Auteur Sujet: The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues  (Lu 32446 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #50 le: 02 juin 2015 à 11:45:22 »
Miami project ouvre le recrutement pour les lésions chroniques  :smiley:


 :arrow: https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02354625?term=miami+project+Spinal+cord+injury&rank=15
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne Kristof

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 450
  • Sexe: Homme
  • Le bout du tunnel j'espère.
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 c5 lourd ...
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #51 le: 02 juin 2015 à 13:01:42 »
Salut
Tétras c4c5 depuis 2 ans et demi j'y ai droit?
Puis c'est tout en anglais , j'entrave rien ...
Les cicatrices gliale  seront supprimé ?
Combien de temps d'immobilisation a Miami?
Pour vous c'est prometteur ?
Ça fait beaucoup de questions ...
Merci
Garçons espoir et démerdons nous comme on peut en attendant .

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #52 le: 05 juin 2015 à 11:33:22 »
Kristof, on verra les résultats quand ils seront publiés  :rolleyes:
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #53 le: 21 mars 2017 à 10:59:39 »
Citer
Le Miami project de l'Université de Miami a complété avec succès son essai clinique


Le Miami project pour guérir la paralysie à l'University of Miami Miller School of Medicine a réussi l'essai de sécurité de la greffe de cellules schwann dans la lésion de la moelle épinière subaiguë


MIAMI, Floride, le 6 mars 2017 - Le Miami Project to Cure Paralysis, à l'University of Miami Miller School of Medicine a annoncé aujourd'hui la publication de son premier essai pour réparer la moelle épinière endommagée, dans le numéro de février du Journal of Neurotrauma. Les cellules, connues sous le nom de cellules de Schwann, sont essentielles pour la réparation des lésions nerveuses, et peuvent augmenter la récupération après une lésion de la moelle épinière. L'essai clinique, réalisé à l'Université de Miami / Jackson Memorial Hospital à Miami, est le premier d'une série conçue pour évaluer la sécurité et la faisabilité de la transplantation autologue cellules humaines de Schwann pour traiter les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.


L'essai a recruté des sujets ayant le moins de chance de récupération naturelle afin d'établir d'abord la sécurité de la procédure de transplantation cellulaire. En particulier, elle visait les personnes atteintes d'une nouvelle LM, moins de 30 jours après la blessure, ayant subi une lésion traumatique entre les niveaux thoraciques T3-T11 et qui étaient neurologiquement complets. Il s'agissait d'un essai de traitement par augmentation de doses testant 3 doses différentes : 5 millions, 10 millions et 15 millions de cellules de Schwann. Il y avait un total de 39 personnes sélectionnées pour l'admissibilité, 9 ont été inscrits, et 6 participants ont été transplantés. Les deux premiers participants ont reçu la dose de 5 millions de cellules, les deux autres ont reçu la dose de 10 millions de cellules et les deux derniers ont reçu la dose de 15 millions de cellules. Parce que les cellules de Schwann, qui résident dans les nerfs périphériques, sont obtenues à partir d'une biopsie de nerf de chaque participant, il n'y a pas de rejet immunitaire et les médicaments immunosuppresseurs ne sont pas nécessaires. La démonstration de la faisabilité d'un programme impliquant une thérapie cellulaire autologue est essentielle, compte tenu du risque réduit associé aux produits cellulaires autologues ou allogéniques "prêts à l'emploi". Une fois les cellules prélevées sur le patient, elles doivent être manipulées conformément aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) actuelles. Parce que les cellules sont injectées dans la moelle épinière, ce processus est nécessaire pour s'assurer que les cellules sont préparées de façon cohérente et sans contaminants. Chaque participant a été suivi pendant un an après avoir reçu la chirurgie de transplantation, et leur statut neurologique, état médical, symptômes de douleur et spasticité musculaire ont été évalués. Tous les participants continueront d'être surveillés pendant un total de cinq ans après la transplantation.


Les sujets inscrits venaient du sud de la Floride, des Caraïbes et de l'Amérique latine, reflétant l'importance de Miami comme plaque tournante des progrès médicaux dans ces régions. Les sujets inscrits n'avaient pas de complications sévères à la suite de la thérapie ou de la chirurgie et un sujet a récupéré une fonction neurologique suffisante pour être classé comme incomplet, alors qu'à l'entrée de l'essai clinique, il avait une blessure complète. L'essai clinique a utilisé des méthodes avancées de culture cellulaire, une chirurgie expérimentale et un fort complément de techniques d'évaluation pour étudier l'impact de la transplantation cellulaire. Il est important de noter que l'essai a déterminé avec succès la sécurité et la faisabilité d'effectuer une récolte nerveuse périphérique dans les 5 à 30 jours suivant la lésion, suivie d'une transplantation intra-spinale de cellules autologues dans les 4 à 7 semaines de la blessure.


Ce premier essai, utilisant des cellules issues des nerfs du sujet, est une validation importante de décennies de travaux antérieurs et d'études sur les animaux. C'est une étape clé pour le programme intégré du Projet Miami qui étudie les lésions de la moelle épinière à partir de multiples perspectives. Ayant maintenant établi la sécurité de la transplantation de cellules de Schwann dans ce groupe initial de sujets, il sera possible de combiner d'autres thérapies existantes pour amplifier la récupération neurologique.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




University of Miami's Miami project successfully completes SCI clinical trial


The Miami Project to Cure Paralysis at the University of Miami Miller School of Medicine successfully completes safety trial of schwann cell transplantation in subacute spinal cord injury


MIAMI, Florida, March 6, 2017 - The Miami Project to Cure Paralysis, at the University of Miami Miller School of Medicine, today announced the publication of its first Food and Drug Administration (FDA) approved Phase I clinical trial involving human nerve cells used to repair the damaged spinal cord, in the February issue of the Journal of Neurotrauma. The cells, known as Schwann cells, are essential for the repair of nerve damage, and long thought to be able to increase recovery after spinal cord injury. The trial, performed at University of Miami / Jackson Memorial Hospital in Miami, is the first in a series designed to evaluate the safety and feasibility of transplanting autologous human Schwann cells to treat individuals with spinal cord injuries.


The trial enrolled subjects with the least chance of natural recovery in order to firstly establish the safety of the cell transplant procedure; specifically, it targeted people with new SCI, less than 30 days after injury, having sustained a trauma-induced lesion between thoracic levels T3-T11 and who were neurologically complete. This was a dose escalation treatment trial testing 3 different doses: 5 million, 10 million, and 15 million Schwann cells. There were a total of 39 people screened for eligibility, 9 were enrolled, and 6 participants were transplanted. The first two participants received the 5 million cell dose, the second two received the 10 million cell dose, and the final two received the 15 million cell dose. Because the Schwann cells, which reside in peripheral nerves, are obtained from a nerve biopsy from each participant, there is reduced concern of immune rejection and immunosuppressant medication is not required. Demonstrating the feasibility of a program involving an autologous cell therapy is critical, given the reduced risk associated with autologous versus allogeneic "off-the-shelf" cell products. Once the cells are removed from the participant, they have to be handled in accordance with current Good Manufacturing Practices (GMP). Because the cells are eventually injected into the spinal cord, this process is required to ensure that the cells are prepared consistently and without contaminants. Each participant was followed intensively for one year after receiving the transplantation surgery, and their neurologic status, medical status, pain symptoms, and muscle spasticity were evaluated. All participants will continue to be monitored for a total of five years after the transplantation.


Subjects enrolled came from both South Florida, the Caribbean, and Latin America reflecting the importance of Miami as a hub for medical advances in these regions. The enrolled subjects did not experience any severe complications as a result of the therapy or the surgery and one subject recovered sufficient neurological function to be classified as incomplete, whereas upon trial entry, he had complete injury. The clinical trial used advanced cell culture methods, expert surgery, and a strong complement of evaluation techniques to study the impact of the cell transplantation. Importantly, the trial successfully determined safety and feasibility for performing a peripheral nerve harvest within 5-30 days of injury followed by an intra-spinal transplantation of autologous cells within 4-7 weeks of injury, even in individuals having sustained severe spinal injury.


This first trial, using cells grown from the subject's own nerves is an important validation of decades of prior work and animal studies. Scientific reviewers commented that "This is a very carefully executed study and the authors are leading the field as the first non-commercial, i.e. purely academic group, in North America to develop a cell preparation for SCI transplantation and to execute on a cell transplantation trial in humans". It is a key milestone for The Miami Project's integrated program that studies spinal cord injury from multiple perspectives. Having now established the safety of Schwann cell transplantation in this initial group of subjects, it will be possible to combine other exciting therapies to amplify neurological recovery.




Source : https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-03/uomm-uom030817.php

POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3906
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #54 le: 20 novembre 2017 à 10:49:06 »
Citer
Reconstruire les moelles épinières avec la trousse à outils d'un ingénieur


16 novembre 2017


"Le problème des lésions de la moelle épinière est que les cellules nerveuses ne se régénèrent pas", explique Treena Arinzeh, directrice du laboratoire d'ingénierie tissulaire et de biomatériaux au NJIT, qui propose une solution: un échafaudage en polymère énergétique qui va stimuler les cellules nerveuses pour étendre leurs axones au-delà de la section lésée de la colonne vertébrale.


Ce mois-ci, Arinzeh et son équipe de laboratoire, Dr. Yee-Shuan Lee, et George Collins, un professeur auxiliaire, a remporté le prix Edison Patent Award du New Jersey Research and Development Council pour leur invention. Leur stratégie de réparation combine un échafaudage piézoélectrique avec des cellules neurales pour régénérer le tissu nerveux dans les lésions de la moelle épinière. Le matériau piézoélectrique, qui produit une charge électrique en réponse à une force mécanique, est également utilisé dans les technologies sonar. L'avantage de ce matériau «intelligent» est qu'il génère sa propre charge et ne nécessite pas de source d'alimentation externe.


"Les axones - les fibres qui transmettent les messages nerveux - peuvent potentiellement s'étendre sur de longues distances si on leur donne les bons indices de repousse. Nous savions qu'une charge électrique pourrait diriger cette croissance", dit Arinzeh, ajoutant: "Certains tissus dans le corps sont naturellement piézoélectriques. Nous avons créé un matériau fibreux qui est similaire, mais avec une charge plus élevée pour stimuler la croissance. "


Ses échafaudages ont attiré l'attention du Département de la Défense (DoD), qui cherche des remèdes pour les lésions traumatiques au combat. "Il n'y a pas de traitement efficace pour les blessures sévères de la moelle épinière, et les soldats peuvent rester complètement paralysés pour le reste de leur vie", note-t-elle.


Avec le financement de l'agence, la technologie est mise à l'épreuve dans des études précliniques au Miami Project to Cure Paralysis, un centre d'excellence de l'école de médecine de l'Université de Miami, où Arinzeh travaille avec Mary Bunge, neuroscientifique. Ils testent l'efficacité de l'injection de cellules de Schwann du système nerveux périphérique, qui produisent la gaine de myéline autour des axones nerveux, en combinaison avec l'échafaudage piézoélectrique, pour la réparation de la moelle épinière. Le travail des cellules de Schwann est de restaurer les cellules existantes en les stimulant pour étendre leurs axones.


Le Miami Project fait actuellement l'objet d'essais cliniques de phase I avec des humains, utilisant des cellules de Schwann pour la réparation de la moelle épinière. En combinant ces cellules avec des échafaudages piézoélectriques, "nous espérons améliorer la survie des cellules et leur efficacité lorsqu'elles sont implantées dans la moelle épinière", explique Arinzeh.


"Ce qui est bien avec les cellules de Schwann, c'est qu'elles sont facilement accessibles sans risques dans les membres, je les considère comme des« cellules facilitatrices » parce qu'elles fournissent les signaux qui poussent les axones à croître et à atteindre leurs cibles."


Dans les études pré-cliniques, Arinzeh a constaté que les échafaudages implantés avec des cellules de Schwann s'étendent sur un espace de cinq millimètres dans la moelle épinière. "Les cellules ont survécu et obtiennent une bonne croissance - en s'enroulant autour des axones en croissance lorsque les axones s'étendent le long de l'échafaudage."


(…) "Aucune technologie n'a été efficace jusqu'à maintenant, et nous allons donc plus loin en introduisant des biomatériaux avec une charge électrique. Nous savons dans le monde biomédical que l'électrostimulation peut provoquer la croissance des cellules nerveuses - nous l'avons vu avec de l'os et le tissu cartilagineux - nous nous sommes donc mis à identifier un polymère aux propriétés piézoélectriques que nous avons trouvé dans un matériau utilisé pour les sutures, qui est biocompatible et favorise la croissance nerveuse", explique-t-elle. "Nous cherchons un certain rétablissement de la fonction, si nous pouvons le démontrer, ce serait un bond significatif."


Arinzeh a emprunté de façon créative des techniques d'autres secteurs de l'ingénierie pour faire progresser la régénération des tissus, y compris pour la réparation des os et du cartilage. Les fibres de polymère qui composent le cadre de ses échafaudages, par exemple, sont formées par électrofilage, une technique développée par l'industrie textile.


Pour la communauté des scientifiques, des ingénieurs et des cliniciens déterminés à traiter la paralysie, les enjeux sont élevés. Le succès dépendra des contributions de tous leurs domaines.


"Avec l'os et le cartilage, nous nous appuyons sur l'échafaudage de polymère pour stimuler les cellules du corps à repousser. Mais les facteurs biologiques qui déterminent la formation du tissu neural dans la moelle épinière semblent plus complexes", note Arinzeh. "Pour induire le tissu nerveux à repousser à travers la lésion et à se reconnecter avec le reste de la moelle épinière, cela pourra nécessiter une combinaison d'échafaudages, de cellules et de facteurs de croissance."




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Rebuilding spinal cords with an engineer's toolkit


November 16, 2017


"The problem with spinal cord injuries is that nerve cells do not regenerate," explains Treena Arinzeh, director of NJIT's Tissue Engineering and Applied Biomaterials Lab, who has proposed a solution: a scaffold, made of an energetic polymer, that will coax nerve cells to extend their axons over the spine's damaged section.


Earlier this month, Arinzeh and her lab team, former graduate student, Yee-Shuan Lee, Ph.D. '10, and George Collins, an adjunct professor, won an Edison Patent Award from the New Jersey Research and Development Council for their invention. Their repair strategy combines a piezoelectric scaffold with neural cells to regenerate nerve tissue in spinal cord injuries. Piezoelectric material, which produces an electrical charge in response to a mechanical force, is also used in sonar and sound technologies. The advantage of this "smart" material is that it generates its own charge and does not require an external power source.


"Axons - the fibers that transmit messages - can potentially travel long distances if given the right cues to regrow. We knew that an electrical charge could direct this growth," Arinzeh says, adding, "Some tissues in the body are naturally piezoelectric. What we did was to create a fibrous material that is similar, but with a higher charge to stimulate growth."


Her scaffolds caught the attention of the Department of Defense (DoD), which seeks remedies for traumatic battle injuries. "There is no effective treatment for severe spinal cord injuries, and soldiers can remain completely paralyzed for the rest of their lives," she notes.


With funding from the agency, the technology is being put to the test in preclinical studies at the Miami Project to Cure Paralysis, a Center of Excellence at the University of Miami Miller School of Medicine, where Arinzeh is working with Mary Bunge, a neuroscientist, and her former student. They are testing the efficacy of injecting Schwann cells from the peripheral nervous system, which produce the myelin sheath around nerve axons, in combination with the piezoelectric scaffold, for spinal cord repair. The Schwann cells' job is to restore existing cells by stimulating them to extend their axons.


The Miami Project is currently in phase I clinical trials with humans as well, using Schwann cells for spinal cord repair. By combining those cells with piezoelectric scaffolds, "we hope to improve the cells' survival and their effectiveness when implanted into the spinal cord," Arinzeh says.


"The nice thing about Schwann cells is that they're readily accessible from low-risk sites like limbs. I think of them as 'facilitator cells' because they provide the signals that prompt axons to grow and reach their targets - other neurons," she adds.


In the pre-clinical studies, Arinzeh found that implanted scaffolds with Schwann cells would extend over a five-millimeter gap in the spinal cord. "The cells survived and were getting good growth - wrapping themselves around the growing axons as the axons extend along the scaffold."


The primary conventional remedy to spinal cord trauma is to reduce inflammation with drugs. There have also been regenerative medicine strategies which involve injecting cells with growth factors, or growth factors alone, into the spinal cord in the hopes of stimulating new growth, but they have not been successful. Arinzeh says that engineering approaches are gaining more acceptance.


"No technology has been effective so far, and so we're taking it a step further, introducing biomaterials with an electrical charge. We've known in the biomedical world that electrostimulation can cause nerve cell growth - we've seen this with bone and cartilage tissue - so we set about to identify a polymer with piezoelectric properties. We found it in a material used for sutures, which is biocompatible and promotes nerve growth," she explains. "We're looking for some recovery of function. If we can show that, it would be a significant leap."


Arinzeh has creatively borrowed techniques from other engineering sectors to advance tissue regeneration, including for bone and cartilage repair. The polymer fibers that compose the framework of her scaffolds, for example, are formed by electrospinning, a technique developed by the textile industry.


For the community of scientists, engineers and clinicians determined to treat paralysis, the stakes are high. Success will hinge upon contributions from all of their domains.


"With bone and cartilage, we're relying on the scaffold to stimulate the body's own cells to regrow tissue, but the biological factors driving the formation of neural tissue in the spinal cord appear to be more complex," Arinzeh notes. "To induce nervous tissue to not only regrow across the lesion, but to reconnect with the rest of the spinal cord, may require a combination of scaffolds, cells and growth factors."




Source : https://medicalxpress.com/news/2017-11-rebuilding-spinal-cords-toolkit.html
POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1011
    • Voir le profil
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #55 le: 20 novembre 2017 à 16:41:23 »
depuis 2004,annee de mon 'inscription a alarme,combien de bonnes nouvelles sur la recherche au sujet des lesions medullaires,des dizaines et des dizaines qui me donnaient un espoir fou,chaque annee  ,je me disais ,l'annee prochaine sera la bonne,,et on est en 2017,,c'est incroyable comme le temps passe vite,,un essai clinique dure 8 ans en moyenne,dans cette logique ,depuis le temps ,on aurait annonce les resultats finaux de certains d'entre eux,qu'en est-il?

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 1011
    • Voir le profil
Re : The Miami Project to Cure Paralysis - Cellules de Schwann autologues
« Réponse #56 le: 20 novembre 2017 à 17:01:27 »
IL PARAIT qu'un budjet de 100 millions de dollars a ete mis ala dispostion d'une equipe de recherche pour une moelle epiniere synthetique,,de plus amples infos sur cette video en anglais:  https://m.youtube.com/watch?v=jGiki6wCKyk

 

SMF spam blocked by CleanTalk