Auteur Sujet: Stimulation épidurale  (Lu 8283 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mick 74

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 222
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: T6-T7 ASIA A
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #25 le: 23 février 2017 à 18:00:08 »
donc Thierry les 1er essais aurons lieu en France  pour 2018  :708: quelle site pour les demandes d'inscriptions savoir ceux qui sont compatible ou pas  :hein: maintenant avec l'âge qui avance  :confused:

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3774
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #26 le: 07 juillet 2017 à 14:41:37 »
Citer
Les centres de rééducation clinique du réseau NeuroRecovery adoptent le système Xcite de stimulation électrique neuromusculaire (NMES)


28 juin 2017


Le Réseau NeuroRecovery® de la Fondation Christopher & Dana Reeve (NRN) prend en charge les centres de rééducation clinique de pointe et les centres de conditionnement physique (CFW) qui constituent deux branches de soins pour les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière et d'autres handicaps physiques.


Les neuf centres de rééducation NRN et CFW recevront 30 systèmes Xcite de thérapies réparatrices qui seront utilisés pour mettre en œuvre le programme de rééducation NMES de pointe pour les patients aux États-Unis. L'acquisition a été financée par le réseau Reeve NRN et l'Université de Louisville en collaboration avec les centres de rééducation et les CFW. (…)


Le système Xcite offre jusqu'à 12 canaux de stimulation électrique aux nerfs qui activent les muscles de la ceinture abdominale, des jambes et des bras. Une stimulation séquencée facile à utiliser provoque un mouvement fonctionnel permettant aux muscles paralysés ou faibles d'un patient de bouger à travers des modèles dynamiques de mouvements spécifiques.


"Xcite est le premier système de rééducation par stimulation électrique vraiment pratique de ce genre. En plus de combiner plusieurs interventions de neuro-réhabilitation, stimulation électrique spécifique à la tâche et rééducation neuromusculaire, Xcite est portable et assez facile à utiliser, qu'il pourrait être utilisé dans la maison du patient", a déclaré le professeur Susan Harkema, du Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, Université de Louisville. "Dans le contexte de la rééducation influençant la plasticité neurale comme moyen de restauration neurale, la rééducation à la maison est un élément essentiel du progrès et je vois Xcite comme un excellent outil pour y parvenir", conclut Harkema.


"Les centres de rééducation clinique NRN et les CFW ont joué un rôle clé lors du développement du système Xcite", dit Andrew Barriskill, PDG de Restorative Therapies. "Xcite est conçu pour être intégré dans les programmes de thérapie de pointe développés et utilisés par le NRN de la Fondation Reeve tout en étant faciles à utiliser dans toute la kinésithérapie ou rééducation fonctionnelle".




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




NeuroRecovery Network clinical rehabilitation centers adopt Restorative Therapies' Xcite System for Neuromuscular Electrical Stimulation (NMES)


June 28, 2017


The Christopher & Dana Reeve Foundation's NeuroRecovery Network® (NRN) supports cutting-edge Clinical Rehabilitation Centers and Community Fitness and Wellness Facilities (CFWs) that make up two branches of care for people living with spinal cord injury and other physical disabilities.


The nine NRN rehabilitation centers and CFWs will receive 30 Restorative Therapies' Xcite systems which will be used to implement NRN's cutting edge NMES rehabilitation program for patients across the US. The acquisition was funded by the Reeve NRN Network and the University of Louisville in conjunction with the rehabilitation centers and CFWs.


NMES is a physical therapy rehabilitation modality used to evoke sensory feedback, functional movements and exercise not otherwise possible for individuals with a neurological impairment such as a spinal cord injury, stroke, multiple sclerosis or cerebral palsy.


The Xcite system delivers up to 12 channels of electrical stimulation to nerves which activate core, leg and arm muscles. Easy to use sequenced stimulation evokes functional movement enabling a patient's paralyzed or weak muscles to move through dynamic task specific movement patterns.


"Xcite is the first truly practical electrical stimulation rehabilitation system of this kind that I have seen. In addition to combining several valuable neuro-rehabilitation interventions, task-specific electrical stimulation, mass practice and neuromuscular re-education, Xcite is portable and easy enough to use that it could be used in the patient's home," said Prof. Susan Harkema of the Kentucky Spinal Cord Injury Research Center, University of Louisville. "In the context of rehabilitation influencing neural plasticity as a means for neural restoration, training in the home is an essential component of progress and I see Xcite as a great tool in achieving this," concludes Harkema.


"The NRN clinical rehabilitation centers and CFWs played a key role during the development of the Xcite system." says Andrew Barriskill, CEO of Restorative Therapies. "Xcite is designed to be integrated into the cutting edge therapy programs being developed and utilized by the Reeve Foundation's NRN while at the same time being easy to use within any physical therapy or occupational therapy."




Source : https://www.benzinga.com/pressreleases/17/06/p9662578/neurorecovery-network-clinical-rehabilitation-centers-adopt-restorative



:sm6: POUR ADHERER A ALARME ? Cliquer sur la bannière :sm6:



Thierry Delrieu
Coordinateur scientifique

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 697
    • Voir le profil
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #27 le: 07 juillet 2017 à 16:16:11 »
une video explicative serait la bienvenue,,

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3774
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #28 le: 06 novembre 2017 à 11:09:15 »
Citer
Un traitement révolutionnaire permet à un blessé de la moelle épinière de se tenir debout et de bouger les jambes

Il faut des années d'entraînement physique.


27 OCT 2017


Grâce à une combinaison de stimulation électrique et d'entraînement physique intense, un homme atteint d'une lésion médullaire complète a retrouvé la capacité de se lever et de bouger ses jambes.


Andrew Meas s'est cassé la colonne vertébrale dans un accident de moto alors qu'il n'avait que 28 ans. Il était incapable de marcher, de se tenir debout ou de bouger volontairement ses jambes, même après 21 mois de rééducation et d'entraînement après l'accident.


Un peu plus de quatre ans après l'accident, des chercheurs du Centre de recherche sur les lésions de la moelle épinière du Kentucky à l'Université de Louisville ont associé sa réadaptation avec ce qu'on appelle la stimulation épidurale de la moelle épinière (scES).


C'est assez invasif. Il s'agissait d'un dispositif implanté sur la colonne vertébrale de Meas, fournissant une stimulation électrique au niveau lombo-sacré pendant l'entraînement physique. Une électrode a été reliée à un générateur d'impulsions placé sous la peau de l'abdomen du patient.


Au cours de 44 mois d'entraînement physique à l'aide de scES, Meas a retrouvé la capacité de bouger ses membres sans avoir besoin de scES.


"La plasticité induite avec l'entraînement physique peut rétablir le contrôle volontaire du mouvement et se tenir debout après une paralysie complète chez les humains, même des années après une blessure", a déclaré la chercheuse Susan Harkema.


"Cela devrait ouvrir de nouvelles opportunités pour la rééducation basée sur la récupération, et non seulement apprendre à fonctionner avec des stratégies compensatoires, même pour ceux qui ont les blessures les plus graves."


Meas a été l'un des quatre participants à une étude menée par la même institution, qui ont tous retrouvé une certaine fonction motrice grâce à l'activité physique et au scES.


Cette rééducation initiale de neuf mois exigeait des séances quotidiennes d'une heure - d'abord debout, puis en marchant. Par la suite, Meas a continué à s'entraîner debout pendant un an à la maison, avant de retourner au laboratoire pour suivre un programme d'entraînement de trois mois, à la fois debout et pas à pas.


C'est après cet entraînement que Meas a été en mesure d'étendre ses genoux, d'atteindre une position debout, de rester debout sans assistance et même de se tenir debout sur une jambe. De plus, il pourrait le faire sans l'aide de la stimulation électrique.


La stimulation électrique pour restaurer la fonction motrice chez les patients atteints de paralysie est un domaine de recherche en croissance au cours de ces dernières années.


En 2015, par exemple, une étude UCLA a révélé que la stimulation de la colonne vertébrale a aidé cinq patients atteints de paralysie à retrouver un certain mouvement volontaire dans leurs jambes - mais pas assez pour supporter leur poids.


Mais une approche similaire a ensuite été utilisée en combinaison avec un exosquelette robotique pour aider un homme paralysé à marcher à nouveau.


Les chercheurs sur le cas de Meas pensent que son rétablissement remarquable peut être attribué à la combinaison de la rééducation et de l'entraînement basée sur scES qui a remodelé les connexions neuronales le long de la moelle épinière.


Ils pensent également que la quantité d'efforts que Meas a mis dans l'entraînement a également contribué.


Le travail dur à long terme et l'engagement semblent être une partie non négligeable du processus de rétablissement. L'équipe a constaté que chez tous les participants, huit mois d'entraînement physique et de scES n'ont entraîné aucune amélioration sans stimulation.


Cependant, les résultats sont prometteurs, indiquant que la moelle épinière peut, en effet, récupérer après une lésion traumatique.


"Le système nerveux humain peut être guéri d'une blessure grave à la moelle épinière, même plusieurs années après une blessure. Meas a été implanté avec le stimulateur quatre ans après sa blessure. Nous avons vu des récupérations motrices deux ans, six ans après la blessure."


"On estime généralement qu'un an après une lésion, vous êtes classé comme chronique et que vous ne vous améliorerez plus. Les données de cette étude sont une preuve que le système nerveux humain a des capacités de récupération beaucoup plus grandes que prévu."




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




Breakthrough Treatment Lets Man With Spinal Cord Injury Stand And Move Legs


It took years of hard work.


27 OCT 2017


Through a combination of electrical stimulation and intense physical training, a man with a complete spinal cord injury has regained the ability to independently stand up and move his legs.


Andrew Meas broke his neck in a motorcycle accident when he was just 28 years old. He was unable to walk, stand, or voluntarily move his legs, even after 21 months of rehabilitation and training following the accident.


Just over four years after the accident, researchers from the Kentucky Spinal Cord Injury Research Center at the University of Louisville paired his rehabilitation with something called spinal cord epidural stimulation (scES).


It's fairly invasive. It consisted of a device implanted over Meas's spinal column, providing electrical stimulation to the lumbosacral enlargement during physical training. An electrode lead was tunnelled to a pouch under the skin of the patient's abdomen, which contained the pulse generator.


Over the course of 44 months of physical training with scES, Meas has regained the ability to move his lower limbs, without needing the scES to do so.


"Activity-dependent plasticity can re-establish voluntary control of movement and standing after complete paralysis in humans even years after injury," said senior researcher Susan Harkema.


"This should open up new opportunities for recovery-based rehabilitation as an agent for recovery, not just learning how to function with compensatory strategies, even for those with the most severe injuries."


Meas was one of four participants in an earlier study by the same institution, all of whom regained some motor function through the use of physical activity and scES.


That initial nine-month training required daily, one-hour sessions - first standing, then stepping. Afterwards, Mease continued standing training for a year at home, before returning to the lab for a three-month training regime for both standing and stepping.


It was after this training that Meas was able to extend his knees, reach a standing position, maintain a standing position without assistance, and even stand on one leg. Moreover, he could do so without the aid of electrical stimulation.


Electrical stimulation to restore motor function in paralysis patients has been a growing field of research in the last few years.


In 2015, for example, a UCLA study found that spinal stimulation helped five paralysis patients regain some voluntary movement in their legs - although not enough to support their weight.


But a similar approach was later used in combination with a robotic exoskeleton to help a paralysed man walk again.


The researchers on Meas's case believe that his remarkable recovery can be attributed to the combination of activity and scES-based training which has remodelled the neuronal connections along the spinal cord.


They also believe that the amount of sheer effort Meas put into the training contributed as well.


"The voluntary component of him trying constantly with spinal stimulation on and while performing motor tasks can lead to unexpected recovery," said first researcher Enrico Rejc.


The long-term hard work and commitment seems to be a not insignificant part of the recovery process. The team found that in all participants, eight months of physical training and scES did not lead to any improvement without stimulation.


However, the results are promising, indicating that the spinal cord can, indeed, recover after a traumatic injury.


"The human nervous system can recover from severe spinal cord injury even years after injury. In this case, he was implanted with the stimulator four years after his injury. We saw motor recovery two years later - so six years after injury," Rejc said.


"It is commonly believed that one year from injury, you are classified as chronic and it's likely that you will not improve any more. This data is proof of principle that the human nervous system has much greater recovery capabilities than expected."




Source : https://sciencealert.com/man-complete-spinal-cord-injury-paralysis-stand-electric-stimulation-legs
« Modifié: 06 novembre 2017 à 11:11:41 par TDelrieu »
:sm6: POUR ADHERER A ALARME ? Cliquer sur la bannière :sm6:



Thierry Delrieu
Coordinateur scientifique

Hors ligne gilles

  • Modérateurs
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 2924
  • Sexe: Homme
  • je déteste les piscines depuis le 05/08/1997
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C5/C6
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #29 le: 06 novembre 2017 à 11:42:25 »
encourageant et surréaliste a la fois!


merci Thierry.
DESIREUX D'ADHERER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière  :sm6:



Modérateur sur www.buspirit.

Hors ligne Gyzmo34

  • Administrateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 2879
  • Sexe: Homme
  • L'ambition, c'est la richesse des pauvres.
    • Voir le profil
    • tetra.wifeo
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: +C5 que C6 (ASIA B)
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #30 le: 06 novembre 2017 à 14:00:53 »
Ce sont de bonnes nouvelles qui confirme que l'on à encore beaucoup à apprendre (mais peu à peu, on grapille) :)

L'article est  aussi visible sur notre site Internet => http://alarme.asso.fr/c14-actualites/stimulation-epidurale/

Bonne journée à tous,
:sm6: ADHERER A ALARME ? Merci de cliquer sur la bannière :ok:



Mon Blog perso : http://tetra.wifeo.com

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 697
    • Voir le profil
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #31 le: 06 novembre 2017 à 14:56:02 »
apres avoir eu connaissance de ces bonnes nouvelles ,,qu'est ce qu'on fait?

Hors ligne flo-reve

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 306
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: c4/c5
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #32 le: 06 novembre 2017 à 16:39:00 »
Qu'est-ce qu'on fait !


ont prend un billet d'avion pour le Kentucky.....et ça part de là....en plus je connais pas le Kentucky !


Plaisanterie mise à part c'est une excellente nouvelle !  :smiley:

Hors ligne TDelrieu

  • Président d'ALARME
  • Moderateur
  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 3774
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Tétraplégique
  • Niveau de lésion: C6-C7
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #33 le: 07 décembre 2017 à 13:53:44 »
Citer
4 DÉCEMBRE 2017


Un nouvel essai visant à réparer les lésions de la moelle épinière donne un nouvel espoir aux Australiens paralysés


Anne-Marie Howarth conduisait sa moto dans les Blue Mountains quand elle est allée trop vite dans un virage, a percuté une barrière qui a "écrasé" sa colonne vertébrale, la laissant paralysée de la poitrine jusqu'en bas.


Au cours des 12 années qui ont suivi, Mme Howarth, âgée de 43 ans, n'a jamais pensé qu'elle verrait une percée médicale sur les lésions de la moelle épinière au cours de sa vie, et encore moins en cinq ans.


Mais c'est maintenant la réalité. Un essai commencera à Sydney l'année prochaine où les scientifiques utiliseront des courants électriques pour stimuler les moelles épinières lésées des tétraplégiques.


"Tout le monde ne cesse de répéter que dans 10 ans, les choses seront différentes, pourtant rien ne se passe", a déclaré Mme Howarth, qui utilise un fauteuil roulant "à 99,9%" de son temps.


"Mais c'est la première fois que nous pouvons réellement penser, oui, ce traitement pourrait réellement apporter des améliorations à la vie des gens dans cinq ans."


En juillet, une équipe de l'Université de Technologie de Sydney tentera de reproduire le travail du Professeur Reggie Edgerton de l'Université de Californie à Los Angeles, qui a aidé 20 personnes paralysées à bouger à nouveau leurs membres - défiant le dogme médical.


Encore à ses balbutiements, la neuromodulation implique l'utilisation de courants électriques pour stimuler la moelle épinière sous le point de lésion, lui permettant «d'entendre» et d'agir sur les messages du cerveau.


Le travail du professeur Edgerton est révolutionnaire, car il pourrait briser la croyance médicale de longue date que la moelle épinière est simplement un messager entre le cerveau et les membres, et une fois sectionné, ne peut pas être réparé.


Environ 15 000 Australiens vivent avec une lésion de la moelle épinière. Plus de 300 nouveaux cas sont enregistrés chaque année, dont un tiers provoqué par un accident de véhicule.


Le professeur Bryce Vissel, directeur du Centre de Neuroscience et de Médecine Régénérative de l'UTS, a déclaré que l'expérimentation humaine sera la première en dehors des Etats-Unis et se déroulera dans un environnement pluridisciplinaire impliquant les meilleurs cerveaux dans des domaines aussi variés que l'ingénierie, même l'économie.


Le professeur Edgerton a accepté un poste à temps partiel et arrivera en janvier.


Dans un premier temps, en attendant l'approbation éthique, l'équipe visera à rétablir la fonction de la main chez les participants atteints de tétraplégie.


"Reggie a redéfini ce qu'est une lésion de la moelle épinière parce que jusqu'à présent, ils pensaient qu'une lésion complète était caractérisée par une perte complète de sensation et de fonction en dessous de la blessure", a-t-il dit.


"Mais il pourrait y avoir un petit nombre de fibres nerveuses fonctionnelles, qui courent toujours à travers le site de la lésion, quelques fibres nerveuses", a-t-il poursuivi.


"La technologie de Reggie augmente la capacité de la partie inférieure de la moelle épinière à entendre les petits signaux qui arrivent sur le site de la lésion, donc ce ne peut pas être une blessure 'complète'."


La dernière étude de stimulation de la moelle épinière montre que les participants ont besoin de moins en moins de stimulation pour réaliser les mêmes mouvements, ce qui suggère que la thérapie établit une «cascade d'événements de réparation» pour provoquer la guérison.


En outre, une recherche encore à publier par le Dr Edgerton montre que la stimulation électrique peut également être utilisée pour gérer l'hypertension artérielle, ce qui est important car l'hypertension artérielle causée par la dysréflexie est une cause majeure de décès chez les personnes paralysées.


Selon Mme Howarth, la neuromodulation améliore la fonction vésicale et intestinale.


"Ce n'est pas seulement la capacité de bouger et de marcher, mais de reprendre le contrôle des organes internes comme la vessie et l'intestin, et nous avons observé ces effets", a-t-elle déclaré.


Mme Howarth a déclaré que, en tant que "personne incomplète" qui peut bouger un orteil, les gains pourraient être plus importants pour elle.


"Ils ont montré des gains énormes pour les lésions complètes, donc pour moi, en tant que paraplégique incomplet, je me demande si les résultats pourraient être encore meilleurs."


Professeur Vissel a déclaré que les avantages de la neuromodulation pourraient s'étendre à des centaines de milliers d'Australiens avec toutes sortes d'affections de mobilité.


"Nous voulons développer l'ingénierie de l'appareil, le déployer à travers l'Australie et aider les personnes atteintes d'AVC, d'Alzheimer et de la maladie de Parkinson", a-t-il déclaré.




===========================
 :arrow: TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS
===========================




DECEMBER 4 2017


New trial aiming to repair injured spinal cords gives new hope to paralysed Australians


Anne-Marie Howarth was riding her motorcycle in the Blue Mountains when she went too fast on a bend, crashed into a barrier and "squashed" her spine, leaving her paralysed from the lower chest down.


In the 12 years since, Ms Howarth, 43, never thought she would see a medical breakthrough that reversed spinal cord injuries in her lifetime, let alone in five years.


But that's now the reality. A trial will begin in Sydney next year where scientists will use electrical currents to jump-start the broken spinal cords of quadriplegics.


"Everybody keeps saying in 10 years' time things will be different and it just goes on and on," said Ms Howarth, who uses a wheelchair "99.9 per cent" of the time.


"But this is the first time we can actually think, yes, this treatment could actually deliver improvements to people's lives in five years' time."


In July, a team at University of Technology, Sydney, will attempt to replicate and build on the work of Professor Reggie Edgerton from the University of California, Los Angeles, who has helped 20 paralysed people move their limbs again – defying medical dogma.


Still in its infancy, neuromodulation involves using electrical currents to stimulate the spinal cord below the point of injury, enabling it to "hear" and act upon messages from the brain.


Professor Edgerton's work is groundbreaking, as it could shatter the long-held medical belief that the spinal cord is simply a messenger between the brain and the limbs, and once severed, cannot be repaired.


About 15,000 Australians live with a spinal cord injury. More than 300 new cases are recorded each year, with a third caused by a vehicle-related accident.


Professor Bryce Vissel, director of the newly established Centre for Neuroscience and Regenerative Medicine at UTS, said the human trial will be the first outside the US and run in a multi-disciplinary environment involving the best minds in fields as varied as engineering, IT and even economics.


Professor Edgerton has accepted a part-time position and will arrive in January.


As a first step, pending ethics approval, the team will aim to restore hand function in participants with quadriplegia.


"Reggie has redefined what a spinal cord injury is because up till now, they thought a 'complete' injury was characterised by a complete loss of sense and function below the injury," he said.


"But there might be small numbers of nerve fibres, functional, still running through the injury site, some pathway," he continued.


"Reggie's technology elevates the ability of the lower part of the spinal cord to hear the small signals that are coming through the injury site, so it may not be a 'complete' injury."


The latest spinal cord stimulation study shows participants require less and less stimulation to achieve the same movements, suggesting the therapy sets a "cascade of repair events" to bring about recovery.


In addition, yet-to-be-published research by Dr Edgerton shows electrical stimulation can also be used to manage high blood pressure, which is an important finding because high blood pressure caused by dysreflexia is a leading cause of death among paralysed people.


Another exciting benefit, says Ms Howarth, is that neuromodulation has been shown to improve bladder and bowel function.


"It's not just the ability to move and walk, but to get some control back over internal organs like the bladder and bowel, and we've been seeing these huge flow-on effects," she said.


Ms Howarth, who created Paralogic, which sells affordable catheters, said as an "incomplete sever" who can wriggle a toe, the gains could be bigger for her.


"They've shown huge gains for complete injuries, so for me, as an incomplete sever, I'm wondering whether the outcomes could be better."


Professor Vissel said the benefits of neuromodulation could extend to hundreds of thousands of Australians with all sorts of mobility conditions.


"We want to develop the engineering of the device, roll it out across Australia, and help people with stroke, Alzheimer's and Parkinson's disease," he said.


To make this happen, UTS has partnered with SpinalCure Australia and Spinal Cord Injuries Australia so that the treatment package, when ready, can be rolled out in rehabilitation centres across the country.


The "Project Edge" collaboration is seeking to raise $15 million, and has recently received $3 million from the Neilson Foundation.


"The faster we raise the money, the quicker we can reach more people around the country and continue the research to build on Reggie's outstanding results," said Duncan Wallace, chief executive of SpinalCure Australia.


For more information, visit www.projectedge.org.au




Source : http://www.smh.com.au/national/new-trial-aiming-to-repair-injured-spinal-cords-gives-new-hope-to-paralysed-australians-20171130-gzvzwe.html
:sm6: POUR ADHERER A ALARME ? Cliquer sur la bannière :sm6:



Thierry Delrieu
Coordinateur scientifique

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 697
    • Voir le profil
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #34 le: 07 décembre 2017 à 18:06:28 »
donc on a a patienter seulement 5 ans avant  de retrouver nos mouvements d'avant,,,,c'est long et court a la fois,,ce que je remarque ,le professeur courtine n'est pas le seul a proposer la stimulation epidurale,,,c'est tout benefice pour nous,,

Hors ligne mick 74

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 222
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
  • Handicap: Paraplégique
  • Niveau de lésion: T6-T7 ASIA A
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #35 le: 08 décembre 2017 à 16:10:44 »
non   :sm31: farid  5 ans c'est trop court   :sm31: minimum 15 ans en étant très   :hein:  très  OPTIMISTE  pour les pessimistes     :undecided:  devant le 5  mettre un   ZERO   =50ans 

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 697
    • Voir le profil
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #36 le: 08 décembre 2017 à 16:54:17 »
l'avantage dela stimulation epidurale est qu'elle donne des resultats immediats,,le mouvement est instantane ,le probleme de la vessie ,intestins et sexe est pratiquement resolu ,,quand a la marche,il faut un certain temps pour l'obtenir et beaucoup d'entrainement ,,,de plus avec le temps ,de nouvelles connexions nerveuses vont apparaitre ,,c'est toute la demarche de gregoire courtine dans ses essais cliniques chez l'homme apres avoir obtenu des resultats convaincants chez l'animal ,le rat en l'occurence,,la FAD,organisme americain qui autorise la commercialisation des medicaments et tout produit therapeutique a donne la permission d'utiliser  les stimulateurs epiduraux,et plusieurs cliniques dans le monde proposent la mise en place de stimulateurs epiduraux chez les patients qui le desirent,,quand a l'europe ,elle attend certainement les resultats des essais cliniques du professeur courtine pour donner l'autoristion d'utiliser les stimulateurs epiduraux,,ce qui ne va pas exeder 3 ou 4 ans,,

Hors ligne farid

  • Adepte du forum
  • *****
  • Messages: 697
    • Voir le profil
Re : Stimulation épidurale
« Réponse #37 le: 09 décembre 2017 à 08:46:11 »
j'ai consulte la presidente de l'association des neurochirurgiens algeriens ,,apres la lecture de mon dossier,elle m'a annonce que j'ai ete opere par un orthopediste et non pas par un neurochirurgien ,que contrairement au compte rendu de l'operation qui stipulait que la moelle est intacte,'il y avait forcement une atteinte medullaire au niveau du cone terminal incluant les segments lombaiRes L4 et L5,ce qui arrive fatalement dans le cas d'une fracture communitive de la 1ere vertebre lombaire ,que la moelle epiniere etait plus fragile que le cerveau,,qu'une irm montrerait la lesion mais que c'est complique car j'ai des plaques camille et que maintenant on utilise des plaques en titane qui permet l'irm,que la lesion du cone terminal est la pire qui soit,,,qu'il n'y a pour le moment aucune therapie contre la paralysie d'origine medullaire et qu'en consequence elle ne pouvait rien faire pour moi et qu'il fallait esperer et attendre la fin des essais cliniques en cours