Auteur Sujet: Article du Dr LIMA dans "The Journal of Spinal Cord Medicine"  (Lu 8587 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne STEPHANE

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 910
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C4 C5 C6
Re : Article du Dr LIMA dans "The Journal of Spinal Cord Medicine"
« Réponse #4 le: 12 janvier 2007 à 18:24:42 »
ca parait prommeteur

Hors ligne munoz

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 54
    • Voir le profil
Re : Article du Dr LIMA dans "The Journal of Spinal Cord Medicine"
« Réponse #3 le: 12 janvier 2007 à 16:03:39 »
merci pour ses explications

Hors ligne Jean

  • Membre de l'association
  • Adepte du forum
  • ******
  • Messages: 770
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Article du Dr LIMA dans "The Journal of Spinal Cord Medicine"
« Réponse #2 le: 10 juillet 2006 à 17:02:17 »
Super info Thierry !

depuis le temps que nous attendions la publication de Carlos Lima...
Jean
Vice-Président

:sm6: ADHERER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière :ok:


Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3960
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Article du Dr LIMA dans "The Journal of Spinal Cord Medicine"
« Réponse #1 le: 07 juillet 2006 à 13:39:42 »
Dr LIMA, en collaboration notamment avec Dr Peduzzi-Nelson, a publié un article scientifique dans “The Journal of Spinal Cord Medicine“ (en fichier pdf ci-dessous) présentant le résultat de ses 7 premiers patients. Voici le commentaire du Pr Wise Young posté sur le forum "CareCure". 



Citer
29-06-2006 
Wise Young
Administrateur du forum "CareCure"

Merci beaucoup d’avoir posté cet article. J'ai pu le lire et j’ai quelques commentaires.

L'article a inclus seulement les 7 premiers patients qui ont reçu la procédure, alors que nous savons par les médias, des présentations du docteur Lima lors de meetings et des rapports de patients qu’env. 60 patients ont reçu la procédure jusqu'à présent. Néanmoins, c'est un article très utile parce qu'il fourni les descriptions détaillées de la méthodologie, le raisonnement et les résultats de ces 7 patients.

Procédure Chirurgicale. Comme détaillé dans l'article, les patients ont reçu la procédure en trois parties. D'abord, une laminectomie est faite pour exposer la moelle épinière, et les tissus "cicatriciels" de la lésion sont enlevés. Deuxièmement, de la muqueuse olfactive est prélevée endoscopiquement par un tunnel submucopériostal dans la partie postérieur-supérieur du côté médian du sillon olfactif. Troisièmement, le greffon est haché, trempé dans un liquide salin ou du liquide cérébro-spinal pendant 2 heures puis inséré dans la cavité dans la moelle épinière.

Histologie. Les auteurs annoncent que "le tissu de cicatrice" est enlevé "(dans des limites qui ne nuisent pas au tissu spinal normal) pour exposer le tissu nerveux viable dans toutes les deux souches". Cette description n'indique pas clairement comment ces limites ont été déterminées et comment les auteurs évitent d'enlever du tissu viable. Ils ont employé la coloration Trichrome de Masson et l’immunohistology GFAP pour examiner le tissu enlevé. Les sections du tissu enlevé ont révélé dans un cas la présence considérable de collagène avec des paquets de "cellules de Schwann engainant des fibres nerveuses". Une image (figure 4a) suggére des substances collagènes denses (bleu-vert) avec des groupes de ce qui peut être des axones. Il est pas très clair comment les auteurs ont décidé que cela était des "cellules de Schwann engainant des fibres nerveuses" ou des "types d’axones périphériques", par opposition aux axones engainés par l’oligodendroglie. La section des résultats décrit "la cicatrice" de deux patients mais la discussion (à la page 199) suggère que les tissus des 7 patients ont été examinés et comparés et "seront l'objet de nouvelles études". Plus loin, les auteurs ont déclaré que "l'observation la plus commune dans tous les cas jusqu'à présent, incluant ceux de cette étude, était une cicatrice contenant un mélange d'astrocytes, de collagène, et de laminine avec des axones entremêlés". Malheureusement, les causes des lésions n'ont pas été décrites, c'est-à-dire si c’était par contusions ou blessures pénétrantes. Les auteurs ont indiqué qu'il y avait la "présence d’une variété de tissu hémorragique dans la cicatrice" ; il est surprenant qu'il y ait du tissu hémorragique dans la moelle épinière à 0,5-6,5 ans après la blessure. Les auteurs ont déclaré que "malgré la présence de quelques types d’axones périphériques, il est supposé que la cicatrice chronique est un obstacle important pour la régénération de la moelle épinière". À mon avis, l'aspect histologique du tissu enlevé est une observation importante parce que l'on voit rarement la présence de cicatrice collagéneuse dans les modèles animaux de contusion.

Images par résonance magnétique (IRM). Six mois après l'opération, des études IRM ont révélé le "remplissage complet des cavités kystiques". Ce n'est pas surprenant puisque les auteurs avaient enlevé du tissu, et avaient ensuite placé de la muqueuse nasale autologue dans la cavité du tissu enlevé. Ils ont décrit un aspect "poivre et sel" mais ce n'était pas apparent dans les images montrées dans la Figure 1c ou 1f. Quelques adhérences possibles étaient encore présentes dans 1c mais 1f semble être entouré par le liquide cérébro-spinal. La description du patient 5 n’est pas très claire, celui qui avait 2 cavités kystiques à D4 à D6, ce qui a été enlevé et où le tissu de muqueuse nasale a été transplanté. La figure 1d-f est du patient 3 qui était tétraplégique haut avec lésion en C3 - C4. Il est tout à fait inquiétant que le chirurgien ait enlevé du tissu de moelle épinière si près du noyau phrénique lequel commande la respiration et est situé au niveau C3. Cependant, ce patient avait un niveau moteur et sensoriel C4 avant la chirurgie et a récupéré la fonction motrice jusqu’à C7 à droite et jusqu’à C5 à gauche, et la fonction sensorielle jusqu’à D2 à droite et à gauche. Le patient 4 est remarquable parce qu'ils ont eu de la difficulté à "trouver le site de la lésion lors de la chirurgie" et c'est aussi le patient qui a eu quelques pertes de sensations après la chirurgie avec un léger retour de fonction motrice dans les jambes.

Score neurologique. Les auteurs ont effectué une classification ASIA des fonctions motrices et sensorielles, des rapports d’examens faits avant, à 6, 12 et 18 mois après la chirurgie. Tous les patients sauf un ont récupéré des fonctions sensorielles, avec des scores variant de -13 à +36 points pour le contact léger et de -11 à +34 points pour la sensation de piqûre. Le patient 4 est celui qui avait perdu des sensations et n'avait pas eu de changements de la fonction motrice dans les bras, mais avait gagné 3 points de fonction motrice dans les jambes. Le rapport sur les scores est tout à fait complet, incluant même les examinateurs. Docteur Lima a examiné tous les patients préopératoirement, avec le docteur Eugenie Veiga pour les patients 3-7. Apparemment, 2 des patients sont passés de ASIA A à C, avec un des patients qui a récupéré la fonction motrice du sphincter anal, et l'autre vraisemblablement la sensation anale. Plusieurs des patients paraplégiques ont récupéré les fléchisseurs de hanche, tandis qu'un des 3 patients tétraplégiques a récupéré les fléchisseurs de hanche. Aucun des patients n'ont eu une rééducation systématique. Le degré d'amélioration moteur semble être significatif, mais modeste.

Effets défavorables. Un patient a perdu des sensations (le patient 4). Deux patients ont eu l'augmentation de la douleur neuropathique traitée avec du Gabapentin (Neurontin) et quelques patients ont une dysesthésie (sensation de picotement) dans les zones où ils avaient récupéré quelques sensations. Aucun des patients n'avait de problèmes d’olfaction 6 mois après la chirurgie. Le plus significatif, un des patients a développé une infection. À propos, c'est une partie de l’article qui a en fait mentionné 41 patients que les auteurs avaient opéré au moment de la dernière révision du manuscrit (p. 201). Ils ont annoncé que l’ensemble des 41 patients avaient reçu les greffes sans "aucune indication d'infection". Tous les patients ont apparemment reçu "des antibiotiques prophylactiques" juste avant la chirurgie.

Mécanismes. Le mécanisme de récupération est pas très clair. Dans une étude de ce type, ce n'est pas surprenant. Alors que les greffes semblaient remplir la cavité, sans réelle analyse histologique, il serait difficile d'exposer avec certitude quels types de cellules ont survécu. Alors que les auteurs suggèrent qu'il y a des cellules progénitrices pluripotentes "type souches" dans le tissu de muqueuse nasale, il est également probable que la cavité ait été remplie par des fibroblastes ou d'autres cellules présentes dans muqueuse nasale. Comme l'auteur l’a indiqué, la récupération motrice limitée observée au-dessous du site lésionnel peut être due autant à la myélinisation qu’à la repousse.

En résumé, je pense que c'est un rapport crédible des sept premiers patients qui ont reçu des greffes de tissu de muqueuse olfactive dans la moelle épinière. Les effets défavorables ont été minimaux, suggérant que la procédure est sûre. Une majorité des patients ont montré une amélioration sensorielle significative et des bénéfices moteurs modestes. Les auteurs ont indiqué qu'ils avaient enlevé des adhérences au niveau des moelles épinières, et la mesure selon laquelle cela était responsable en partie du rétablissement fonctionnel n'est pas clair. Pour moi, la partie la plus intéressante de l'étude était l'examen histologique du tissu "cicatriciel". Ils annoncent que la plupart des tissus qu'ils ont enlevé des patients contenaient du collagène. Si c’est bien le cas, cela diffère considérablement de l'expérience que nous avons dans les études animales où le collagène est rarement présent dans les moelles épinières contusionnées. Le fait qu'il y ait des axones dans le matériel est inquiétant et je ne suis pas sûr d’être prêt à croire que ceux-ci soient seulement des "axones périphériques". Néanmoins, c'est un article très utile et important. Je suis heureux que le docteur Lima ait finalement publié leur premier article sur cette procédure. J'attends avec impatience le rapport du reste de leurs résultats.

Wise.


===========================
:arrow:  TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================


06-29-2006, 10:23 AM     
Wise Young
Administrator
 
Join Date: Jul 2001
Location: New Brunswick, NJ, USA
Posts: 23,666
 
Thank you very much for posting this. I have had an opportunity to read the article and have a few comments.

The article included only the first 7 patients that received the procedure, whereas we know from reports from the media, presentations by Dr. Lima at public meetings from over a year ago, and patient reports on this site that as many as 60 patients have received the procedure to date. Nevertheless, it is a very useful report because it provided detailed descriptions of the methodology, the rationale, and the results in these 7 patients.

Surgical Procedure. As the article detailed, the patients received a three part procedure. First, a laminectomy was performed to expose the spinal cord and "scar" tissues from the lesion were removed. Second, olfactory mucosa was removed endoscopically through a submucoperiosteal tunnel from the posterior-superior aspect of the medial side of the olfactory groove. Third, the graft was minced, soaked in saline or cerebrospinal fluid for 2 hours, and inserted into the cavity in the spinal cord.

Histology. The authors claimed that the "scar tissue" was removed "(within limits as to not harm normal cord tissue) to expose the gross viable nervous tissue in both stumps". This description does not clearly indicate how the limits were determined and how the authors avoided removing viable tissue. They used the Masson trichrome stain and GFAP immunohistology to examine the removed tissue. Sections of the removed tissue in one case revealed extensive collagen present with bundles of "Schwann cell ensheathed nerve fibers". A picture (figure 4a) indeed suggested dense (blue-green) collagenous material with cross-sections of what may be axons. It is unclear how the authors determined that these were "Schwann cell ensheathed nerve fibers" or "peripheral type axons", as opposed to oligodendroglial ensheathed axons. The results section described the "scar" from two patients but the discussion (on page 199) suggested that the tissues from all 7 patients were examined and compared, and "will be the object of further studies." The authors further stated that the "most common observation in all the cases done to date, including those in this study, was a scar of mixed composition containing both astrocytic processes, collagen, and laminin with axons interspersed". Unfortunately, the causes of injury were not described, i.e. whether contusions or penetrating injuries had occurred. The authors indicated that there was "variability in the amount of hemorrhagic tissue present in the scar"; it is surprising that there would be any hemorrhagic tissue in the spinal cord at 0.5-6.5 years after injury. The authors stated that "despite the presence of some peripheral-type axons, it is believed that the chronic scar is an important obstacle to regeneration of the spinal cord." In my opinion, the histological appearance of the tissue removed are important observations because the presence of collagenous scar is rarely seen in animal contusion models.

Magnetic resonance images (MRI) . At 6 months after the operation, MRI studies revealed "complete filling of the cystic cavities". This is not surprising since the authors had removed tissue and then packed autologuous nasal mucosal tissue into the cavity of the removed tissue. They described a "salt and pepper" appearance but this was not apparent in the images shown in Figure 1c or 1f. Some possible adhesions were still present in 1c but 1f appeared to be surrounded by cerebrospinal fluid. It was unclear from the description of patient 5, who had 2 cystic cavities at T4 to T6, what was removed and where the nasal mucosa was transplanted. Figure 1d-f was from patient 3 who was a high tetraplegic with C3 through C4 lesion. It is quite worrisome that the surgeon had removed spinal cord tissue so close to the phrenic nucleus which is responsible for controlling breathing and is located at C3. However, this patient had a C4 motor and sensory level before surgery and recovered motor function to C7 on the right and C5 to the left, and sensory function to T2 on the right and left. Patient 4 is notable because they had difficulty "finding the lesion site at surgery" and this was also the patient who had some loss of sensation after the surgery with slight return of motor function in the legs.

Neurological scores. The authors had carried out ASIA classification scoring of motor and sensory function, reporting examinations done before, at 6, 12, and 18 months after surgery. All but one patient recovered sensory function, with scores ranging from -13 to +36 points for light touch and -11 to +34 points for pinprick sensation. Patient 4 was the one who had lost sensation and did not change motor function in the arms but gained 3 points motor function in the legs. The reporting of the scores was quite complete, including even the examiners. Dr. Lima had examined all the patients preoperatively with Dr. Eugenia Veiga in patients 3-7. Apparently, 2 of the patients converted from ASIA A to C, with one of the patients recovering anal sphincter motor function and the other presumably anal sensation. Several of the paraplegic patients recovered hip flexors while one of 3 tetraplegic patients recovered hip flexors. None of the patients had systematic rehabilitation. The degree of motor improvement appears to be significant but modest.

Adverse events. One patient had loss of sensation (patient 4). Two patients had transient (2-3 month) increase in neuropathic pain treated with gabapentin and some patients had dysesthesia (tingling sensation) in the areas that eventually recovered some sensation. None of the patients had any problems with olfaction by 6 months after the surgery. Most significantly, one of the patients developed an infection. Incidentally, this was one part of the paper that actually referred to 41 patients that the authors had operated at the time of the last manuscript revision (p. 201). they claimed that all 41 patients had received the transplants with "no indications of infection". All the patient apparently received "prophylactic antibiotics" shortly before surgery.

Mechanisms. The mechanism of recovery is unclear. In a study of this type, this is not surprising. While the transplants appeared to fill the cavity, without actual histological analysis, it would be difficult to state with certainty which cell type survived. While the authors suggested that there are pluripotent "stem-like" progenitor cells in nasal mucosa, it is equally likely that the cavity was filled by fibroblasts or other cells that are prresent in nasal mucosa. As the author pointed out, the limited motor recovery observed below the injury site may be due to myelination or sprouting as well.

In summary, I think that this is a credible report of the first seven patients that received olfactory mucosa transplants to the spinal cord. Adverse events were minimal, suggesting that the procedure is safe. A majority of the patients showed significant sensory improvement and modest motor gains. The authors indicated that they had detethered the spinal cords and the extent to which this was responsible for some of the functional recovery is not clear. To me, the most interesting part of the study was the histological examination of the "scar" tissue. They report that most of the tissues that they removed from the patients had collagen in them. If so, this is substantially different from the experience that we have in animal studies where collagen is seldom present in contused spinal cords. The fact that there are axons in the material is worrisome and I am not sure that I am ready to believe that these are only "peripheral axons". Nevertheless, this is a very useful and important paper. I am glad to Dr. Lima finally published their first paper of this procedure. I am looking forward to the report of the rest of their results.

Wise.



POUR ADHERER À ALARME : Cliquez sur la bannière ci-dessous.


 

SMF spam blocked by CleanTalk