Auteur Sujet: Des adipocytes transplantés restaurent les fonctions après lésions médulaires  (Lu 2009 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3987
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Des adipocytes transplantés restaurent les fonctions après lésions médulaires
« Réponse #1 le: 15 décembre 2008 à 12:46:06 »
Citer
Des adipocytes transplantés restaurent les fonctions après lésions de la moelle épinière

ScienceDaily (11 décembre 2008) - Une nouvelle étude suggère que les adipocytes mâtures – cellules de la graisse - pourraient devenir une source pour la thérapie de remplacement cellulaire pour traiter le système nerveux central.


Selon le chercheur de l'étude Dr. Yuki Ohta de l’Institute of Medical Science, St. Mariana University School of Medicine, Kawasaki, Japon, les cellules souches/stromales dérivées du tissu adipeux ont déjà été montrés pour se différencier en cellules neuronales in vitro. Dans leur étude, pour la première fois des adipocytes se sont différenciées avec succès en cellules neuronales dans des essais in vivo. Les adipocytes se sont développés en culture en se devenant des cellules de-differentiated fat (DFAT).

« Ces cellules, appelées cellules DFAT, sont abondantes et peuvent être facilement obtenues à partir du tissu adipeux sans douleur et représente un tissu autologue (du patient lui-même) », a dit Ohta. « Les cellules DFAT, avec aucunes des caractéristiques des adipocytes, ont le potentiel de se différencier en lignées endothéliales, neuronales ou gliales. »

L'équipe de recherche a rapporté que les cellules DFAT ont exprimé des facteurs neurotrophiques, tels que le BDNF et GDNF, avant et après la transplantation, ce qui a probablement contribué à la promotion du rétablissement fonctionnel.
Selon Ohta et ses collègues, les essais chez les modèles animaux ont confirmé que les cellules injectées ont survécu sans l’aide de médicaments immunosuppresseurs et que les animaux greffés avec des cellules DFAT ont montré une fonction motrice sensiblement meilleure que les groupes contrôles.

« Nous avons conclu que les facteurs neurotrophiques dérivés des cellules DFAT ont contribué à la promotion du rétablissement fonctionnel après les lésions de moelle épinière », a dit Ohta. « La transplantation de cellules DFAT dans des rats blessés médullaires a favorisé de manière significative le rétablissement fonctionnel de leurs membres arrières. »

« Ces études démontrent que la capacité d'obtenir des cellules souches de la propre graisse d'un patient peut aider à la réparation des lésions de la moelle épinière », a dit Dr. Paul R. Sanberg, de l’University of South Florida Health, et co-éditeur de Cell Transplantation.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


Transplanted Fat Cells Restore Function After Spinal Cord Injury

ScienceDaily (Dec. 11, 2008) — A new study suggests that mature adipocytes - fat cells - could become a source for cell replacement therapy to treat central nervous system disorders.

According to the study's lead researcher, Dr. Yuki Ohta of the Institute of Medical Science, St. Mariana University School of Medicine, Kawasaki, Japan, adipose-derived stem/stromal cells have in the past been shown to differentiate into neuronal cells in an in vitro setting. In their study, for the first time fat cells have been shown to successfully differentiate into neuronal cells in in vivo tests. The fat cells are grown under culture conditions that result in them becoming de-differentiated fat (DFAT) cells.

"These cells, called DFAT cells, are plentiful and can be easily obtained from adipose tissue without discomfort and represent autologous (same patient) tissue," said Ohta. "DFAT cells, with none of the features of adipocytes, do have the potential to differentiate into endothelial, neuronal or glial lineages."

The research team reported that DFAT cells expressed neurotrophic factors, such as BDNF and GDNF, prior to and after transplantation and which likely contributed to the promotion of functional recovery.

According to Ohta and colleagues, tests in animal models confirmed that the injected cells survived without the aid of immunosuppression drugs and that the DFAT-grafted animals showed significantly better motor function than controls.

"We concluded that DFAT-derived neurotrophic factors contributed to promotion of functional recovery after spinal cord injury (SCI)," said Ohta. "Transplanting DFAT cells into SCI rats significantly promoted the recovery of their hind limb function."

"These studies demonstrate the ability to obtain stem cells from a patient's own fat that can help repair injury to the spinal cord," said Paul R. Sanberg, PhD, DSc, at the University of South Florida Health, and Coeditor-in-chief of Cell Transplantation.


Source : http://www.sciencedaily.com/releases/2008/12/081210122254.htm


POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk