Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - ninou

Pages: [1]
1
Des singes paralysés remarchent, grâce aux neuro-implants de l’EPFL Publié mercredi 9 novembre 2016                      C’est un pas de plus vers de possibles thérapies des lésions de la moelle épinière. Réalisée sur des singes à Pékin par une équipe internationale menée par Grégoire Courtine et Jocelyne Bloch, cette avancée fait l’objet ce jeudi d’une publication dans la revue «Nature», et attire les commentaires élogieux
https://www.letemps.ch/sciences/2016/11/09/singes-paralyses-remarchent-grace-aux-neuroimplants-lepfl


2
Thérapies expérimentales / Paralyzed Man Walks After 25 Years
« le: 30 juin 2016 à 05:15:09 »
Est-ce que quelqu'un vue cette vidéo ?

https://www.youtube.com/watch?v=BRqks-EOh2w

quelqu'un peut traduire svp

3
Un médicament expérimental développé par des scientifiques américains offre un nouvel espoir pour les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. Des tests effectués sur des rats ont montré qu’un certain degré de mouvement ainsi que le contrôle de la vessie ont pu être restaurés.
Le médicament agit en perturbant l’effet de « colle » qui empêche les nerfs de se régénérer lors d’une blessure. Des tests plus approfondis doivent encore être faits mais la fondation Spinal Research, qui aide à financer les recherches de traitements pour les paralysies liées à la moelle épinière, déclare que de réels progrès ont été accomplis.
Les dommages à la moelle épinière interrompent le flux constant de signaux électriques du cerveau vers le corps. C’est ainsi qu’une blessure entraine souvent une paralysie. L’équipe qui a conduit l’étude explique que les tissus cicatriciels qui se forment après une blessure empêchent la réparation de la moelle épinière.
Ce sont les protéines sucrées libérées par ces tissus cicatriciels qui agissent comme une colle. L’axone, le prolongement du neurone qui conduit le signal électrique du corps cellulaire vers les zones synaptiques, est piégé par cette colle s’il tente de passer l’endroit où se trouve la lésion.
Pour parer à ce phénomène, l’équipe de recherche a injecté une substance chimique sous la peau qui traverse la moelle épinière et perturbe l’effet de la colle. « C’était incroyable. L’axone s’est mis a croitre encore et encore » déclare Jerry Silver, le professeur qui a mené l’étude.
Pendant l’étude, 21 des 26 rats ont montré un certain degré de récupération soit dans leur capacité de se déplacer, soit dans le fonctionnement de leur vessie.
Le professeur Silver a déclaré : « Ce que nous avons pu voir était vraiment remarquable. Certains ont tellement bien récupéré que vous pouviez difficilement dire qu’il y avait eu une blessure. »
Bien que des tests sur des plus gros animaux soient nécessaires avant de passer à l’homme, les futures thérapies déroulant de la recherche seront associées avec d’autres traitements pionniers tels que les greffes nerveuses et la stimulation électrique.
Le docteur Mark Bacon, de la fondation Spinal Research dit : « J’aime le travail du professeur Silver. Nous croyons que la plasticité –la capacité du cerveau de créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones– est le mécanisme majeur responsable d’une récupération spontanée que nous voyons chez des patients atteints d’une lésion de la moelle épinière. Mais elle reste très limitée. Améliorer la plasticité est donc un objectif majeur dans ce domaine et les données préliminaires suggèrent que de réels progrès ont été fait par rapport à ça.»
Le Docteur Lyn Jakeman, de l’institut national des troubles et maladies neurologiques explique : « Il n’y a actuellement aucune pharmacothérapie capables d’améliorer la récupération naturelle très limitée des lésions de la moelle épinière. C’est un grand pas vers l’identification d’un nouvel agent afin d’aider les gens à guérir.»
Source : BBC
http://www.bbc.com/news/health-30254698

4
quelqu'un a essayé cette technique ?

-Prothèses péniennes :Il s'agit de cylindres que l'on insère à l'intérieur des deux corps caverneux au cours d'une opération. Ces prothèses rendent le pénis suffisamment rigide pour la pénétration, même en l'absence d’érection véritable. Il en existe plusieurs types. Les prothèses malléables, ou semi-rigides, sont les plus simples (fig.9). On peut les couder manuellement selon un angle variable. Leur extrémité est  fixée à l'intérieur du ventre, sur les os du pubis. Elles gardent alors la position qu’on leur a donnée tant qu'on ne la modifie pas manuellement. Ceci permet de placer le pénis, selon ce qu'on désire, dans une position adaptée au rapport, ou, lorsque ce n'est plus d'actualité, dans une position permettant d'uriner facilement, et de dissimuler la semi-érection permanente que les prothèses procurent. Ces modèles sont les moins chers. Leur défaut est de donner une semi-érection permanente et de ne pas toujours suffire à augmenter assez le diamètre du pénis pour que le rapport soit satisfaisant en l’absence d’intumescence « complémentaire ».
 
  fig. 9

Il existe aussi des prothèses dites "gonflables" (fig.10). Cette fois les 2 cylindres placés chirurgicalement dans les corps caverneux sont des réservoirs qu’on peut gonfler à partir d’un troisième réservoir, le plus souvent extérieur au pénis, par exemple placé sous la paroi abdominale comme dans le modèle présenté sur la figure. Une mini-pompe, commandée manuellement, permet de faire passer le liquide soit dans les prothèses elles-mêmes, obtenant une rigidité suffisante pour la pénétration et augmentant franchement le diamètre du pénis, soit dans le réservoir abdominal, faisant ainsi disparaître l'érection. L'avantage est que l'aspect du pénis est plus naturel. Les inconvénients sont un coût beaucoup plus élevé, et le risque de pannes techniques de ce matériel compliqué, pouvant nécessiter une nouvelle opération pour leur correction. Cependant la fréquence de ces problèmes techniques est de plus en plus faible.
Les prothèses péniennes comportent également un risque d'infection, particulièrement chez les diabétiques. Mais les complications graves sont très rares.

  fig. 10

5
 es que quelqu'un a testé Vacuum Active Erection System AES NT ???
 
 est-ce vraiment efficace ou non  :grin:

http://www.bivea.fr/Vacuum-Active-Erection-System-AES-NT-MEDINTIM-9007-p
 

6
J'ai souvent froid aux pieds en hiver et je cherche une solution efficace pour me sentir bien au chaud même quand il fait très froid à l'extérieur, avis ?

7
Les escarres / Guérir escarre sacrée dans 04 mois
« le: 10 juillet 2012 à 03:26:15 »
 Guérir escarre sacrée dans 04 mois   J'ai  traité mon escarre de 06 cm sur 06 cm escarre au sacrum. Dans 04 mois J’ai  utilisé des injections miracles  (Le Heberprot-P)  Pd 02 mois, et deux foi par semaine, et 02 injection chaque séance  L’injection sera injecter directement sur le mur de la plaie par un médecin Et pour  Le nettoyage de la plaie Avant de mettre le tulle gras type antibiotulle j’ai utilisé que le bain de siège ( 5 litre d’au avec deux cuillères à soupe de eau javel ) chaque jour  pd 01 mois puis 1 j  sur 2 pd 15 j  puis 01 foi par semaine . Et après 2 mois  de la premier injection, ç la guérison totale de la plaie c miracles !!!!  :cheesy:  Voici un lien pour se produit : http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://heberprot-p.cigb.edu.cu/index.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D17%26Itemid%3D32%26lang%3Den&prev=/search%3Fq%3Dheberprot-p%2Bindication%26hl%3Dfr%26biw%3D1016%26bih%3D544%26prmd%3Dimvns&sa=X&ei=q4L7T5bdLcHk4QTsydT5Bg&ved=0CFQQ7gEwAA

Pages: [1]