Association Libre d'Aide a la Recherche sur la Moelle Epiniere

TOUT SUR LA RECHERCHE => Essais cliniques en cours => Discussion démarrée par: TDelrieu le 29 mars 2015 à 12:06:07

Titre: Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 29 mars 2015 à 12:06:07
Citer
Une étude clinique révolutionnaire


Le 28 Mars 2015


LA FONDATION WINGS FOR LIFE ET LA FONDATION CHRISTOPHER & DANA REEVE S’UNISSENT


Lors de la première édition du Wings for life World Run, des milliers de personnes ont couru et rassemblé plus de 3,2 millions d’euros pour faire avancer la recherche sur la moelle épinière. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer la collaboration entre le Wings for Life Spinal Cord Research Foundation et la fondation Christopher & Dana Reeve, un partenariat qui permettra aux équipes de recherche de s’atteler à une étude clinique révolutionnaire qui débutera mi-2015.


L’hypothèse de travail de cette étude, The Big Idea, est de tester les effets de la stimulation épidurale afin de savoir si celle-ci peut permettre de récupérer un niveau significatif de contrôle autonome, au sein d’un groupe de 36 individus tous victimes de lésions de la moelle épinière. Un groupe spécial composé de 8 patients sera financé grâce à une part importante des recettes engendrées à la suite du tout premier Wings for Life World Run.


Peter Wilderotter, PDG de la fondation Christopher & Dana Reeve. «De nombreux chercheurs qui travaillent à nos côtés le font aussi avec Wings for Life, et c’est certain que nous partageons la même mission. Nous pensons que cette union nous aidera à mobiliser les gens afin qu’ils soutiennent la recherche et nous aident à faire avancer les choses encore plus rapidement.»


«L’étude du docteur Harkema est un exemple unique qui se base sur des sciences concrètes et se positionne dans le peloton de tête des recherches effectuées depuis ces 30 dernières années, avec en optique l’idée d’améliorer de façon concrète l’état des patients souffrant de lésions de la moelle épinière», a commenté le Directeur Scientifique de Wings for Life, Jan Schwab.


Seulement, il reste encore beaucoup à faire: «La fondation Wings for Life, et la fondation Christopher & Dana Reeve s’unissent, c’est incroyable, cela veut dire que nous allons progresser et avancer dans la recherche beaucoup plus rapidement», a déclaré le docteur Harkema. «Je tiens à remercier tous les participants et les coureurs du Wings for Life World Run, et j’encourage tous les gens à participer de nouveau le 3 mai 2015.»


Voilà, nous avons une raison réelle et tangible pour courir. Rassembler votre famille et vos amis et inspirez le plus possible de gens à venir courir avec nous le 3 mai. Ensemble nous trouverons une solution pour les lésions de la moelle épinière.


Pour plus d’informations sur la collaboration entre la fondation Christopher & Dana Reeve et Wings for Life, cliquez ici.



Source : http://www.wingsforlifeworldrun.com/be/fr/actu/la-fondation-wings-for-life-et-la-fondation-christopher-dana-reeve-sunissent-1355/ (http://www.wingsforlifeworldrun.com/be/fr/actu/la-fondation-wings-for-life-et-la-fondation-christopher-dana-reeve-sunissent-1355/)


Merci Marc ! :)
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: TDelrieu le 13 avril 2015 à 16:41:32
Citer
La stimulation épidurale est prometteuse pour les lésions médullaires


Lun 23/03/2015


La société Bioscience Technology et le Dr. Susan Harkema, professeur et directeur de recherche de l'University of Louisville’s Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, ont discuté de sa recherche et des financements accordés par la fondation Wings for Life pour la stimulation épidurale. Wings for Life a récemment annoncé qu'ils s'associent avec la Fondation Christopher & Dana Reeve pour faire avancer un essai clinique menée par le Dr. Susan Harkema, sur 36 personnes souffrant de lésions de la moelle épinière. (Dr. Harkema est aussi directeur du réseau Christopher and Dana Reeve Foundation’s Neurorecovery Network).


Wings for Life organise une course mondiale annuelle pour recueillir des fonds pour la recherche sur les lésions de la moelle épinière. Cette année, les fonds recueillis lors de la course, qui a eu lieu le 3 mai, iront à la recherche du Dr. Harkema, spécifiquement pour étudier le mécanisme du mouvement volontaire observé chez les patients subissant une stimulation épidurale. La course de Wings for Life a récolté l'an dernier 4,1 millions $.


Quelle est la stimulation épidurale ?


«La stimulation épidurale est là où nous plaçons une électrode sur la moelle épinière inférieure, où nous étudions la complexité du système nerveux et sa capacité à générer des "programmes spinaux", a dit Dr. Harkema. "Nous utilisons des configurations de stimulation différentes pour générer des comportements différents."


L'électrode de 16 contact se place au-dessus de la moelle épinière inférieure, et un stimulateur implanté avec une batterie est relié à la moelle épinière. Un courant électrique continu, à différentes fréquences et d'intensités, est appliqué par l'intermédiaire d'un programmateur (à distance), de la taille d'un smartphone, à des emplacements spécifiques sur la partie inférieure de la moelle épinière, au niveau des circuits d'activation des nerfs. Le système est en fait un dispositif qui a été conçu à l'origine pour la gestion de la douleur, mais le Dr. Harkema est tombée sur des résultats inattendus en effectuant des recherches et l'a utilisé pour compléter son expérience.


Jusqu'à présent, les participants de l'étude, qui ont tous une lésion motrice complète (ce qui signifie qu'ils sont totalement paralysés en dessous du niveau de la lésion), ont retrouvé un mouvement volontaire grâce à la stimulation, et signalé des améliorations dans la santé cardiovasculaire, une régulation de la température et le contrôle de l'intestin, même après que le stimulateur soit éteint.


L'expérience originale du Dr. Harkema était uniquement destinée à trouver des "programmes spinaux" chez les personnes souffrant de lésions complète chronique, de démontrer qu'il y a des interneurones complexes de locomotion. Puis son équipe a commencé à voir des résultats imprévus.


Les financements de Wings for Life et de la Christopher & Dana Reeve Foundation permettront aux recherches du Dr. Harkema d'aller au niveau suivant et de faire une cohorte de patient beaucoup plus grande", dit-elle. L'essai, qui devrait commencer l'année prochaine, permettra de tester l'hypothèse sur 36 personnes vivant avec une lésion médullaire, que la stimulation épidurale peut être utilisé pour récupérer un niveau significatif de contrôle autonome.


Pendant ce temps, sa deuxième étude est dans les premières phases, mais elle donne des résultats prometteurs. Cette étude se concentre sur la quantification des résultats de la première phase et en examinant la fonction cardiovasculaire.


Dr. Harkema a expliqué, "Nous avons quatre personnes qui ont terminé la [première] étude et reviennent pour le suivi. Nous venons d'implanter deux autres personnes, en répétant ce que nous avons fait avec les quatre premières. "Cette seconde étude est en partie financé par le Helmsley Charitable Trust, une fondation à but non lucratif.


"À la fin de l'année, nous aurons 12 personnes implantées, huit avec l'original [électrode] et quatre avec un autre protocole axé sur la fonction cardiovasculaire", a déclaré le Dr. Harkema.


Ressource inexploitée


"L'aspect le plus passionnant de cette recherche est que nous avons identifié une ressource inexploitée pour la récupération, et ce que nous pensions être une lésion complète n'est pas une lésion motrice complète", a déclaré le Dr. Harkema. Cela signifie l'ouverture de nouvelles portes aux personnes atteintes de paralysie suite à une lésion de la moelle épinière.


"Quand les gens sont diagnostiqués avec des lésions motrices complètes, ils ne reçoivent pas beaucoup de rééducation", a déclaré le Dr. Harkema. "Ce que cette recherche montre est qu'ils sont dans le groupe qui a le plus besoin de rééducation, et qu'il y a une capacité sous-jacente à examiner de plus près. Cela démontre que nous ne faisons que gratter la surface, et nous avons encore beaucoup à apprendre, mais il y a en fait une énorme capacité de récupération".


Pour atteindre le plein potentiel de cette capacité, cependant, la technologie pour la stimulation épidurale doit être améliorée. "Nous avons besoin de mieux ou plus de flexibilité dans la configuration de la stimulation, et nous avons besoin d'interfaces utilisateur plus techniques pour que les personnes puissent véritablement tirer profit de ce que nous avons trouvé dans le laboratoire avec la neurophysiologie, donc il y a beaucoup de travail à faire du côté de la technologie", a déclaré le Dr. Harkema.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Epidural Stimulation Shows Promise for Spinal Cord Injuries


Mon, 03/23/2015 - 3:49pm


Bioscience Technology caught up with Susan Harkema Ph.D., professor and rehabilitation research director of the University of Louisville’s Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, to discuss her research and new funding awarded by Wings for Life Spinal Cord Research Foundation for epidural stimulation. Wings for Life recently announced it is teaming with the Christopher & Dana Reeve Foundation to advance a clinical study led by Harkema, on 36 individuals with spinal cord injuries.  (Harkema is also director of the Christopher and Dana Reeve Foundation’s Neurorecovery Network).


Wings for Life holds an annual global run to raise money for spinal cord injury research. This year, funds raised from the race, which takes place May 3, will go toward Harkema’s research, specifically to study the mechanism for voluntary movement observed in patients undergoing epidural stimulation.  Last year’s race raised $4.1 million.


What is epidural stimulation?


“Epidural stimulation is where we place an electrode over the lower spinal cord, below where the injury is, where we’re exploring the complexity of the nervous system in that area and what its capacity is to generate complex patterns,” Harkema told Bioscience Technology. “We use different stimulation configurations to generate different behaviors.”


The electrode with 16 contacts goes over the lower spinal cord, and an implanted stimulator and battery is wired to the spinal cord. A continuous electrical current, at different frequencies and intensities, is applied via a patient programmer (remote), the size of a smartphone, to specific locations on the lower part of the spinal cord, activating nerve circuits. The system is actually an off-shelf device that was originally built for pain management, but Harkema stumbled across unexpected results when conducting research and used it to complete her experiment.


So far, study participants, who are all motor complete (meaning they are paralyzed below the level of injury), regained voluntary movement with the stimulation, and reported improvements in cardiovascular health, temperature regulation and bowel control, even after the stimulator is turned off.


Harkema’s original experiment was only meant to find patterns in people with chronically motor-complete injuries, to demonstrate that there were complex interneurons for locomotion.  Then her team started seeing unanticipated results.


The Wings for Life and Reeve Foundation funding will allow Harkema’s research to “go to the next level and to do a much larger cohort,” she told Bioscience Technology.  The study, expected to start next year, will test the hypothesis in 36 people living with spinal cord injury that epidural stimulation can be used to recover a significant level of autonomic control.


Meanwhile, her second study is in the early stages, but is showing promising results.  This study is focused on quantifying results of the first one and looking at cardiovascular function.


Harkema explained to Bioscience Technology, “We have four people who have completed the [first] study and are coming back for follow up. We just implanted two more people, repeating what we did with the first four.” This second study is partly funded by the Helmsley Charitable Trust, a nonprofit foundation. Another group funded Harkema to study four additional people, looking at cardiovascular function. A stimulator has been implanted in one person from that group so far.


“By the end of the year we’ll have 12 people implanted, eight with the original [electrode] and four with a different protocol focused on cardiovascular function,” Harkema said.


 Untapped resource


“The most exciting aspect of this research is that we’ve identified an untapped resource for recovery, and what we thought was motor complete is not motor complete,” Harkema said.  That means opening new doors to people with spinal cord-related paralysis.


“When people are diagnosed with motor-complete injuries they don’t get much rehabilitation,” Harkema said. “What this research shows is they are the group that needs the most rehabilitation, and that there is a capacity—you just have to look more intensely for it. It demonstrates that we’re just scratching the surface, and we still have a lot to learn, but there is a tremendous capacity for recovery.”


To reach the full potential of that capacity, though, the technology behind epidural stimulation needs to be advanced. “We need better or more flexibility in the stimulation configuration, and we need better technical user interfaces and patient interfaces for people to really take advantage of what we found in the lab with the neurophysiology, so there’s a lot of work to do on the technology side,” Harkema told Bioscience Technology.




Source : http://www.biosciencetechnology.com/articles/2015/03/epidural-stimulation-shows-promise-spinal-cord-injuries (http://www.biosciencetechnology.com/articles/2015/03/epidural-stimulation-shows-promise-spinal-cord-injuries)
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: gilles le 14 avril 2015 à 11:27:10
ça c'est du tout bon!! :cheesy:
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: TDelrieu le 27 août 2015 à 11:55:51

Voici une vidéo sur les résultats obtenus par la stimulation épidurale  :smiley:


https://www.youtube.com/watch?v=E1-MYuMHIf4 (https://www.youtube.com/watch?v=E1-MYuMHIf4)
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: farid le 27 août 2015 à 15:14:23
si c'est une stimulation epidurale alors pourquoi les electrodes au niveau des jambes?
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: gilles le 27 août 2015 à 17:58:18
bluffant les progrès! :shocked:
capteurs et électrodes, ça permet de faire fonctionner tout indépendamment ou pas, à mon avis une partie du câblage viens
du Dos et tout est branché en externe, certainement plus facile à stimuler ou moins de pertes!?
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: farid le 27 août 2015 à 18:29:03
le mouvement qu'on voit est tres faible ,de plus en eliminant la pesanteur.Avec la stimulation ,le geste est plus ample mais se fait toujours sans influence de la pesanteur...de la a marcher,le chemin est long..mais c'est quand meme encourageant..!!
Titre: Re : Stimulation épidurale - fondation Christopher & Dana Reeve
Posté par: TDelrieu le 05 novembre 2015 à 11:38:47
Citer
La FDA accélère le processus d'approbation pour le dispositif médical non invasif de Pathmaker


30 octobre 2015


Pathmaker NeuroSystems, une entreprise de Boston qui développe un traitement pour des affections motrices neurologiques en utilisant des impulsions électriques, a obtenu une désignation FDA qui pourrait accélérer l'approbation.


La société a annoncé jeudi qu'elle a obtenu une voie d'accès accéléré. La désignation, établi par l'agence fédérale en Avril 2015, est conçue pour les dispositifs qui aident à traiter une affection grave et qui répond à un besoin non satisfait.


"Bien que cela ne signifie pas que nous pouvons commencer à produire le dispositif dans le commerce, la désignation permet l'entrée dans une voie qui devrait accélérer l'approbation", a déclaré le Dr Nader Yaghoubi, PDG de Pathmaker, dans un courriel.


Le dispositif, connu sous le nom MyoRegulator, utilise de faibles impulsions électriques appliquées à la moelle épinière par un émetteur placé sur le dos et le ventre. Le dispositif est actuellement en essais cliniques, avec l'espoir d'obtenir l'approbation réglementaire pour la commercialisation en 2017.


"C'est un programme fantastique que la FDA a mis en place, et nous sommes impatients de continuer à travailler avec eux pour mettre le MyoRegulator sur le marché", a déclaré Yaghoubi.


Le dispositif pourrait traiter plusieurs affections neurologiques, comme les patients qui ont eu un accident vasculaire cérébral (AVC), une lésion de la moelle épinière ou un traumatisme crânien, ou qui souffrent de paralysie cérébrale, de sclérose en plaques (SEP) et d'autres troubles neurologiques.


Dans un communiqué, la société dit que les traitements actuels de ces problèmes implique des procédures pharmaceutiques, chirurgicales et des traitements physiques, qui sont souvent des solutions à court terme et ont généralement des effets secondaires.


Il y a des dizaines de millions de personnes qui ont potentiellement besoin d'un tel dispositif, a déclaré la société, à la fois aux États-Unis et en Europe.


Avec un tel potentiel de marché, la société a également annoncé son intention de commencer les essais cliniques l'année prochaine en France avec l'objectif d'obtenir l'approbation réglementaire en Europe.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




FDA speeds up approval process for PathMaker's non-invasive medical device


Oct 30, 2015


PathMaker Neurosystems, a Boston company that's been developing a cure for neurological motor disabilities using electrical pulses since last year, has earned an FDA designation that could speed up approval.


The company announced Thursday that it received an expedited access pathway. The designation, established by the federal agency in April 2015, is for devices that help treat a life-threatening or debilitating condition, and meets an unmet need.


“While it doesn’t mean that we can start producing the device commercially, it is a designation and entry into a pathway that should speed up approval,” said Dr. Nader Yaghoubi, president and CEO of PathMaker, in an email.


The device, known as MyoRegulator, uses weak electrical pulses applied to the spinal cord through a transmitter placed on the back and stomach. The device is currently in clinical trials, with hopes to gain regulatory approval move into commercialization in 2017.


“It is a fantastic program that FDA has put together, and we are looking forward to continuing to work with them to bring MyoRegulator to market,” Yaghoubi said.


The device could treat a host of diseases, including patients who have had a stroke, spinal cord injury, or traumatic brain injury, or those suffering from cerebral palsy, multiple sclerosis and other neurological conditions.


In a release, the company said that current treatments for these problems involve pharmaceuticals, surgical procedures and physical treatments, which are often short-term solutions and generally have adverse effects.


There are tens of millions of people estimated to be in need of such a device, the company has said, in both the U.S. and Europe.


With such market potential, the company has also announced plans to begin clinical trials next year in France with an eye toward gaining regulatory approval in Europe.




Source : http://www.bizjournals.com/boston/blog/health-care/2015/10/fda-speeds-up-approval-process-for-pathmakers-non.html (http://www.bizjournals.com/boston/blog/health-care/2015/10/fda-speeds-up-approval-process-for-pathmakers-non.html)

Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: TDelrieu le 05 novembre 2015 à 11:41:15

Un essai clinique prévu l'an prochain en France en partenariat avec l'ICM pour la neuro-stimulation  :smiley:



Citer
(http://icm-institute.org/wp-content/uploads/2015/07/bandeau.jpg)




http://icm-institute.org/fr/actualite/pathmarker-rejoint-lincubateur-de-licm/ (http://icm-institute.org/fr/actualite/pathmarker-rejoint-lincubateur-de-licm/)



La compagnie PathMaker Neurosystems Inc., qui développe des méthodes non-invasives pour le traitement de patients souffrant de troubles neuromoteurs, a annoncé lundi 22 juin son arrivée au sein de l’incubateur iPEPS-ICM.

Plus de 27 millions de patients aux Etats-Unis et en Europe souffrent de troubles moteurs dus à des accidents vasculaires cérébraux, à des paralysies cérébrales, à la sclérose en plaque, à la maladie de Parkinson ou à d’autres maladies neurodégénératives. La technologie de stimulation non invasive de la moelle épinière développée par la compagnie PathMaker offre de nouvelles méthodes pour le traitement de ces patients.

« Nous sommes ravis d’avoir été sélectionnés pour rejoindre le bioincubateur iPEPS-ICM », explique Nader Yaghoubi, M.D., Ph.D., President et CEO de PathMaker. « En installant nos bureaux européens et nos opérations dans une institution à la pointe de la recherche en neurosciences, nous avons l’opportunité, non seulement de travailler avec les meilleurs spécialistes et chercheurs du domaine mais également d’utiliser les infrastructures de recherche et le Centre d’Investigation Clinique à l’ICM. »

Pathmaker a été créé pour commercialiser les avancées récentes dans le développement et les applications cliniques de la micro-stimulation électrique directe transpinale (tsDCS) pour des patients souffrant de troubles neuromoteurs. La tsDCS est une nouvelle technique non invasive de neuromodulation. Sa mise au point a été possible grâce aux avancées récentes réalisées dans la compréhension du fonctionnement des circuits de la moelle épinière par les conseillers scientifiques de la compagnie et grâce à leur activité clinique dans le traitement de patients souffrant de paralysies, de faiblesse musculaire et de perte de tonicité musculaire.

Le bioincubateur iPEPS-ICM héberge des entreprises engagées dans un partenariat avec l’ICM. Ce bioincubateur permet d’accélérer la transformation des résultats de la recherche en applications médicales, ainsi que de développer et de mettre sur le marché de nouvelles technologies.

« Nous sommes très heureux d’accueillir PathMaker Neurosystems, une entreprise innovante active dans le domaine de la neuromodulation et qui collabore avec les chercheurs de notre institut », déclare Alexis Genin, PhD, Directeur des Applications de la Recherche de l’ICM. « Nous avons hâte de démarrer avec PathMaker Neurosystems les études cliniques portant sur leur technologie innovante de micro-stimulation de la moelle épinière pour faciliter la marche (tsDCS) ».

Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: TDelrieu le 12 février 2016 à 14:32:39
Citer
Des médecins reçoivent une bourse pour étudier une thérapie prometteuse pour les blessures de la moelle épinière


28 janvier 2016


MINNEAPOLIS (WCCO) - Une percée thérapeutique pour les patients atteints de lésions de la moelle épinière vient de recevoir un coup de pouce dans le Minnesota.


Des chercheurs de l'Université du Minnesota viennent de recevoir une subvention de l'Etat pour étudier la stimulation épidurale de la moelle épinière.


La thérapie utilise un dispositif implanté le long de la colonne vertébrale qui envoie une impulsion électrique. Les essais cliniques dans d'autres Etats ont montré les patients étaient capables de bouger leurs muscles paralysés.


Leslie Jablonski est la mère de Jack Jablonski qui est devenu tétraplégique après avoir été blessé lors d'un match de hockey, il y a quatre ans.


"Il est tellement évident que cet implant de stimulation épidurale est la voie à suivre», dit-elle.


Leslie Jablonski dit qu'elle est heureuse de ce que les recherches dans d'autres pays ont révélé sur la stimulation épidurale de la moelle épinière.


"Je parle de régulation de température corporelle, de la fonction vessicale et intestinale, la fonction sexuelle, des mouvements de la main," dit-elle. "Certaines personnes ont été capable de se mettre debout".


Bientôt, les médecins de l'Université du Minnesota vont implanter des stimulateurs de la moelle épinière chez des patients atteints de lésions de la moelle.


"On peut implanter le stimulateur épidural n'importe où dans la colonne vertébrale, selon l'endroit où vous voulez stimuler au maximum", a déclaré le neurochirurgien Dr. Ann Parr, de l'Université du Minnesota. "
 
"Non seulement il va améliorer la fonction quand il est allumé, mais le plus étonnant est que, après que vous ayez implanté le dispositif pendant un certain temps, lorsque vous l'éteignez à nouveau, vous gardez toujours une certaine amélioration de la fonction," a déclaré le Dr Parr. "Cela est assez incroyable."


Matthew Rodreick est membre de la Get Up Stand Up To Cure Paralysis Foundation..


"Il y a un certain nombre d'États qui ont adopté une loi pour financer la recherche sur les lésions de la moelle épinière," a-t-il dit. "Les endroits où nous avons vu se produire l'innovation sont les États qui ont financé pour accélérer la recherche."


L'année dernière, la législature de l'État du Minnesota a approuvé le financement pour les subventions de recherche, qui sont spécifiquement pour la moelle épinière et de la recherche d'une lésion cérébrale traumatique. Il est de 500.000 $ par an, répartis entre quatre bénéficiaires de $ 125 000 chacun.


Jack Jablonski est maintenant étudiant à l'Université de Californie du Sud. Sa mère dit que la force de ses membres supérieures est au-delà de ce qu'ils attendaient - il peut bouger ses bras et ses doigts dans une certaine mesure, mais il n'a toujours pas de mouvement des jambes.


Leslie Jablonski espérant ces essais cliniques supplémentaires permettront d'accélérer l'approbation de la FDA pour le traitement de la stimulation épidurale.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Twin Cities Doctors Receive Grant To Study Promising Therapy For Spinal Cord Injuries


January 28, 2016 5:15 PM By Angela Davis


MINNEAPOLIS (WCCO) — A breakthrough therapy for spinal cord injury patients just got a big boost here in Minnesota.


A state grant was just awarded to researchers at the University of Minnesota and Hennepin County Medical Center to study epidural spinal cord stimulation.


The therapy utilizes a device implanted along the spine that sends an electrical impulse. Clinical trials in other states showed people were able to move their previously paralyzed muscles.


Leslie Jablonski is with the BEL13VE In Miracles Foundation, and the mother of Jack Jablonski. Her son became a quadriplegic after he was injured during a high school hockey game four years ago.


“It’s just so obvious that this epidural stimulation implant is the way to go,” she said.


Jablonski says she’s excited about what research in other states has revealed about epidural spinal cord stimulation.


“I’m talking about body temperature regulation, bladder and bowel function, sexual function, hand movements…” she said. “Some people have been able to take steps — stand and put weight on their feet.”


Soon, doctors at the University of Minnesota and HCMC will be implanting stimulators in spinal cord injury patients and observing them.


“An epidural stimulator, you can put anywhere in the spine, depending where you would want to maximumly stimulate,” University of Minnesota neurosurgeon Dr. Ann Parr said. “But definitely, you would want to put it below the level of the injury.”


Instead of delivering anesthesia to reduce the pain of childbirth, this epidural would deliver electricity to excite the nervous system.


“Not only will it improve their function when it’s turned on, the amazing thing is that after you have this implanted for a while, when you turn it off again, you still have some improvement of function,” Dr. Parr said. “That’s pretty incredible.”


Matthew Rodreick is with the Get Up Stand Up To Cure Paralysis Foundation.


“There are a number of states that have passed legislation to fund spinal cord injury research,” he said. “The places where we’ve seen innovation happen are the states that have funded to expedite the research.”


Last year, the Minnesota state legislature approved the funding for the research grants, which are specifically for spinal cord and traumatic brain injury research. It’s $500,000 per year, divided among four recipients — $125,000 each.


The Mayo Clinic is conducting separate research on spinal cord injuries, and the Jablonski family’s Believe in Miracles Foundation is offering financial support to those studies.


Jack Jablonski is now a college student at the University of Southern California. His mom says his upper body strength is beyond what they expected — he can move his arms and fingers to some degree and he can text, but he still has no leg movement.


Leslie Jablonski hoping these additional clinical trials will speed up FDA approval for the epidural therapy.




Source : http://minnesota.cbslocal.com/2016/01/28/twin-cities-doctors-receive-grant-to-study-promising-therapy-for-spinal-cord-injuries/
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: mick 74 le 13 février 2016 à 11:12:11
super  :cheesy:que les médecins reçoivent une bourse de 500.000 dollars pour la recherche MAIS dommage que :1494: des millions de dollars soit utilisé pour  :sm2:tuer, massacrer des milliers de personnes :confused:allez comprendre l'être humain  :undecided:
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: DANIEL BERCHAT le 13 février 2016 à 11:17:44
bonjours a toutes et tous , mick , la guerre a toujours rapporter plus que la recherche ,  :sm2: :sm2: :sm2: :sm2: :sm2: :1494: :1494: :1494:


daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: farid le 19 février 2016 à 16:54:19
j'ai discutè avec pas mal d'ingenieurs sur le sujet de la neurostimulation .combinèe  avec les discussions que j'ai eu avec un neurochirurgien , ca m'a amene a elaborer une therapie que je vais presenter :sachant que la majorite des blesses medullaires sont des incomplets(c'est a dire qu'ils generent  un flux nerveux de tres faible intensite sous la lesion),si l'on veut faire fonctionner un muscle,il suffit de placer une electrode sur le nerf qui stimule ce muscle ,electrode qui va capter le signal nerveux tres faible qui lui va declencher via un boitier muni d'une pile electrique une stimulation electrique suffisante pour generer une force musculaire normale..j'espere m'avoir fait comprendre
qu'en pensez vous? JE RAPPELLE LE DICTON QUI DIT QUE DE LA DISCUSSION JAILLIT LA LUMIERE
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: mick 74 le 19 février 2016 à 18:29:49
 excuse moi j'ai pas tout compris  :confused: Farid  en claire tu veux dire quoi  :huh:
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: farid le 20 février 2016 à 07:47:12
l'essentiel est que tu puisses esquisser un mouvement meme tres faiblement,ca voudra dire que il y a flux nerveux qui arrive jusqu'au muscle ,ce flux pourra declencher un flux electrique d'une boite electronique qui stimulera le muscle avec une puissance adequate pour un mouvement normal..
n'importe quel bricoleur du dimanche peut creer ce systeme..je voudrai te faire un schema  mais je ne sais comment faire..
Titre: Re : Stimulation épidurale - Pathmaker NeuroSystems
Posté par: farid le 17 mars 2016 à 17:00:38
j'ai discute avec un specialiste de l'electrostimulation..d'apres lui ,il vaut mieux stimuler le nerf que la moelle,l'effet y est plus efficace...la plupat des lesions medullaires etant incompletes,il suffit d'amplifier le signal electrique qui est faible a cause de la lesion(flux nerveux )grace a un electrostimiulateur au niveau du nerf,pour avoir une force musculaire normale..ce qui est a la portee de n'importe quel bricoleur du dimanche..
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 17 juin 2016 à 13:05:26
Citer
17 mai 2016


La stimulation de la moelle épinière aide des paralysés à bouger leurs mains

L'étude financée par la NIH est la première à utiliser la technique sur les membres supérieurs


Deux personnes tétraplégiques ont amélioré le mouvement et l'utilisation de leurs mains suite à une stimulation électrique de leur moelle épinière, selon une nouvelle étude financée par les Instituts nationaux de la santé. La méthode utilisée est appelée stimulation épidurale, dans lequel un dispositif implanté sur la surface de la moelle épinière cervicale délivre des impulsions électriques. Les sujets, qui étaient paralysés depuis plus de 18 mois après de graves lésions de la moelle épinière, ont gagné la capacité à saisir et à tenir de petits objets, comme une tasse. À la fin de l'étude, les sujets ont continué à montrer une meilleure utilisation de leurs mains, même lorsque le stimulateur était mis hors tension.


Cette découverte représente la première étape dans l'extension de l'utilisation de la stimulation épidurale pour améliorer la fonction de la main pour les personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière cervicale. Des travaux antérieurs avaient examiné la stimulation épidurale de la moelle épinière inférieure combinée avec l'entrainement moteur, ce qui avait permis aux patients un mouvement volontaire de leurs jambes. Cette étude montre que le même principe peut être étendu à la partie supérieure du corps et c'est la première fois que la stimulation épidurale associée à l'entrainement moteur a été utilisé pour améliorer la fonction des membres supérieurs des personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière.


L'étude a été réalisée par une équipe de chercheurs de l'Université de Californie, Los Angeles (UCLA), Rancho Los Amigos National de Réabilitation Center, Downey Californie, et Pavlov Institut de Physiologie, Saint-Pétersbourg en Russie. Les résultats ont été publiés le 18 mai 2016 dans le journal Neurorehabilitation and Neural Repair.


"L'extension de cette recherche pour le haut du corps signifie que davantage de personnes peuvent bénéficier de cette technologie, ce qui a des implications énormes permettant aux patients de devenir indépendants", a dit le Dr. Grace Peng, directeur du programme NIBIB sur les dispositifs Implantable. "Comme indiqué dans le document, ces résultats passionnants démontrent la capacité des dispositifs implantables de permettre le contrôle d'un système biologique jusqu'où il apprend à fonctionner à nouveau par lui-même."


"La restauration de la main et la fonction du bras peut avoir un impact positif sur tous les aspects de la vie d'un patient blessé à la moelle épinière cervicale et c'est une priorité absolue pour la nouvelle thérapie", a déclaré le Dr. Daniel Lu, professeur de neurochirurgie à l'UCLA et chercheur principal. "Dans cette étude, nous démontrons que par la stimulation épidurale cervicale, la main et la fonction de l'extrémité supérieure peut être sensiblement améliorée, ce qui donne la capacité à participer aux activités de la vie quotidienne, les soins et le transfert, et de vivre de façon autonome."


Deux participants avec des lésions graves de la moelle épinière cervicale été implantés avec un réseau de 16 électrodes. Chaque implant a été placé sur la moelle épinière au niveau de la blessure et prolongé juste au-dessus et au-dessous de la blessure. Les participants ont pratiqué la préhension et le mouvement des mains tout en recevant différents niveaux d'impulsions électriques de l'appareil. Une personne a été testé quotidiennement pendant sept jours, tandis que l'autre avait des séances hebdomadaires pendant huit semaines.


Chez les deux individus, la force de la main s'est améliorée au cours d'une seule session. Avec des séances supplémentaires, la précision et la force des participants a progressivement augmenté. Les effets ont été maintenus même en l'absence de stimulation ; à la fin de l'étude, les deux individus pouvaient générer plus de force sans aucune stimulation par rapport au début de l'étude avec la stimulation.


Dans un premier temps, les participants à l'étude étaient entièrement dépendants de leurs aidants. Cependant, au cours de l'étude, les deux individus ont eu des gains importants d'autonomie dans l'alimentation, l'habillage, le bain et le toilettage, ainsi que de la mobilité et les transferts dans le lit, même lorsque le stimulateur était éteint. Un participant pouvait saisir et boire dans une tasse, quelque chose qu'il ne pouvait pas faire avant l'implant.


"Des gains même relativement mineurs dans la fonction des membre supérieur peuvent faire d'énormes différences dans la qualité de vie pour une personne qui ne peut pas saisir quoi que ce soit", a déclaré le Dr. V. Reggie Edgerton, professeur de physiologie à l'UCLA.


Les chercheurs pensent que ces améliorations sont dû parce que la stimulation réveille un circuit sous-jacent de la moelle épinière qui était silencieux depuis la blessure. L'entrainement moteur avec l'implant sous tension électrique permet de petits mouvements qui stimulent l'excitabilité de la moelle épinière, de sorte qu'elle peut être activée à nouveau, même lorsque l'implant est mis hors tension. "Une fois que nous permettons à la personne de faire un mouvement, un circuit qui n'avait pas été utilisé depuis plus d'un an ou plus est activé", a expliqué le Dr. Edgerton. "Ce circuit commence à réapprendre et à se réorganiser de manière à ce qu'il devienne plus fonctionnel."


Bien que l'étude ne comprenait que deux personnes, les chercheurs sont encouragés par les améliorations remarquables. Le Dr. Edgerton espère implanter des stimulateurs chez trois autres patients au cours des deux prochaines années. En outre, le groupe a publié un document l'année dernière sur la stimulation non-invasive qui traverse la peau, appelée stimulation transcutanée. La stimulation a été appliquée sur la moelle épinière inférieure et a permis à cinq hommes avec une paralysie complète des membres inférieurs à faire des mouvements de marche. L'équipe étudie actuellement ce type de stimulation non-invasive dans le haut du corps également, et le Dr. Edgerton dit que les résultats à ce jour sont prometteurs.


Bien que la stimulation épidurale peut être plus précise que la stimulation transcutanée, cette dernière méthode permet une plus grande flexibilité dans le placement des électrodes et ne nécessite pas une intervention chirurgicale. En fonction des besoins du patient, le Dr. Edgerton envisage un jour d'utiliser une combinaison de la stimulation épidurale et transcutanée pour les bras et les jambes. Il pense que les deux techniques peuvent permettre à la moelle épinière de se réveiller et éventuellement de permettre ensuite un mouvement volontaire utile sans stimulation. "Le système nerveux s'améliore au fil du temps si vous lui donnez une chance de pratiquer," a t-il dit.


Les chercheurs envisagent des études futures dans le cadre du programme de recherche qui intégreront la stimulation de la moelle, la thérapie motrice, et la réponse aux médicaments.


"Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre sur quels types de patients la thérapie fonctionnera mieux, pour d'évaluer la sécurité à long terme et les conditions optimales de stimulation, et de déterminer quelles autres approches peuvent mieux se combiner avec ce traitement", a déclaré le Dr. Lyn Jakeman, directeur du programme de NINDS pour les lésions de la moelle épinière et la régénération.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




May 17, 2016


Spinal Cord Stimulation Helps Paralyzed People Move Their Hands


NIH-funded study is the first to use technique in the upper body
 
Two people with quadriplegia improved voluntary movement and use of their hands following electrical stimulation of their spinal cords, according to a new study funded in part by the National Institutes of Health. The method used is called epidural stimulation, in which a device implanted on the surface of the upper, or cervical, spinal cord delivers electrical pulses. The subjects, who had each been paralyzed for more than 18 months following severe spinal cord injuries, gained the ability to grip and hold small objects, like a drinking cup. By the end of the study, subjects continued to show improved use of their hands even when the stimulator was turned off.
cervical spine in profile


This finding represents the first step in extending the use of epidural stimulation to improve hand function for persons with cervical spinal cord injury. Previous work examined epidural stimulation of the lower spinal cord combined with motor training, which allowed patients some voluntary movement of their legs. This study shows the same principle can be extended to the upper body and is the first time epidural stimulation combined with motor training has been used to improve function in the upper limbs of people with severe spinal cord injuries.   
 
The study was performed by a team of researchers at the University of California, Los Angeles (UCLA); Rancho Los Amigos National Rehabilitation Center, Downey, California; and Pavlov Institute of Physiology, St. Petersburg, Russia. The results are published in the May 18, 2016 online edition of the journal Neurorehabilitation and Neural Repair. 
 
The research was funded in part by the National Institute of Biomedical Imaging and Bioengineering (NIBIB), the National Institute of Neurological Disorders and Stroke (NINDS), the Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development (NICHD), and the National Center for Advancing Translational Sciences, all at NIH.
 
“Extending this research to the upper body means more people can benefit from this technology and more functionality can be achieved, which has enormous implications towards allowing patients to become independent,” said Grace Peng, Ph.D., Director of NIBIB’s program on Implantable and Assistive Medical Devices. “As indicated in the paper, these exciting results demonstrate the ability of implantable devices to enable control of a biological system to the point where it learns to work again on its own.”
 
”Restoration of hand and arm function can have a positive impact on every aspect of the life of a cervical spinal-cord-injury patient and is a top priority for novel therapy,” said lead author Daniel Lu, M.D., Ph.D., associate professor of neurosurgery at UCLA and co- principal investigator on the NIBIB grant that supported the research. “In this study we demonstrate that through cervical epidural stimulation, hand and upper extremity function can be substantially improved, imparting the ability to participate in activities of daily living, self-care and transfer, and to live independently.”
 
Two participants with severe injuries to their cervical spine—the spinal cord at the level of the neck—were implanted with an array of 16 electrodes. Each implant was placed onto the spinal cord at the level of the injury and extended just above and below the injury. Participants practiced grasping and moving a handgrip while receiving varying levels of electrical pulses from the device. One person was tested daily over seven days while the other had weekly sessions for eight weeks. 
 
In both individuals, hand strength improved over the course of a single session. With additional sessions, the accuracy and force the participants could generate gradually increased. The effects were maintained even in the absence of stimulation; by the end of the study, both individuals could generate more force without any stimulation than at the start of the study with stimulation.
 
Initially, the study participants were entirely dependent on their caregivers. However, over the course of the study, both individuals made large gains in feeding, dressing, bathing, and grooming, as well as mobility in bed and getting themselves in and out of bed, even when the stimulator was off. One participant could pick up and drink from a cup—something he could not do prior to the implant.
 
“Even relatively minor gains in function of the upper limb can make huge differences in the quality of life for a person who can’t grasp anything,” said co-author V. Reggie Edgerton, Ph.D., a distinguished professor of integrative biology and physiology at UCLA, also a co-principal investigator on the NIBIB grant.
 
The researchers think such improvements are made because the stimulation is hitting the spinal cord’s underlying circuitry, reawakening networks that have been silent since the injury. The motor training with the implant turned on allows for small movements that spark the spinal cord’s excitability, so it can be activated again even when the implant is turned off. “Once we can enable the person to make a movement, they have then engaged circuitry that has not been used or engaged for over a year or more,” explained Edgerton. “That circuitry starts to relearn and reorganize in ways so that it becomes more functional.”
 
Although the study only included two people, the researchers are encouraged by the remarkable improvements. Edgerton is hoping to implant stimulators in three more patients over the next two years.  Additionally, the group published a paper last year on non-invasive stimulation that goes through the skin, called transcutaneous stimulation. The stimulation was applied to the lower spinal cord and allowed five men with complete lower-limb paralysis to make step-like movements. The team is currently investigating this type of non-invasive stimulation in the upper body as well and Edgerton says the results thus far are promising.
 
Although epidural stimulation may be more precise than transcutaneous stimulation, the latter method allows for more flexibility in placement of the electrodes and doesn’t require surgery. Depending on the needs of the patient, Edgerton envisions someday using a combination of epidural and transcutaneous stimulation for both the arms and legs. He thinks both techniques may enable the spinal cord to reawaken and eventually allow for useful voluntary movement without stimulation. “The nervous system improves over time if you give it a chance to practice,” he said.
 
The researchers are planning future studies as part of the research program that will incorporate spinal stimulation, motor therapy, and drug response.
 
“Much more work needs to be done to understand the patient populations for which the therapy will work best, evaluate the long term safety and optimal conditions of stimulation, and to determine what other approaches may best combine with this treatment,” said Lyn Jakeman, Ph.D., director of NINDS’s program in spinal cord injury and regeneration.




Source : https://www.nibib.nih.gov/news-events/newsroom/spinal-cord-stimulation-helps-paralyzed-people-move-their-hands (https://www.nibib.nih.gov/news-events/newsroom/spinal-cord-stimulation-helps-paralyzed-people-move-their-hands)
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 17 juin 2016 à 19:19:36
intéressantes ces conclusions malgré le fait qu'il y ai juste 2 patients.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: fti le 06 octobre 2016 à 15:32:36
http://www.orthospinenews.com/us-5-million-granted-to-spinal-cord-injury-robotics-research-project/
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 12 janvier 2017 à 11:07:58


:arrow:  http://6abc.com/video/embed/?pid=1684670 (http://6abc.com/video/embed/?pid=1684670)


Citer
UN APPAREIL EXPÉRIMENTAL AIDE LES PERSONNES AYANT DES LÉSIONS DE LA MOELLE ÉPINIÈRE


Mardi 03 janvier 2017


Un dispositif expérimental aide certaines personnes qui ont subi une lésion de la moelle épinière.


Le but n'est pas de se tenir debout ou de marcher, mais d'améliorer les choses quotidiennes comme tenir une tasse ou mettre ses chaussettes.


Depuis qu'il s'est brisé le cou dans un accident de vélo il ya cinq ans, Brian Gomez avait très peu d'utilisation de ses mains.


(…) Mais l'été dernier, Gomez a reçu un stimulateur vertébral testé au Centre médical de l'UCLA.


Le dispositif complexe à 32 électrodes entraîne le cerveau pour trouver des détours autour des dommages dans la moelle épinière, de la même manière que les conducteurs trouvent des détours pour éviter un embouteillage.


"La moelle épinière est un organe très plastique et très intelligent, les circuits peuvent être réorganisés", a déclaré le Dr Daniel Lu.


Seules quelques patients ont reçu le nouveau stimulateur, mais tous ont retrouvé un peu de mouvement et de force.


En deux mois, Gomez a pu utiliser ses 10 doigts.


"Ce qui signifie qu'ils peuvent maintenant utiliser leurs mains pour les tâches quotidiennes comme la taper sur un ordinateur, se servir d'un téléphone", a déclaré le Dr Lu.


Gomez a également plus de force pour déplacer son fauteuil roulant, ce qui signifie une meilleure santé globale.


Normalement, il est difficile de récupérer des mouvements des années après une blessure.


Mais ce dispositif a fonctionné pour Gomez, même cinq ans après son accident.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




EXPERIMENTAL DEVICE HELPING THOSE WITH SPINAL CORD INJURIES


Tuesday, January 03, 2017


An experimental device is helping some people who have suffered a spinal cord injury.


The goal isn't focused on standing or walking, but on everyday things like holding a cup or putting on socks.


Since breaking his neck in a dirt bike accident five years ago, Brian Gomez had very little use of his hands.


It's made running his coffee-roasting business a challenge.


But last summer, Gomez received a spinal stimulator being tested at UCLA Medical Center.


The complex, 32-electrode device trains the brain to find detours around the damage in the spinal cord, the same way drivers find detours to avoid a traffic jam.


"The spinal cord is a very plastic and very smart organ, the circuitry can be rewired," Dr. Daniel Lu said.


Only a few people have received the new stimulator, but all have regained some movement and strength.


Within two months, Gomez was able to use all 10 fingers.


"Meaning they can now use their hands for daily tasks like typing on a computer, using a phone; in Brian's case, grinding coffee beans," Dr. Lu said.


Gomez also has more strength to move his wheelchair, which means better health overall.


"Just having that much more stability, more core strength has been a game-changer in that alone," Gomez said.


Normally, it's hard to regain movement years after an injury.


But this device worked for Gomez, even five years after his accident.


The National Institutes of Health is also involved with this study.




Source : http://6abc.com/health/experimental-device-helping-those-with-spinal-cord-injuries/1684651/ (http://6abc.com/health/experimental-device-helping-those-with-spinal-cord-injuries/1684651/)
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 12 janvier 2017 à 17:00:08
regardez la vidéo, même si vous comprenez pas l'anglais elle est explicite, c'est une bonne nouvelle .
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 17 février 2017 à 13:47:49
Citer
Le traitement de stimulation répétitif peut restaurer le mouvement aux muscles paralysés


31 janvier 2017


Conduite au laboratoire de BioMag à l'hôpital universitaire d'Helsinki, une nouvelle étude clinique pourrait ouvrir une nouvelle voie de récupérations pour des patients avec des lésions de la moelle épinière.


Le Dr Anastasia Shulga, médecin spécialiste de la neurologie, a mené une étude dans laquelle deux patients atteints de lésions de la moelle épinière ont reçu une forme de traitement combinant la stimulation magnétique transcrânienne et la stimulation simultanée du nerf périphérique administrée répétitivement pendant près de six mois.


C'est la première fois que l'on tentait de réhabiliter des patients paralysés à la suite d'une lésion de la moelle épinière grâce à un traitement de stimulation à long terme de ce type.


Les deux patients qui ont participé à l'étude avaient des lésions médullaires causées par un traumatisme. Un patient était paraplégique, paralysé des genoux vers le bas, et l'autre était tétraplégique, avec un certain mouvement volontaire des mains, mais aucune capacité de saisir.


Les deux patients avaient été blessés il y a plus de deux ans et avaient reçu des traitements de réadaptation conventionnels tout au long de leur rétablissement, et ils ont continué pendant le traitement de stimulation.


Après environ six mois de traitement de stimulation, le patient paraplégique pouvait plier les deux chevilles, et le tétraplégique pouvait saisir un objet.


«Nous avons observé des connexions neuronales renforcées et une restauration partielle du mouvement vers des muscles que les patients n'étaient pas capables d'utiliser auparavant», explique le Dr Shulga.


Le mouvement restauré pendant le traitement était toujours fonctionnel un mois après la fin du traitement de stimulation.


Un des patients participe à une autre étude dans laquelle la stimulation est administrée plus largement et pour une période encore plus longue.


Le Dr Jyrki Mäkelä, chef du laboratoire BioMag, souligne que la réadaptation des patients souffrant de lésions chroniques de la moelle épinière est très difficile et que de nouvelles méthodes de traitement sont nécessaires:


"Il s'agit d'une étude de cas avec deux patients seulement, mais nous pensons que les résultats sont prometteurs."


"Une étude plus approfondie est nécessaire pour confirmer si la stimulation combinée à long terme peut être utilisée seule et éventuellement en combinaison avec d'autres stratégies thérapeutiques pour la réadaptation après une lésion de la moelle épinière".




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================






Repeated stimulation treatment can restore movement to paralyzed muscles


January 31, 2017


Conducted at the BioMag laboratory at the Helsinki University Hospital, a new patient study could open a new opportunity to rehabilitate patients with spinal cord damage.


Dr. Anastasia Shulga, a medical doctor specializing in neurology, led a study in which two patients with spinal cord injuries received a form of treatment that combined transcranial magnetic stimulation with simultaneous peripheral nerve stimulation given repeatedly for nearly six months.


This was the first time that attempts were made to rehabilitate patients paralyzed as a result of a spinal cord injury through long-term stimulation treatment of this type.


Both patients who participated in the study had spinal cord injuries caused by trauma. One patient was paraplegic, paralyzed from the knees down, and the other was tetraplegic, with some voluntary movement of the hands but no capacity to grasp.


Both patients had been injured more than two years ago and had received conventional rehabilitation treatments throughout their recovery, and continued to do so during the stimulation treatment.


After approximately six months of the stimulation treatment, the paraplegic patient could bend both ankles, and the tetraplegic could grasp an object.


“We observed strengthened neural connections and partial restoration of movement to muscles which the patients were previously entirely unable to use,” explains Dr. Shulga.


The movement restored during the treatment was still present a month after the stimulation treatment had ended.


One of the patients is participating in a further study in which stimulation is given more extensively and for an even longer period.


Dr. Jyrki Mäkelä, head of the BioMag laboratory, points out that rehabilitation of patients with chronic spinal cord injuries is highly challenging, and new treatment methods are sorely needed:


“This is a case study with two patients only, but we think the results are promising.”


“Further study is needed to confirm whether long-term paired associative stimulation can be used in rehabilitation after spinal cord injury by itself and, possibly, in combination with other therapeutic strategies.”




Source : https://knowridge.com/2017/01/repeated-stimulation-treatment-can-restore-movement-to-paralyzed-muscles/

Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 17 février 2017 à 15:07:52
la c'est très intéressant, lésion chronique de 2 ans et récupération, pour le tétra j'aimerais voir a quoi consiste sa préhension, si elle est vraiment active ou pseudo-active, la
différence est quand même énorme entre les deux.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 18 février 2017 à 10:36:00
Selon l'article, le tétraplégique avait un certain mouvement volontaire des mains, mais aucune capacité de saisir : Donc tétra incomplet !

Après environ six mois de traitement de stimulation, le tétraplégique pouvait saisir un objet : Donc une amélioration de sa préhension (jusqu'à quel point ?)  :rolleyes:
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 23 février 2017 à 10:31:34
Citer
PathMaker Neurosystems remporte la subvention BpiFrance pour aider le développement clinique de MyoRegulator


15 FÉVRIER 2017


PathMaker Neurosystems a annoncé aujourd'hui avoir remporté une subvention de BpiFrance pour aider le dispositif de neuromodulation MyoRegulator conçu par la société pour traiter les patients souffrant de spasticité neuromotrice.


"Le dispositif MyoRegulator, basé sur la technologie DoubleStim de PathMaker, est conçu pour fournir une stimulation simultanée et non invasive aux endroits spinaux et périphériques", a déclaré la société basée à Boston et à Paris.


La subvention aidera le lancement d'un programme de développement clinique en France, par le biais duquel l'entreprise collaborera avec des chercheurs et des cliniciens à l'ICM de Paris qui sera le site européen d'essai clinique pour le MyoRegulator.


"Nous sommes vraiment heureux d'avoir reçu ce soutien de Bpifrance. Après un examen complet de notre société et de notre technologie, Bpifrance démontre la confiance dans nos efforts et nous sommes reconnaissants pour le soutien et la validation de cette institution de premier plan", a déclaré le PDG Nagar Yaghoubi dans un communiqué de presse.


Le mois dernier, PathMaker Neurosystems a annoncé qu'elle travaillerait avec l'ICM en France pour lancer un essai clinique humain de son système de neromodulation de MyoRegulator.


La société a annoncé qu'elle envisageait de lancer des essais cliniques en France à la fin cette année et que les données des essais seraient utilisées pour appuyer la demande de dépôt de la marque dans l'Union européenne pour le système.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




PathMaker Neurosystems wins BpiFrance grant to support MyoRegulator clinical dev


FEBRUARY 15, 2017


PathMaker Neurosystems said today that it won a grant from BpiFrance to support the company’s MyoRegulator neuromodulation device designed to treat patients with neuromotor spasticity.


The MyoRegulator device, based on PathMaker’s DoubleStim technology, is designed to provide simultaneous, non-invasive stimulation at spinal and peripheral locations, the Boston and Paris-based company said.


The grant will support the initiation of a clinical development program in France, through which the company will collaborate with researchers and clinicians at Paris’ Brain and Spine Institute which will operate as the European clinical trial site for the MyoRegulator.


“We are truly pleased to have received this support from Bpifrance. After comprehensive review of our company and technology, Bpifrance is demonstrating confidence in our efforts and we are thankful for the support and validation from this leading institution,” prez & CEO Dr. Nader Yaghoubi said in a press release.


Last month, PathMaker Neurosystems announced that it will work with France’s Brain and Spine Institute to launch a human clinical trail of its MyoRegulator neromodulation system.


The company said it plans to initiate clinical trials in France later this year, and that data from the trials would be used to support CE Mark clearance in the European Union for the system.




Source : http://www.massdevice.com/pathmaker-neurosystems-wins-bpifrance-grant-support-myoregulator-clinical-dev/
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: mick 74 le 23 février 2017 à 18:00:08
donc Thierry les 1er essais aurons lieu en France  pour 2018  :708: quelle site pour les demandes d'inscriptions savoir ceux qui sont compatible ou pas  :hein: maintenant avec l'âge qui avance  :confused:
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 07 juillet 2017 à 14:41:37
Citer
Les centres de rééducation clinique du réseau NeuroRecovery adoptent le système Xcite de stimulation électrique neuromusculaire (NMES)


28 juin 2017


Le Réseau NeuroRecovery® de la Fondation Christopher & Dana Reeve (NRN) prend en charge les centres de rééducation clinique de pointe et les centres de conditionnement physique (CFW) qui constituent deux branches de soins pour les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière et d'autres handicaps physiques.


Les neuf centres de rééducation NRN et CFW recevront 30 systèmes Xcite de thérapies réparatrices qui seront utilisés pour mettre en œuvre le programme de rééducation NMES de pointe pour les patients aux États-Unis. L'acquisition a été financée par le réseau Reeve NRN et l'Université de Louisville en collaboration avec les centres de rééducation et les CFW. (…)


Le système Xcite offre jusqu'à 12 canaux de stimulation électrique aux nerfs qui activent les muscles de la ceinture abdominale, des jambes et des bras. Une stimulation séquencée facile à utiliser provoque un mouvement fonctionnel permettant aux muscles paralysés ou faibles d'un patient de bouger à travers des modèles dynamiques de mouvements spécifiques.


"Xcite est le premier système de rééducation par stimulation électrique vraiment pratique de ce genre. En plus de combiner plusieurs interventions de neuro-réhabilitation, stimulation électrique spécifique à la tâche et rééducation neuromusculaire, Xcite est portable et assez facile à utiliser, qu'il pourrait être utilisé dans la maison du patient", a déclaré le professeur Susan Harkema, du Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, Université de Louisville. "Dans le contexte de la rééducation influençant la plasticité neurale comme moyen de restauration neurale, la rééducation à la maison est un élément essentiel du progrès et je vois Xcite comme un excellent outil pour y parvenir", conclut Harkema.


"Les centres de rééducation clinique NRN et les CFW ont joué un rôle clé lors du développement du système Xcite", dit Andrew Barriskill, PDG de Restorative Therapies. "Xcite est conçu pour être intégré dans les programmes de thérapie de pointe développés et utilisés par le NRN de la Fondation Reeve tout en étant faciles à utiliser dans toute la kinésithérapie ou rééducation fonctionnelle".




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




NeuroRecovery Network clinical rehabilitation centers adopt Restorative Therapies' Xcite System for Neuromuscular Electrical Stimulation (NMES)


June 28, 2017


The Christopher & Dana Reeve Foundation's NeuroRecovery Network® (NRN) supports cutting-edge Clinical Rehabilitation Centers and Community Fitness and Wellness Facilities (CFWs) that make up two branches of care for people living with spinal cord injury and other physical disabilities.


The nine NRN rehabilitation centers and CFWs will receive 30 Restorative Therapies' Xcite systems which will be used to implement NRN's cutting edge NMES rehabilitation program for patients across the US. The acquisition was funded by the Reeve NRN Network and the University of Louisville in conjunction with the rehabilitation centers and CFWs.


NMES is a physical therapy rehabilitation modality used to evoke sensory feedback, functional movements and exercise not otherwise possible for individuals with a neurological impairment such as a spinal cord injury, stroke, multiple sclerosis or cerebral palsy.


The Xcite system delivers up to 12 channels of electrical stimulation to nerves which activate core, leg and arm muscles. Easy to use sequenced stimulation evokes functional movement enabling a patient's paralyzed or weak muscles to move through dynamic task specific movement patterns.


"Xcite is the first truly practical electrical stimulation rehabilitation system of this kind that I have seen. In addition to combining several valuable neuro-rehabilitation interventions, task-specific electrical stimulation, mass practice and neuromuscular re-education, Xcite is portable and easy enough to use that it could be used in the patient's home," said Prof. Susan Harkema of the Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, University of Louisville. "In the context of rehabilitation influencing neural plasticity as a means for neural restoration, training in the home is an essential component of progress and I see Xcite as a great tool in achieving this," concludes Harkema.


"The NRN clinical rehabilitation centers and CFWs played a key role during the development of the Xcite system." says Andrew Barriskill, CEO of Restorative Therapies. "Xcite is designed to be integrated into the cutting edge therapy programs being developed and utilized by the Reeve Foundation's NRN while at the same time being easy to use within any physical therapy or occupational therapy."




Source : https://www.benzinga.com/pressreleases/17/06/p9662578/neurorecovery-network-clinical-rehabilitation-centers-adopt-restorative



Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 07 juillet 2017 à 16:16:11
une video explicative serait la bienvenue,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 06 novembre 2017 à 11:09:15
Citer
Un traitement révolutionnaire permet à un blessé de la moelle épinière de se tenir debout et de bouger les jambes

Il faut des années d'entraînement physique.


27 OCT 2017


Grâce à une combinaison de stimulation électrique et d'entraînement physique intense, un homme atteint d'une lésion médullaire complète a retrouvé la capacité de se lever et de bouger ses jambes.


Andrew Meas s'est cassé la colonne vertébrale dans un accident de moto alors qu'il n'avait que 28 ans. Il était incapable de marcher, de se tenir debout ou de bouger volontairement ses jambes, même après 21 mois de rééducation et d'entraînement après l'accident.


Un peu plus de quatre ans après l'accident, des chercheurs du Centre de recherche sur les lésions de la moelle épinière du Kentucky à l'Université de Louisville ont associé sa réadaptation avec ce qu'on appelle la stimulation épidurale de la moelle épinière (scES).


C'est assez invasif. Il s'agissait d'un dispositif implanté sur la colonne vertébrale de Meas, fournissant une stimulation électrique au niveau lombo-sacré pendant l'entraînement physique. Une électrode a été reliée à un générateur d'impulsions placé sous la peau de l'abdomen du patient.


Au cours de 44 mois d'entraînement physique à l'aide de scES, Meas a retrouvé la capacité de bouger ses membres sans avoir besoin de scES.


"La plasticité induite avec l'entraînement physique peut rétablir le contrôle volontaire du mouvement et se tenir debout après une paralysie complète chez les humains, même des années après une blessure", a déclaré la chercheuse Susan Harkema.


"Cela devrait ouvrir de nouvelles opportunités pour la rééducation basée sur la récupération, et non seulement apprendre à fonctionner avec des stratégies compensatoires, même pour ceux qui ont les blessures les plus graves."


Meas a été l'un des quatre participants à une étude menée par la même institution, qui ont tous retrouvé une certaine fonction motrice grâce à l'activité physique et au scES.


Cette rééducation initiale de neuf mois exigeait des séances quotidiennes d'une heure - d'abord debout, puis en marchant. Par la suite, Meas a continué à s'entraîner debout pendant un an à la maison, avant de retourner au laboratoire pour suivre un programme d'entraînement de trois mois, à la fois debout et pas à pas.


C'est après cet entraînement que Meas a été en mesure d'étendre ses genoux, d'atteindre une position debout, de rester debout sans assistance et même de se tenir debout sur une jambe. De plus, il pourrait le faire sans l'aide de la stimulation électrique.


La stimulation électrique pour restaurer la fonction motrice chez les patients atteints de paralysie est un domaine de recherche en croissance au cours de ces dernières années.


En 2015, par exemple, une étude UCLA a révélé que la stimulation de la colonne vertébrale a aidé cinq patients atteints de paralysie à retrouver un certain mouvement volontaire dans leurs jambes - mais pas assez pour supporter leur poids.


Mais une approche similaire a ensuite été utilisée en combinaison avec un exosquelette robotique pour aider un homme paralysé à marcher à nouveau.


Les chercheurs sur le cas de Meas pensent que son rétablissement remarquable peut être attribué à la combinaison de la rééducation et de l'entraînement basée sur scES qui a remodelé les connexions neuronales le long de la moelle épinière.


Ils pensent également que la quantité d'efforts que Meas a mis dans l'entraînement a également contribué.


Le travail dur à long terme et l'engagement semblent être une partie non négligeable du processus de rétablissement. L'équipe a constaté que chez tous les participants, huit mois d'entraînement physique et de scES n'ont entraîné aucune amélioration sans stimulation.


Cependant, les résultats sont prometteurs, indiquant que la moelle épinière peut, en effet, récupérer après une lésion traumatique.


"Le système nerveux humain peut être guéri d'une blessure grave à la moelle épinière, même plusieurs années après une blessure. Meas a été implanté avec le stimulateur quatre ans après sa blessure. Nous avons vu des récupérations motrices deux ans, six ans après la blessure."


"On estime généralement qu'un an après une lésion, vous êtes classé comme chronique et que vous ne vous améliorerez plus. Les données de cette étude sont une preuve que le système nerveux humain a des capacités de récupération beaucoup plus grandes que prévu."




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Breakthrough Treatment Lets Man With Spinal Cord Injury Stand And Move Legs


It took years of hard work.


27 OCT 2017


Through a combination of electrical stimulation and intense physical training, a man with a complete spinal cord injury has regained the ability to independently stand up and move his legs.


Andrew Meas broke his neck in a motorcycle accident when he was just 28 years old. He was unable to walk, stand, or voluntarily move his legs, even after 21 months of rehabilitation and training following the accident.


Just over four years after the accident, researchers from the Kentucky Spinal Cord Injury Research Center at the University of Louisville paired his rehabilitation with something called spinal cord epidural stimulation (scES).


It's fairly invasive. It consisted of a device implanted over Meas's spinal column, providing electrical stimulation to the lumbosacral enlargement during physical training. An electrode lead was tunnelled to a pouch under the skin of the patient's abdomen, which contained the pulse generator.


Over the course of 44 months of physical training with scES, Meas has regained the ability to move his lower limbs, without needing the scES to do so.


"Activity-dependent plasticity can re-establish voluntary control of movement and standing after complete paralysis in humans even years after injury," said senior researcher Susan Harkema.


"This should open up new opportunities for recovery-based rehabilitation as an agent for recovery, not just learning how to function with compensatory strategies, even for those with the most severe injuries."


Meas was one of four participants in an earlier study by the same institution, all of whom regained some motor function through the use of physical activity and scES.


That initial nine-month training required daily, one-hour sessions - first standing, then stepping. Afterwards, Mease continued standing training for a year at home, before returning to the lab for a three-month training regime for both standing and stepping.


It was after this training that Meas was able to extend his knees, reach a standing position, maintain a standing position without assistance, and even stand on one leg. Moreover, he could do so without the aid of electrical stimulation.


Electrical stimulation to restore motor function in paralysis patients has been a growing field of research in the last few years.


In 2015, for example, a UCLA study found that spinal stimulation helped five paralysis patients regain some voluntary movement in their legs - although not enough to support their weight.


But a similar approach was later used in combination with a robotic exoskeleton to help a paralysed man walk again.


The researchers on Meas's case believe that his remarkable recovery can be attributed to the combination of activity and scES-based training which has remodelled the neuronal connections along the spinal cord.


They also believe that the amount of sheer effort Meas put into the training contributed as well.


"The voluntary component of him trying constantly with spinal stimulation on and while performing motor tasks can lead to unexpected recovery," said first researcher Enrico Rejc.


The long-term hard work and commitment seems to be a not insignificant part of the recovery process. The team found that in all participants, eight months of physical training and scES did not lead to any improvement without stimulation.


However, the results are promising, indicating that the spinal cord can, indeed, recover after a traumatic injury.


"The human nervous system can recover from severe spinal cord injury even years after injury. In this case, he was implanted with the stimulator four years after his injury. We saw motor recovery two years later - so six years after injury," Rejc said.


"It is commonly believed that one year from injury, you are classified as chronic and it's likely that you will not improve any more. This data is proof of principle that the human nervous system has much greater recovery capabilities than expected."




Source : https://sciencealert.com/man-complete-spinal-cord-injury-paralysis-stand-electric-stimulation-legs (https://sciencealert.com/man-complete-spinal-cord-injury-paralysis-stand-electric-stimulation-legs)
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 06 novembre 2017 à 11:42:25
encourageant et surréaliste a la fois!


merci Thierry.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: Gyzmo34 le 06 novembre 2017 à 14:00:53
Ce sont de bonnes nouvelles qui confirme que l'on à encore beaucoup à apprendre (mais peu à peu, on grapille) :)

L'article est  aussi visible sur notre site Internet => http://alarme.asso.fr/c14-actualites/stimulation-epidurale/ (http://alarme.asso.fr/c14-actualites/stimulation-epidurale/)

Bonne journée à tous,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 06 novembre 2017 à 14:56:02
apres avoir eu connaissance de ces bonnes nouvelles ,,qu'est ce qu'on fait?
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: flo-reve le 06 novembre 2017 à 16:39:00
Qu'est-ce qu'on fait !


ont prend un billet d'avion pour le Kentucky.....et ça part de là....en plus je connais pas le Kentucky !


Plaisanterie mise à part c'est une excellente nouvelle !  :smiley:
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 07 décembre 2017 à 13:53:44
Citer
4 DÉCEMBRE 2017


Un nouvel essai visant à réparer les lésions de la moelle épinière donne un nouvel espoir aux Australiens paralysés


Anne-Marie Howarth conduisait sa moto dans les Blue Mountains quand elle est allée trop vite dans un virage, a percuté une barrière qui a "écrasé" sa colonne vertébrale, la laissant paralysée de la poitrine jusqu'en bas.


Au cours des 12 années qui ont suivi, Mme Howarth, âgée de 43 ans, n'a jamais pensé qu'elle verrait une percée médicale sur les lésions de la moelle épinière au cours de sa vie, et encore moins en cinq ans.


Mais c'est maintenant la réalité. Un essai commencera à Sydney l'année prochaine où les scientifiques utiliseront des courants électriques pour stimuler les moelles épinières lésées des tétraplégiques.


"Tout le monde ne cesse de répéter que dans 10 ans, les choses seront différentes, pourtant rien ne se passe", a déclaré Mme Howarth, qui utilise un fauteuil roulant "à 99,9%" de son temps.


"Mais c'est la première fois que nous pouvons réellement penser, oui, ce traitement pourrait réellement apporter des améliorations à la vie des gens dans cinq ans."


En juillet, une équipe de l'Université de Technologie de Sydney tentera de reproduire le travail du Professeur Reggie Edgerton de l'Université de Californie à Los Angeles, qui a aidé 20 personnes paralysées à bouger à nouveau leurs membres - défiant le dogme médical.


Encore à ses balbutiements, la neuromodulation implique l'utilisation de courants électriques pour stimuler la moelle épinière sous le point de lésion, lui permettant «d'entendre» et d'agir sur les messages du cerveau.


Le travail du professeur Edgerton est révolutionnaire, car il pourrait briser la croyance médicale de longue date que la moelle épinière est simplement un messager entre le cerveau et les membres, et une fois sectionné, ne peut pas être réparé.


Environ 15 000 Australiens vivent avec une lésion de la moelle épinière. Plus de 300 nouveaux cas sont enregistrés chaque année, dont un tiers provoqué par un accident de véhicule.


Le professeur Bryce Vissel, directeur du Centre de Neuroscience et de Médecine Régénérative de l'UTS, a déclaré que l'expérimentation humaine sera la première en dehors des Etats-Unis et se déroulera dans un environnement pluridisciplinaire impliquant les meilleurs cerveaux dans des domaines aussi variés que l'ingénierie, même l'économie.


Le professeur Edgerton a accepté un poste à temps partiel et arrivera en janvier.


Dans un premier temps, en attendant l'approbation éthique, l'équipe visera à rétablir la fonction de la main chez les participants atteints de tétraplégie.


"Reggie a redéfini ce qu'est une lésion de la moelle épinière parce que jusqu'à présent, ils pensaient qu'une lésion complète était caractérisée par une perte complète de sensation et de fonction en dessous de la blessure", a-t-il dit.


"Mais il pourrait y avoir un petit nombre de fibres nerveuses fonctionnelles, qui courent toujours à travers le site de la lésion, quelques fibres nerveuses", a-t-il poursuivi.


"La technologie de Reggie augmente la capacité de la partie inférieure de la moelle épinière à entendre les petits signaux qui arrivent sur le site de la lésion, donc ce ne peut pas être une blessure 'complète'."


La dernière étude de stimulation de la moelle épinière montre que les participants ont besoin de moins en moins de stimulation pour réaliser les mêmes mouvements, ce qui suggère que la thérapie établit une «cascade d'événements de réparation» pour provoquer la guérison.


En outre, une recherche encore à publier par le Dr Edgerton montre que la stimulation électrique peut également être utilisée pour gérer l'hypertension artérielle, ce qui est important car l'hypertension artérielle causée par la dysréflexie est une cause majeure de décès chez les personnes paralysées.


Selon Mme Howarth, la neuromodulation améliore la fonction vésicale et intestinale.


"Ce n'est pas seulement la capacité de bouger et de marcher, mais de reprendre le contrôle des organes internes comme la vessie et l'intestin, et nous avons observé ces effets", a-t-elle déclaré.


Mme Howarth a déclaré que, en tant que "personne incomplète" qui peut bouger un orteil, les gains pourraient être plus importants pour elle.


"Ils ont montré des gains énormes pour les lésions complètes, donc pour moi, en tant que paraplégique incomplet, je me demande si les résultats pourraient être encore meilleurs."


Professeur Vissel a déclaré que les avantages de la neuromodulation pourraient s'étendre à des centaines de milliers d'Australiens avec toutes sortes d'affections de mobilité.


"Nous voulons développer l'ingénierie de l'appareil, le déployer à travers l'Australie et aider les personnes atteintes d'AVC, d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson", a-t-il déclaré.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




DECEMBER 4 2017


New trial aiming to repair injured spinal cords gives new hope to paralysed Australians


Anne-Marie Howarth was riding her motorcycle in the Blue Mountains when she went too fast on a bend, crashed into a barrier and "squashed" her spine, leaving her paralysed from the lower chest down.


In the 12 years since, Ms Howarth, 43, never thought she would see a medical breakthrough that reversed spinal cord injuries in her lifetime, let alone in five years.


But that's now the reality. A trial will begin in Sydney next year where scientists will use electrical currents to jump-start the broken spinal cords of quadriplegics.


"Everybody keeps saying in 10 years' time things will be different and it just goes on and on," said Ms Howarth, who uses a wheelchair "99.9 per cent" of the time.


"But this is the first time we can actually think, yes, this treatment could actually deliver improvements to people's lives in five years' time."


In July, a team at University of Technology, Sydney, will attempt to replicate and build on the work of Professor Reggie Edgerton from the University of California, Los Angeles, who has helped 20 paralysed people move their limbs again – defying medical dogma.


Still in its infancy, neuromodulation involves using electrical currents to stimulate the spinal cord below the point of injury, enabling it to "hear" and act upon messages from the brain.


Professor Edgerton's work is groundbreaking, as it could shatter the long-held medical belief that the spinal cord is simply a messenger between the brain and the limbs, and once severed, cannot be repaired.


About 15,000 Australians live with a spinal cord injury. More than 300 new cases are recorded each year, with a third caused by a vehicle-related accident.


Professor Bryce Vissel, director of the newly established Centre for Neuroscience and Regenerative Medicine at UTS, said the human trial will be the first outside the US and run in a multi-disciplinary environment involving the best minds in fields as varied as engineering, IT and even economics.


Professor Edgerton has accepted a part-time position and will arrive in January.


As a first step, pending ethics approval, the team will aim to restore hand function in participants with quadriplegia.


"Reggie has redefined what a spinal cord injury is because up till now, they thought a 'complete' injury was characterised by a complete loss of sense and function below the injury," he said.


"But there might be small numbers of nerve fibres, functional, still running through the injury site, some pathway," he continued.


"Reggie's technology elevates the ability of the lower part of the spinal cord to hear the small signals that are coming through the injury site, so it may not be a 'complete' injury."


The latest spinal cord stimulation study shows participants require less and less stimulation to achieve the same movements, suggesting the therapy sets a "cascade of repair events" to bring about recovery.


In addition, yet-to-be-published research by Dr Edgerton shows electrical stimulation can also be used to manage high blood pressure, which is an important finding because high blood pressure caused by dysreflexia is a leading cause of death among paralysed people.


Another exciting benefit, says Ms Howarth, is that neuromodulation has been shown to improve bladder and bowel function.


"It's not just the ability to move and walk, but to get some control back over internal organs like the bladder and bowel, and we've been seeing these huge flow-on effects," she said.


Ms Howarth, who created Paralogic, which sells affordable catheters, said as an "incomplete sever" who can wriggle a toe, the gains could be bigger for her.


"They've shown huge gains for complete injuries, so for me, as an incomplete sever, I'm wondering whether the outcomes could be better."


Professor Vissel said the benefits of neuromodulation could extend to hundreds of thousands of Australians with all sorts of mobility conditions.


"We want to develop the engineering of the device, roll it out across Australia, and help people with stroke, Alzheimer's and Parkinson's disease," he said.


To make this happen, UTS has partnered with SpinalCure Australia and Spinal Cord Injuries Australia so that the treatment package, when ready, can be rolled out in rehabilitation centres across the country.


The "Project Edge" collaboration is seeking to raise $15 million, and has recently received $3 million from the Neilson Foundation.


"The faster we raise the money, the quicker we can reach more people around the country and continue the research to build on Reggie's outstanding results," said Duncan Wallace, chief executive of SpinalCure Australia.


For more information, visit www.projectedge.org.au (http://www.projectedge.org.au)




Source : http://www.smh.com.au/national/new-trial-aiming-to-repair-injured-spinal-cords-gives-new-hope-to-paralysed-australians-20171130-gzvzwe.html (http://www.smh.com.au/national/new-trial-aiming-to-repair-injured-spinal-cords-gives-new-hope-to-paralysed-australians-20171130-gzvzwe.html)
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 07 décembre 2017 à 18:06:28
donc on a a patienter seulement 5 ans avant  de retrouver nos mouvements d'avant,,,,c'est long et court a la fois,,ce que je remarque ,le professeur courtine n'est pas le seul a proposer la stimulation epidurale,,,c'est tout benefice pour nous,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: mick 74 le 08 décembre 2017 à 16:10:44
non   :sm31: farid  5 ans c'est trop court   :sm31: minimum 15 ans en étant très   :hein:  très  OPTIMISTE  pour les pessimistes     :undecided:  devant le 5  mettre un   ZERO   =50ans 
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 08 décembre 2017 à 16:54:17
l'avantage dela stimulation epidurale est qu'elle donne des resultats immediats,,le mouvement est instantane ,le probleme de la vessie ,intestins et sexe est pratiquement resolu ,,quand a la marche,il faut un certain temps pour l'obtenir et beaucoup d'entrainement ,,,de plus avec le temps ,de nouvelles connexions nerveuses vont apparaitre ,,c'est toute la demarche de gregoire courtine dans ses essais cliniques chez l'homme apres avoir obtenu des resultats convaincants chez l'animal ,le rat en l'occurence,,la FAD,organisme americain qui autorise la commercialisation des medicaments et tout produit therapeutique a donne la permission d'utiliser  les stimulateurs epiduraux,et plusieurs cliniques dans le monde proposent la mise en place de stimulateurs epiduraux chez les patients qui le desirent,,quand a l'europe ,elle attend certainement les resultats des essais cliniques du professeur courtine pour donner l'autoristion d'utiliser les stimulateurs epiduraux,,ce qui ne va pas exeder 3 ou 4 ans,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 09 décembre 2017 à 08:46:11
j'ai consulte la presidente de l'association des neurochirurgiens algeriens ,,apres la lecture de mon dossier,elle m'a annonce que j'ai ete opere par un orthopediste et non pas par un neurochirurgien ,que contrairement au compte rendu de l'operation qui stipulait que la moelle est intacte,'il y avait forcement une atteinte medullaire au niveau du cone terminal incluant les segments lombaiRes L4 et L5,ce qui arrive fatalement dans le cas d'une fracture communitive de la 1ere vertebre lombaire ,que la moelle epiniere etait plus fragile que le cerveau,,qu'une irm montrerait la lesion mais que c'est complique car j'ai des plaques camille et que maintenant on utilise des plaques en titane qui permet l'irm,que la lesion du cone terminal est la pire qui soit,,,qu'il n'y a pour le moment aucune therapie contre la paralysie d'origine medullaire et qu'en consequence elle ne pouvait rien faire pour moi et qu'il fallait esperer et attendre la fin des essais cliniques en cours
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 11 janvier 2018 à 11:24:11
Citer
L'Université de Louisville lance une étude novatrice sur les lésions de la moelle épinière


Publié: 05 Jan 2018


LOUISVILLE, Ky. (WDRB) - La Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé une nouvelle étude de l'École de médecine de l'Université de Louisville, dans laquelle elle testera la stimulation épidurale pour les personnes paralysées.


"Les données actuelles de la science montrent que la moelle épinière est vraiment aussi intelligente que le cerveau", a déclaré le Dr Susan Harkema, Centre de recherche sur les lésions de la moelle épinière du Kentucky.


Les chercheurs sont à la recherche de 36 participants souffrant de lésions de la moelle épinière pour faire partie de l'étude. Chaque personne aura un dispositif implanté sur leur moelle épinière. Grâce à ce dispositif, l'électricité déclenche leur système nerveux.


Les chercheurs ont déclaré que cette stimulation aide les corps à réapprendre à ressentir, bouger, rester debout et améliorer les fonctions cardiovasculaires.


"Nous avons observé que leur tension artérielle est revenue à la normale", a déclaré Harkema. "Et certaines de ces choses ont un impact sur la qualité de vie plus importante que ne pas pouvoir se tenir debout ou marcher."


Harkema a déjà vu des résultats. Elle a dit que certaines personnes ont retrouvé une certaine sensation et ont été capables de se tenir debout ou de contrôler leurs mouvements. Harkema a également vu le cœur des gens se renforcer et la tension artérielle se normaliser.


Les chercheurs pensent que l'étude montrera si cette stimulation peut ou non être transformée en traitement clinique. Et en étudiant les effets sur les blessures les plus graves de la moelle épinière, ils s'attendent à ce que cela aide aussi ceux qui ont des blessures moins graves.


Ce sera la plus grande étude sur ce sujet dans le monde. L'Université de Louisville procède actuellement au dépistage des candidats potentiels pour l'étude qui durera de six ans. Chaque personne s'inscrira pour deux ans.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




U of L launches groundbreaking study on spinal cord injuries


Posted: Jan 05, 2018


LOUISVILLE, Ky. (WDRB) -- The U.S. Food and Drug Administration approved a new University of Louisville School of Medicine study, in which it will test epidural stimulation for people who are paralyzed.


“The new science really is that the spinal cord itself is just as smart as the brain,” said Dr. Susan Harkema with the U of L Kentucky Spinal Cord Injury Research Center.


Researchers are searching for 36 participants suffering from spinal cord injuries to be a part of the study. Each person will have a device implanted above their spinal cord. Through that device, electricity then triggers their nervous systems.


Researchers said this stimulation helps bodies re-learn how to feel, move, stand and improve cardiovascular functions.


“We’ve been able to take their blood pressure and bring it back to normal again,” Harkema said. “And some of these things are actually what impact the quality of life even more than not being able to stand or walk.”


Harkema has already seen results. She said some people have regained some feeling and have been able to stand or control their movements. Harkema has also seen people’s hearts strengthen and blood pressure normalize.


Researchers hope the study will show whether or not this stimulation can be turned into a clinical treatment. And by studying the effects on the most severe spinal cord injuries, they expect it will help those with less severe injuries as well.


This will be the largest study on this topic in the world. U of L is currently screening potential candidates for the six-year study. Each person would enroll for two years.




Source : http://www.wdrb.com/story/37203362/u-of-l-launches-groundbreaking-study-on-spinal-cord-injuries
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 11 janvier 2018 à 14:47:51
donc cette etude durera 6 ans ,pourquoi pas 12 ans ou 24 ans?POURTANT ce n'est pas un traitement medicamenteux ou d'injection de cellules souche ou autres ,,ces echeances super longues me ruinent le moral,,,il ya pourtant plusieurs cliniques qui proposent la stimulation epidurale notamment en birmanie,le probleme est le cout de l'operation ;;4 americains ont beneficie de la stimulation epidurale ,d'apres leurs temoignages ,les benefices qu'ils en ont tires sont reels,,,pourquoi attendre pour proposer cette stimulation au plus grand nombre?
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 11 janvier 2018 à 18:51:01
bonsoirs a tous ,


farid je ne veux pas te casser le moral , mais il ne faut pas rêver , la stimulation épi-durale , n est pas au point , et je crains qu il y en a pour longtemps , cela fait combien de temps qu ils en parlent des essais , ces un  peu comme les injections de cellules souches , tout ça  ces de la propagande , pour pouvoir ramasser des dons et des aides ,
jus qu a présent ils n y a pas de témoignage sérieux , que cela marche ,
eux ils vivent bien dans leurs labo , 


alors ne rêve , essaye de vivre ta vie le mieux possible ,


daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: mad le 12 janvier 2018 à 00:05:43
Bonsoir,
D'accord avec Daniel : il ne faut pas rêver ce n'est pas pour nous. Bon je suis content quand même pour les générations futures.
Et je comprends Farid : on dit toujours oui l'étude va durer 5 ans ou 10 ans ou 50 lol
Et les études qu'on a commencé il y a 22 ans (quand j'ai eu mon accident) ? plus de nouvelles :-)
Ils vont y arriver c'est sur mais il faudrait des gros budgets et une législation plus souple.
Peut être d'ici 20 ans ou +
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 12 janvier 2018 à 10:36:53
je me pose parfois des questions du genre "et si on nous menait en bateau?",qu'on nous faisait miroiter une therapie qui n'aura jamais lieu,,qu'on nous bassine avec de faux espoirs,, qu'on nous fait patienter avec des effets d'annonce depuis les annees 2000 et meme avant,,,qu'on nous amuse avec des rats qui marchent,,,,que remarcher apres une lesion severe de la moelle epiniere est en realite une utopie,,,
j'espere surtout que je me trompe,,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 12 janvier 2018 à 11:20:35
Citer
donc cette etude durera 6 ans ,pourquoi pas 12 ans ou 24 ans?


Parce qu'une étude clinique dure 6 ans : phase 1 = 2 ans / phase 2 = 2 ans / phase 3 = 2 ans

Il faut cette étude clinique (autorisée par la FDA) pour valider la thérapie, et qu'elle puisse être appliquée sur TOUS les patients.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 12 janvier 2018 à 11:57:29
on aura beau m'expliquer qu'il faut six ans pour tester la stimulation epidurale;je dis que c'est trop long ,,ce n'est pas une navette spatiale qu'on envoie sur uranus,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: Edelweiss le 19 janvier 2018 à 10:59:31
Bonjour, je partage complètement l’opinion de Daniel.


Je sais que ce que je vais dire n’est pas porteur d’espoir.


J’ai participé, comme 1er volontaire, à l’essai clinique de stimulation épidurale pilotée par Grégoire Courtine dans le cadre du CHUV et de l’EPFL de Lausanne.
J’ai signé un ‘consentement éclairé’ avant de participer au protocole.


J’ai été implanté, une opération en anesthésie générale, en août 2016. À partir du mois de septembre 2016 et jusqu’à là mi-mars 2017, je me suis rendu 4 jours par semaine (du lundi au jeudi) au Gait Lab, dans les locaux de l’hôpital Nestlé (CHUV).


Pour ma part, sans préjuger des résultats des autres patients, je suis très déçu par le peu d’efficacité de cette méthode et par l’aggravation de mon état de santé qui a résulté de cette étude.


Pour être plus clair, il faudrait beaucoup plus d’électrodes, de précision dans la pose de ces derniers sur la dure-mère, de muscles pris en compte par le dispositif pour obtenir un brin d’efficacité.


Par exemple, le système actuel ne s’intéresse pas aux muscles stabilisateurs que sont les moyens fessiers (abducteurs). Pourtant, dans n’importe quel centre de rééducation,  ces muscles sont l’objet de toutes les attentions car indissociables de l’équilibre.


Sur le plan fonctionnel, ce système ne peut fonctionner que dans un labo fermé, avec des capteurs de position sur les articulations du patient et des caméras infrarouges sur l’axe de progression....tout ceci est bien sûr impossible à transposer, de manière fonctionnelle, dans la vie réelle.


Enfin, j’ai de gros doutes sur la véracité des études prétendant que des reconnections se font dans une moelle épinière lésée, grâce à la stimulation électrique et l’entraînement intensif.


Enfin, dans mon cas, cet entraînement a abouti à une aggravation importante d’une scoliose sans que personne ne s’en soit inquiétée au cours de l’étude malgré des douleurs non-expliquées à un ischion (provoquées par un déséquilibre grandissant, au cours des entraînements, de mon bassin).
Pour finir, l’opération d’ablation finale du dispositif, début octobre 2017, a provoqué un meningocèle et une fuite de liquide céphalo-rachidien.


Bref, il est évident que si j’avais su comment cela allait se dérouler, jamais je n’aurais participé à STIMO.
L’équipe avait d’ailleurs beaucoup de difficultés à recruter de nouveaux cobayes.


Pour conclure, l’impression que me laisse cette expérience, est un amateurisme technique bien dissimulé derrière une efficace communication.
D’autres groupes, comme indiqué sur ce site, aux Etats-Unis par exemple, qui travaillent sur la neuro-stimulation reprennent ´en boucle’ le même discours que celui de Grégoire Courtine.
Je pense, ce n’est que mon avis de cobaye après 6 mois de décharges électriques, que cette méthode ne sera pas la solution à nos problèmes de moelle épinière et je tenais à le faire savoir aux personnes intéressées par la recherche.


Meilleurs vœux pour 2018 malgré tout.


Bertrand

Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 19 janvier 2018 à 11:17:32
merci de ton retour d'information, tu n'étais pas seul pour ces test, qu'en dise les autres "cobayes" , patient testeur serait plus adéquate comme terme.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 19 janvier 2018 à 11:22:12
 @ edelweiss,,, je suis desole pour toi,,,ET QU'EN A PENSE LE PROF GREGoIRE COURTINE DE CETTE MALHEUREUSE EXPERIENCE? pour les moyens fessiers et leur role essentiel dans l'equilibre chez le bipede qu'est l'etre humain  ,je suis entierement d'accord avec toi,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 19 janvier 2018 à 11:35:33
Farid, la on a l'avis d'un seul testeur, ce serait bien d'en avoir plusieurs, impossible de se fonder un avis sur un seul témoignage, il en est de même si Prf Courtine intervenait.
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 19 janvier 2018 à 11:42:27
bonjours a toutes et tous ,


merci du retour edelweiss ,


ces chercheurs sont tous les même , cherche des cobayes , et surtout de l argent , même au prix si tu es a moitiez estropier , et le professeur courtine et comme les autres
que ce soit en chine , en Russie , ou aux etat uni ,
le problème , d edelweiss , c'est qu il n y as pas de retour en arrière , moi je préfère attendre , et avoir un exosquelette Electrique , au moins tu ne te fait pas charcuter , bien sur l exosquelette a un coût , mais comparer a ce que nous explique edelwiess , j ai vite choisi ,daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 19 janvier 2018 à 11:45:41
t'as raison,gilles,,un seul avis meme si il parait plausible ,n'est pas la majorite,,d'autresavis dont celui de courtine seraient les bienvenus,,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 19 janvier 2018 à 11:54:17
re , le professeur courtine me fait penser un peu au professeur rabichon a propara dans les année 2000 , avec ces électrodes dans les muscles ,
daniel

Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 19 janvier 2018 à 11:57:29
re , peut etre pour le moment il n y a qu un seul avis , :sad:


mais si cela marcher , avec tout ses essais qu il a dans le monde , :twisted:


sa ce saurais  :sm27:


daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 19 janvier 2018 à 12:06:10
le temoignage d'edelweiss est une preuve de plus en ce qui concerne la complexite du probleme des lesions medullaires,, a part les exosquelettes ,il n'ya guere de solutions,,en 2004 ,date de mon accident ,je pensais qu'il y aurait une therapie debut des annees 2010,on est en 2018,,
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: mick 74 le 19 janvier 2018 à 15:43:07
  le professeur COURTINE va faire un rapport des essais mais il est vrai qu'il en faudra beaucoup désolé  :cry: edelweiss  qu'il n'y a eu aucune amélioration dommage mais il y aura d'autres échecs malheureusement une petite consolation il ne ta pas fallu traverser   le globe pour les essais
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 19 janvier 2018 à 16:22:57
re ,


des rapports ils en font des tonnes , et des tonnes , pour quoi faire  :cry:


pour attirer les cobayes , et avoir des subventions , et des dons , :evil:

et pour finir dans l’État  d edelwiess
:undecided:


ça ne donne pas envie , :salut:


daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 19 janvier 2018 à 17:17:06
les carottes sont cuites,,,que faire?
BERCHAT......AS TU UN PLAN D'AvENIR?
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 19 janvier 2018 à 17:26:42
re , tu te l attrape , et tu te la coupe :1420: (https://i62.servimg.com/u/f62/19/83/94/60/grosse11.gif)(https://i62.servimg.com/u/f62/19/83/94/60/grosse11.gif)(https://i62.servimg.com/u/f62/19/83/94/60/grosse11.gif)
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: dardaran le 19 janvier 2018 à 17:42:33
bonjour "groupe",

je crois que tout essaie, toute tentative, toute étude, tout rapport finiront aider la recherche à trouver une solution.
La  " Meta analyse " avec les nouveaux programmes dotés de l'intelligence artificielle sont capable de synthétiser toutes les recherches et fournir des pistes à venir de résultat concret.
La seule ressource dont l'homme ne disposera jamais et qui nous fait défait est  LE  TEMPS.
Les années passent ...
Mais je suis convaincu que la solution arrivera un jour... Idéalement, un jour assez proche pour que nous puissions en profiter.

May the Force be with you!

G.
Titre: Re : Re : Stimulation épidurale
Posté par: mick 74 le 20 janvier 2018 à 12:08:48
re , peut etre pour le moment il n y a qu un seul avis , :sad:


mais si cela marcher , avec tout ses essais qu il a dans le monde , :twisted:


sa ce saurais 
edelweiss n'était pas seul pour les essais il serait bien d'avoir les avis des autres candidats peut-être qu'il a des contacts avec pour nous informer de leurs progrès ou leurs  problèmes après l'opération  je pense que l'on est prévenu il n'y a pas de miracle pour avancer il faut des essais pour cela il faut des volontaires
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: unlucky le 20 janvier 2018 à 23:10:43
Merci Edelweiss pour ton témoignage.

Il est rare d'avoir de tel retour en toute sincérité.
Il est sur que les chercheurs sont très loin d'une solution fonctionnelle.
D'une façon générale il n'existe rien pour les maladies et trauma neurologiques.

Bonne année à tous
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: Edelweiss le 21 janvier 2018 à 00:02:40
Pour répondre à Gilles, sur les progrès des autres patients :

De septembre à la mi-octobre 2016, j’étais seul patient dans la salle GAIT Lab. Un second volontaire, David (un jeune suisse de la région de Zurich) est arrivé à la mi-octobre.
[/size]Nous avons travaillé alternativement dans le GAIT Lab (qui ne peut accueillir qu’un patient à la fois dans la configuration harnais/stimulation) en session de 03h00-04h00 par jour.Concernant les progrès de David, je ne peux donner autre chose que mon avis visuel sur les 4 mois que nous avons passé sur le plateau. Je pense qu'il n’y a eu aucun progrès tangible dans sa manière de marcher.


Toutefois, il a quitté l'étude en avril 2017. Je n'ai donc pas assisté aux deux derniers mois de son entrainement.
 
En revanche, je ne peux me prononcer sur les résultats aux tests suivants réalisés individuellement dans les couloirs du CHUV, sans stimulation :
- 10 mètres en béquilles ou déambulateur à accomplir dans un temps minimum;- 6 minutes en béquilles ou déambulateur en essayant de faire la plus grande distance possible.
[/color]Ces tests ont été réalisés au CHUV de Lausanne et à l’hôpital Balgrist de Zurich (chargé d'un second contrôle des performances des patients au début et à la fin de l'étude).



Enfin, j'ai rencontré deux autres volontaires (un hollandais et une franco-suisse) qui avaient accepté le protocole. Je ne les ai pas vu en situation et ne peux donc me prononcer.

Voilà, j'espère que mes explications ont été assez claires.

Bertrand


Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 21 janvier 2018 à 00:20:26
bonjours a toutes et tous ,


edelweiss , je mets en clair ton texte ,


pour répondre à Gilles, sur les progrès des autres patients
 
De septembre à la mi-octobre 2016, j’étais seul patient dans la salle GAIT Lab. Un second volontaire, David (un jeune suisse de la région de Zurich) est arrivé à la mi-octobre.

Nous avons travaillé alternativement dans le GAIT Lab (qui ne peut accueillir qu’un patient à la fois dans la configuration harnais/stimulation) en session de 03h00-04h00 par jour

.Concernant les progrès de David, je ne peux donner autre chose que mon avis visue sur les 4 mois que nous avons passé sur le plateau. Je pense qu'il n’y a eu aucun progrès tangible dans sa manière de marcher.

Toutefois, il a quitté l'étude en avril 2017. Je n'ai donc pas assisté aux deux derniers mois de son entrainement.
En revanche, je ne peux me prononcer sur les résultats aux tests suivants réalisés individuellement dans les couloirs du CHUV, sans stimulation
10 mètres en béquilles ou déambulateur à accomplir dans un temps minimum;- 6 minutes en béquilles ou déambulateur en essayant de faire la plus grande distance possible.

Ces tests ont été réalisés au CHUV de Lausanne et à l’hôpital Balgrist de Zurich (chargé d'un second contrôle des performances des patients au début et à la fin de l'étude
Enfin, j'ai rencontré deux autres volontaires (un hollandais et une franco-suisse) qui avaient accepté le protocole. Je ne les ai pas vu en situation et ne peux donc me prononcer
Voilà, j'espère que mes explications ont été assez claires.


bertrand
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 21 janvier 2018 à 09:38:36
a edlweiss,,,puisque tu es ASIA D,cad incomplet et paraparesique ,je te conseille d'entrer en contact avec mr axel alletru qui aide les personnes dans ton cas a remarcher,,lui meme est un para qui a reussi a remarcher apres un accident  grace a des methodes assez contraignantes mais efficaces au  final puisqu'il arrive meme a marcher sans bequilles sur des distances moyennes,,il a un site sur facebook,,je pense qu'un asia d a de fortes chances de remarcher si il a desquadiriceps et des moyens fessiers a 50 pour cent de leur force , axel alletru a des quadriceps a 60 pour cent ,je ne connais pas la force d ses moyens fessiErs ,il a eu une triple fracture T12.L1 L2  bonne chance
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 21 janvier 2018 à 11:10:42
bonjours a toutes et tous ,



Il est rare d'avoir de tel retour en toute sincérité.
Il est sur que les chercheurs sont très loin d'une solution fonctionnelle.
D'une façon générale il n'existe rien pour les maladies et trauma neurologiques.

a pars a la bio mécanique , je ne vois pas d autre solution , pour l instant , car la moelle épinière et tellement complexe  a réparer ,

daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 21 janvier 2018 à 12:02:25
PRESQUE TOUS PENSONS COMME BERCHAT IL YA UNE REALITE INCONTOURNABLE..LES LESIONS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL SONT TRES COMPLIQUES A GUERIR....DE MEME .AUCUNE MALADIE TOUCHANT LE SYSTEME NRVEUX  N'EST GUERISSABLE A PART LA MALADIE DE GUILLAIN BARRE QUI APPARAIT ET DISPARAIT SANS TRAITEMENT APPROPRIE  SEULE SOLUTION COMME DIT BERCHAT : LA BIOMECANIQUE
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: DANIEL BERCHAT le 21 janvier 2018 à 12:24:56
re , farid , stp , arrête d'écrire en majuscule , tu n a pas besoin de crier ,


daniel
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: Edelweiss le 21 janvier 2018 à 12:28:05
Merci Daniel pour la remise en forme de mon texte qui, visiblement, n’a pas apprécié le copier/coller (là, en revanche, ce n’est pas un effet secondaire de la stimulation épidurale  :rolleyes: )
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 22 janvier 2018 à 11:49:40
oui, sa bug souvent, j'ai remis la police a la bonne taille.


ce serait bien d'avoir d'autres retours d'infos des autres patients, si tu à des contacts se serait cool de les inviter a partager leurs sensations. :smiley:
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 23 février 2018 à 14:59:45
Citer
Implant électrique réduit les effets secondaires de la lésion de la moelle épinière


20 février 2018


19 février (UPI) - Un traitement électrique expérimental a réduit les effets secondaires d'une blessure à la moelle épinière qui a paralysé un Canadien lors d'un accident de plongée.


Il y a six ans, Isaac Darrel, de Langley, en Colombie-Britannique, a plongé dans des eaux troubles et a heurté un rocher alors qu'il naviguait sur la rivière. Au cours des années qui ont suivi, il a dû faire avec des étourdissements, des fluctuations de la tension artérielle et des problèmes au niveau de la vessie et des intestins - problèmes souvent qualifiés de retombées «invisibles» d'une lésion de la moelle épinière.


Dans une étude de cas publiée lundi dans le Journal de l'American Medical Association, les chercheurs disent qu'un essai de 2016 avec des électrodes implantées sur sa moelle épinière, une procédure appelée stimulation épidurale, a été couronnée de succès.


"Les problèmes de mobilité ou de paralysie sont les conséquences les plus visibles d'une lésion de la moelle épinière mais en tant que clinicien, je sais que beaucoup de mes patients souffrent d'autres conséquences" invisibles "», a déclaré Andrei Krassioukov, chercheur principal à l'Université de Colombie-Britannique,


Krassioukov, professeur de médecine à l'Université de la Colombie-Britannique et président de recherche en réadaptation, a travaillé avec Darrel à ICORD, un centre de recherche de Vancouver axé sur les lésions de la moelle épinière.


Les programmes sont conçus pour stimuler les nerfs spécifiques qui aident à diverses fonctions motrices, mais Darrel et les chercheurs ont noté d'autres changements positifs.


La stimulation épidurale implique l'implantation permanente d'électrodes sur la moelle épinière et la stimulation des cellules nerveuses à l'aide de courants électriques contrôlés à distance.


Darrel utilise le stimulateur jusqu'à 45 minutes chaque jour, en appliquant différents programmes pour transmettre des impulsions électriques dans sa moelle épinière qui imitent les signaux qui proviendraient du cerveau.


"J'ai eu une meilleure pression artérielle, des meilleurs muscles posturaux, une fonction intestinale améliorée et,  fondamentalement, j'ai plus d'énergie", a déclaré Darrel, qui a dit qu'il pouvait maintenant s'asseoir dans son fauteuil roulant jusqu'à huit heures, comparé aux deux heures qu'il pouvait endurer avant la chirurgie.


Le trouble qu'il éprouvait après sa blessure, l'hypotension orthostatique, résulte d'une mauvaise fonction cardiovasculaire.


"Ma pression sanguine pouvait chuter très bas", a déclaré Darrel, qui décrit un sentiment de nausée et avait la tête qui tournait. "Maintenant, depuis que j'ai l'implant, je suis capable d'augmenter suffisamment la stimulation pour éviter le malaise.


Les chercheurs travaillent avec des collègues aux États-Unis sur un plus grand essai, disent-ils, ainsi qu'avec des chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles sur un autre dispositif pour stimuler la moelle épinière en le positionnant sur le dessus de la peau.


"Nous voyons des résultats très intéressants et passionnants, mais en tant que clinicien-chercheur, j'ai besoin de données plus solides avant de recommander cette procédure", a-t-il déclaré.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Electrical implant reduces side effects from man’s spinal cord injury


February 20, 2018


Feb. 19 (UPI) — An experimental electrical treatment has reduced side effects of a spinal cord injury that paralyzed a Canadian man in a diving accident.


Six years ago, Isaac Darrel, of Langley, British Columbia, dove into murky waters and hit a rock while river boating. In the years following, he dealt with dizziness, fluctuations in blood pressure and changes in bladder and bowel function — issues often referred to as the “invisible” fallout from a spinal cord injury.


In a case study published Monday in the Journal of the American Medical Association, researchers say a 2016 effort to deal with the fallout by implanted electrodes over his spinal cord, a procedure called epidural stimulation, has been successful.


“Mobility issues or paralysis are the most visible consequences of a spinal cord injury but as a clinician, I know that many of my patients suffer from other ‘invisible’ consequences,” Dr. Andrei Krassioukov, principal investigator of the study at the University of British Columbia, said in a release.


Krassioukov, a professor of medicine at UBC and chairman in rehabilitation research, worked with Darrel at ICORD, a Vancouver research center focused on spinal cord injuries.


The programs are designed to stimulate specific nerves that help with various motor functions, but Darrel and the researchers noted other positive changes.


Epidural stimulation involves permanently implanting electrodes over the spinal cord and stimulating nerve cells using remote-controlled electical currents.


Darrel uses the stimulator for up to 45 minutes each day, applying different programs to transmit electrical impulses into his spinal cord that mimic signals that would come from the brain.


“I’ve had better blood pressure, better core muscle, much improved bowel function, and basically I have more energy,” said Darrel, who said he now can sit in his wheelchair for up to eight hours compared with the two hours he could endure before the surgery.


The disorder he experienced after his injury, orthostatic hypotension, results from poor cardiovascular function.


“My blood pressure would tank right down into the 60s,” said Darrel, who describes feeling nauseous and felt like he was spinning. “I would pass out or black out sitting in my chair sometimes. Now, since I have the implant, I’m able to turn up the stimulation enough that it makes it impossible for me to black out.”


The researchers are working with colleagues in the United States on a larger trial, they say, as well as with researchers at the University of California, Los Angeles on another device to stimulate the spinal cord by positioning it on top of the skin .


“We see very interesting and exciting results but as a clinician-scientist, I need more robust data before I would recommend this procedure,” he said.




Source : https://newsline.com/electrical-implant-reduces-side-effects-from-mans-spinal-cord-injury/
Titre: Re : Stimulation épidurale
Posté par: farid le 23 février 2018 à 16:48:45
stimuler electriquement la moelle epiniere ne peut qu'avoir des benefices sur le metabolisme d'un paratetra ,,c'est une methode a ameliorer  a defaut d'une reparation de la lesion medullaire
ps: thierry ,as tu contacter axel alletru ,athlete en handisport qui souhaite aider l'association ALARME,,?
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 07 décembre 2018 à 10:32:13
Citer
Une stimulation magnétique médullaire rétablit le contrôle de la vessie

(http://media.graytvinc.com/images/690*388/Spinal+cord+injury+and+bladder+control+MMM.jpg)

04 décembre 2018
         
Un chercheur de l'UCLA travaille sur un traitement qui pourrait restaurer une capacité que la plupart des gens perdent après une lésion de la moelle épinière.

Il est non invasif, peu coûteux, indolore et a donné des résultats prometteurs lors de son premier essai clinique.

Plus de 80% des Américains souffrant de lésions de la moelle épinière perdent la capacité d'uriner et doivent utiliser des cathéters pour vider leur vessie. Cela peut prendre beaucoup de temps, être peu pratique et conduire à des infections.

Les chercheurs testent actuellement un nouveau moyen de rétablir le contrôle de la vessie.

Hinesh Patel, âgé de 29 ans, s'est cassé le cou et s'est blessé à la colonne vertébrale lorsqu'il est tombé d'un balcon l'année dernière (…)

Le Dr Daniel Lu de l'UCLA dirige sa deuxième étude utilisant un aimant pour stimuler la partie de la moelle épinière qui contrôle la fonction de la vessie.

"La blessure n’est pas souvent une lésion complète", a déclaré Lu. "Il existe encore des voies nerveuses résiduelles connectées au-dessous de la lésion."

Dans la première étude, cinq hommes ont été soumis à une stimulation magnétique pendant 15 minutes par semaine. Après quatre mois, deux ont complètement cessé d'utiliser un cathéter, deux ont eu une amélioration substantielle et un a eu une amélioration modérée.

"Cela modifie le signal nerveux de manière à ce qu'il devienne fonctionnel, afin que les neurones et les circuits situés au niveau de la moelle épinière puissent l'interpréter comme un signal viable", a déclaré Lu.

Hinesh est dans le deuxième essai de Lu. Il y va 15 minutes deux fois par semaine pendant quatre mois. Il s’agit d’une étude à l’aveugle. Il ne sait donc pas s’il suit le traitement, ou le placebo.

Le dispositif de stimulation magnétique est approuvé par la FDA, mais il est expérimental pour cet usage particulier. Dans la deuxième étude portant sur 15 hommes et femmes, le Dr Lu espère comprendre pourquoi les aimants fonctionnent mieux chez certaines personnes que d'autres et quelles doses offrent les meilleurs résultats à long terme.

Dans le premier essai, les effets positifs ont commencé à se dégrader quelques semaines après l’arrêt du traitement.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Spinal cord stimulator restores bladder control

Dec 04, 2018
         
A UCLA researcher is working on a treatment that may restore an ability most people lose after spinal cord injury.

It’s noninvasive, inexpensive, painless and had promising results in its first clinical trial.

More than 80 percent of Americans who suffer spinal cord injuries lose the ability to urinate and have to rely on catheters to empty their bladders. That can be time-consuming, inconvenient and can lead to infections and even death.

Now, researchers are testing a new way to restore bladder control.

Twenty-nine-year-old Hinesh Patel broke his neck and damaged his spine when he fell off a balcony last year.

The M.D., Ph.D student has traveled the world and was super active. He’s getting back mobility, but so far, not the ability to urinate without a catheter.

“Now, you really have to think about that, because if you don’t manage it well, then you can also get worse health problems,” he said.

UCLA Dr. Daniel Lu is running his second study using a magnet to stimulate the part of the spinal cord that controls bladder function.

“The injury’s oftentimes not a complete injury," Lu said. "There are residual pathways still connected past the injury point.”

In the first study, five men got magnetic stimulation for 15 minutes a week. After four months, two stopped using a catheter completely, two had substantial improvement and one had moderate improvement.

“It modifies the signal in such a way that it became functional, that the neurons and circuits at the spinal cord level can interpret that as a viable signal,” Lu said.

Hinesh is in Lu’s second trial. He’s gone in for 15 minutes twice a week for four months. It’s a blinded study, so he doesn’t know if he’s actually getting treatment but believes he’s regaining sensation.

“Just means more control over your life in that regard,” Patel said.

The magnetic stimulation device is FDA-approved but is experimental for this particular use. In the second study of 15 men and women, Lu is hoping to find out why the magnets work better on some people than others and what doses provide the best and longest-lasting results.

In the first trial, the positive effects started degrading a few weeks after treatment stopped.


Source : https://www.wndu.com/content/news/Spinal-cord-stimulator-restores-bladder-control-501916392.html
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 07 décembre 2018 à 11:57:21
Merci Thierry, original et "simple" comme principe, il fallait y penser. :smiley:
Titre: Moelle épinière : la révolution pour les paralysés se poursuit
Posté par: Arnaud le 04 février 2019 à 15:11:05
Moelle épinière : la révolution pour les paralysés se poursuit

La stimulation épidurale de la molle épinière peut améliorer des patients paralysés, même s'ils le sont depuis une dizaine d'années.

On le savait depuis quelques mois déjà, des personnes paralysées depuis quelques années, peuvent remarcher avec l'aide d'impulsions électriques. Le neuroscientifique français, Grégoire Courtine, avait en effet avec une équipe en Suisse, réussi à faire marcher de nouveau plusieurs patients paralysés en réalisant une stimulation électrique de leur moelle épinière par voie épidurale.

- Des paralysés chroniques

Cette fois, c'est l'université du Minnesota et le centre médical Hennepin Healthcare qui se sont penchés sur la question, mais avec un nouvel axe, les patients atteints de paralysie complète depuis de nombreuses années. En effet, les patients choisis avaient respectivement 48 et 52 ans, et étaient paralysés depuis 5 à 10 ans au moins. Les patients sélectionnés étaient atteints d'un traumatisme médullaire dévastateur et ne possédaient plus aucune fonction active, du bas du corps. L'IRM, quant à elle, ne montrait que très peu de moelle épinière résiduelle au niveau de la lésion.

Les chercheurs ont démontré que la stimulation de la moelle épinière par voie épidurale pouvait rétablir immédiatement certains mouvements volontaires, mais aussi certaines fonctions de manière autonome. « Permettre à une personne de bouger ses jambes plus de 10 ans après avoir été paralysée d'une blessure à la moelle épinière a été l'un des plus grands moments de ma carrière. » A déclaré Uzma Samadani, professeur agrégé au département de neurochirurgie de la faculté de médecine de l'Université du Minnesota.

- Des fonctions essentielles

Les fonctions rétablies sont essentielles pour une bonne qualité de vie, voir même tout simplement pour vivre. La fonction cardiovasculaire d'un participant, atteint de dysautonomie cardiovasculaire, c'est-à-dire qu'l n'y avait plus d'adaptation de son cœur aux variations de position et d'environnement, a été rétablie à l'aide de l'implant paramétré de manière spécifique. A contrario, un patient qui présentait une activité cardiovasculaire normale, n'était pas affecté par l'implant.

La synergie entre la vessie et les intestins s'est améliorée chez les patients, l'un d'entre eux a pu voir sa miction volontaire se rétablir. Une des participantes a également pu de nouveau atteindre l'orgasme, une chose qui ne lui était plus arrivée depuis son accident. Alors que les études vont se poursuivre, les résultats sont déjà plus que prometteur pour toutes les personnes atteintes de paralysie.

Source :
https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/28168-Moelle-epiniere-revolution-paralyses-poursuit
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 05 février 2019 à 11:37:11
merci Arnaud. :cool:
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: Breizhfenua le 05 février 2019 à 14:06:12
J'ai toujours le même questionnement sur l'avant dernier article que tu viens de publier Thierry : à si court terme en post lésionnel est ce que ça n'est pas un processus naturel de restauration des fonctions ?
Je prends mon exemple perso , ça fait tout juste 1 an et je commence a récupérer des mictions sans sondages avec de moins en moins de résidus post mictionnels . J'ai fais a ma sauce c'est a dire qu'au début que dalle et je m'oblige depuis 1 an a essayer d'uriner naturellement et je me sonde ensuite . J'ai pu trouver la position qui me permet de le faire , la stimulation réflexe qui déclenche la miction ...ect... ok j'ai passé un temps fou aux toilettes mais bon ce que je constate c'est une évolution significative !
Je précise que j'ai une lesion de la corne antérieure de la moelle épinière en C5/C6 et non une lesion complète (j'ai notamment conservé ma sensibilité quasi partout ) .
A lésions similaires a l'IRM j'ai vu des patients récupérer et repartir en marchant et d'autres rien du tout ... il n'y a aucun examen qui permet de faire un constat définitif des lésions dans la moelle épinière . ça laisse l'espoir d'une récupération mais je doute qu'elle soit applicable a tout le monde , j'espère que je me trompe !
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: Kristof le 05 février 2019 à 14:59:49
Un a attein lorgasm , c bon a prendre !
non ?
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: TDelrieu le 19 février 2019 à 11:06:04
Citer
Un dispositif de stimulation de la moelle épinière est prometteur dans l'étude de Minneapolis

(https://stmedia.stimg.co/ows_155027142668724.jpg?auto=compress&crop=faces&dpr=1&w=1389&fit=clip&h=607)

Une étude locale fait état d'un succès précoce avec l'implant stimulateur d'Abbott Labs.

16 FÉVRIER 2019

Une étude clinique en cours dans les hôpitaux de Minneapolis, baptisée E-Stand, fait état d'un succès précoce en utilisant un dispositif médical implantable conçu dans le Minnesota, appelé stimulateur de la moelle épinière, afin de restaurer le mouvement volontaire et les fonctions autonomes chez les patients paralysés de fond en comble.

Les «mouvements volontaires» signifient pouvoir bouger les jambes volontairement, tandis que «fonctions autonomes» fait référence à des fonctions régies par le système nerveux autonome en grande partie sans pensée consciente, telles que la régulation de la tension artérielle, la miction et l'excitation sexuelle.

Selon les enquêteurs d'E-Stand, restaurer la capacité de marcher d'une personne peut s'avérer important, mais la restauration des fonctions autonomes figure en tête de la liste des priorités de nombreuses personnes atteintes de paralysie.

"Chez les personnes souffrant de lésions dorsales, l'intestin et la vessie figurent au premier rang des priorités", a déclaré Dr. Ann Parr, chercheuse principale à E-Stand et professeur assistant de neurochirurgie à l'Université du Minnesota.

E-Stand a pour objectif d'inscrire environ 100 personnes atteintes de paralysie prêtes à se faire implanter expérimentalement un stimulateur de la moelle épinière fabriqué par Abbott Laboratories dans leur dos.

L'ampleur des changements autonomes et des capacités de mouvement a incité l'équipe à publier un premier rapport sur leurs deux premiers patients.

"Nous avons choisi de diffuser nos nouvelles découvertes à ce stade précoce, car les importants résultats sur les fonctions motrices et autonomes ont des conséquences immédiates" sur les perceptions générales à propos de la thérapie, indique le rapport de l'étude du 22 janvier dans le Journal of Neurotrauma.


====================
 TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
====================


Spinal cord stimulator device shows promise in Minneapolis study

Local study reports early success with stimulator implant from Abbott Labs.

FEBRUARY 16, 2019

An ongoing clinical study at Minneapolis hospitals called E-Stand is reporting early success using an implantable medical device designed in Minnesota called a spinal cord stimulator to restore volitional movement and autonomic functions in patients paralyzed from the mid-back down.

"Volitional movements" means being able to move your legs on purpose, while "autonomic functions" refers to functions governed by autonomic nervous system largely without conscious thought, such as regulating blood pressure, urination, and sexual arousal.

Although restoring a person's ability to walk may make for great TV, restoring autonomic functions tops the priorities list for many people with paralysis, E-Stand investigators say.

"In people who have mid-thoracic injuries, the thing that comes up near the top of the list every time is actually bowel and bladder," said Dr. Ann Parr, a lead investigator with E-Stand and assistant professor of neurosurgery at the University of Minnesota.

E-Stand aims to enroll about 100 people with paralysis who are willing to have a spinal cord stimulator made by Abbott Laboratories implanted experimentally in their backs.

The magnitude of autonomic changes and movement abilities early on prompted the team to publish an initial report on their first two patients.

"We chose to disseminate our novel discoveries at this early stage as the significant motor and autonomic findings have immediate implications" for general perceptions about the therapy, the Jan. 22 study report in the Journal of Neurotrauma says.


Source : http://www.startribune.com/spinal-cord-stimulator-device-shows-promise-in-minneapolis-study/505910842/

Titre: Stimulation épidurale
Posté par: gilles le 19 février 2019 à 12:50:33
extra! on vois que partout dans le monde ce qui est important aux yeux des blessé médullaires est de pouvoir faire ces besoins "normalement" et
faire l'amour. :smiley:

 
Titre: Stimulation épidurale
Posté par: éric le 19 février 2019 à 14:31:42
extra! on vois que partout dans le monde ce qui est important aux yeux des blessé médullaires est de pouvoir faire ces besoins "normalement" et
faire l'amour. :smiley:

 

enfin !!!!!!

putain sérieux il leur faut aussi un grand débat pour comprendre nos priorités

et je vous parle pas du taux de mortalité chez les blessée médullaire du a ces "petits problémes "qui apparemment

était secondaires