Auteur Sujet: Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses  (Lu 26594 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3961
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #9 le: 06 juillet 2011 à 15:19:25 »
Mise à jour : Le début de cet essai clinique devrait être repoussé en octobre ou novembre, pour des raisons administratives.
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 355
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #8 le: 15 mai 2011 à 11:56:54 »
merci Thierry

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3961
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #7 le: 12 mai 2011 à 11:51:05 »

Oui, Patrick.


La moelle osseuse contient des cellules souches mésenchymateuses (également appelée cellules stromales de la moelle osseuse). Ces cellules souches sont multipotentes, c-à-dire qu'elles peuvent se différencier en une variété de types de cellules (osseuses, articulaires et adipeuses, mais aussi, comme le montrent des études récentes, en cellules endothéliales, cardiaques, hépatiques, rénales et pulmonaires). Les cellules souches mésenchymateuses (stromales) de la moelle osseuse peuvent également se différencier en cellules neuronales.

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 355
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #6 le: 09 mai 2011 à 13:54:24 »
me je croyez que les cellules stromales étais des cellules mesenchymal?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3961
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #5 le: 09 mai 2011 à 11:51:29 »
Patrick,


Les cellules stromales constituent un tissu de soutien qui permet la multiplication des cellules souches hématopoïétiques (cellules sanguines) et leur différenciation. Elles sont aussi capables de se différencier en de nombreux types cellulaires !
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne fti

  • Je n'accepterai jamais
  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 355
  • Sexe: Homme
  • Envers et contre tous
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #4 le: 08 mai 2011 à 16:52:44 »
Maël,


Là, ce sont des cellules souches stromales de la M.O, tandis que C4H (XCell Center) utilise des cellules souches hématopoïétique de la M.O... De plus, cette équipe a procédé à une étude pré-clinique solide...


De toute façon, nous verrons les résultats sur l'être humain quand ils publieront les résultats de leur essai clinique !  :rolleyes:

ces quoi les cellules stromales?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3961
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #3 le: 27 mars 2011 à 16:44:43 »
Maël,


Là, ce sont des cellules souches stromales de la M.O, tandis que C4H (XCell Center) utilise des cellules souches hématopoïétique de la M.O... De plus, cette équipe a procédé à une étude pré-clinique solide...


De toute façon, nous verrons les résultats sur l'être humain quand ils publieront les résultats de leur essai clinique !  :rolleyes:   
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne maël

  • Habitué
  • **
  • Messages: 18
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c5c6
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #2 le: 27 mars 2011 à 11:54:14 »
Cela ne te rappelle pas un peu C4Health Thierry ?

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3961
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Pr. Vaquero (Madrid - Espagne) : cellules souches mésenchymateuses
« Réponse #1 le: 16 mars 2011 à 13:41:06 »
L'année 2011 sera vraiment celle du lancement de plusieurs essais cliniques !!!  :smiley: :smiley: :smiley:


Les recherches du Pr. Vaquero ont été réalisées chez les rats et les cochons avec des résultats fonctionnels remarquables. Cela fait probablement partie de l’une des recherches mondiales les plus prometteuses qui va passer en essai clinique pour les lésions chroniques !!!  :smiley:




Citer

Le neurochirurgien Jésus Vaquero de l’Hospital Puerta de Hierro va commencer cette année un essai clinique sur douze lésions médullaires avec des cellules souches extraites de leur moelle osseuse


14/03/2011


Après plus de dix années de recherche dans des modèles animaux, le professeur et neurochirurgien Jésus Vaquero va tester la capacité de régénération des cellules souches de la moelle osseuse chez des personnes paraplégiques. Le projet a débuté par le soutien financier de l’Apinme (Asociación Pro Investigación para la reparación medular) et du ministère de la Santé afin de permettre la construction d'un nouveau laboratoire. Les cellules souches stromales, un type de cellules dans l'os, seront isolées et traitées pour être utilisées dans les traitements.


- Les résultats encourageants de l'expérimentation animale ont permis de passer l’être humain. Qu'est-ce qui a été réalisé chez les animaux traités ?


"Nous avons d'abord vérifié si la greffe fonctionnait chez les rats, des petits animaux que nous pouvions manipuler avec aisance. Nous avons vu qu’après le traitement, les rats blessés médullaires, avaient retrouvé leur mobilité et de la sensation entre les troisième et quatrième mois. À l’intérieur du corps, les cellules souches se transforment en cellules nerveuses et la transplantation favorise la réparation naturelle. Le rat a une espérance de vie moyenne de deux ans, et nous craignions que ces 3-4 mois requis pour la récupération ne deviennent des années d'attente chez une personne. Nous avons donc commencé à expérimenter chez les porcs, de gros mammifères.


- Les résultats étaient similaires ?


"Oui, nous avons reproduit les résultats obtenus chez le rat. Deux mois après la transplantation, ces animaux qui avaient leur moelle épinière lésée ont commencé à regagner leurs fonctions. Ils ont gagné en sensibilité, ont retrouvé le contrôle intestinal et ont commencé à augmenter et à améliorer leur mobilité de façon très importante.


- Ils ont remarché ?


"Ils pouvaient remarcher avec des attelles dans les jambes parce qu'ils n'avaient pas une certaine coordination dans le mouvement. Dans l'eau, les animaux se déplaçaient facilement avec leurs quatre membres. Nous ne savons pas comment cela va fonctionner chez les humains, mais ce serait bien si une personne qui se déplace en fauteuil roulant pouvait remarcher avec un peu d'aide (des attelles ou des cannes). En outre, nous espérons que des meilleurs résultats seront obtenus avec la rééducation. Les kinésithérapeutes travaillaient avec les animaux traités, mais les animaux n'avaient pas la motivation que peut avoir une personne avec une lésion de la moelle épinière.


- Qui seront choisis pour participer à l'essai clinique ?


"Le processus de sélection de départ. Nous recrutons douze personnes avec des paraplégies dorsales et complètes. Nous n’osons pas commencer avec des patients qui ont encore le mouvement dans les mains, parce que nous ne voulons pas perdre cette capacité si quelque chose se passe mal. Une autre exigence est que la lésion soit chronique, vous devez attendre entre 6 mois et 3 ans après l'accident. La limite d'âge pour la participation est de 60 ans et nous commencerons avec des victimes d'accidents. Ne sont pas inclus dans cette première phase des personnes avec des paralysies congénitales ou des séquelles d'infections virales. Avant de recruter des volontaires pour l’essai, ils devront également passer un entretien psychologique pour être sûr qu’ils supporteront un échec possible.


- Comment sera la greffe?


"Nous allons utiliser des cellules souches extraites de la hanche du patient. Nous sélectionnerons les cellules stromales et les multiplierons en laboratoire. Il y aura une première greffe directement sur le site de la lésion. Nous ferons cette intervention dans le cadre d’une chirurgie. En dehors de la salle d'opération, après, nous leur injecterons davantage de cellules dans le liquide céphalo-rachidien, le liquide dans lequel baigne la moelle épinière. Le traitement sera complété par de la rééducation et une surveillance stricte pendant un an.


- Les Etats-Unis ont commencé un essai en utilisant des cellules embryonnaires. Est-il judicieux de recourir à ces cellules ?


"Nous avons commencé à travailler avec des cellules embryonnaires, mais nous avons abandonné par l'éthique et le risque de tumeurs qu’elles présentaient. Il faut attendre leurs résultats.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




El neurocirujano Jesús Vaquero del Hospital Puerta de Hierro empezará a tratar este año a doce lesionados medulares con células madre extraídas de su médula ósea


14/03/2011


Tras más de diez años de investigación en modelos animales, el catedrático y neurocirujano Jesús Vaquero probará la capacidad regenerativa de las células madre de la médula ósea en parapléjicos. Se trata de una investigación pionera que ha despertado las esperanzas de las personas que viven con una lesión medular. El proyecto arranca gracias a la inyección económica de Apinme (Asociación Pro Investigación para la reparación medular) y del Ministerio de Sanidad que permitirán la construcción de una nueva sala blanca de laboratorio. En ella se aislarán y manipularán las células madres estromales, un tipo celular muy especial de la médula que se utilizarán en los tratamientos.


—Los resultados en experimentación animal animan a dar el paso en pacientes. ¿Qué se ha conseguido en los animales tratados?


—Primero probamos si el trasplante funcionaba en ratas, animales pequeños que nos permitían manipularlos con facilidad. Vimos que tras el tratamiento, las ratas a las que habíamos lesionado la médula, recuperaban su movimiento y sensibilidad entre el tercer y cuarto mes. En el interior de su organismo las células madre se transformaban en células nerviosas y el trasplante favorecía al mismo tiempo la reparación natural. La rata tiene una esperanza media de vida de dos años por lo que nos preocupaba que esos 3-4 meses necesarios para su recuperación se convirtieran en años de espera en una persona. Así que empezamos a experimentar en cerdos, un mamífero de tamaño mayor.


—¿Los resultados fueron similares?


—Sí, reprodujimos los resultados obtenidos en ratas. A los dos meses del trasplante, esos animales a los que se les había seccionado la médula empezaban a recuperar las funciones perdidas. Ganaban en sensibilidad, recuperaban el control de los esfínteres y empezaban a levantarse y mejorar su movilidad de forma muy notable.


—¿Volvían a caminar?


—No salían corriendo, aunque podían caminar con unas férulas (prótesis) en sus patas porque les faltaba cierta coordinación en el movimiento. En el agua, los animales movían sin dificultad las cuatro extremidades. No sabemos cómo va a funcionar en humanos, pero sería fantástico que una persona que se desplaza en silla de ruedas pudiera caminar con una pequeña ayuda. Además, tenemos la esperanza de que se logren resultados mejores con una buena rehabilitación. Los fisioterapeutas trabajaban con los animales tratados, pero ellos no tienen la motivación que puede tener una persona con una lesión medular.


—¿A quién se elegirá para participar en el ensayo?


—El proceso de selección está empezando. Queremos reclutar a doce personas con lesiones totales en la región dorsal y paraplejia completa. No nos arriesgaremos con personas que aún conservan movimiento en las manos porque no queremos que pierdan esa capacidad si surge alguna complicación. Otro requisito es que la lesión sea crónica, deberá transcurrir entre 6 meses y 3 años después del accidente. El límite de edad para participar son los 60 años y empezaremos con víctimas de accidentes. No se incluirá en esta primera fase a personas con enfermedades congénitas ni por secuelas de infecciones víricas. Antes de enrolar a los voluntarios al ensayo también deberán pasar por un estudio psicológico para estar seguros de que soportarán un posible fracaso.


—¿Cómo se hará el trasplante?


—Utilizaremos células madre que se extraerán de la cadera de los pacientes. Seleccionaremos las células del estroma y las multiplicaremos en el laboratorio. Habrá un primer trasplante directamente a la zona de la lesión. Esta intervención debemos hacerla en el transcurso de una cirugía. Después fuera del quirófano inyectaremos más células en el líquido cefalorraquídeo, el líquido que baña la médula espinal. El tratamiento se completará con rehabilitación y un seguimiento estricto durante un año.


—En Estados Unidos hay un ensayo similar que utiliza células embrionarias ¿Tiene sentido recurrir a este tipo de células?


—Nosotros empezamos trabajando con células embrionarias pero las abandonamos por los problemas éticos y el riesgo de tumores que tenían. Habrá que esperar a sus resultados.




Source : http://www.abc.es/20110314/sociedad/abcm-animales-tratados-salian-corriendo-201103141629.html







Site de l'Hospital Universitario Puerta de Hierro (communauté de Madrid) : http://www.madrid.org/cs/Satellite?pagename=HospitalPuertaHierroMaja/Page/HPHM_home


POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

Salle de sport adaptée Lyon par Lavandula2
[Aujourd'hui à 13:46:43]


Le défouloir par Gyzmo34
[Aujourd'hui à 13:04:54]


Salle de sport adaptée Lyon par Gyzmo34
[Aujourd'hui à 12:24:44]


Le défouloir par gilles
[Aujourd'hui à 10:58:04]


Salle de sport adaptée Lyon par gilles
[Aujourd'hui à 10:56:26]


Salle de sport adaptée Lyon par Breizhfenua
[Aujourd'hui à 10:30:53]


Vaccin contre le Covid partagez vos sensations & effets indésirables. par Gyzmo34
[Aujourd'hui à 10:30:29]


Le défouloir par Gyzmo34
[Aujourd'hui à 08:58:27]


Salle de sport adaptée Lyon par Gyzmo34
[Aujourd'hui à 08:17:53]


Salle de sport adaptée Lyon par mureyt
[Hier à 18:06:43]

SMF spam blocked by CleanTalk