parle clairement de restoration de la sensibilité;
Si quelqu'un arrive à tout lire (et traduire) cet article, peut-il/elle répondre à cette question?

Dans la partie que j'ai collée en dessous il y auraity quelques allusions à travers le terme "sensorimotrice" ????


EESREHAB remodels the human spinal cord (traduction auto)

Les six premiers participants présentaient une paralysie motrice sévère ou complète, mais tous avaient conservé un certain degré de sensation dans les jambes. Les trois autres participants présentaient une paralysie sensorimotrice complète. Les six premiers participants ont été implantés avec une sonde de pagaie réutilisée développée à l'origine pour traiter la douleur neuropathique1 et les trois derniers ont été implantés avec une sonde de pagaie nouvellement conçue et spécialement conçue qui visait à cibler l'ensemble des racines dorsales thoraciques, lombaires et sacrées impliquées dans la production de la marche18.

Les protocoles EES biomimétiques ont immédiatement permis aux neuf participants d'améliorer ou de retrouver la capacité de marcher tout en étant pris en charge dans l'interface robotique (données étendues fig. 1a). De plus, les participants, dont deux atteints de paralysie sensorimotrice complète, pouvaient exercer un contrôle volontaire sur l'amplitude de leurs pas lorsque l'EES était activé (données étendues Fig. 1b).

Après la phase initiale de configuration, les participants ont suivi une EESREHAB pendant cinq mois, qui consistait à se tenir debout, à marcher et à effectuer divers exercices avec EESON quatre à cinq fois par semaine. Les capacités de mise en charge se sont considérablement améliorées au fil du temps (Extended Data Fig. 1e), ce qui a permis aux participants de marcher à l'extérieur avec EESON et un dispositif d'assistance pour la stabilité (Vidéo supplémentaire 1). Les participants qui présentaient une fonction résiduelle avant EESREHAB ont montré une augmentation prononcée des scores moteurs des membres inférieurs qui a rétabli la marche même en l'absence d'EES chez quatre participants (Fig. 1d et Extended Data Fig. 1c–e). Ces résultats appuient les critères d'évaluation principaux et secondaires de l'essai clinique.

La récupération soutenue de la marche suggère que l'EESREHAB remodèle la moelle épinière. Nous avons émis l'hypothèse que ce remodelage devait se refléter dans l'activité des neurones pendant la marche. Pour faire face à cette possibilité, nous avons quantifié l'activité métabolique de la moelle épinière en réponse à la marche avant et après EESREHAB en utilisant la tomographie par émission de positrons (TEP) de l'absorption du 18F-fluorodésoxyglucose (FDG) (18FDG-PET). La marche provoquait une activité prononcée dans les segments lombaires (Fig. 1c). De manière inattendue, EESREHAB a entraîné une diminution de cette activité (Fig. 1c,d)

Cette réduction de l'activité neuronale dans la moelle épinière lombaire a soutenu l'hypothèse selon laquelle EESREHAB oriente la sélection dépendante de l'activité de sous-populations neuronales spécifiques qui deviennent essentielles pour marcher après une paralysie.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #270 le: 11 novembre 2022 à 11:11:16 »
L'article publié dans le journal scientifique NATURE (en anglais et trop long à traduire) par l'équipe de recherche dirigée par les Prs. Jocelyne Bloch et Grégoire Courtine cite ALARME dans les "Remerciements" :

Acknowledgements
This work was supported by Defitech Foundation, Rolex for Enterprise, Carigest Promex, Wings for Life, Riders4Riders, ALARME, Panacée Foundation, Pictet Group Charitable Foundation, Firmenich Foundation, the Bertarelli Foundation, International Foundation for Research in Paraplegia, ONWARD medical, the Swiss National Science Foundation, etc...

https://www.nature.com/articles/s41586-022-05385-7
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 390
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #269 le: 10 novembre 2022 à 14:53:24 »
Résultats positifs avec l'utilisation de leur stimulateur externe sur les tétraplégiques article très intéressant à traduire désolé

https://www-fox26houston-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.fox26houston.com/news/houston-spine-surgeon-with-quadriplegia-spreads-hope-after-moving-his-arms.amp


Citer
Le chirurgien de la colonne vertébrale de Houston atteint de tétraplégie répand l'espoir après avoir bougé les bras

Par Melissa Wilson Publié le 2 novembre

HOUSTON - Un éminent chirurgien de la colonne vertébrale à Houston partage une étape importante avec nous ! Il a subi une blessure dévastatrice lors d'un accident de vélo à Memorial Park en 2019. Son casque s'est fissuré, s'est cassé le dos et il ne devait plus jamais bouger ses bras ou ses jambes.

Cependant, il a travaillé aussi dur que possible pour changer son destin et maintenant il l'a fait ! Avec beaucoup de détermination et de concentration, il est maintenant capable de bouger ses bras.

Nous verrons comment cela s'est produit dans un instant. Mais d'abord, la mission du Dr Marco dans la vie. Il a rempli le rôle incroyablement important d'oncologue et de chirurgien de la colonne vertébrale à Houston pendant plusieurs décennies, devenant bien connu dans le monde entier pour avoir aidé à transformer les épines courbes des patients atteints de scoliose et être capable d'aider les patients atteints de tumeurs compliquées autour de la colonne vertébrale.

Lorsqu'il ne sauvait pas ou n'améliorait pas des vies, le père de trois garçons adultes était occupé à soutenir leurs intérêts d'enfance comme le baseball et le ski. Maintenant, il ferait n'importe quoi pour enrouler ses bras aimants autour de son quatrième enfant. Il est confiné à l'équilibrer sur ses genoux, puisqu'il est incapable de sentir ses bras et ses jambes.

"Quand j'ai été blessé, je pensais que si mon corps ne récupérait pas de lui-même, il n'y aurait aucun moyen pour que la science trouve un remède contre les lésions de la moelle épinière. Mais mon ami est venu vers moi et m'a dit, 'non, nous' Nous allons amasser des fonds et nous allons trouver un remède pour les lésions de la moelle épinière », déclare le Dr Marco.

C'est exactement ce qu'ils ont fait : collecter plus d'un million de dollars pour la Fondation Christopher et Dana Reeve ! Le défunt acteur, Christopher Reeve, a subi une blessure similaire et sert constamment d'inspiration au Dr Marco. Le Dr Marco est maintenant l'ambassadeur médical en chef de la fondation.

"Rex Marco est vraiment un cadeau pour la Fondation Reeve. Il vient à nous avec l'expérience crédible d'être un neurochirurgien et d'opérer des patients blessés à la moelle épinière. Maintenant, il vit avec une lésion de la moelle épinière et une paralysie, il peut donc nous parler de ce c'est comme vivre comme un tétraplégique de haut niveau et les défis auxquels ils sont confrontés, et donc il sensibilise. Il nous aide avec son point de vue, et il est juste une voix incroyable pour notre communauté », déclare Maggie Goldberg, présidente et chef de la direction de la Fondation Christopher et Dana Reeve.

L'attitude positive et les efforts du Dr Marco ont porté leurs fruits, alors voyons comment cette étape a été franchie. C'est arrivé il y a seulement quelques mois après avoir été témoin du succès de son ami Alan Brown. Alan peut bouger et utiliser ses mains pour la première fois en 34 ans, après avoir subi un essai clinique utilisant un nouveau stimulateur de la moelle épinière. Maggie explique ce que c'est et comment cela fonctionne.

"Nous nous sommes associés à une société appelée Onward qui est basée en Suisse et ils ont eu un essai clinique ici aux États-Unis et ils ont eu 65 participants. C'est ce qu'on appelle un stimulateur épidural transcutané, c'est donc un stimulateur qui est placé sur la peau, et il envoie des signaux à la moelle épinière », explique Maggie.

Rex dit que c'est incroyable de voir la différence chez Alan et qu'il n'a même pas eu besoin de se faire opérer !

"Il a pu saisir une cruche d'eau et boire avec et c'est incroyable", s'exclame le Dr Marco.

Cela a donné au Dr Marco tellement d'espoir, cela l'a inspiré au point qu'il a pu bouger ses propres mains pour la première fois en trois ans, mais pas avec l'aide du stimulateur. Il l'a fait par l'esprit sur la matière.

"J'ai essayé de faire ça et je pouvais sentir mes muscles qui font monter mon poignet. Je pouvais les sentir bouger", explique le Dr Marco.

Hors ligne gilles

  • Modérateurs
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4946
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #268 le: 10 novembre 2022 à 12:18:33 »
très bonne nouvelle, c'est du concret, ça fonctionne, espérons que nous les vieux pourrons profiter de tout ceci!! :icon_smile:
DÉSIREUX D’ADHÉRER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière 



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #267 le: 10 novembre 2022 à 10:37:50 »
Citer
On a identifié le neurone qui permet à neuf paraplégiques de remarcher

Par Sophie Bécherel
Publié le mercredi 9 novembre 2022

Neuf patients paralysés suite à une lésion de la moelle épinière, parviennent à remarcher grâce à un implant électrique connecté. L'équipe suisse à l'origine de ces travaux dévoile une nouvelle avancée majeure : elle a identifié le type de neurones impliqués dans cette récupération de la mobilité.

La stimulation électrique pour les patients à la moelle épinière lésée s'avère de plus en plus efficace. Au centre NeuroRestore que co-dirigent le professeur Grégoire Courtine et Jocelyn Bloch, neurochirurgienne au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), ce sont désormais neuf paraplégiques qui ont été implantés et sont suivis dans le cadre d'un programme de recherche démarré il y a 11 ans.

Paralysé des membres inférieurs, il peut marcher un kilomètre

Michel Roccati est le dernier d'entre eux. Paralysé des membres inférieurs après un accident de moto en 2017, il a été inclus dans le programme de recherche près de trois ans plus tard. Aujourd'hui, grâce à un entraînement intensif (plusieurs heures par jour), couplé à l'électrostimulation, il peut marcher un kilomètre. "Après être resté assis plusieurs heures, quand je me mets debout et que je marche une ou deux heures et c'est comme un cadeau" nous confie-t-il. "Il suffit de cinq minutes passées debout pour que je me sente mieux. Cela recharge littéralement mes batteries parce que la position assise dans un fauteuil roulant ou sur une chaise classique entraîne des douleurs au dos". Il peut également monter les escaliers seul même si l'équilibre reste fragile.

L'utilisation d'un déambulateur est donc nécessaire et la marche des patients implantés n'est pas fluide. De plus, ces paraplégiques doivent utiliser un boîtier qui dispense les impulsions électriques à l'implant posé sur leur moelle épinière. Mais comme le souligne Grégoire Courtine, "pour la première fois, on montre sur 9 patients et pas un ou deux comme auparavant que la stimulation et l'entraînement permet une réparation neurologique". Plus important encore, l'équipe a compris ce qui conduisait à cette réparation. Après avoir constaté que chez ces patients l'activité métabolique de la moelle épinière diminuait, ce sont des études sur la souris qui ont permis d'identifier une famille de neurones surprenants : ils ne sont pas particulièrement sollicités pour la marche des individus en bonne santé, mais se révèlent essentiels pour leur récupération en cas de lésion.

L'impulsion électrique couplée à l'optogénétique

Il a fallu pour cela développer un nouvel implant adapté aux petits rongeurs : un dispositif de 2 mm de large, souple et déformable et qui, en plus, conjugue deux fonctions, explique Stéphanie Lacour, professeure à l'EPFL en charge de ces développements. "Cette fois-ci, on a combiné l'impulsion électrique avec une autre technologie, l'optogénétique. Elle permet de modifier génétiquement certains neurones pour les rendre sensibles à certaines longueurs d'onde de la lumière". Ainsi, on peut activer les neurones que l'on souhaite et inhiber les autres. C'est cette méthode qui a permis d'identifier quels neurones étaient actifs dans la restauration de la marche des souris paralysées.

Ces neurones agissent comme une sorte d'interface entre le cerveau et la moelle épinière propagent l'information jusqu'aux neurones de la moelle qui produisent l'activité musculaire. Selon Grégoire Courtine, "ils étaient connus mais pas jugés essentiels dans la production de la motricité. Or, l'expérience sur les souris a montré qu'ils deviennent essentiels pour répondre au traitement. Ils sont recrutés par le processus de récupération."

Pour Jocelyn Bloch, il faut maintenant généraliser à plus de patients la pose de l'implant. Pour cela une étude clinique avec 60 patients au moins est prévue dans un an et demi. Si l'on prend en compte les autorisations réglementaires, les vérifications de fiabilité de l'implant, "il faudra malheureusement au moins cinq ans avant que ce ne soit disponible pour tout le monde", estime Grégoire Courtine qui ajoute que plus l'implant est posé vite après l'accident, plus la récupération est bonne.


Source : https://www.radiofrance.fr/franceinter/on-a-identifie-le-neurone-qui-permet-a-neuf-paraplegiques-de-remarcher-5916335
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 390
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #266 le: 05 octobre 2022 à 22:52:07 »
https://www.sudinfo.be/id497285/article/2022-09-14/lesions-de-la-moelle-epiniere-premiers-resultats-positifs-dune-etude-visant


Citer
Lésions de la moelle épinière: premiers résultats positifs d'une étude visant à rétablir les fonctions du bras et de la main

Onward Medical SA, société de technologie médicale créant des thérapies innovantes visant à restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, annonce aujourd'hui que l'étude de premier plan Up-LIFT évaluant la thérapie ARC-EX a atteint son critère d'efficacité primaire d'amélioration de la force et de la fonction des membres supérieurs.

Publié le 14/09/2022

La thérapie ARC-EX est une technologie exclusive de stimulation non invasive de la moelle épinière conçue pour rétablir le mouvement et d'autres fonctions chez les personnes souffrant de troubles du mouvement.

« Les résultats de l'étude Up-LIFT représentent un tournant dans le domaine de la science des lésions de la moelle épinière et de la paralysie », a déclaré Marco Baptista, Ph.D., directeur scientifique de la Christopher & Dana Reeve Foundation. « Un rétablissement fonctionnel, jugé impossible auparavant, peut désormais être à portée de main. La Reeve Foundation se réjouit de voir cette technologie progresser et, nous l'espérons, devenir disponible à grande échelle pour notre communauté. »

« Notre vision est d’autonomiser les personnes atteintes d'une lésion médullaire pour qu’elles profitent de la vie de toutes les manières qui leur tiennent à cœur. Les excellents résultats actuels de l’étude Up-LIFT nous aideront à transformer cette vision en réalité », a déclaré Dave Marver, CEO d’ONWARD. « Notre équipe travaille d'arrache-pied pour préparer les dossiers réglementaires et se préparer au lancement aux États-Unis et en Europe. Nous espérons pouvoir commencer à avoir un impact positif sur la vie des personnes blessées à la moelle épinière au cours du second semestre de 2023. »

« Le rétablissement des fonctions de la main et du bras après une lésion de la moelle épinière change la vie, car il permet aux personnes paralysées de se nourrir, de se prendre en charge et d'être plus indépendantes dans les activités quotidiennes », explique Chet Moritz, Ph.D., cochercheur principal de l'étude et professeur d'ingénierie électrique et informatique et de médecine de rééducation à l'université de Washington.

« Nous remercions les nombreux thérapeutes, cliniciens et personnes atteintes de LM qui ont participé à cette étude marquante. L'attrition a été très faible sur les milliers de visites cliniques, ce qui témoigne de l'enthousiasme collectif pour cette thérapie fascinante et de la détermination de chacun à trouver de nouvelles options de traitement pour les personnes atteintes d'une lésion médullaire », a ajouté Edelle Field-Fote, PT, Ph.D., FAPTA, FASIA, cochercheuse principale, directrice de la recherche sur les lésions médullaires au Shepherd Center d'Atlanta, GA, et professeur au département de médecine de rééducation de l'école de médecine de l'université Emory.

L’étude Up-LIFT est une étude prospective essentielle portant sur un seul bras conçue pour évaluer la sécurité et l’efficacité de la stimulation électrique de la moelle épinière non invasive (Thérapie ARC-EX) dans le traitement des déficits fonctionnels des extrémités supérieures chez les personnes souffrant de tétraplégie chronique (paralysie des quatre membres). L'étude portait sur 65 personnes dans 14 grands centres de lésion médullaire aux États-Unis, en Europe et au Canada. Le temps écoulé depuis la blessure était en moyenne de 5,9 ans (fourchette de 1 à 34 ans), l'âge moyen des sujets étant de 46,5 ans. Les résultats détaillés seront disponibles après examen par la FDA. L'entreprise prévoit de soumettre une demande d'approbation réglementaire aux États-Unis et en Europe dans les six prochains mois.

Les participants ont participé en moyenne à 50 séances d'entraînement sur une période d'environ 4 mois. Une série d'évaluations complètes a été réalisée au début du programme, et tous les mois par la suite, afin de détecter les changements dans les fonctions sensorielles et motrices des extrémités supérieures qui se traduisent directement par une amélioration des performances fonctionnelles dans les activités de la vie quotidienne. Des mesures rigoureuses telles que le CUE-T, la GRASSP, les ISNCSCI iii et la force de pincement et de préhension ont été utilisées pour détecter les changements cliniquement significatifs résultant de la combinaison de la thérapie ONWARD ARC-EX avec une rééducation standard. Un comité indépendant de surveillance de la sécurité des données a statué sur le bon déroulement de l'étude.

Concernant les lésions de la moelle épinière

Les lésions de la moelle épinière (LM) représentent un besoin médical majeur non satisfait pour lequel il n'existe aucun remède. Environ 7 millions de personnes dans le monde souffrent d'une lésion médullaire, dont plus de 650 000 rien qu'aux États-Unis et en Europe. La qualité de vie des personnes atteintes d'une LM peut être médiocre, avec une paralysie et une perte de sensibilité, des problèmes de contrôle de la pression artérielle et de stabilité du tronc, un risque accru d'infection, de l’incontinence et une perte de la fonction sexuelle. Une assistance est nécessaire pour les activités de la vie quotidienne. Par ailleurs, les lésions médullaires sont coûteuses, le coût moyen à vie d'une paraplégie (paralysie des jambes) étant de 2,5 millions de dollars et de 5 millions de dollars pour une tétraplégie (paralysie des quatre membres). Des traitements sont nécessaires de toute urgence pour rétablir le mouvement et améliorer la qualité de vie.

Hors ligne Gyzmo34

  • Webmaster d'ALARME
  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3513
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #265 le: 23 septembre 2022 à 10:41:37 »
Hello,

Afin que chaque visiteurs puissent naviguer au mieux dans les rubriques, merci de poster en rapport au sujet : Pr COURTINE EPFL Sinon, vous pouvez toujours créer une nouvelle discussion  :sm6:

Bien à vous,

 :sm9:
POUR ADHÉRER A ALARME ? Il suffit de cliquer sur la bannière :azn:


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 390
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #264 le: 16 septembre 2022 à 23:43:59 »
https://www.sudinfo.be/id497285/article/2022-09-14/lesions-de-la-moelle-epiniere-premiers-resultats-positifs-dune-etude-visant

Citer
Lésions de la moelle épinière: premiers résultats positifs d'une étude visant à rétablir les fonctions du bras et de la main

 mercredi 14 Septembre 2022

Onward Medical SA, société de technologie médicale créant des thérapies innovantes visant à restaurer le mouvement, l'indépendance et la santé des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, annonce aujourd'hui que l'étude de premier plan Up-LIFT évaluant la thérapie ARC-EX a atteint son critère d'efficacité primaire d'amélioration de la force et de la fonction des membres supérieurs.

La thérapie ARC-EX est une technologie exclusive de stimulation non invasive de la moelle épinière conçue pour rétablir le mouvement et d'autres fonctions chez les personnes souffrant de troubles du mouvement.

« Les résultats de l'étude Up-LIFT représentent un tournant dans le domaine de la science des lésions de la moelle épinière et de la paralysie », a déclaré Marco Baptista, Ph.D., directeur scientifique de la Christopher & Dana Reeve Foundation. « Un rétablissement fonctionnel, jugé impossible auparavant, peut désormais être à portée de main. La Reeve Foundation se réjouit de voir cette technologie progresser et, nous l'espérons, devenir disponible à grande échelle pour notre communauté. »

« Notre vision est d’autonomiser les personnes atteintes d'une lésion médullaire pour qu’elles profitent de la vie de toutes les manières qui leur tiennent à cœur. Les excellents résultats actuels de l’étude Up-LIFT nous aideront à transformer cette vision en réalité », a déclaré Dave Marver, CEO d’ONWARD. « Notre équipe travaille d'arrache-pied pour préparer les dossiers réglementaires et se préparer au lancement aux États-Unis et en Europe. Nous espérons pouvoir commencer à avoir un impact positif sur la vie des personnes blessées à la moelle épinière au cours du second semestre de 2023. »

« Le rétablissement des fonctions de la main et du bras après une lésion de la moelle épinière change la vie, car il permet aux personnes paralysées de se nourrir, de se prendre en charge et d'être plus indépendantes dans les activités quotidiennes », explique Chet Moritz, Ph.D., cochercheur principal de l'étude et professeur d'ingénierie électrique et informatique et de médecine de rééducation à l'université de Washington.

« Nous remercions les nombreux thérapeutes, cliniciens et personnes atteintes de LM qui ont participé à cette étude marquante. L'attrition a été très faible sur les milliers de visites cliniques, ce qui témoigne de l'enthousiasme collectif pour cette thérapie fascinante et de la détermination de chacun à trouver de nouvelles options de traitement pour les personnes atteintes d'une lésion médullaire », a ajouté Edelle Field-Fote, PT, Ph.D., FAPTA, FASIA, cochercheuse principale, directrice de la recherche sur les lésions médullaires au Shepherd Center d'Atlanta, GA, et professeur au département de médecine de rééducation de l'école de médecine de l'université Emory.

L’étude Up-LIFT est une étude prospective essentielle portant sur un seul bras conçue pour évaluer la sécurité et l’efficacité de la stimulation électrique de la moelle épinière non invasive (Thérapie ARC-EX) dans le traitement des déficits fonctionnels des extrémités supérieures chez les personnes souffrant de tétraplégie chronique (paralysie des quatre membres). L'étude portait sur 65 personnes dans 14 grands centres de lésion médullaire aux États-Unis, en Europe et au Canada. Le temps écoulé depuis la blessure était en moyenne de 5,9 ans (fourchette de 1 à 34 ans), l'âge moyen des sujets étant de 46,5 ans. Les résultats détaillés seront disponibles après examen par la FDA. L'entreprise prévoit de soumettre une demande d'approbation réglementaire aux États-Unis et en Europe dans les six prochains mois.

Les participants ont participé en moyenne à 50 séances d'entraînement sur une période d'environ 4 mois. Une série d'évaluations complètes a été réalisée au début du programme, et tous les mois par la suite, afin de détecter les changements dans les fonctions sensorielles et motrices des extrémités supérieures qui se traduisent directement par une amélioration des performances fonctionnelles dans les activités de la vie quotidienne. Des mesures rigoureuses telles que le CUE-T, la GRASSP, les ISNCSCI iii et la force de pincement et de préhension ont été utilisées pour détecter les changements cliniquement significatifs résultant de la combinaison de la thérapie ONWARD ARC-EX avec une rééducation standard. Un comité indépendant de surveillance de la sécurité des données a statué sur le bon déroulement de l'étude.


En ligne RosenKreutz

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 689
  • Sexe: Homme
  • J'ai envie d'être paraplégique
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C2
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #263 le: 04 juillet 2022 à 16:54:19 »
 :lol:
Se victimiser c'est s'inférioriser soi-même.

Hors ligne flo-reve

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 488
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c4/c5
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #262 le: 04 juillet 2022 à 16:35:49 »
la dure-mère

et non pas… La mère tap-dur…! (ok je me casse à la plage)  :icon_cool:

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1241
    • Voir le profil
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #261 le: 04 juillet 2022 à 11:01:28 »
 ce qui est presente sur la video est completement different des stiMULATEURS avec electrodes

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #260 le: 04 juillet 2022 à 10:51:20 »
La Neuro-stimulation épidurale consiste à placer les électrodes sur la dure-mère qui protège la moelle épinière, donc dans le canal rachidien.
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1241
    • Voir le profil
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #259 le: 03 juillet 2022 à 17:48:52 »
d'apres la video ,ces Implants se mettent autour  d'une vertebre ou d'un disque intervertEbral donc sans contact  direct avec la moelle epiniere ,ca n'a rien a voir avec les classiques stimulteurs electriques ,
,,comment est ce possible?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #258 le: 01 juillet 2022 à 12:56:06 »
une video serait necessaire pour etayer tout cela,,


https://youtu.be/BIzqt_-aFMk
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1241
    • Voir le profil
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #257 le: 30 juin 2022 à 18:23:17 »
une video serait necessaire pour etayer tout cela,,

Hors ligne Ghislaine34

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 72
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #256 le: 30 juin 2022 à 17:41:06 »
Bonjour,
Quelqu’un a des infos concernant ce protocole ?
Moi j’ai entendu d’un essai pour stabiliser l’es hypotension.

Merci à vous

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 4012
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Neurostimulation implantée - Pr. Grégoire Courtine (EPFL - Suisse)
« Réponse #255 le: 29 juin 2022 à 16:44:34 »
Ces implants permettent à des personnes paralysées à se déplacer


LE 25 JUIN 2022

C’est une avancée remarquable qu’a réalisée l’équipe de recherche de Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch du Swiss Federal Institute de Lausanne, en permettant à trois grands accidentés de la route de pouvoir de nouveau marcher soutenus par un déambulateur, mais pas seulement…

Des implants rachidiens nouvelle génération pour faire marcher les paralysés

Cette équipe a développé des implants26 rachidiens nouvelle génération permettant de stimuler le circuit neuronal de la moelle épinière endommagée. Ces nouveaux implants sont contrairement à leur prédécesseur plus grand. Ils permettent, en plus de perturber les signaux de douleur pour éviter les crises chroniques, de stimuler les racines dorsales dont dépendent les mouvements du torse et des jambes.

À l’aide d’un logiciel, les chercheurs ont pu contrôler les différents schéma de mouvements avec différents types d’impulsions électriques régulières. Les patients ont pu ainsi se lever, marcher, mais aussi faire du vélo ou encore nager. Les commandes étant fastidieuses, la recherche devrait s’orienter sur un moyen de rendre ces déplacements autonomes. Notamment par une gestion via des appareils connectés.


Source : https://www.science-et-vie.com/technos-et-futur/implants-faire-marcher-paralyses-89076.html
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

Topic bac à sable par RosenKreutz
[04 décembre 2022 à 13:22:43]


Le défouloir par RosenKreutz
[02 décembre 2022 à 17:50:49]


Le défouloir par farid
[02 décembre 2022 à 17:30:17]


Le défouloir par farid
[02 décembre 2022 à 17:26:37]


Le défouloir par RosenKreutz
[02 décembre 2022 à 17:25:26]


Le défouloir par flo-reve
[02 décembre 2022 à 16:44:54]


Le défouloir par farid
[02 décembre 2022 à 16:18:50]


Besoin d’informations pour mon amour de fils par RosenKreutz
[01 décembre 2022 à 12:26:11]


Besoin d’informations pour mon amour de fils par Thimax1427
[30 novembre 2022 à 21:19:51]


Topic bac à sable par RosenKreutz
[29 novembre 2022 à 16:10:27]

SMF spam blocked by CleanTalk